Le mois dernier, ce blog a reçu 372 806 visites

126 commentaires


  1. OXY

    Dommage que le sommet de Paris pour un « Plan B » n’ait pas dans les invités des représentants de Syriza (d’après ce que je crois).

    1. françois 70

      Tsipras s’expose devant les caméras à Davos avec Valls et Schäuble. Il a changé de camp.

  2. Marie Labat

    Suite à la primaire, nous n’aurions donc plus que vous pour représenter le peuple. Il faudra donc y aller et pas de souci, le PG ne portera pas le poids du financement de la campagne seul, je ne vois pas d’ailleurs comment il ferait. Je suis prête à parier que les dons afflueront de partout. Je me fie à moi-même pour affirmer cela. En effet, quand je prends une décision, je découvre toujours que 30 000 ont pris la même. Et je suis décidée, malgré mes maigres finances à vous envoyer un paquet de fric, 500 euros au minimum, ce qui est une énorme somme pour moi, certes mais si je suis prête à le faire, nous serons nombreux dans ce cas. En effet, c’est de notre survie qu’il s’agit ce coup-ci !

    1. Sacamuela

      Complètement d’accord avec @Marie Labat et pour ma part investir de mon temps et de ma détermination à vous soutenir comme je l’avais fait en 2011 en rejoignant le PC. Lutte des classes ? Évidemment mais la bataille est multivers, elle est autant culturelle. Ça bouge chez les « intellectuels nouvelle génération » pour contester les précieux donc envahissants réactionnaires utiles aux dominants. L’histoire du combat pour l’émancipation ne peut pas s’arrêter là. On ne peut pas accepter le rabaissement et la perversion des esprits des nôtres avec des compromis qui sont autant de renoncements et de liens brisés avec ce qui fait humanité. Il faut s’extraire du divertissement et de la négation et se mettre au niveau chacun à son endroit et prendre la mesure de leurs projets. On doit s’inscrire à mon avis dans quelque chose de plus grand que nous. C’est de dignité humaine dont on parle avant tout.

  3. Redon

    Si quelqu’un doit s’opposer à ces primaires, il faut qu’il le fasse rapidement afin de démontrer que ce n’est pas une primaire de gauche mais du PS. Jean Luc est le mieux placé pour représenter la vraie gauche. En commençant le campagne dès maintenant, on force les candidats de cette primaire à s’expliquer et de développer un programme qu’ils n’auront pas le jour du vote. Car on est déjà comme aux USA. On vote pour un candidat et non pour un programme puisqu’on s’est aperçu que le programme du PS et de l’ex-UMP est le même, c’est à dire l’Europe libérale.

  4. theuric

    Un plan B est inutile. Soit le président et sa majorité décide que la France, en accord avec le peuple souverain, doit quitter l’Union européenne, l’euro, l’OTAN et se défaire de la mainmise des USA sur notre pays, soit rien ne sera fait. C’est qu’ils sont puissants, ces bougres.
    Mais, au-delà de ces évidences, de penser encore que le PS puisse être de gauche ne peut qu’être qu’une pure vue de l’esprit, un fantasme plutôt qu’une réalité. A quelques détails près, il y a unité idéologique entre le PS, l’UDI, le LR et le FN (même si ce dernier cache bien son jeu) et la raison en est que nous assistons à un effondrement idéologique en Occident au même rythme que s’effondre l’économie-monde. C’est pourquoi seule une radicalité mesurée et stratégiquement pensée peut aboutir à quelques résultat, toute autre prise de position sera considérée, par les électeurs, que comme au mieux un égarement, au pire une ruse médiocre et funeste. Ainsi, seul un discours résolu d’une nette séparation d’avec l’UE sera audible.
    Il faut dire que dorénavant les classes moyennes intermédiaires à hautes commencent à comprendre qu’elles deviendront sous peu la nouvelle classe dominante en France. Ce fut les manifestations qui eurent lieu début 2015 suite aux massacres de Janvier qui me le fit le saisir. Celles-ci commencent également à sentir que le déclassement de la classe ouvrière et de la classe-moyenne basse est en train de les toucher à leur tour. Ce…

