Le mois dernier, ce blog a reçu 372 806 visites

126 commentaires


  1. Adrien

    Je vous soutiens dans votre refus de participer à cette primaire qui n’est qu’un voile de camouflage des futures tromperies du PS. J’espère que cette fois-ci, les responsables des composantes du FdG sauront vous suivre sans réserve dans une ligne claire et transparente d’autonomie non soumise aux dictats PS.
    « Moi aussi quand je me baigne, j’aime bien savoir dans qu’elle eau ! »
    Si nous nous tenons à la ligne JL Mélenchon, nous aurons le moment venu à l’égard des citoyens, une position claire qui tranchera avec les magouilles politiciennes des autres partis. De toute façon, il faut tenir ce cap, car sans nous, le candidat du PS est cuit d’avance, même avec les « canada-drys » de cette bande de « sous-mariniers », drivés par les Cohn-Bendit, Piketti, Torreton, etc. (Torreton, qui me déçoit, car son livre sur « Cher François » m’avait intéressé). Il ne faut pas signer la pétition lancée par Piketti sur cet appel, mais plutôt celle des 8 de Gooyear condamnés à de la prison ferme par le gouvernement.

  2. Francis

    « honorer les traités européens comme ils s’y efforcent ou en sortir comme je le propose avec tant d’autres »

    Voici posé de manière on ne peut plus claire l’enjeu de la prochaine période. Je suis heureux qu’enfin on abandonne cette formule incompréhensible de désobéissance aux traités. La France doit retrouver sa souveraineté politique. Ceci ne peut faire l’objet d’aucun marchandage. Merci M. Mélenchon de placer la barre au niveau ou elle doit être. Chacun à gauche doit se déterminer sur cet objectif démocratique.

    1. Degorde

      Vous avez parfaitement raison. On ne peut pas dire « si on arrive au pouvoir on désobéira aux traités, notamment européens », car l’article 55 de la Constitution nous fait obligation de l’appliquer. Le mieux est de sortir de l’UE immédiatement. Ca malheureusement personne ne parle du mécanisme de sortie de l’UE qui est pourtant inscrit dans le TFUE.

  3. magda corelli

    Merci pour ce long billet. Dans aucun journal, sur aucune chaîne de télévision on est ainsi informés. Cette Europe est une catastrophe et vous l’expliquez très bien. Comme les marchés sont nerveux ces temps-ci j’espère que le plan B aura un certain retentissement auprès du public (si toutefois les médias eurolâtres en parlent). Il y a vraiment de quoi être écoeuré par ce gouvernement. Ne participez pas à cette mascarade de primaires. Ca sent le coup fourré à plein nez.

  4. thierryjj93

    Sur l’Europe, sujet crucial en effet, il est important de préparer les esprits des Français que le Plan B (en fait le Plan A puisque toute proposition visant à réformer l’actuelle Union européenne est illusoire) doit prendre l’aspect d’une initiative de la France pour une Europe citoyenne, hors de l’UE. Comme en 1957, mais en tenant compte de l’expérience de la construction européenne et en particulier des échecs des 10 dernières années, les pays actuels de l’UE qui le souhaiteraient se joindraient à la France pour fonder un nouvel espace politique, citoyen, démocratique. Trop d’urgences obligent à renverser la table. Urgence climatique, urgence démocratique, urgence de solidarité internationale, urgence sociale. Cette Europe a échoué, et n’est plus réformable. Parfois, de décisions graves sont nécessaires.
    Jean-Luc, savoir dire NON est la marque des grands. De ce NON, il faut lui accoler un grand dessein. 2017, pour moi, le grand dessein, c’est « l’ère du peuple pour une VIè République, la règle verte et l’Europe citoyenne ». A la vraie primaire de 2017, ce sera au peuple de trancher.

  5. marco polo

    La vérité « primaire » est déjà sortie toute nue du piège. Gageons que les habitués n’y tomberont pas ! Curieux qu’un Cohn-Bendit en soit le chantre, peut-être pour pousser EELV dans ce sens, après tout, la soupe n’était pas si mauvaise et pour peu qu’on y rajoute une pincée de sel, les places y sont-elles déjà réservées ? Soyons sérieux, là il faut constituer une base solide avec un Front populaire et montrer où est la voie pour sortir du gouffre dans lequel vont nous précipiter le PS, avec la même politique que la droite, du centre jusqu’au FN. Il y a urgence pour mettre en place un tel processus avec un programme à partir du programme partagé, il y a urgence à convoquer un genre d’états généraux pour concrétiser ce programme d’action. Il y a urgence qu’un plan B soit élaboré afin de montrer où sont les vraies réponses, l’intégrer dans un programme politique. Qui faut-il convaincre ?

