241 commentaires


  1. 61

    Macarel

    En fait ce sont les médias de grande écoute qui font les rois que leurs maîtres ont choisi pour nous. Et l’on appelle cela la démocratie !
    PS: Tout le but de leur jeu, c’est d’empêcher tout débat de fond, et de dégoûter les gens, afin qu’ils votent comme des chiens de Pavlov. C’est de l’ingénierie sociale dévoyée.

  2. 62

    faye

    Pas tout à fait d’accord avec @jnsp. Certains amis qui se préparaient à voter JL Melenchon se sont récemment ravisés et pensent voter Hamon et ceci essentiellement à cause de la personnalité trop « clivante » de JL Melenchon. « Trop de spectacle, trop de personnalisation, trop de propos agressifs, trop d’emportements mal contrôlés, trop de certitudes » pensent-ils. Bref, à leur avis une personnalité peu présidentiable. Je ne cache pas avoir des difficultés à les ramener au fond et au caractère sérieux et novateur des propositions. Ne sous-estime-t-on pas l’importance de cet aspect des candidatures chez nombre d’électeurs ? JL Melenchon ne devrait-il pas, dans la dernière ligne droite, en tenir compte s’il veut précisément emporter l’adhésion de façon positive ?

    1. 62.1

      Vassivière

      Calibrer J-L. Mélenchon comme on le fait pour une tomate ? Apparemment plus de 287 000 personnes ne sont pas de cet avis. Moi, c’est justement parce que je suis assurée qu’il ne rentrera pas dans les cases de la « normalité » présidentielle que je lui accorde tout mon soutien. Le fond étant indissociable de la forme je souhaite que « dans la dernière ligne droite » il remporte l’adhésion en restant lui-même, c’est-à-dire un infatigable moteur pour l’intelligence collective.

    2. 62.2

      pg

      Que c’est compliqué ! A lire certains, jamais contents, toujours à porter des jugements, nous ne parviendrons pas à satisfaire tout le monde. Si Jean-Luc Mélenchon n’avait pas eu cette façon de parler, nous serions tous dans les choux depuis bien longtemps et la FI n’aurait jamais vu le jour. Il est attaqué pour son langage, pour ses emportements… eh bien non, il a raison. J’aimerai bien voir ceux qui lui reprochent ce fait, les voir aux prises de ces journaleux. Qu’auraient ils fait eux qui se permettent de le critiquer. Si l’on est un homme, un vrai responsable, on se doit de riposter sinon eux se coucheraient très certainement à la façon de Tsipras. Pour ce qui est de la suite nous verrons bien. Il y a une chose qui est certaine, s’ils veulent voter Hamon, ils auront la défaite et peut être le FN au pouvoir. Ils jugeront ce qui aurait été préférable à ce moment. De ma part aucun autre bulletin que celui de la FI sera dans l’urne. Merci à Jean-Luc Mélenchon d’avoir la force d’endurer tout la mesquinerie de ces provocateurs.

    3. 62.3

      jnsp

      Je crois que je me suis mal exprimé. Ce que je souhaitais c’était que Jean-Luc Mélenchon ne montre aucune volonté de partager quoique ce soit avec ces journalistes malveillants (même s’il s’agit d’un trait d’humour) parce que à mon avis ça donne l’image de quelqu’un qui fait partie du même monde qu’eux. Et, à mon avis, ce n’est pas comme ça qu’on convaincra les « dégoutés » d’aller voter pour la FI. Il ne s’agit donc en aucun cas de souhaiter qu’il soit agressif ou emporté.
      Par ailleurs j’espère que Jean-Luc Mélenchon a repéré la question apparemment pertinente qu’on lui a posé dans une émission, je ne me rappelle plus laquelle, où on lui a dit approximativement « puisque vous partirez une fois que la nouvelle constitution sera adoptée et que vous ne souhaitez pas diriger sa rédaction à quoi sert votre programme ? ». La réponse, à mon avis, avait été un peu flottante.

  3. 63

    PIETRON

    Chaque prestation médiatisée du représentant de la FI donne lieu à des attaques forcément uniques car les candidats médiatisés, connus et issus de « l’alternance » ou en posture, rien qu’en posture, ne représentent absolument aucun danger pour les privilégiés du PAF. Faut-il s’en étonner ? Le contraire m’inquiéterait. La différence réside dans l’ultra médiocrité de ces individus (les Ruquier, Cohen, Lapix, etc). Cette génération élevée au biberon du capital sans limites et sans véritable adversaire depuis une bonne trentaine d’années. Médiocres et bêtes car les écoles de journalisme version néo libérale conduisent version++ à cela.
    Jean-Luc Mélenchon quand il le faut est en droit de leur rentrer dans le chou car j’ai remarqué que l’adaptation entretenait leur stupidité et je pense que les gens, par ces temps du « raisonnable », où même l’humoriste n’est que comique (et encore), il y a besoin de réanimer le tac au tac. Comme Artaud (LO) l’a fait chez Ruquier. Comme Marchais le faisait en d’autres temps.

