Le mois dernier, ce blog a reçu 372 806 visites

196 commentaires


  1. Guy

    Aujourd’hui on nous parle des Français, du peuple ! Comme si le peuple de France était sorti d’un même moule pensant tous pareillement. En France il y a des Français riches et des Français pauvres. Ces gens là ne se fréquentent pas, les uns exploitent les autres. Depuis quelques temps le camp des riches se prend à se croire la nouvelle noblesse, en nommant le camp des pauvres de populisme. Monsieur Thiers et ses assassins appelaient cela la Canaille. Et bien j’en suis !

    1. François

      Mais pouquoi Jean-Luc Mélenchon baisse la proposition de Smic de 1700 à 1300 ?

  2. MP Langeais 37

    Clinquant et rafraichissant l’entretien avec Natacha, déco comprise. Non je plaisante, un peu. Une interview faisant appel plutôt à notre intelligence, sans perfidie ni brosse à reluire. J’ai bien aimé le passage du « je » et du « nous ». Mme Polony n’est pas mme Desmoulières, y’a du fond et elle, elle bosse ses dossiers !
    Bon, ce ne sera pas Sarkozy mais son collaborateur et bedeau, Fillon. Lui c’est sûr qu’il voudra être chanoine de Latran. L’effet peuple (de droite) sans doute. Le père la rigueur dans tous ses états (économique et ecclésiaste), ça craint, mais au moins les choix sont clairs et la couleur annoncée. Y’a plus qu’à… se mobiliser cent fois plus et à faire vivre notre programme. Bon courage.

  3. lilou45

    Le bedeau Fillon veut supprimer 500 000 postes de fonctionnaires et passer la TVA à 22%. J’espère que tous ces gens ne vont pas se laisser faire et voter France insoumise. J’espère aussi que ce bon catho va penser aux plus pauvres et pas écouter les pleureuses du MEDEF, mais la, j’ai des gros doutes. Donc tractages devant les administrations, hôpitaux, postes.

    1. NicolasB

      Si on pouvait s’éviter de battre le pavé contre ses reformes d’un autre siècle passé. Il suffit d’un simple bulletin de vote insoumis Jlm2017, si c’est pas un vote utile ça.

  4. Bernard DOIDY

    Comment ne voir la similitude de trajectoire entre celle de Jean-Luc Mélenchon et celle de Jean Jaurès. Bien sûr les contextes sont différents. Pendant longtemps cette idée a paru gênante par le fait qu’elle semblait servir à propulser Jean-Luc plus haut qu’il ne l’était, mais maintenant la menace se fait plus précise, toujours la même. De ce fait Jean-Luc Mélenchon parle sur un ton apaisé aux militants mais plus solennel dans les conférences. Il y tient un discours d’homme d’état avec un talent d’intellectuel que personne d’autre ne possède parce qu’il allie les idées claires avec le verbe maîtrisé, et il parle de social et d’humanité. L’indifférence des médias à ce talent qui crève les yeux est un signal d’alarme qui résonne de plus en plus fort, à chaque fois que les réactionnaires se sont vus arriver au pouvoir c’était comme ça. La caste des trop pourvus en tout qui n’imaginent pas partager quoi que ce soit est aussi truffée de parasites et d’obséquieux pour qui la fraternité n’est rien. Je viens de visionner la conférence de Copenhague et il semblait que la voix de Jean-Luc Mélenchon se chargeait d’accents historiques tragiques, bientôt à la croisée des chemins.

  5. JCV

    Chers Insoumis. La victoire de Fillon nous apprend selon moi deux choses. Sur le fond, le libéralisme n’est pas mort pour tout le monde. Evitons les arguments du type « tout le monde voit que » etc. dont use et abuse le FN. Il faut démontrer les limites de ce modèle économique avec pédagogie, et si possible, fraicheur et nouveauté. Sur la forme, il est important de conserver une forme d’humilité, de gravité, de rigueur dans notre ton. Ni l’outrance sarkozyste, ni l’ironie distante de Juppé n’ont fait mouche.

