Le mois dernier, ce blog a reçu 372 806 visites

621 commentaires


  1. santana

    Je pense qu’il faut revenir sur le fond, la casse du régime juridique du droit du travail (qui constitue la référence pour beaucoup d’électeurs, entre le fort et le faible, la loi protège) qui jusqu’à il y a peu 2004 (loi Fillon) puis accord national interprofessionnel on vidé le principe de faveur de sa substance. Désormais, au niveau de l’entreprise « l’accord collectif négocié avec le pistolet sur la tempe l’emporte sur le contrat et la loi ». L’ensemble de la politique économique et sociale du gouvernement est la cause de ce qui nous arrive. Les attentats sont venus rajouter une couche à l’insécurité économique créée de toute pièce par les gouvernements UMP puis PS solférino. Les « frondeurs » n’ont pas osé être cohérents, pour quitter un parti qui n’a de gauche que la maladresse délibérée de vouloir mener une politique de l’offre donc de droite.

  2. Jean Claude Divet

    Bonjour Jean Luc mélenchon. J’ai été choqué comme beaucoup par l’ampleur du désastre. Si une politique autre avait été mis en place, nous n’en serions pas là. Alors, faire encore une fois barrage au FN, je ne suis pas d’accord. Il faudrait que les fautifs de cette situation (droite et PS) assument les conséquences de leur politique menée. Faire des fusions de listes c’est une vraie mascarade que je refuse de cautionner. Personnellement je voterais blanc dimanche car il faut en finir avec ses alliances contre nature. Ça fait rire qu’à chaque fois c’est la même chose. Ce n’est pas sérieux. Pas étonnant le taux d’abstention. Ras le bol.

  3. Yohann Vioujard

    Jean Luc, je sais très bien que vous ne condamnerez pas demain le choix d’Eric Coquerel par esprit de parti (pour ne pas dire tout simplement de solidarité car il est bien difficile de lutter tout seul et nous devons nous soutenir tous malgré nos divergences) néanmoins il serait bienvenu que vous émettiez des réserves car, voyez vous, il va être très difficile pour les militants d’île de France de convaincre une population anti-PS que nous n’avons rien à voir avec. Imaginez dorénavant ce que cela va être pour nous les provinciaux qui devrons assumer sur les marchés les explications de Coquerel sur la différence entre fusion technique et fusion programmatique. Je vous en prie, on va droit au suicide.

  4. FREY

    Bonsoir Jean-Luc,
    Je viens de voir les têtes réjouies de Bartolone, Dufflot, Cosse et Laurent. Comment avons-nous pu nous associer avec ces gens qui nous phagocitent et n’ont cessé de nous trahir ? Et qui de plus, se moquent de la conjoncture comme de l’an 40 ! Nos propositions sont le pur bon sens et il ne faut en aucun cas les brader dans des alliances politiciennes. Nous devons affirmer et réaffirmer notre particularité de façon implacable et pédagogique car sinon nous allons disparaître. Non à la fusion.

  5. santana

    Comment comprendre un fait. La société civile s’est sentie abandonnée par le « pacte » (mot à la mode) communautaire qu’ont imposé les revendications communautaristes (sur les lieux du travail, à l’école) et auxquelles les entreprises (publiques et privées) les institutions hospitalières,ont cédé en faisant valoir la tolérance comme principe en abandonnant la laïcité. La parti Front National s’est emparé de ce thème pour se présenter comme le défenseur des valeurs. Une supercherie de plus. Les électeurs n’ont pas perçu que Islamistes et intégristes de tout poil (contre le mariage pour tous, ils étaient alliés objectifs) sont avec le FN les 2 faces d’une même pièce.

  6. Vassard Christian

    Bonjour,
    En aucune façon, le PS n’est la solution. Aujourd’hui, il est même le problème principal de la gauche. Fusionner serait une erreur monumentale. Quel est le sens et la cohérence de la dénonciation de la politique Hollande-Valls, si au second tour, on rejoint les socialistes, qui appliquent en France une politique réactionnaire comme on n’a pas vu depuis longtemps et qui sont profondément anti-écologiques ? Auriez-vous aussi l’idée de fusionner avec les Républicains, tant qu’on y est ? C’est absolument insupportable pour l’électeur et le citoyen que je suis. Il est clair que je ne voterai en aucune façon pour le PS, qu’il soit ou non accompagné de formations du Front de gauche. Les temps certes sont difficiles, mais il faut garder le cap dans l’action, même et surtout en pleine tempête, sans céder à l’odieux chantage au Front National, qui est maintenant l’ultime argument que le PS nous présente pour capturer nos voix et ne pas en tenir compte comme en 2012.

