Le mois dernier, ce blog a reçu 372 806 visites

621 commentaires


  1. René

    L’ennemi n’est pas le FN. L’ennemi de toujours est le pouvoir de l’argent. Ne nous trompons pas de combat. Depuis des années ont fait la pub du FN jour après jour. Stop.
    Le FN se nourrit de vos discours. Même des votre M.Melenchon. Stop.

  2. Michel

    Je ne réitérerai pas le coup de 2002. Cette année là, j’ai voté à droite pour le première fois. Depuis, j’ai juré que ce serait la dernière. Hors de question que je leur donne ma voix. Quant au PS, il est directement responsable de la montée du FN, il doit assumer sa déroute. Si les gens veulent faire l’expérience du Front National, qu’ils la fassent. Moi je ne les empêcherai pas. C’est peut-être un mal nécessaire.

  3. drouin

    Triste. Je reste droit dans mes bottes…

  4. PERRIN

    J’avais jusqu’à présent décidé de ne pas voter au second tour pour choisir entre la droite et l’extrême droite. « On ne m’y reprendrais plus« . Me voilà aujourd’hui devant cette alternative. Même écœuré de ce chantage faussement républicain, je ne peux me résoudre à laisser advenir le pire. Je voterai donc pour le candidat « les Républicains ».

    1. Denis F

      Le pire qu’en savez-vous ? Cela fait 32 ans que c’est le pire… C’est avec la constance que vous affichez aussi gaillardement que la république part en quenouille. En êtes vous conscient ? Je crois que non ! Hélas…

  5. Pascale

    Pour la 1ère fois en 2012, nous avons fait campagne pour la Présidentielle et il faut dire que nous n’étions pas de trop. Nous avons découvert que les militants actifs avignonnais étaient peu nombreux sur les marchés ou lors des collages. Nous avons été heureux dans cette campagne, mon mari et moi en non encartés. Un moment de grand enthousiasme. Puis l’élection de Hollande. Le soir de l’élection, aucun sentiment de joie, aucune impression d’avoir gagné bien que nous ayons fait les marchés dans l’entre 2 tous. La manif contre le MES et le TSCG sans grand espoir suivie de la ratification. C’était plié. Politique néolibérale. Ce fut même pire que ce que nous redoutions. Depuis, nous ne votons plus. De trahison en trahison, tellement de révolte, de colère. Une alliance avec EELV ou avec le PCF ne ressemble pour nous qu’à de la cuisine électorale. Le PCF est un parti mort, sans militant ni idée. Concernant EELV le principal problème est la vision de l’UE. Après ce qui s’est passé en Grèce l’UE est notre ennemi. La changer de l’intérieur nous semble un leurre. Quelle solution ?

  6. shaunlemouton

    Cher Jean-Luc,
    Malheureusement pour vous vous avez une responsabilité immense au lendemain de cette élection. Car vous êtes le seul à rester hors de cette nasse nauséabonde qu’est devenue la politique nationale.
    J’ai été candidat, j’ai perdu le feu un peu avant les attentats en constatant que les logiques d’appareil, même à gauche, débordaient toute pureté démocratique. Et que quelle soit soit l’énergie déployée cela jouerait à la marge de quelques points. Je ne sais pas que faire aujourd’hui, il n’y a pas de perspectives. Ce que je sais avec certitude en revanche, c’est que rien ne doit lier les forces de gauche de près ou de loin au PS qui gouverne ce paye. C’est parfois cruel pour des directions régionales parfois réellement de gauche. Mais nous avons tout a perdre, pour quelques pauvres sièges. Laissons nos anciens camarades communistes prendre leurs sièges chauds et rompons une fois pour toute avec eux qui pensent stratégie avant de penser gauche. Et agissons hors de la politique, par des actions de rue, des votations citoyennes, des banquets. Les partis sont morts et les citoyens sont démobilisés. La seule solution est de préparer une candidature de la société civile en 2017 et de réanimer le peuple, non par des manifestations mais par des actions communes, collectives, républicaines. Le peuple de gauche vous suivra dans cela. Plus dans les discussions avec des partenaires changeants.
    Vous êtes un grand homme, vous avez une vision. Parlez, votre voix est…