    1. thersite69

      @theuric
      Interpréter ainsi, en quatre lignes, la réponse populaire par la rue aux opérations terroristes de janvier 2015 comme manifestant une prise de conscience de l’extension d’un déclassement de la classe ouvrière vers les couches moyennes, ça me parait plus que dangereux. Cela relève d’un réductionnisme idéologique que nous ne devrions plus pratiquer

  5. bob.pollet

    Une primaire pour toute la gauche à la sauce Valls, Macron, Hollande, Cambadélis… stop la blague ! Ce type de primaire est déjà mort. On ne va pas participer à une primaire de gauche avec des socialo qui ne sont plus à gauche. Par contre oui à une primaire pour un programme de gouvernement bien à gauche où notre représentant sera notre porte parole (peu importe qui !)

  6. Catonne

    C’est dommage que le sommet qui va se passer à Paris soit réservé à certains (les huiles) et pas ouvert à nous tous et toutes, c’est la démocratie interne à la gauche qui pèche le plus et pas l’affaire de l’euro qui de toute façon n’aura plus d’intérêt quand le nouveau krach financier arrivera. Revenir aux bases du 29 mai 2005, oui, je pense que ce serait plus sain et ne pas oublier qu’à l’époque un nombre important de socialistes ont voté non qui ne sont pas tous derrière Hollande et cie. Penser aussi au 4 février, grève générale en Grèce, après 10.000 personnes dans les rues d’Athènes la semaine dernière.

  7. Pier7

    J’adhère aux analyses toujours perspicaces et à longue vue de notre candidat. Comment le Président de la République, en majesté, représentant de tout les Français, pourrait-il participer à une « combinatione » de partis politiques ?

  8. Goissédé

    « (peut importe qui !) »

    Un programme bien à gauche ? Le programme de Hollande, au Bourget, faisait illusion de gauche. Une primaire peut être manipulée par les média. Et l’on ne peut pas se faire représenter par n’importe qui.

  9. GMM

    L’entourloupe, c’est la méthode Hollande. 10 ans premier secrétaire du PS n’avaient pas suffi ?
    Merci M. Mélenchon de nous aider avec vos analyses.

  10. Renault

    Un mot sur la déchéance de nationalité. Elle doit s’appliquer soit disant aux ennemis de la France et ceux qui tirent sur les foules. Mais, mais, ceux qui trahissent leur pays et l’entente Républicaine en fraudant le fisc et en cachant leur argent en Suisse ou autres paradis fiscaux, tous doivent aussi subir cette déchéance et en plus, tous leurs biens en France doivent être saisis par le peuple, l’état. Je crois que ça changerait radicalement la donne et résoudrait maints problèmes de retraite, sécurité sociale etc.

  11. puèg-pichot

    Entièrement d’accord avec l’analyse de Jean-Luc sur les errances de l’UE. Alors que M. Draghi tente de sauver les banques italiennes en créant (probablement) une « bad bank » chargée de revendre les actifs les plus pourris, que le Quantitative Easing (QE) a tout au moins empêché un déflation encore plus profonde, que des milliers d’immigrés aux portes de l’Europe provoquent un effacement effectif des accords de Schengen, il est urgent de mettre en place les structures d’un plan B pour l’Europe. Les financiers sont devenus fous !

  12. Mich

    Sur la primaire à gauche, je pense que si un débat s’installe sur un programme de transformation sociale en faveur des couches populaire, JL Mélenchon à toute sa place. Pour faire évoluer les dérives actuel les vers le social réformiste qui est partagé par la majorité des partis (PS, verts). Le combat pour faire émerger parmi les travailleurs pauvres, les étrangers sans papier, les intellectuels, des propositions révolutionnaires n’est jamais perdu d’avance. Voir le référendum de2005 ! Imposons un débat sur le programme, un candidat comme JL Mélenchon pourrait créer la surprise et redonner espoir à ceux qui luttent contre le capitalisme et pour un société socialiste.

  13. la pavana

    Il n’y a qu’une seule issue, sortir de l’UE tous ensemble !