  6. Xavier Nathalie

    Au point de lassitude où nous en sommes de cette comédie politicienne, celles et ceux qui ne voteront pas FN au 1er tour chercheront de toute façon à ne pas voter pour les candidats issus de cette mauvaise farce des primaires – de gauche ou de droite. Ne pas y participer est de fait la seule conduite politiquement constructive pour vous Jean-Luc et pour nous qui de toute façon vous soutiendrons. En tout cas c’est mon point de vue, et il me semble que les résultats de l’extrême-droite participent largement de ce phénomène.
    Maintenant si je puis me permettre, il me semble que tant d’un point de vue stratégique que politique, nous devrions consacrer notre énergie au service exclusif des propositions que nous souhaitons offrir à tous nos concitoyens en mal d’espoir, et laisser les querelles aux querelleurs. D’une part car c’est ce que les médias veulent éviter (vos idées les intéressent moins que leurs prouesses contre vous), d’autre part car c’est le seul moyen de rendre aux abstentionnistes le goût de s’intéresser à leur destin – la dépolitisation et la promotion de l’individualisme incitant à l’abandon de la conscience sociale qui rend possible la liberté individuelle concrète.
    Enfin, quitte à se condamner à la stratégie du cavalier seul, et au vue des affaires qui surgissent y compris au FN et alimentent l’idée du « tous pourris, même eux », il me semble d’ors-et-déjà important de travailler à raviver l’espoir.
    Une tâche colossale dont on ne vous remerciera…

  7. catherine dumas

    Bravo @Xavier Nathalie, vous résumez à merveille l’état d’esprit de tous ceux qui m’entourent. C’est ce que je disais il y a quelques temps il faut recréer l’espoir, le « tous pourris » est dans toutes les têtes. Monsieur Mélenchon a entre ses mains le devoir de nous donner de nouvelles lignes concrètes, recevables qui seront porteuses d’un avenir meilleur pour nous tous. Pas de forcing pour aller voter pour des individus qui vivent loin du monde réel. Il faut plus de réunions, de débats, il y a encore trop peu de gens sur internet dans nos campagnes. Les journaux ne sont pas non plus suffisant. J’ai le bonheur de pouvoir comprendre tout ce qu’écrit monsieur Mélenchon, mais d’autres ont beaucoup de mal d’ou leur vote pour le FN.

  8. OPTIMIST

    Que du bon sens. Nous sommes tous d’accord pour soutenir et respecter le suffrage les 55% des français qui ont voté « non » en 2005 au traité constitutionnel de l’Europe, vote « non » y compris contre la volonté des partis majoritaires et bien évidemment du PS. Donc, la question de l’Europe actuelle ne devrait même pas se poser. Il suffit simplement de respecter et appliquer la volonté majoritaire du peuple de France. Fidèles à nos convictions, nous partons ainsi en campagne sur ce thème et développons notre Europe sociale et solidaire et le contenu urgent de notre programme gouvernemental 2017. Dans un premier temps, nous partons tout seul. Nous lançons de vastes assemblées citoyennes qui construisent avec nous ce programme, poussant ainsi nos partenaires à venir sur ces bases dès lors que nous aurons inversé la tendance. Notre but, nous mobiliser essentiellement sur les préoccupations quotidiennes de nos concitoyens et développer nos mesures sociales. Il n’y a que cela que nos adversaires craignent, le peuple. La meilleure défense, c’est l’attaque, nous sommes près pour cette tache exaltante, au travail. Mobilisons-nous en fédérant les forces sociales.

  9. breteau jean claudse

    C’est évident, c’est bien une entourloupe, pire une nouvelle fois les soi-disant frondeurs sont à la manœuvre. J’ai lu ce que dit M-N Lienemann, quelle honte de se prétende de gauche alors que sa position déboucherait sur un « bon » candidat qui sans sourciller ferait une politique qu’elle prétend combattre. La boucle est bouclée. Pensent-ils, ces pseudo-frondeurs aux millions de Français qui souffrent, au développement du chômage prévisible pour répondre aux attentes de Bruxelles, au service exclusif des nantis qui se gavent des immenses richesses crées, des banquiers tous plus voyous les uns que les autres. Il faudra d’abord avoir un projet « l’humain d’abord » actualisé, surtout sur la question environnementale, abandonnée par la droite, les socialistes, ce pouvoir réactionnaire et les verts sauf Hulot qui a compris depuis longtemps (son vote de 2012) que rien ne serait possible sans un bouleversement politique salutaire. Viendra ensuite le choix du bon candidat. Rappelons que les parti politiques sont la base de la démocratie, c’est pourquoi vouloir les contourner par une primaire serait saper la République, ce qui ne gêne pas ceux qui ont déjà beaucoup cassé nos valeurs, celles de gauche, évidemment !