  7. Gryphe

    Dans le Nord, comme dans le Midi, ex-bastions socialistes, la gauche sera totalement absente des urnes, dimanche prochain. Voilà où mène la politique des sociaux-libéraux qui ont pris le PS en otage.
    Quant au Font de gauche, il s’est délibérément sabordé par une totale absence de stratégie et par le retour aux sordides petits calculs d’appareils (l’une entraînant l’autre, et réciproquement). Dans la région de Rhône-Alpes-Auvergne (où je suis électeur), il a même réussi le tour de force de présenter deux listes concurrentes, l’une et l’autre estampillées Front de gauche ! On le doit, d’après ce que j’ai cru comprendre, aux féodaux du PCF. Mais ce n’est pas tout : inscrit sur la liste du comité de soutien du « rassemblement » (EELV+PG+Ensemble), je n’ai pas reçu le moindre message pendant toute la campagne.
    Messieurs-dames les aparatchiks, on va apprendre à faire sans vous, puisque vous avez si peu d’intérêt pour nous et pour notre combat commun.
    Bon, ne désespérons pas. Croyons, comme nous y invite Jean-Luc Mélenchon, que le printemps finira par venir. D’ailleurs, dans mon coin perdu des Cévennes, à Peyremale, minuscule village de la vallée de la Cèze, la liste Font de gauche, conduite par G. Onesta, est arrivée en tête, devançant allègrement la liste PS, dix points devant le FN ! Je suis fier de mes voisins cévenols.
    Salut et Fraternité

  8. maya

    Moi dimanche prochain en PACA , je voterai blanc avec un morceau de pq et j’invite à faire de même tous ceux qui ont encore une conviction de vraie gauche ! Le Pen – Estrosi bonnet blanc-blanc bonnet !

    1. shaunlemouton

      Vous avez « de la chance » quelque part. Chez vous le choix est simple. Je lancerais une entreprise je choisirais déménageur je crois… Bon courage à vous!

    2. Nico

      Avec un PQ, c’est pas un vote blanc, c’est vote nul

    3. françois plet

      Attention, le vote avec du PQ ne sera pas comptabilisé ! Il faut soit papier blanc soit enveloppe vide. A noter qu’en Pays de Loire, où le PC a fait capoter la liste FdG sur ND des Landes d’une part, sur sa volonté affirmée d’union avec le PS au 2ème tour, il a fait 3,3 %, les votes blancs, dont il est aisé de voir de qui ils proviennent, 2,97 %. Au Mans, vieille ville ouvrière, il a fait 4,4 %, les votes blancs 6,6 % (à rapprocher en additionnant le tout des un peu moins de 10 % obtenus par la liste FdG aux municipales).

    4. Dussutour Fredd

      Le pq c’est pas très classe et peu parlant, pour ma part, en Aquitaine-sin-tou-rente je mettrai à nouveau le bulletin FdG du 1er tour pour leur montrer que désormais il ne fallait plus compter sur nous.

    5. POINT VIVIAN

      Et moi qui suis également en Paca, je voterai Estrosi parce que le plus terrible c’est que le FN au pouvoir est capable de montrer qu’il est capable de gérer une collectivité. Ils ont deux ans pour en faire la démonstration en supprimant ici et là des subventions sans que cela ne fasse l’objet d’une forte contestation.
      Voir Marion Le Pen faire la gueule si elle perd sera une satisfaction. Arrêtons aussi de dire que le PS, la droite et le reste c’est la même chose car c’est faux. A ce petit jeu, on s’enferme, on s’isole et on laisse au pouvoir l’extrême droite. Je compte sur l’esprit de responsabilité des militants pour appeler au rassemblement à gauche et au vote contre l’extrême droite car nous n’avons pas le droit de fuir nos responsabilités ! Imaginez un seul instant que la FN aux affaires fera éclater la bulle se trompent car ils sont en capacité de rester longtemps au pouvoir !

  9. dedalus

    Ainsi, après 3 ans d’une stratégie visant à s’en prendre à un gouvernement pas assez de gauche avec l’espoir de siphonner le PS de son électorat, le PS obtient 23% et le FdG 4%… et vous restez silencieux.
    Ainsi, le peuple français a voté à plus de 60% pour des listes de droite ou d’extrême-droite, et si le PS n’est plus dans la gauche nous voilà en présence d’une France qui serait à 85% à droite… et vous restez silencieux.
    Ainsi, le FN dont je me souviens que vous aviez annoncé faire votre affaire récolte dans les urnes un score de près de 30% tandis que le FdG n’atteint pas les 5%… et vous restez silencieux.
    Vous restez silencieux et vous écrivez un petit billet pour dire que vous ne prendrez la parole que mercredi, après que les stratégies politiques de second tour auront été fixées, comme si vous préfèreriez fuir vos propres responsabilités, comme si vous vous en laviez les mains, comme si un score aussi ridicule (4% !) après 3 ans à nous expliquer que les Français réclamaient plus de gauche ça ne vous concernait pas.
    Il serait peut-être temps de reconnaître que vous avez (dramatiquement) fait fausse-route, que nous avons le gouvernement le plus de gauche possible compte-tenu de l’état (droitier) de l’opinion française, qu’il n’était démocratiquement pas soutenable d’aller au-delà, que la gauche a depuis bien trop longtemps désormais perdu l’oreille du peuple et que c’est, malheureusement, Hollande qui, l’ayant compris, a eu…