    1. Piedut

      Je suis entièrement d’accord. Mais pour cela il faut soutenir le seul parti qui s’est créé sur cette idée, l’UPR . JL Mélenchon devrait soutenir F Asselineau puiqu’il écrit « l’Union européenne est toujours aussi nuisible, hostile à la démocratie et à la justice sociale » ou encore « Mais l’Union européenne, c’est le royaume d’absurdie. » ou bien « l’Union européenne trébuche sur tous les sujets. »

  14. YMZD

    Oui, je suis assez d’accord avec @bob pollet. Ce qui est acté, c’est que Hollande sera candidat et qu’il ne passera pas par une primaire. Et le PS, en tant que parti, suivra. Les militants, c’est autre chose. Le tissu de ce parti est en train de se déchirer !
    Par contre, ce qui serait une cata, c’est que tous ceux qui se pensent en gauche alternative à Hollande/Valls ne parviennent pas à présenter un candidat unique. Pour y remédier et éviter les blocages, une primaire au sein de cette autre gauche pourrait s’avérer être un passage obligé. Si les mouvements associatifs, coopératifs, sociaux, écologiques, syndicaux, politiques, se rencontrent à temps pour concocter, avec les citoyens, un projet populaire commun sur une base de rupture, porté par un candidat commun, charismatique, issu d’une primaire ouverte aux millions d’électeurs qui ont porté leurs suffrages en 2012 sur l’une des options alternatives, ce serait l’idéal. Car l’enjeu est si important (chômage, paupérisation, climat, terrorisme, écologie, Institutions…), que le choix du candidat ne peut être laissé à quelques dizaines de milliers de militants recroquevillés sur leur pré-carré. Cette démarche doit être impulsée par le PG, et chaque organisation devra se vouer corps et âme au candidat retenu. Un seul mot d’ordre : gouvernons ensemble !

  15. SANTANA

    Ne pourrait on éviter le pseudo débat sur les primaires en lançant une campagne pour le parrainage citoyen (ex promesse de Hollande), et lancer le « parrainage citoyen » en faveur de J-L Melenchon (cela permettrait d’imposer notre candidat dans les médias.

  16. theuric

    @thersite69 ,
    Je vois que comme d’habitude je ne suis pas compris, même si dans la même phrase j’ai dû placer deux idées différentes, le nombre de lettres qui nous sont permis m’y obligeait.
    Donc, premier point, il y a déclassement et appauvrissement des ouvriers et des classes-moyennes basses depuis trente ans au moins.
    Deuxième point, les classes-moyennes intermédiaires à hautes commencent aussi, depuis une dizaine à une quinzaine d’années, à subir les mêmes déclassements et appauvrissements.
    Troisième point, le plus compliqué à comprendre et indépendant du deuxième, les classes-moyennes intermédiaires à hautes ont manifesté en Janvier, consciemment contre les attentats, inconsciemment pour signer leur reconnaissance en tant qu’unité sociale.
    Quatrième point, ces derniers ne peuvent que prendre la place de l’oligarchie actuelle, comme il en fut de la bourgeoisie remplaçant l’aristocratie et le clergé en 1789, lorsque l’économie-monde aura définitivement faillit, puisque tous les ploutocrates seront aussi ruinés.
    J’espère avoir clarifier mes thèses.
    […]

    [Edit webmestre : A peu près toujours aussi incompréhensible même après cette reformulation massive, mais à présent « vos thēses » sont très clairement hors sujet !]

  17. DERF

    Tout à fait d’accord sur la position de Jean-Luc Mélenchon par rapport à l’appel sur cette primaire à gauche lancer par libération. Elle n’a de lieu d’exister pour sauver ceux de gauche convertit au libéralisme de EELV au PS.
    Par contre, il faut reconnaitre qu’ils ont marqué un point et nous ne pouvons pas rester chacun de notre côté dans la critique.
    Il est temps de se réunir et de se rassembler pour proposer autre chose et donc d’avancer nos pions, pour ne pas se laisser déborder.
    A partir de là, si effectivement, on doit dépasser le front de gauche, il n’est pas interdit de s’appuyer sur ce qui existe. Alors PG, PCF, Ensemble,.. J-L Mélenchon, P Laurent, C Autain , N’est-ce pas le moment de reprendre l’initiative dans l’union et d’agir pour élargir cette union à la gauche antilibérale et non aux pseudo écolos, ou aux carriériste du PS.