  7. Denis F

    Je lis encore et toujours le Front de gauche, ceci cela, mais ce front est mort depuis bien longtemps maintenant, il est très dangereux de faire croire à des illusions, et vous le faites monsieur Mélenchon, depuis trop longtemps. Vous avez une grande part de responsabilité dans ce qui arrive à la France aujourd’hui, monsieur Mélenchon, ne vous en cachez pas s’il vous plaît !

  8. Guillaume

    Camarade Jean-Luc,
    Il faut absolument désavouer Danielle Simonnet et Eric Coquerel. Tant qu’on y est, on devrait peut-être prendre une carte au PS et rejoindre les frondeurs. C’est tellement efficace.
    Je lis plein de choses sur l’échec du FdG mais surtout des conneries. Ceux qui continuent à voter PS continueront à le faire tant que le PS est là. Le PS a déjà fait tant de mal et démontré qu’il était devenu un parti de droite que je ne vois comment on pourrait les convaincre de voter pour la gauche, nous. Les autres ne vont plus voter. Ils n’ont pas envie de voter pour nous puisqu’on continue à travers le PCF et maintenant le PG de s’allier avec le PS. Il faut faire un choix, soit on est avec le PS et sa politique de droite, soit on est de gauche et alors il faut rompre totalement et définitivement avec le PS. Quand on est entre les deux, on est nul part.
    Simmonet et Coquerel ont fait leur choix, personnellement je ne pourrai pas les suivre. Ce sera le cœur lourd mais s’il le faut, je redeviendrai un électeur de gauche en quête de la solution qui pourra faire gagner les idées de gauche. Il n’est pas trop tard Jean-Luc pour sauver le PG et surtout ta candidature pour 2017. Le FdG, il est déjà mort!

  9. Noëlle NM

    Selon l’organe du PS, l’insipide Libération « La candidate EELV Sandrine Bélier, qui a obtenu 6,7% des voix au premier tour, a appelé mardi à voter pour la liste Richert, de même que … le Parti de gauche… ». J’espère que c’est une fausse information qui va être très vite démentie !

  10. Arnaud D d'Alsace

    Camarade ne propose pas de voter pour le PS ni pour l’UMP sinon tu tueras toute crédibilité à notre combat.

  11. Provini Christian

    Il est temps que Jean-Luc Mélenchon se sépare de ceux qui le trahissent et s’adresse directement au peuple. Avec les jeunes qui se sont majoritairement abstenus dimanche, nous retrouverons la dynamique de 2012.
    Que Jean-Luc Mélenchon suive sa route sans hésitation, il sera soutenu massivement car ses propositions sont claires et mobilisatrices.

  12. chan

    Le FN aurait dû être interdit il y a 35 ans, quand il était dans l’oeuf. Avec ses scores il va attirer tous les opportunistes, carriéristes et chez les malheureux les Lacombe Lucien, jusqu’à ce que leur imposture soit démasquée, mais dans combien de temps ?
    On a voté national et non sur les bilans et les programmes régionaux. En Bretagne si le FdG et les Verts avaient fait liste commune, ils seraient à 10% avec le droit de l’ouvrir. Ici le PS n’est pas en danger, et pas question de voter pour les hollandistes pro Fdsea, aéroport inutile, assignations à domicile des vrais écologistes et économie Macron. Donc, vote blanc.

    1. Adrien

      N’oublions que le 17 avril 1997, JL Mélenchon avait demandé l’interdiction du FN ! Toujours aussi visionnaire et tellement juste dans ses analyses qu’il dérange trop le système.
      Moi au deuxième tour même avec l’alliance au PS ce sera le bulletin nul à l’effigie du logo FdG dans l’enveloppe. Les médias préfèrent mettre en exergue comme alternative Dupont-Aignan le canada-dry FN qui fait moins de 5 % nationalement, que le FdG qui est à plus de 12 %. Tout est dit. Les médias gardent bien la maison du maître.