  10. killevan

    Douleur, stupeur, colère. Voilà le résultat de l’implosion du FdG lors des élections municipales de 2014. Nous payons très cher la stupidité de l’allégeance du PCF au PS. Pour ma part je n’irais pas voté au second tour en Auvergne Rhône-Alpes. Mais comment pouvait-il en être autrement, lorsque nos gauchistes gouvernementaux font reculer l’âge de la retraite de deux ans, que les complémentaires prennent le pas en la faisant reculer de trois autres années, que les retraites sont bloquées depuis des années, l’augmentation du chômage, la docilité du pouvoir envers les allemands, etc. Sincèrement, ras le bol.

  11. RODRIGUEZ

    Tu dis « pauvre pays« .
    Mon père, anarchiste anti franquiste espagnol, FTPMOI dans le grand sud de Maréchal/Le Pen, puis capitaine FFI à la demande de De Gaulle de fusion des groupes de résistants, (ce même De Gaulle qui lui refusa plus tard la nationalité française), disait très souvent « Pauvre France, que fais-tu à tes enfants ? » Je pense à lui, aujourd’hui avec tristesse et colère. Cette « pauvre France » n’a aucune mémoire. Elle oublie qu’Hitler et Mussolini sont arrivés aux manettes de la destruction de l’humain par les urnes. Et nos édiles de droite et de gôche qui ont élevé, par basse manoeuvre politicienne, les 3 pittbulls « Le Pen » et leurs chiots, sont surpris de se faire mordre aujourd’hui ! On rêve, ou plutôt on cauchemarde ! Il faut vraiment inventer autre chose, une vraie gauche révolutionnaire. Mais tu as raison, pour l’heure, il ne convient plus de se disputer, on verra cela à partir de dimanche prochain si de la dispute constructive sortira un projet qui relève la France et ses fils !

  12. Eeleria

    Au-delà de la colère et des analyses bas de gamme, il est temps que, nous autres citoyens, reprenions la main sur le débat politique. Sommes-nous prêts à quelques années de disette électorale pour tout revoir, reconstruire et faire ce travail de fond dont nous avons besoin à gauche ? Sommes-nous prêt à renverser la table pour laisser place à la nouvelle génération ? Si nous faisions nôtre la belle formule de Daniel Bensaïd : Inventer l’inconnu ? Pas simple certes mais ô combien enthousiasmante.

  13. Kroutoi

    Bonjour Mr Mélenchon
    Le péril FN vous connaissez ! Mais le péril PS ça vous dit quelque chose ? Faut-il faire la liste de tous les maux que nous leur devons ? Avez-vous un petit pincement au coeur à l’idée que ce parti disparaisse ? Que chacun sache dans quel camps il est ma paraît primordial pour que la confiance règne aussi tout appel au rassemblement, tout intervention en faveur de fusions de listes sont une insulte aux gens de convictions. Mais je sais bien que les intérêts sont plus forts que les idées c’est d’ailleurs comme cela que fonctionne le monde aujourd’hui. Nous ne voterons pas pour des listes communes.
    Bonsoir

  14. lebeau denis

    Il ne faut pas céder au chantage du PS, responsable entre autres, de cette situation ! J’ai voté une seule fois à droite, en 2002, au 2eme tour. Plus jamais je recommencerai. Et je ne voterai pas pour le PS, qui a trahi la gauche. Comme l’alternative à gauche n’existe plus pour le 2eme tour de cette élection, il ne me reste que l’abstention. Les français préfèrent l’extrême-droite à la vraie gauche, c’est un fait et c’est désespérant. Le système est à bout de souffle mais nos « élites » s’en contentent et en profitent. Mais pour combien de temps ?