  18. Laurent 35

    Bonjour
    Ayant voté contre notre entrée dans l’Europe. La constitution donne le vote par référendum inviolable, donc la réponse du peuple souveraine et non négociable. Alors pourquoi personne ne s’est opposée à cela ? Et pourquoi aucun politique de l’opposition n’a mis ce sujet sur la table et faire respecter notre droit de peuple ? Je ne comprends pas et espère une réponse à cela. Merci a vous.

    [Edit webmestre : Parce que le 20 septembre 1992 l’autorisation de la ratification du traité sur l’Union européenne, dit « Traité de Masstricht », a été soumise à référendum et que le « oui » » l’a emporté à une majorité de 51,04% et que la « réponse du peuple est souveraine et non négociable ». Vous devez confondre avec autre chose…]

  19. CHATCHAT

    Ce qui me fait peine, c’est qu’on est incapable de s’organiser dans les vrais partis de gauche. On reste dispersés, chacun dans son petit coin ne voulant démordre de rien. Soyons intelligents, rassemblons-nous et ainsi nous ferons
    un réel poids à gauche, sans primaire qui ne servira à rien pour avancer.

  20. José Ruiz

    Cher Jean-Luc, faire de la politique autrement c’est cesser de prendre les citoyens pour des benêts. Si quelque chose doit changer ce n’est pas avec la classe ouvrière qui est devenue la « classe des chômeurs ». L’évolution de la société vers davantage de solidarité, de partage, de justice sociale se fera avec la classe moyenne pour laquelle le terme « gauche » donne des boutons.
    Si vous étiez élus en 2017 qu’allez-vous faire des actuels traités européens ? Cela suppose-t-il que la France quitte l’Europe ? S’il s’agit bien de cela quelles en seraient toutes les conséquences ? N’allez-vous pas faire comme Tsipras en Grèce ?
    Je souhaite la création du Conseil National du Bien Commun et de la Fraternité indépendant du monde politique actuel mais composé d’intellectuels, de scientifiques, d’artistes… en charge de bâtir un programme politique économique, social, environnemental crédible, fondé sur la raison et non sur les convictions.

    1. GAUTIER

      Merci pour la classe des chômeurs, quel mépris ! cher monsieur. Les partis élitistes PS et pseudo-Républicains sont des partis élitistes (par opposition à ceux dits populistes, n’est-ce pas ?) qui se débarrassent d’une catégorie de la population qui ne les intéresse pas. L’exclusion qu’ils pratiquent garantit leur richesse. Ce n’est pas avec une élite de technocrates et sans les pauvres de plus en plus nombreux que vous créerez un monde meilleur sauf si vous pensez à celui d’Aldous Huxley ?

    2. Hervé

      Dans votre futur « Conseil National du Bien commun et de la Fraternité », de grâce, n’oubliez pas d’y intégrer les millions d’ouvriers qui travaillent encore et les millions de chômeurs ! Votre condescendance à leur égard est sinon insupportable, sinon des plus problématiques. Si vous voulez que votre « Conseil » ne soit pas un simple cabinet Théodule, n’oubliez personne. A l’heure où la classe moyenne est elle-même en passe de rejoindre le précariat national Et international, vos propos doivent être révisés si vous voulez leur conserver encore un peu de sens. Merci.

    3. Mollaret

      Vous avez bien raison. Un conseil national composé de bourgeois libéraux à l’exclusion de la classe ouvrière devenue la classe des chômeurs, c’est l’assurance que rien de substantiel n’évoluera vers davantage de solidarité, de partage et de justice sociale, toute évolution qui donne des boutons à votre classe moyenne, sauf à ce que les évolutions se fasse à son profit exclusif. D’ailleurs, écoutez la bien, ce qui la révolte c’est à la fois d’être trop imposé par rapport aux plus riches et que l’on aide tant les classes défavorisée qui ne paieraient pas d’impôt. Comme si chaque citoyen n’était pas soumis à l’impôt le plus injuste, la TVA.
      Non nous ne sommes pas aussi benêts que vous le pensez.

Les commentaires sont fermés.

©2015/2018 Jean-Luc Mélenchon / V5 / Design INFO Service | Contact | Mentions légales