  10. h2o

    Tous ces commentaires vont dans le même sens, et j’adhère particulièrement à l’analyse de @Nathalie qui souligne effectivement l’importance d’aller au devant des gens, de les écouter, de leur apporter des réponses concrètes qu’ils ne trouveront pas dans les médias. Et surtout être parfaitement clair avec notre position au second tour. J’ai entendu enfin Jean-Luc lors d’une interview sur Europe 1 dire que c’est aux gens d’assumer leur position au second tour. Arrêtons de donner des consignes de votes, le citoyen sait ce qu’il doit faire.

  11. naif

    « De même, qui doute que Hollande signera TAFTA si le texte arrive jusqu’à lui ? »

    C’est déjà bien préparé. En toute discrétion, le gouvernement français a déposé le 4 janvier un projet de loi qui prévoit la réintégration totale de la France dans l’Otan.

  12. Franck

    Toujours suivre les chemins de crête, pendant que les autres se perdront dans leur espèce de « forêt primaire » avant de se faire dévorer par le plus fourbe dans eux. Bonne stratégie.

  13. tachyon

    « …J’observe que dans une primaire, les électeurs choisissent non entre des idées mais pour la personne qui parait le mieux placé pour battre l’adversaire… »

    Organisons donc des primaires, autrement dit des referendums, sur les idées et en premier lieu la remise aux mains des citoyens de la constitution avec un article, inaltérable par quelqu’un d’autre que le peuple, qui mette la barre à 1% de la population, soit 700 000 signataires (çà se discute), pour déclencher un referendum (sur tous les sujets, Europe, guerres, banques, nationalisations, abrogations de lois, propositions de lois, révocation d’élus….). Cela permettrait de vastes débats populaires, comme en 2005, et les décisions qui en sortiraient seraient les décisions du peuple que çà plaise ou pas aux élites médiatico-politiques
    Remarques. En Suisse la barre est à 1,2 % et ils ont obtenu de prononcer sur le retour à la banque nationale de l’exclusivité de d’émission de la monnaie (i.e la retirer aux banques), aux Pays-Bas la barre est à 1,7 % et ils obtenu de se prononcer sur l’aide européenne à l’Ukraine et en Autriche la barre est à 1,2 % et ils ont obtenu de se prononcer sur la présence de l’Autriche dans l’UE.

  14. Degorde

    Cher jean Luc, excellente analyse comme d’habitude mais je tiens à revenir sur un point. Très juste expression de ce que signifie le rejet qui monte de François Hollande. Il fait figure de vrai repoussoir et les gens les plus séduits par une primaire y renonceront à cause de lui. Ils ont trop peur qu’il l’emporte car il a les moyens de s’imposer de là où il est. Encore un vice de la 5ème république.
    Mais l’expression que vous employez « ce qu’il y a entre moi et Hollande c’est la commission européenne et les traités budgétaires » si elle est exacte n’est pas suffisante. Vous l’avez parfaitement mis en avant. Si l’expression de Julien Bayou est exacte « au cas où le candidat désigné poserait un problème vis-à-vis de l’Europe » ceci met en avant le véritable enjeu. Rejeter les traités européens est illusoire si on reste dans l’Union européenne. Du reste, on ne peut faire cohabiter les deux phrases « refuser d’appliquer les traités » et « rester dans l’Union européenne ». L’une est exclusive de l’autre. Tant qu’on reste dans l’UE on est obligé de par notre constitution d’appliquer les traités et de les respecter. Tandis que si l’on sort de l’Union le problème est réglé de lui-même. Sortir aurait cet avantage de priver les institutions européennes de leurs moyens de pression que vous rappelez. Ils se sont fait les griffes sur Chypre d’abord puis la Grèce. L’Irlande en 2008 n’a pas servi d’avertissement. Il convient donc comme véritable alternative de faire savoir que nous…

  15. PIETRON

    Je suis effaré de l’importance conviée à Duflot et son parti. Ils ne représentent rien (pour les braves gens). Chaque élection le démontre.
    Un plan B prête à confusion tant qu’il n’est pas explicité et revient à « aménager le capital », dans les têtes. Je comprends le risque de confusion avec la position du FN. Une sortie de cette Europe capitaliste doit donc trancher avec la vision nationaliste de ce dernier.
    Cohn-Bendit est un larron indigeste pour le socialisme depuis des décennies. Sa seule évocation est un hymne à la finance qui l’a bien utilisé durant toute sa vie. Elle l’a bien récompensé.
    L’Europe, celle de Maastricht, qui en France n’a trouvé preneurs que d’une courte tête (51%), prouve que c’est toujours le long terme qui fait réalité à un moment ou un autre. Reste à craindre le « sabordement » financier organisé pour imposer une austérité totale car le capital est prêt à tout. Il faut le savoir pour se renflouer en courage politique où que ce soit, devant qui que ce soit. Les forces sociales (essentielles) devront être au cœur du combat.