    1. morvan

      Peut-être un peu prématuré, le terme de victoire pour Fillon, non ? Et je ne suis pas bien sûre de ce qui a sous-tendu le vote de dimanche dernier. Attendons donc le vote définitif.

  6. Marianne

    Je viens de regarder les échanges entre Natacha Polony et Jean-Luc Mélenchon : vraiment remarquables. Je suis contente pour tout. Le climat des échanges, les questions pertinentes, et les réponses vraiment pensées par un homme politique d’une sacrée stature. Au passage, Natacha Polony se révèle une remarquable interwieveuse, qui a trouvé sa place et surtout, surtout, sa position d’honnête femme, comme on dit un honnête homme, vous l’aurez compris. Ca fait plaisir.
    Je ne commente pas les réponses de Jean-Luc Mélenchon mais les deux points sur la souveraineté et le tournant de la rigueur en 1983 sont des apports efficaces pour ouvrir sur d’autres interprétations. Bref, je conseille.
    Un dernier point. Natacha Polony avait commencé à révéler qui elle était dans une interview à Thinkerview. Voilà. Je ne prends pas un quelconque parti, je dis ce qui est.

    1. OXY

      Moi ce qui me gène dans cette échange c’est la réponse faite à propos de F. Mitterrand. Je ne comprends pas qu’on puisse avoir une telle vision positive du personnage. Quelque soit les qualités intellectuelles de F. Mitterrand, il n’a tout de même pas fait que du bien pour la gauche notamment en faisant en sorte de réduire l’influence communiste quitte à faire grimper le FN (ses successeurs ont fait la suite du boulot…). Et puis comme F. Hollande en 2012, le revirement d’une politique de gauche pour aller vers une politique favorable à la droite… Mais ça c’est propre aux « socialistes » qui on du mal à se défaire des puissances financières. Dommage.

  7. pichenette

    En route les charrettes de fonctionnaires, 500000 après les enchères. D’abord sans doute ceux qui coûtent le plus, les hauts fonctionnaires, hop supprimés, les autres vont suivre jusqu’à ce demi million. Gros lot ! Les saigneurs respirent mieux, après ce grand nettoyage résultat d’une pensée profonde, mûrement réfléchie par des hommes murs, fonçant dans le mur, bolides d’enfant gâté, gâteux ! Un pays à gouverner c’est un jeu avec des pions voilà l’impression très pénible qui finirait par nous donner le fou rire que laisse cette cavalcade primaire grassement médiatisée.
    Vive les insoumis qui réfléchissent et font honneur à l’histoire, en prenant à bras le corps les véritables enjeux pour que les guerres sur le dos des peuples soient évitées. Gare au sens des mots, comme populisme, en fait ce sont les gens « de peu » c’est à dire ceux qui se contentent de revenus pour assumer leurs besoins, mais constituant le tissu réel de la société et sa richesse qui doivent reprendre leur place, et qui lorsqu’ils votent le Brexit montrent le bout de leur nez, de même aux USA. Naturellement pour que les votes aient un résultat escompté il faut que les véritables informations, formations circulent, or les médias financés par des libéros ne financent que leurs paroisses et tronquent les véritables débats. Poussons chacun à suivre les vidéos de JL Mélenchon, à voir les films comme « La Sociale » où l’on voit la fille d’Ambroise Croizat dévoiler le château de son père !

  8. Christian G.

    Merci à Jean-Luc Mélenchon pour tous ces écrits, des livres aux publications comme celles que je viens de lire sur son blog. Il y a une manière d’aborder les questions en étant d’abord concerné, puisque acteur en prise direct avec son activité politique, en nous délivrant des informations structurées, mettant en évidence les rouages, les mécaniques, les convictions profondes de chaque protagoniste, tout ce qui fait la vie politique vivante, et non pas seulement les grandes idées, les grandes lignes. A la lecture de « Le choix de l’insoumission » j’ai été marqué par cette manière d’oeuvrer à une véritable éducation politique du peuple, dont je fais parti. Sur ce blog, j’ai l’impression que l’histoire continue; sa biographie en lien avec, concerné et acteur d’une aventure politique qui, je le souhaite, aboutira à l’Elysée.

