Le mois dernier, ce blog a reçu 372 806 visites

141 commentaires


  1. sylvain

    Je souhaite faire une petite remarque concernant l’école. Je suis plutôt d’accord avec vous sur les travers des différentes études internationales et de tout le bruit qui suit. Bien sûr la droite en profite pour faire des économies sur le dos de la bête en prétextant une nouvelle réforme qui tue réellement le système éducatif (compétences – socle du néant). Malgré tout, il existe et je le vie tous les jours, une réelle baisse des élèves qui rentrent en 6ème. Vous semblez prendre à la légère les pourcentages d’élèves qui ont des difficultés dans leur langue maternelle et pourtant les faits sont très inquiétants. Je vous invite à approfondir vos recherches sur le terrain pour comprendre comment les collègues de Français s’arrachent les cheveux et moi aussi. Voir Marc Le Bris, Vos enfants ne souront ni lire ni compter.

    1. MP Langeais 37

      « … Une réelle baisse des élèves qui rentrent en 6e » ?
      Bon déjà si on sait pas s’il s’agit de leur nombre ou de leur niveau, voire de leur taille, comment s’entendre dans la langue maternelle pour faire autorité ! (sic)

    2. gracchus

      Raz le bol du ton hautain, camarade, c’est tout le contraire des insoumis !
      Marié à une prof de collège, je vis depuis de nombreuses années sa désespérance, la plupart des élèves issus du primaire n’ont aucun vocabulaire, aucune culture, aucune politesse, et sont inaptes au calcul mental ou à la concentration. Appliquer les mesures programmées pages 110 et 111 de L’Avenir en commun, c’est le minimum vital !

    3. Guillet Brigitte

      Je suis d’accord avec @Sylvain. Pour plusieurs raisons, dont notamment les effectifs toujours plus lourds avec des niveaux de plus en plus disparates au fur et à mesure qu’on avance dans le cursus primaire. On abandonne les instits en leur enjoignant de différencier leurs apprentissages : mission impossible. La réforme des rythmes a soumis l’école, les enseignants et les élèves au diktat des collectivités locales, plus ou moins bien intentionnées. L’école publique est désorganisée. Les parents l’ont bien compris : on assiste à des fuites massives vers le privé qui a gardé le mercredi libéré et l’a fait savoir. Des grèves, des mobilisations nombreuses n’ont pas abouti au retrait de cette réforme, pourvu que la France Insoumise et son candidat s’emparent de cette question, nombre de collègues et de parents sont dans cette attente.

    4. pascal

      J’ai lu ce livre de Le Bris avec mon expérience de 30 ans de carrière dont dix en CO : un tissu d’âneries qui hélas sert à manipuler les ignares en éducation !

    5. colombier

      « Malgré tout il existe et je le vie tous les jours »…
      Comment espérer que nos (petits) enfants sachent pratiquer le Français alors que les enseignants ne le font pas !? Cette langue apprise est en passe de devenir une langue morte si une réforme de l’ « ortografe » n’est pas engagée. Et que les puristes fassent partie de l’Association Nationale des Usagers du Subjonctif (ANUS) comme le préconise l’excellent humoriste et universitaire F Lepage, à voir et écouter sur Youtube.

    6. Sylvain

      @Pascal
      Les ignares en éducation sont plutôt les personnes qui mettent en œuvre les réformes éducatives depuis plus de 25 ans, professeurs compris. Il faut aller lire toutes les études qui sont produites depuis plus 10 ans de la DEPP ou d’autres comme Timss qui montrent une baisse significative du niveau des élèves de primaire en Français et en Maths. Faits que je constate avec mes collègues tous les ans à la rentrée. On peut aussi parler de l’allègement successif des programmes, à savoir que maintenant un élève doit savoir lire en fin de CE2, les tables en fin de CM1 ! Je conteste votre point vue sur le livre de Marc Lebris, je pense bien au contraire qu’il avait en 2004 déjà compris les dangers des pseudos réformes du systèmes éducatif français.

  2. magda corelli

    Merci à vous, à vos équipes. Quel travail ! Votre billet est une mine. Les mémoires ont en effet besoin d’être rafraîchies. Prenez soin de vous, ne tirez pas trop sur la corde.

  3. Naïm

    Monsieur Mélenchon,
    Je vous suis avec beaucoup d’attention et je suis convaincu de la qualité de votre candidature et de vos propositions. Il y a tout de même une chose qui m’échappe. Si je vous suis sur le fait que toutes les guerres sont sales et que la seule voie est la diplomatie, je ne comprends pas que vous ne teniez pas compte des points de vue universitaires et étayées de gens comme ceux que l’on voit à l’Iremmo sur le conflit syrien. Présenter les résistants comme étant tous des djihadistes, c’est objectivement caricatural. […]

    1. Pierre Pifpoche

      Prétendre que Jean-Luc Mélenchon présente tous les résistants comme étant des « djihadistes », c’est cela qui est aussi objectivement caricatural. Qu’ont fait d’autre les USA et la France que de mettre le maximum d’huile sur le feu en Syrie, comme auparavant en Libye et en Irak, au péril des populations concernées ? Oui, on est dans le drame tragique, mais ce drame tragique actuel, ils en sont les complices en refusant d’unir les forces, avec tous les politiciens, médiacrates et penseurs sélectifs qui les soutiennent, qui ferment les yeux quand cela les arrange et les ouvre, quand il s’agit de designer unilatéralement un empire du mal.