  16. jean ai marre

    Et cerise sur le gâteau, pour emballer ces primaires ils ajoutent : reconstruire la gauche ! Mais la gauche n’est pas à reconstruire, simplement lui donner un espace de vie. C’est ce que les citoyens au travers des assemblées citoyennes doivent faire. Droit, sur nos deux jambes, il est urgent de définir un programme intuitivement saisissable par tous, où la sortie de l’Euro et de l’Europe sera évoquée, si nous ne pouvions pas renégocier les traités. Avoir une position claire, et se garder de manoeuvres politiciennes.

  17. Jacques

    Certes, le problème de fond est bien posé : continuer à mourir à petit feu ou arrêter l’euro, c’est-à-dire sortir de l’UE, ce qui veut dire la faire exploser, compte tenu de l’importance de la France. Mais je ne suis pas sur que parler de plan B soit la manière la plus claire de mettre l’opinion en face de ces réalités. Les Britanniques s’apprêtent à voter sur une question franche : on reste ou on part ? Les Français sont-ils incapables d’affronter la même question ?

    1. giblin

      Les Français ont répondu en 2005 qu’ils étaient prêts à sortir de l’Europe. Je serais étonné qu’ils croient encore à une renégociation de l’intérieur. L’exemple grec leur a suffi. Le TAFTA va apporter un danger supplémentaire, ainsi que notre intégration complète dans l’OTAN. Alors ouvrons grand les fenêtres et ruons-nous vers la sortie, respirons enfin !

  18. bob.pollet

    Et si au lieu de se préoccuper de la présidentielle nous mettions le cap sur les législatives. Car si quelque chose doit bouger, c’est bien d’abord à l’Assemblée Nationale.

    1. faye

      Tenir le cap ? Sans doute mais quand ce cap nous isole de plus en plus, peut-être est-ce utiled’élargir le champ de la réflexion. Je ne sais pas si nous arriverons au port mais malheureusement la voile de la radicalité n’est plus poussée par le vent de la révolte.

    2. GRISEY

      Oui ! Mais dans le cadre d’une 6éme république, sous le régime de la 5éme ça ne changera rien.

  19. cata

    D’accord sur tout, sauf l’utilisation de Facebook ou autres tweeters. Ne pas compter sur moi pour aller me balader la dessus et laisser cette boite vendre mon profil à tous les offrants. Ou plus simplement laisser la police se faire une idée de mon profil (en fait je crois que ça serait moins pire)!

    1. JeanLouis

      Idem pour moi, tous ces réseaux sociaux font entrer la majorité des gens et en particulier nos enfants dans un monde totalement virtuel. Je ne joue pas à ça, je résiste.

    2. BAULèS

      Je me refuse, avec la même virulence, à adhérer au moindre réseau dit « social », forme plurielle des graffitis dans les toilettes publiques.
      Par contre, grand merci à Jean Luc, d’exprimer publiquement ce ressentiment profond envers ce que les media osent toujours appeler la « gauche ». J’espérais secrètement que la Grèce provoquerait cette implosion salutaire d’une Europe aux antipodes de celle que je souhaite. Cette implosion va se produire, trop de facteurs y contribueront : finance dérégulée, masse monétaire incontrôlée sans contre partie économique, migrations massives sur la planète pour faits de guerre, de dérèglement climatique ou de folies meurtrières.

    3. val

      Pour Facebook, sachez qu’il est possible de lire la page de Jean-Luc Mélenchon (idem sur twitter) sans avoir soi-même créé un profil. Il n’est pas possible par-contre de commenter ou d’approuver (les « like »). C’est ce que je fais. Et, soit dans les commentaires, soit dans la partie visiteurs, je trouve des informations complémentaires parfois très utiles.
      Bonne lecture

  20. Hervé

    Merci d’avoir refusé de participer à « la déprimante primaire eurolibérale du PS », Monsieur Mélenchon. Je ne doute pas que ce piège grossier pour nous abattre, se refermera sur leurs commanditaires. Qu’ils se haïssent, se ruinent et s’épuisent entre eux pour les criminels marchés financiers. Que nous importe ! Leurs chicaneries politiciennes vidées de toute conscience politique véritable et de toute substance humaine n’ont aucun intérêt pour nous, les citoyens.

Les commentaires sont fermés.

©2015/2018 Jean-Luc Mélenchon / V5 / Design INFO Service | Contact | Mentions légales