  9. morvan

    Eh bien je vais me joindre au choeur laudatif pour ce qui concerne l’entretien avec Natacha Polony, j’ai trouvé moi aussi que c’était un petit moment privilégié, « délicat » même. Par contre, je craque enfin sur un détail qui me chipote depuis longtemps, à savoir M. Mélenchon votre emploi répété (je me permets même de dire « à tout bout de champ »), de l’anglicisme « process », alors même que ce vocable assez flou recouvre dans sa langue de nombreuses significations, pas si proches les unes des autres (processus, procédé, procédure, voire méthode, méthodologie, marche à suivre), qui sont disponibles à vos précision et rigueur habituelles.

  10. philvil

    Bonjour à tous,
    Petite critique si je peux. M. J-L Mélenchon s’est lourdement trompé sur la primaire de droite, en expliquant sur les plateau TV que Sarkozy allait gagner cette primaire. Cela discrédite un peu son analyse politique et que si il continue de faire des pronostics, qu’il ne le fasse pas devant des millions de Français. Vous me direz que ce n’est pas le seul, mais c’est quand même lui qui nous représente et qui donne le ton (devant les médias).

    1. AF30

      […] Si vous affirmez que Jean-Luc Mélenchon a indiqué que Sarkozy allait gagner c’est qu’il a du le dire. Cependant ces quelques mots non pour intervenir sur cette erreur de diagnostic mais sur l’état d’esprit qui procède de votre remarque. A gauche il est très souvent demandé, sinon d’être parfait, mais au moins de ne pas être très éloigné de la perfection. Alors on discutera sans fin du détail qui, du détail quoi, passant ainsi de l’essentiel au dérisoire. Bien évidemment Il ne s’agit pas de défendre cette erreur.

    2. Francis

      Il a donné une opinion qui prenait en compte le fait que Sarkozy était le président du parti LR et que de prime abord celui qui dirige le parti est le favori d’une telle élection. Ce qui est nouveau c’est que des électeurs venus d’autres horizons s’invitent pour jouer les troubles fêtes. Ce sera également le cas lors de la primaire PS (si elle finit par être organisée) Montebourg lui même en appelle aux électeurs de droite pour battre Hollande. Dans ces conditions il vaut mieux ne pas donner d’opinion et voir venir.

  11. morfin

    Le programme de la droite est identique, seuls les visages changent, donc pas de quoi en parler des heures. Ce qui va compter maintenant c’est s’ouvrir à tous et toutes, à ceux qui ont pris d’abord le chemin de coté (comme Ensemble, PCF, militants issus du MRC, ou frondeurs PS, EELV de gauche) et surtout écouter les syndicalistes qui ont déjà pris le parti, semble-t-il, de rallier la France insoumise.
    Merci aussi de tenir compte des jours de ceux qui travaillent en ne mettant pas toujours les rencontres des mardis, mercredis mais aussi en fin de semaine, sinon ce seront les retraités qui prendront la place (c’est bien mais faut une mixité des générations). Pas moyen de faire voter les SDF car ils n’ont pas le droit de vote, sans fiche de loyer, etc. !