  15. Jéjé

    Bien que je n’aie pas fait campagne, j’ai parlé autour de moi de ces élections, et la réponse la plus souvent entendue fut dans la ligne de : « voter ne sert plus à rien« . Même les 2 ou 3 personnes qui m’ont affirmé vouloir voter FN, ne pensaient pas qu’une victoire FN changerait quelque chose, et que les élus FN aussi ignoreraient les besoins des gens, mais que ça enverrait « un signal » à divers groupes ouvertement stigmatisés : « musulmans », « racaille de banlieue », « fraudeurs ».
    Pour l’avenir, il me semble utile de rappeler dès maintenant que le premier parti de France n’est pas le FN, ce sont les abstentionnistes. Il faut aussi nous demander pourquoi notre message est inaudible sans s’arrêter à nos griefs légitimes contre les médias qui nous ont occultés. Nous revendiquons 100,000 membres pour le M6R, mais combien sont vraiment impliqués ? Viennent-elles et ils de toute la société française, ou seulement de petits cercles qui fonctionnent en vase clos dans une société plus que jamais morcelée ?
    Et enfin, la question qui compte plus que tout : les forces qui nous imposent les régressions qu’on sait vont bien au-delà du Gouvernement, de l’UE et de la BCE, qui ne sont que des relais obéissants. Le capitalisme financiarisé et la mondialisation sont les forces qui font qu’une politique de gauche comme la nôtre peut être sabordée par le biais de l’évasion fiscale et de l’étranglement du crédit. Des forces dont le rapport nous est éminemment défavorable.

  16. rodfab

    Bonjour.
    Il m’est d’avis qu’il faut laisser les gens choisir leur option. Il y a trop d’avis différent dans nos rangs pour donner une consigne. Pour ma part je pense que faire liste commune avec le PS, même sous condition d’autonomie, camoufle, cache, dessert le message du renversement du système oligarchique. Le FN à beau avoir des cumulards, des délinquants, d’être contre les mesures sociales de base (smic, ivg etc.) il a réussi à se faire passer pour le « renverseur » de table qu’il n’est pas. C’est l’espoir qu’il suscite de passer à autre chose qui lui permet ce tour de force de faire passer leurs turpitudes au second plan (et les médias et le manque d’éduc pop etc.)
    Nous aussi nous devons montrer que nous ne voulons pas juste la pousser cette table, mais bien lui mettre les quatre fers en l’air en donnant le gout d’un nouveau futur. Il y a tant de super personnes chez nous pour y arriver.
    « Les deux oiseaux » de sciences po Lille vous saluent bien.

  17. GaM

    Je n’irai pas voter en Rhône Alpes où le Front de gauche a vraiment gâché une chance si l’on voit le cumul des points de chacune de ses listes… divisées !
    Oui bien triste de ne rien voir venir d’autre à l’horizon que le fascisme et la barbarie, ou le cynisme le plus bête (n’oublions pas les libéraux tout de même), le calcul le plus étroit. La catastrophe n’est plus à venir, maintenant ça y est, nous y sommes.

  18. Glières

    Puisque tu nous le demandes !
    Je voterai blanc dimanche prochain. Plus jamais je n’encouragerai la clique politique qui nous mène à la catastrophe depuis des décennies. Le système sous tous ses abords, notamment politique, est archiverrouillé. Seule une explosion sociale le fera sauter. Qui ou quoi en sera le moteur, le déclencheur, le suiveur, le profiteur ? Je n’en sais rien. J’aimerais que ce toi bien sûr mais je n’y crois plus vraiment.
    Tes prises de position sur l’Europe sont trop ambigües et sans renier tes valeurs, mais au contraire à cause d’elles, il serait temps de te positionner comme le seul homme d’état républicain à vouloir renverser le régime monarchique auquel nous sommes revenus et à promouvoir une nouvelle constitution écrite par le peuple. C’est à 2017 que je pense bien entendu. Mais il est peut être déjà trop tard. Ton dernier soutien à Pierre Laurent est contreproductif. Il faut sortir du piège du parti communiste et de ses tambouilles. Le Front de gauche est mort depuis les municipales. Les partis, au-delà des illusions, ne t’apporteront que des déceptions. C’est au peuple qu’il faut t’adresser en lui apprenant son histoire et en lui en enseignant que son salut viendra de son insurrection pacifique par le moyen de la grève générale. Celui qui se sera positionné sur ces thèmes sera le mieux placé pour prendre la tête du soulèvement populaire quand il se produira.
    Quant à une intervention sur la suite à donner à ce premier tour des…

  19. harpo

    Moi dans le nord, je n’irais pas voter, je n’approuve pas le retrait du PS qui va laisser ses électeurs sans représentant à l’assemblée régionale.

  20. Yanka

    Moi, hier, dans le Grand-Est, j’ai voté pour Saint-Nicolas et je voterai encore pour lui dimanche prochain !

Les commentaires sont fermés.

©2015/2018 Jean-Luc Mélenchon / V5 / Design INFO Service | Contact | Mentions légales