  13. Francois Wicker

    J’espère que le « vote utile » va enfin sortir du langage politique. Il n’est plus possible de voter pour des gens qui se servent du FN pour sauver leur strapontin après avoir mené une politique minable. Moi je voterai dimanche prochain avec mon bulletin « je ne vote pas aux primaires de la droite ». Et sans regret, même si le FN passe. Il est temps que les dirigeants politiques assument leur actes. Ce n’est pas à nous de les rattraper systématiquement.

  14. MarieMP

    Il faut dire une fois pour toute que, sous le prétexte de faire barrage au FN, on a ouvert grand les vannes à ceux qui font du FN sans en porter le nom, et, dans un mouvement d’entraînement quasi-mécanique, au vote FN proprement dit. En conséquence, il est impératif de ne faire aucun appel au vote, mais, comme vous l’avez fait au premier tour, de dire ce que vous comptez faire, vous, et pourquoi. Car, tout en refusant de tomber dans le piège du barrage au FN, et tout en étant lucide sur la politique du gouvernement, on peut avoir l’intention de voter PS, quand on le peut, évidemment. En effet, aussi ténue que soit devenue la différence entre le PS de gouvernement et la droite, elle subsiste (subsistance que prônait il fut un temps le résistant Charles Palant au micro de Mermet), ne serait-ce qu’au niveau local. Qui sait si ne se cache pas dans les rangs du PS (ou si n’y sont pas arrivés par fusion) quelques personnes de la gauche de gauche, qui pourrait jouer le rôle de whistle blower, à défaut d’autre chose. En dehors des configurations où un vote de gauche est possible (avec ou sans investiture PS) alors là oui c’est bonnet blanc et blanc bonnet, et cela peut aussi être la couleur du bulletin mis dans l’enveloppe.

    1. sandre08

      Masseret fait de la résistance dans le grand-est sous l’étiquette DG, le FdG, le PC, les verts lui apportent-ils leur soutien ? Pour les écolos, c’est le ralliement à Valls ! Comment-être crédible ?

  15. Céline

    Seules la clarté et la cohérence doivent être de mises. Voter utile, c’est voter pour ceux qui ont engendré la défiance envers la vie politique, ceux qui permis au FN d’obtenir de tels scores ? Plus personne ne croit au vote utile. Plus personne ne refera l’erreur de 2002, surtout pas ceux à qui on a volé le vote après celui de 2005.
    Le Front de gauche doit être plus audible, plus lisible pour gagner en crédibilité et pour donner envie et confiance. Le réenchantement de 2012 est possible, mais du travail de terrain nous attend pour aller à la reconquête des idées et des principes.

  16. Pascale Pérez de Arce

    Bonsoir.
    Je sais, vous allez parler demain, mais, pour le 2e tour, je m’interroge. J’étais décidée à ne pas voter Bartolone, qui représente ce que je déteste, un cumulard magouilleur sans conviction (moins pire que Valls, Hollande ou leur équipe, OK, mais faire pire est difficile). Cela dit, j’ai lu dans Le Monde que le Front de gauche aurait, au conseil régional, si le PS a suffisamment de voix, 20 personnes « en position éligible ». Avoir 20 Front de gauche au conseil régional, qui nous avertiront des coups tordus que le PS façon Valls-Hollande ne manquera pas de faire à toutes les occasions, me semble préférable à une absence totale de représentation, même si avertir ne servira à rien, la tactique de Hollande étant d’abandonner la gauche et de piquer à Sarko des voix au centre, afin d’affronter M. Le Pen, en faisant le pari que 50% des gens voteront pour lui pour éviter ce fléau. Donc, revenons à nos moutons. Si vous confirmez que le Front de gauche peut avoir 20 élus, je vote (hélas) Bartolone. Sinon, je colle un magnifique PS barré avec un commentaire sur la casse du droit du travail et la politique militariste et sottement sécuritaire. Bon, après, c’est vrai aussi que j’ai lu que Pécresse a collé sur sa liste des gens de la manif pour tous et qu’il me semble sain d’empêcher ces gens-là de nuire. Sans compter, enfin, le plaisir de voir la tête déconfite de cette nana si elle se vautre. Certes, c’est puéril, mais, ces temps-ci, on ne boude pas son plaisir.

    1. Vassiviere

      Sur 20 FdG au Conseil régional quelle est la répartition entre PCF, PG, Ensemble ? Car les positions des uns et des autres sont différentes. Les uns historiquement dociles vis-à-vis du PS, les autres novateurs mais ultra-minoritaires.