  12. Happifiou

    @morfin
    « Pas moyen de faire voter les SDF car ils n’ont pas le droit de vote, sans fiche de loyer, etc. ! »

    C’est tout à fait faux ! Personne ne peut-être privé du droit de vote dès lors qu’il possède la nationalité française, voire une nationalité européenne pour certaines élections locales, quel que soit son mode de résidence dès lors qu’il n’est pas déchu de ses droits civiques. Donc dire qu’un SDF « n’a pas le droit de vote » prouve une méconnaissance complète des institutions de la République, et finalement un grand mépris pour ces malheureuses personnes.
    Il est tout à fait possible et relativement facile d’obtenir un certificat « d’élection de domicile » auprès du CCAS de la commune de séjour, et par conséquent l’inscription sur la liste électorale de cette commune. Heureusement, les associations qui prennent en charge les SDF au quotidien le savent. Vérifiez sur service-public.fr avant d’écrire n’importe quoi.
    Maintenant, la question est de savoir s’ils ont envie de voter ? Lorsqu’on est dans le 36ème dessous, les préoccupations de nos politiques germanopratins, France insoumise incluse, paraissent bien vaines, comme la règle verte ou l’arrêt du nucléaire, par exemple !

    1. Nicks

      L’air pollué et les radiations ne gènent pas le SDF ? Certes la misère immédiate est à combattre avant la misère de moyen-terme, mais il me semble qu’un programme équilibré traite de façon globale tous les enjeux. Il se trouve que Jean-Luc Mélenchon parle très souvent de pauvreté, autant que d’écologie. Heureux ?

    2. Happifiou

      Quand je parle de germanopratins… et la réplique sentencieuse et bourgeoise n’a pas tardé à tomber comme la bouse du cul de la vache !
      La question n’était pas de savoir si le programme de la FI est équilibré ou pas, mais de rectifier l’affirmation mensongère et méprisante selon laquelle les SDF n’avaient pas le droit de vote. Et pour côtoyer souvent des SDF auxquels je tâche de venir en aide à la mesure de mes moyens, je peux vous assurer que le fait que Jean-Luc Mélenchon « parle souvent de pauvreté » leur fait une belle jambe. Dans ces conditions, le fait qu’ils puissent voter ne signifie pas qu’ils ont envie de le faire, ne vous déplaise. Mais si vous voulez continuer à les brandir comme des figures de proue ou des gages de vos bons sentiments afin de vous donner bonne conscience, ne vous privez pas, cela les indiffère…

    3. Régine

      @ Happifou
      Toujours aussi charmant. C’est un plaisir de vous lire, ça nous remet à notre place et vous à la vôtre, bien évidemment la plus haute dans l’échelle de la pertinence et du savoir ! L’expression des autres visiteurs de ce blog étant assimilé à de la merde. Sachez quand même que c’est avec des excréments qu’on nourrit la terre et avec la réflexion, des autres (y compris la vôtre) qu’on nourrit le débat. Mais le mépris et l’acide qui caractérise vos propos sont stériles. J’espère que vous allez militer, avec tous ceux qui sont maintenant grâce à vous bien éclairés, afin que tous les SDF soient munis le jour venu du sésame qui leur permettra de voter pour celui qui portera notre parole, notre projet d’une société plus humaine, le mieux possible.

    4. Nicks

      @Happifiou
      Pour qu’on lutte réellement contre la pauvreté plutôt que d’en parler, il faudra que nous soyons au pouvoir, et que nous continuions donc à en parler, à tous bien évidemment. Ca n’empêche pas d’agir comme vous le faites bien au contraire, mais on ne peut pas se dispenser de faire circuler les idées. C’est le seul moyen pour régler les problèmes globalement. C’est la politique et la société, ne vous en déplaise.

  13. semons la concorde

    Intéressante interview avec Natacha Polony dont je salue l’honnêteté intellectuelle. C’est si rare chez les journalistes patentés dans nos media que ça mérite d’être souligné. Et je partage son questionnement sur votre soutien inconditionnel à François Mitterrand. J’entends votre réponse sur le contexte historique qui aurait justifié ses choix politiques et économiques. Mais pour les citoyens de base, comme moi, c’est de son « règne » que démarre le virage à droite. Bérégovoy l’avait compris, un peu tard il est vrai.
    En écoutant les programmes des candidats de droite et de Marine Le Pen, j’ai songé qu’il ne sert à rien de s’appeler « Les Républicains » quand on projette de bafouer ouvertement notre devise républicaine : ni égalité ni fraternité dans l’avenir qu’ils nous promettent.