  4. 64

    pichenette

    Oui nous sommes révulsés, prêts à bondir quand nous constatons et ce constamment, le mépris que notre société adresse aux plus vulnérables (dont la courbe est croissante), pas vulnérable un matin, à la rue le soir, sur un clic de souris parfois. « Indignez-vous » ! « Résistez » ce sont des consignes de vie, de vie digne sinon c’est de la survie ou du reniement. Entendre E. Valls parler… « c’est assez mignon », il a tellement montré sa douceur, son empathie, sa rigueur politique confirmée par « je ne parrainerai pas B Hamon », tendresse fraternelle. Monsieur Mélenchon reste clair, lucide, engagé pour l’intérêt général, fait montre à chaque occasion de véritable empathie, soutien réel de proximité amicale lors de luttes dans les entreprises. Sa campagne n’est pas une falsification, celle qui déshonore les élites, mais la voie à prendre pour que chacun retrouve sa place. Tous à la Bastille pour la VI° !

  5. 65

    AF30

    Ce qui s’est passé hier sur la 5 est un cas qu’il faudrait étudier en milieu scolaire. C’est un cas chimiquement pur de la haine qui peut se manifester contre un candidat qui ne sied pas à une certaine aristocratie médiatique. Bien évidemment tout cela se fait avec le sourire et la voix posée mais avec une détermination d’autant plus grande. Il n’y a point le soucis de permettre au candidat d’exprimer ou de préciser ses propositions. Tout cela leur importe peu. Taper et taper encore pour démolir. Et même quand on en vient à parler de la candidate du FN, on s’en sert comme d’un miroir tendu à Jean Luc Mélenchon. Le sous-entendu est la règle des hypocrites qui n’osent pas assumer leurs idées. Jean Luc Mélenchon n’a pas failli et est resté là où tout ceux-là ne peuvent pas accéder.

  6. 66

    jcv

    Le bashing médiatique couplé au siphonnage généralisé de nos thèmes de campagne ont porté indubitablement leurs fruits. J’entends effectivement beaucoup plus de « Mélenchon ceci, Mélenchon cela ». Le programme est également peu connu. C’est comme ça, il fallait s’y attendre. Mais je pense que tout va se jouer dans les derniers jours. Le 18 mars sera crucial, le débat aussi. Nous construisons une force d’avenir, soyons patients et opiniâtres. A part le coup de colère légitime mais très mal senti contre Cohn Bendit, Jean-Luc Mélenchon fait une campagne exceptionnelle. Ca va payer.

  7. 67

    gege

    Que ne fait-elle pas faire cette hypocrisie telle que nous avons pu le constater encore hier soir qui ressemblait à un spectacle bien préparé à l’avance pour jouer ensuite les vierges effarouchées. Comment peut-on accepter ceci et faire mine de demander à Jean-Luc de faire preuve de modération ? Une fois de plus il a eu raison de remercier les auteurs pour la comédie. Les yeux commencent à s’ouvrir parmi les téléspectateurs. Leur peur de l’avenir enclenche la haine dans leur inquiétude.

  8. 68

    kontarkosz

    Ne changez rien Mr Mélenchon, gardez en vous cette capacité de révolte, cette capacité d’indignation nécessaire. Le discours émollient et cotonneux ne vous sied pas, la soif de justice sociale est souvent bruyante, elle met à mal les satisfaits, les rassasiés, les repus du système que sont les journalistes, vous avez tout mon soutien concernant la forme que vos mots empruntent pour convaincre nos compatriotes.

  9. 69

    maguy

    Monsieur Melenchon, je salue votre courage et votre opiniâtreté, face à ces journalistes de parade. Merci pour votre dévouement à notre cause et surtout ne changez rien, votre colère est juste et nécessaire. Après de telles émissions, vous devez en sortir éreinté, prenez soin de vous malgré tout. […]

  10. 70

    Fred

    Je pense que Jean-Luc n’est pas un dupe. En allant dans ce genre d »émissions, il sait où il met les pieds. Ces gogoleries de la télévision publique où l’on y rit de tout et de Ttous sauf de leur personne imbue et sans intérêt. Tout y est prétexte a rire et sourire, même d’un femme ou d’un homme politique que l’on invite pour qu’il parle de son programme (enfin je pense). Et bien non ! C’est rigolade, traquenard, hypocrisie. Une bande d’adulescents et d’adulescentes qui ne prenne rien au sérieux, à part leur propre personne. Essayez de retrouver le passage de Mr Poutou (NPA) chez Ruquier. Humiliation a était sa soirée. Je ne suis pas du tout certain qu’ils et elles agiraient de la même manière avec mm Le Pen. Ruquier qui pendant des années et sans que cela le choque a laissé la parole et du temps d’antenne a Zemmour ce grand démocrate, comme nous le savons tous ! Le problème est que cela se déroule sur des chaînes publiques.