    2. Christophe D

      Merci pour ces notes éloquantes et votre finesse d’analyse, sur les plateaux tv comme dans votre blogue.
      J’ai tout de même peur que ce verbe ne suffise pas à convaincre ceux que vous cherchez à défendre, le peuple, la ruralité, les vicitimes du néo libéralisme. Je vous encourage à plus de populisme et moins de language « marxiste », qui bien qu’intellectuellement toujours aussi pertinent, ne passe plus auprès des populations. Je constate que les termes de « lutte de classe » et de « capitalistes » disaparaissent de plus en plus de vos discours, c’est hélas nécessaire pour rassembler la masse critique.
      Quand aux primaires, il est désormais trop tard pour faire demi-tour, mais pourquoi ne pas y participer en posant comme conditions de ne pas reconnaitre le vainqueur ? Quand on veut faire la révolution citoyenne, tous les moyens citoyens sont bons ! Bon courage à tous !

  4. polocartes

    Merci pour ce billet très intéressant. Ne vous inquiétez pas les gens ne sont pas dupes et le PS crèvera de sa mort naturelle. En tout cas, on est tous derrière vous et il y en a de plus en plus ! Bon séjour au Antilles et bon courage à vous.

  5. Maxime

    Bonsoir,
    Je viens de terminer la lecture de ”L’avenir en commun » et réalise encore plus aujourd’hui l’importante nécessité de créer une dynamique enthousiasmante dans la communication de ces belles idées ! Merci à toutes et tous pour votre travail de cogitation et d’éclairage massif !

  6. L. chollon

    Pour te préparer à ton atterrissage cher Jean Luc, une petite info sur l’ambiance dans les îles en ce moment. Noël, ici c’est de la folie. Embouteillages dans toutes les zones commerciales. Galère car tout est au même endroit. On appelle ça les « avents », grosses promotions comme des soldes, gros arrivages par bateaux de toutes sortes de produits. Et très vite pénurie des choses simples ! Une frénésie de la consommation. Qui s’appuie sur « le manque ». Les habitants achètent dès qu’ils trouvent et stockent. Mais cela ne t’empêchera pas de remplir les salles. Bonnes caraïbes et belles rencontres.

    1. Desfond H

      Ce sujet est aiguisé aujourd’hui. Imaginons que vous appliquiez les 35 ou 32 heures, et les mesures sociales prévues sur votre budget, les banques, sous le masque de l’Europe, couperont les prêts quelque part en juillet. Comment paierez vous les retraites et salaires dûs par l’état ? Quand on voit la situation de Tsipras, on peut s’inquiéter. Il faudra soit faire un Fraxit, qui ne dispensera pas des dettes, soit renégocier, là encore avec un problème d’échéances.
      Accessoirement, je suppose que vous avez en tête une équipe de gouvernement. Une partie des choix dépendra des résultats, regroupement éventuuel au 1er tour, il est un peu tôt. Mais les autres ? On prétend que vous êtes isolé dans le milieu politique. Trop pour annoncer des noms ?
      Merci.

  7. Romuald62300

    Merci monsieur Mélenchon,
    Tout d’abord je souhaite à remercier les insoumis, pour leur implication et les mini débats sur les réseaux sociaux. Je viens de rejoindre un groupe d appuis et m’investis jour après jour, car vous donnez beaucoup pour ce combat, mais n’oublions jamais qu’un combat se gagne à plusieurs, nous devons tous nous impliquer. J’adhère à 100 % à votre vision et programme. Notons toutefois le manque d’objectivité de la part des medias, mais avec du courage, on trouve la vérité. Merci donc et bon courage pour le chemin restant, nous des millions derrière vous.

  8. Francis

    Hamon confirme qu’il a la main qui tremble sur les traités européens. Il pense que l’on peut changer l’Europe sans aller casser de la vaisselle à Bruxelles. Certainement comme Sarkozy et Hollande.
    La cause est désormais entendu, ni Hamon, ni Montebourg ne s’opposeront à la domination sans partage du gouvernement allemand.

  9. Mat

    Petit hello des USA, bon courage a vous. Sanders a gagné les coeurs, vous gagnerez les élections !

  10. Pierre Pifpoche

    Sympa les vidéos de Romain dans ce blog pour expliquer avec humour les démarches pour agir et pour convaincre dans la campagne ! Surtout, j’ai aimé le justificatif de domicile en forme de globe terrestre.

  11. Pélaez Patrick

    Merci, à vous Jean-Luc. La fracture idéologique date effectivement de 2005. Les Français avaient tranché après un long et riche débat sur le sujet européen. Nos « élites » Sarkozy et Hollande en tête, ont trahi le choix de notre peuple. Les sondages nous donnaient perdant en 2005 et on a gagné !
    On sent dans la dynamique de la France insoumise, que dans la tête de beaucoup de gens de gauche, nous sommes devenus le vote nécessaire. Il y a ceux qui parlent, il y a ceux qui font. Pour nous est venue l’heure de l’action. Bon et riche séjour dans les Antilles.