    1. André

      D’où l’importance de clamer haut et fort que les meneurs des appareils qui bafouent ces valeurs fondamentales ne sont pas républicains et doivent être appréciés comme tels et définitivement classés parmi ceux qui dans notre histoire ont basé leur pratique sur des politiques d’asservissement des peuples et de recherche de boucs émissaires à exclure.

  14. Goissédé

    @happigiou
    Quand Jean-Luc Mélenchon parle de la pauvreté, il parle des 9 millions de pauvres, dont font partie les SDF. Un Français sur six. Quant à la non participation à se déplacer pour voter, elle concerne un Français sur deux.

  15. Guy-Yves Ganier d'Émilion

    En 2014, vous disiez sur votre blog que Paranaguá vous faisait un procès pour des propos analogues à ceux que vous tenez dans ce billet. En principe, la prescription pour diffamation est de 3 mois. Si ce procès a bien eu lieu, et sans vouloir remuer inutilement la poussière, est-ce qu’il serait possible d’en connaître le résultat ?

  16. adinaclo

    Je viens de voir ton intervention européenne sur le futur conseil de défense communautaire et j’ai tout de suite fait le parallèle avec Jaurès : ce qui se prépare est terrible !

  17. morfin

    A l’attention de ceux qui me répondent avec un certain mépris sur les SDF je me charge en effet pour mes amis du quartier de discuter avec eux et elles, de leur donner des livres et de causer politique. Ils sont en attente de relogement qui sont sans cesse repoussés en date et les démarches pour voter, ben non c’est pas facile pour eux ! Qu’ils aient choisi de voter pour Mélenchon c’est leur choix et çà les regarde, car ils n’ont plus confiance en personne d’autre. En aucun cas je ne dicterai en quoi que ce soit pour qui voter mais faire les démarches, oui, on peut leur filer un coup de main. Donc si l’un de vous est plus habile, qu’il le fasse donc, car les SDF de Paris se connaissent entre eux et ils ont participé pour certains à nuit debout avec un stand et une commission. Je leur founis en tout cas le papier de Jean-Luc Mélenchon où sont bien notés des conditions d’inscription mais si quelqu’un peut faire la suite pour qu’ils y arrivent, à bon entendeur !

  18. Invisible

    Natacha Poloni est bien charmante et fait de gros efforts pour être objective. Grâce lui en soit rendue. Mais ils sont marrants ces gens de droite quand ils font passer l’Histoire par leur recyclage idéologique. Ils sont les représentants du conservatisme et défendent leurs intérêts de classe sauf que, sur le plan psychologique, ils aimeraient bien avoir des retombées nimbées de gloire et de bienfaisance. Du coup, ils sont capables de prétendre que la sécu est une création de De Gaule juste parce que ça se passait pendant le mandat de celui-ci ou alors, autre exemple, de prétendre que la loi Veil est une mesure de droite parce qu’elle a été portée par une personne de droite, effacer d’un revers de manche que c’était toute la droite qui s’y opposait. J’ai ré-écouté la vidéo avec Poloni à la 18è minute pour tacher d’y comprendre quelque chose. Il semblerait que Natacha n’ait envie de bloquer que sur un truc sensible mais en reconstruisant l’Histoire. Votre rappel, Jean-Luc, de comment s’est passé l’histoire est utile. Sauf que ça n’y changera rien. Les gens ont admis ce mantra contre Mitterrand en tant qu’icône. Les êtres humains sont ainsi faits, un peu perroquets ! Quand une phrase-titre est lancée, elle est admise comme une vérité révélée.
    Quant à la discussion sur le droit de vote ou non des SDF, elle aurait pu se tenir sans invectives, finalement. Il nous manque ce petit côté faux-cul qu’ont les diplomates.