  11. 71

    Donato DI CESARE

    Après le visionnage de « C à vous » je met la note de 20/20 à Jean-Luc Mélenchon. Surtout, ne changeons rien et continuons de taper sur la tête du clou, nous finirons par l’enfoncer complètement. Merci à la FI, à toute l’équipe pour cet énorme travail et à Jean-Luc qui est le meilleur porte-parole qui nous a été donné.

  12. 72

    j.lou

    Merci à l’émission « C à vous » de nous montrer un homme indigné face à l’injustice, d’où qu’elle vienne. C’est cet homme que nous voulons voir président de notre république. C’est sa part d’humanité qui nous fait dire que c’est lui que nous voulons. Cet homme s’appelle Jean-Luc Mélenchon.

  13. 73

    l'ami

    La colère de m. Mélenchon à mon sens est justifiée. Moi même devant mon poste, souvent je me mets en colère contre ce que je trouve injuste, inadmissible et révoltant pour mes semblables. Pour moi c’est plutôt sain, c’est une réaction naturelle contre une situation qu’on trouve insupportable. C’est à la fois un acte de résistance contre des changements qui dégradent nos conditions de vie et un acte de révolte contre un système qui marche à l’envers. Le jour où l’on ne se mettra plus en colère signifiera que l’on est indifferent, anesthésié à ce qui nous entoure et signera notre résignation. Pour autant je comprends ceux qui disent que ça lui porte préjudice à l’heure où l’image est si importante. Les gens ne s’arrêtent souvent que sur la forme « l’homme en colère » mais s’ils sont tenté d’écouter le fond, ils verront que cette colère est légitime, justifiée et bienvenue, elle fédère nos indignités vers une révolution citoyenne. Il serait utile de rappeler aux gens d’essayer d’entendre !

    1. 73.1

      prnic

      la colère est toujours le signe d’une injustice. Il serait bon que les (indignés) des colères de Jean-Luc se posent donc le pourquoi, réfléchissent et méditent sur l’injustice qu’il vise.

  14. 74

    Jeannot

    Je viens de visualiser l’émission de C à vous d’hier, rien de nouveau chez les interrogateurs c’est à dire peu ou pas de travail. Nuire, ricaner, déformer, en un mot un rituel duquel en se regardant dans la glace, nu, chacun se sait médiocre. Savent ils « ces beaux du monde », que partout, si les travailleurs agissaient de la sorte c’est un remerciement qui les guette. Merci J. L. Mélenchon vous me donnez la pêche et redonnez un sens au mot colère. A samedi.

  15. 75

    Philalabastille

    C dans l’air siffle une bien vilaine rengaine à mes oreilles. Les comptables ne se mettront jamais à notre place au poste de travail, trop risqué. Ils pourraient pourtant y compter certes nos échecs mais aussi nos réussites. Merci donc à toutes les colères, mais aussi à tous ces formidables moments d’empathie qui ont fait l’homme qui se présente au nom de la France Insoumise. Nous sommes faits de cette même matière. Je vis avec une grande joie l’existence de cette campagne si belle et si rebelle. Nous serons de la marche samedi.

  16. 76

    Alain Doumenjou

    @Donato DI CESARE
    « Après le visionnage de « C à vous » je mets la note de 20/20 à Jean-Luc Mélenchon. »

    Entièrement d’accord avec cette remarque ! Certains ici se hasardent (avec je n’en doute pas les meilleures intentions du monde) à « conseiller » Jean-Luc en l’incitant à plus de modération pour les uns, à plus de pugnacité pour les autres. Il y a belle lurette que notre candidat a su trouver le dosage qui fait mouche en privilégiant le judo (puisque faute de répondre à des journalistes il doit se mesurer à des agents de propagande ayant pour mission de lui nuire autant qu’ils le peuvent) quitte à recourir exceptionnellement au karaté quand cela s’avère nécessaire. Il suffit de voir avec quelle maestria il a su, chez Ruquier, clouer le bec en deux temps trois mouvements et de façon radicale à la détestable Burgraff et inspirer hier une prudente modération au très fielleux P Cohen !
    Avoir la carrure d’un Président de la République c’est aussi çà !

  17. 77

    Jacques A.