    2. Pierre-Alain Dorange

      Selon moi cette vision stratégique (avoir des élus est importants) n’est plus comprise et au contraire elle renforce la vision du peule « tous les mêmes, ils bouffent dans le même panier ». Il est devenu incompréhensible et inexplicable d’accepter une telle compromission. C’est exactement cela qui est la cause majoritaire de notre raclée, les électeurs avaient déjà compris qu’il y aurait ralliement au second tour. À ce moment il n’y a pas d’intérêt à voter FdG. Il y a alors ceux qui ont votė PS directement au premier tour et les nombreux qui se sont abstenu.
      Nous nous suicidons.

  17. Depaepe

    Bonsoir,
    Ce choc tellement annoncé par nos médias et pressenti par l’ensemble des classes politiques ne me surprend pas, malheureusement. Tout est fait, tout est dit pour qu il en soit ainsi, comme si le vote ne changerait rien. Seuls ceux qui veulent mettre leur leader au pouvoir sont allé voter, les autres, résignés, ont préféré s’abstenir nourissant les arguments habituels concernant l’abstention. Peu importe, aujourd’hui nous sommes face à une impasse démocratique sans précédent qui va s aggraver. Conjoncture, événements internationnaux, dérèglement climatique, haine de l’autre. L’avenir s’assombrit et chacun se recentre sur lui même, les aventuriers de la pantouffle s’organisent et se multiplient en s’enfermant un peu plus dans les ghettos de notre happy technologie de ce siècle qui se meurt.
    Merci monsieur pour vos idées et convictions qui laisse à la fraternité et à l’amour une espérance de vie. Vous avez tout mon soutien et vos principes guident mes actes au quotidien.

  18. fou57

    Pas de vote, dimanche, surtout pas ! Un peu d’abstention, un peu de dignité, que diable ! Devoir avaler encore et encore des couleuvres à tout jamais ? Jamais ! A force de copiner avec tous ces traitres (P Laurent et consorts), on adopterait les mêmes comportements. Ah non, trop, c’est trop. Que les responsables du PG se retirent de cette mascarade, cela ferait un beau coup d’éclat, et nous rendrait un peu de dignité, éclaircissant un peu les choses. En ont-ils la volonté ?

  19. Fulgence

    Après Eric Coquerel en IDF, j’apprends que Corinne Morel-Darleux en Auvergne-Rhône-Alpes fusionne avec le PS et les tireurs dans le dos du PCF. Pourquoi nous demandes-tu notre avis, Jean-Luc ? Ancien militant du PC (20 ans de 1969 à 1989), j’avais comme des centaines de milliers de mes anciens camarades (nous étions 700 000 à l’époque et ils sont moins de 100 000 aujourd’hui) repris le combat et l’espoir grâce à toi et au PG. Tout ça pour ça ! Pour que, malgré nos nombreuses mises en garde sur la nocivité de Pierre Laurent et sa clique, vous fonciez tête baissée dans le mur ? Je t’écouterai demain matin. Je n’ai pas d’illusions et je continuerai à me battre à tes côtés, je n’ai pas d’autre choix. Espérons que « le choc » se transforme en une nouvelle stratégie plus opérante et surtout lucide !

  20. steph71150

    Bonsoir Jean-Luc,
    Je suis triste de voire le chemin que prends mon pays ! Comme vous, je ne supporte pas la démagogie du FN, ni la triste et honteuse stratégie qu’adopte le PS, toujours égal a lui même ! Par contre ce qui ma mis le plus en colère c’est la façon dont les médias ont dirigé cette campagne. FN par ici FN par la etc. Et le FdG dans tout ça et les verts et les autres ? Nada. J’accuse les médias d’avoir favorisé le FN en matraquant l’esprit des citoyens, en faisant leurs choux gras, leur buzz !
    Pour ce qui est de dimanche prochain, il est hors de question que je soutienne (en Bourgogne) le PS qui doit aujourd’hui assumer l’entière responsabilité de la situation, leur politique est clairement visée ainsi que leurs sens du mensonge et du c’est pas moi c’est lui, lui Sarkozy, les soi disant republicains qui n’en ont que le nom, hors de question que je supporte ce libéralisme.

Les commentaires sont fermés.

©2015/2018 Jean-Luc Mélenchon / V5 / Design INFO Service | Contact | Mentions légales