    1. JCV

      Mitterrand était selon moi un homme bi-face, tiraillé entre radicalité et conformisme. On a tendance aujourd’hui à gauche à ne voir que le deuxième Mitterrand, mais on oublie que celui-ci a été un résistant héroïque, un réformateur déterminé et un vrai porteur d’espoir, en France comme dans le monde. Il choisit l’Europe mais avait-il une autre alternative ? Le monde d’alors était divisé en deux blocs tout aussi rigide l’un que l’autre. L’Europe de Mitterrand était une tentative de troisième voie, un projet cohérent et mobilisateur qui tenait cependant beaucoup trop à son charisme personnel. Ce sont ses héritiers directs qui sont redevables de son échec : Jospin, Fabius, Hollande. Mélenchon représente je crois l’autre aile du mitterandisme, l’aile radicale. Il est en mesure de réussir là où François « le Grand » a finalement échoué. D’autant que dans le contexte actuel un plan B est économiquement et géopolitiquement réaliste.

    2. Renault

      Mitterrand n’a pas été un saint, OK, mais l’abolition de la peine de mort contre le peuple, la 5ème semaine de congés payés, la retraite à 60 ans alors qu’on est plus au sortir de la guerre comme à l’époque de CNR, rien que pour ça, entre autres, ça mérite un très grand coup de chapeau, sachant que Hollande démonte tout et que si un Fillon arrive c’est la fin de la Sécurité sociale.

  19. Luc

    Monsieur Mélenchon, je souhaiterais rebondir sur votre critique de l’agilité. Certes, hélas, le terme est souvent dévoyé par des dirigeants qui n’en connaissent pas grand chose. Mais, si vous ne le connaissez déjà, je vous invite à le lire.
    C’est très court, juste quelques préceptes de base qui me semblent pour la plupart en accord avec ce que je perçois de vos idées et de votre programme. Bien que rédigé par et pour des informaticiens, ces préceptes s’adaptent assez bien à d’autres industries ou services, c’est juste une question de bon sens et de bonne volonté dans l’organisation, et même la planification, du travail, quel qu’il soit. Oh, bien sûr c’est très loin d’un programme politique destiné à dénouer le nœud avec lequel le système financier actuel est en train de pendre l’humanité. Mais je crois sincèrement que ce peut être un élément de transformation des modes de pensée et que cela peut participer à l’amélioration des conditions de travail.

    1. morvan

      Oui, enfin, je m’en voudrais d’être désagréable, mais quant à moi je sature avec ce vocable employé à tout bout de champ dans la publicité, et ici dans votre exemple dans le domaine d’une activité quelle qu’elle soit, participant au dévoiement général des concepts même de métier et de travail. Je sature, oui, à force d’entendre renommer de manière parfaitement absconse des concepts auparavant compris par tous. J’ai récemment appris qu’il y avait un nouveau métier, « agiliste », n’est-ce pas môderne ? Eh bien renseignements pris, et au terme du tri du fatras sur la table, j’ai compris que l’agiliste en question, loin du pimpant acrobate que je subodorais, était somme toute (bête) un coordonnateur de projet, comme il en existe depuis des tralées.

  20. PIETRON

    Je tiens à souligner que les « congés payés », la retraite à 60 ans, etc. sont les résultats de « luttes sociales ». Aucun président, fut-ce Mitterrand, n’a « offert » les congés payés (ni Blum d’ailleurs), et pour ce qui le concerne la retraite à 60 ans, c’était non seulement une des conditions de son élection et une revendication portée notamment par les ouvriers de chez Renault, jadis hyper combatifs avec une CGT très puissante. Les travailleurs ont conquis leurs acquis en 36 comme en 81, et à chaque étape de leur octroi arraché de haute lutte. Cela dit, F. Mitterrand a vite remis les pendules à son heure, et le reste a suivi via les gouvernements successifs quasi coalisés dans une espèce de compétition du moins-disant social.

Les commentaires sont fermés.

©2015/2018 Jean-Luc Mélenchon / V5 / Design INFO Service | Contact | Mentions légales