    Il ne reste qu’un gros mois pour convertir les dégoûtés du vote afin de leur expliquer la force d’un bulletin. C’est le credo des insoumis que de convaincre. Notre plus gros ennemi sera l’appel au vote utile. La bataille sur internet est déjà gagnée, nous sommes 1er dans les rues et ce 18/03 en sera l’emblème. Il nous reste à gagner la bataille contre Attali. Oui Attali qui s’est enorgueilli sur un plateau télé d’avoir eu comme « poulains » les derniers présidents de la république et que ce sera encore le cas avec Macron. Son ami (ce sont ses mots) a d’ailleurs repris des pans entiers de son travail programmatique pour 2022. Et lorsqu’on lui dit que le FN peut gagner, il admet et lance le fameux « vote utile » que représente En Marche. Il aura aussi renouvelé sa gentillesse pour Jean-Luc avec sa comparaison nord-Coréenne. Nous aurons du mal sur le théâtre d’opération des médias. Les autres y sont chez eux et s’adressent à ceux qui votent tout le temps.

  18. 78

    teres

    Comme ils n’ont rien d’autre à vous reprocher, « C à vous  » cherche à vous abaisser. Mais sans votre caractère vous seriez aussi vulgaire qu’ils le sont et aussi tièdes qu’eux leur ego. Votre humour est plus agréable que tous ces merdiacrates que nous regardons que lorsque vous passez. Sans vous Lapix coulerait, et bien d’autres !

  19. 79

    Castagna

    Suite au passage chez Ruquier, je reste avec une question que beaucoup d’autres se posent et qui conditionne leur vote pour Jean-Luc. En cas de deuxième tour Macron / Le Pen, ce que je ne souhaite pas mais imaginons le pire, est ce que Jean-Luc appellera à voter Macron pour faire barrage au FN ? Les gens ont été trahis par Hollande et se sentiraient trahis par Jean-Luc s’il appelle à voter Macron. Jean-Luc n’est pas clair la dessus et je crains que beaucoup qui auraient voté pour lui risquent de s’abstenir dans ce cas. Pour ma part je ne voterai pas Macron même si Jean-Luc donne cette consigne mais je voterai quand même Jean-Luc au premier tour, néanmoins je sais que beaucoup d’autres s’abstiendront.

    1. 79.1

      Salabert

      Notre préoccupation doit être de faire élire Mr Mélenchon pour sa participation au deuxième tour. Vouloir répondre aux questions concertant un éventuel choix entre la peste et le choléra ne nous concerne pas, c’est, à mon avis, une façon de donner quitus à tous ceux qui nous parlent de vote utile alors que le seul vote utile est le vote Mélenchon. Nous ne faisons pas de la politique avec une boule de cristal et n’extrapolons pas sur les résultats à venir. Vouloir changer sa façon de voter au premier tour dans l’éventualité d’une prise de position hypothétique à l’éventuel deuxième tour me parait pour le moins une attitude curieuse et dénote pour le moins d’un manque de conviction flagrant en nos idées. Votons et faisons voter pour le programme de la FI et pour le reste, basta !

    2. 79.2

      prnic

      Non ! Pas question de s’abstenir au second tour. Restons cohérents. Si Jean-Luc Mélenchon n’y est pas, votons contre les deux restants en lice, votons blanc ! Et soyons ainsi la majorité du peuple à refuser peste et cholera. Ce sera le seul moyen que nous aurons pour exprimer notre refus de tous les « moindres maux » que cette obsolète 5ème (république) nous aura fait avaler !

    3. 79.3

      marcel

      Combattre l’argent Roi n’est pas simple. Jean-Luc s’en sort formidablement bien. On peut remarquer que dans ce combat les animateurs-journalistes des émissions dites du service-public sont particulièrement agressifs contre nous. C’est dur mais c’est bon signe. Complètement sourds au malheur de notre peuple cela commence à s’entendre. Comme disaient Aragon « il y a des silences assourdissants ». A samedi !

    4. 79.4

      gerlub

      Le mieux est que Jean-Luc Mélenchon soit au second tour. Et c’est possible ! Et la réponse à la question sera évidente. Il faut rester mobilisé et faire de notre mieux. Par ailleurs, très franchement, quel que soit l’éventuel « mot d’ordre » de Jean-Luc Mélenchon si par malheur il n’était pas au second tour, pensez-vous franchement qu’il pourra imposer quoique ce soit ? On a déjà donné, certains en 2002 et moi en 2012. Un supposé moindre mal est un mal quand même !

  20. 80

    marco polo

    Que dire après ce déluge permanent de la classe médiatique contre la France insoumise. Militant syndical on me disait que lorsqu’un patron te félicitait, il fallait se demander quelle bêtise on avait commise !
    Le 18 mars est la réponse à donner, malheureusement je ne peux pas y être, impossible physiquement pour moi, j’y serai via internet et d’un bout à l’autre de la retransmission !

Les commentaires sont fermés.

©2015/2017 Jean-Luc Mélenchon / V5 / Design INFO Service | Contact | Mentions légales