  12. LE GALL

    la sociologue de l’éducation Nathalie Bulle avait publié, sur le remarquable site skhole.fr, un article éclairant sur « PISA ». A mon avis, son livre « l’école et son double » aurait dû servir de base théorique pour notre programme éducatif. Malheureusement, elle n’a même pas eu droit à une audition programmatique, et « l’appropriation de savoirs ambitieux » de « l’humain d’abord » a été remplacé par le « adaptant les pédagogies » de « l’avenir en commun ». Il s’agit d’un recul terrible de notre part.
    On peut toujours nier la réalité, mais elle revient toujours vous frapper en plein visage. La tyrannie des « pédagogistes » a abouti, effectivement, à une vertigineuse baisse de niveau dans l’acquisition des savoirs fondamentaux, principalement chez les enfants issus des milieux les moins favorisés. Tous les enseignants honnêtes vous le diront. Certes, ces enfants finissent diplômés, mais parce que l’on a cassé tous les thermomètres, ce qui permet de nier la maladie. Les barêmes de notation du bac L, notamment, permettent à des enfants de l’obtenir sans jamais avoir ouvert un livre, ou en étant incapable de traduire une demi-phrase d’anglais en français.
    C’est ainsi que des générations entières de jeunes Français n’auront jamais accès à la majorité des chefs-d’oeuvre, littéraires et philosophiques de l’esprit humain … et nous, les « insoumis », n’auront rien…

    1. Pierre

      Je suis bien placé pour connaître la réalité de la « baisse du niveau » mais n’accusons pas trop vite les « pédagogistes ». La fin du redoublement, par exemple, va envoyer, chaque année, en seconde, des élèves qui ne savent pas faire une phrase, non seulement en anglais (la matière que j’enseigne), mais également en français. Les fautes que je corrige ne sont plus des fautes d’anglais, mais des fautes de français. Les « pédagogistes » ont servi de paravent aux libéraux. Si les élèves ne redoublent plus, ce n’est pas parce que l’on est convaincu que se serait un traumatisme psychologique dans leur « parcours de vie » mais parce que l’on souhaite économiser de l’argent car on sait le prix (et non le coût) d’une année d’enseignement.

    2. Calou

      « Pédagogiste » est une insulte utilisée par l’extrême droite contre des personnes qui n’ont jamais eue le pouvoir mais que les réactionnaires de l’éducation redoutent. Je ne comprends pas pourquoi elle sort du clavier d’un camarade.
      Les différents mouvements de l’Education « Nouvelle » (alors qu’elle a plus de 100 ans) n’ont jamais été au pouvoir et ont même été tenus régulièrement à l’écart du système scolaire ou « parqués » dans des réserves. Ils subissent très souvent une forte pression de la hiérarchie, ce qui dissuade de nombreux enseignants de changer leurs pratiques dans ce sens. Il est donc totalement faux et abusif de leur attribuer la responsabilité d’un éventuel échec de l’école. C’est pourtant eux que les « réac-publicains » désignent avec le terme « pédagogiste ».
      Mais peut-être es-tu leurré comme beaucoup de collègues par les usurpateurs qui prétendent que seul un changement de pédagogie peut améliorer l’école, permettant à ces derniers de justifier des mesures d’austérité. Ceux-là sont des tartuffes ultra-libéraux. Il ne faut pas les confondre avec les camarades qui luttent au quotidien pour changer des pratiques directement inspirées par le capitalisme.

    3. LE GALL

      « Insulte, réactionnaires, réac-publicains, leurré, usurpateurs, tartuffes (ultra-libéraux)… »

      Le dramatique glissement des « savoirs » (l’Humain d’abord) à la « pédagogie » (l’Avenir en commun) tient sans doute à la faiblesse manifestée face à ce genre d’invectives, dignes de bigots défendant leur foi (la pédagogie n’est rien d’autre qu’une foi). J’invite celles et ceux qui veulent réfléchir sur le sujet à (re)lire N. Bulle, donc, mais aussi J.C. Milner (« De l’école », 1984, tout était dit). Maintenant, sortira de mon clavier ce qui aura l’heur de me plaire, mais sentir affleurer l’envie d’une police de la pensée-syntaxe-vocabulaire m’amuse beaucoup, je dois dire.

    4. Aguiriec

      Bonjour à tous. J’avoue que je ne suis pas enseignante, même si je me suis souvent trouvée face à tel ou tel groupe d’élèves en position de transmettre des savoirs, des compétences, et surtout un désir de connaissance, mais il me semble qu’il est bien vain d’opposer la « pédagogie » aux « savoirs ». Chacun reconnait que l’une est nécessaire pour que les autres soient transmis, non ?
      Reconnaissant donc ma qualité de béotienne en ce qui concerne l’école, je profite de l’occasion pour poser une question […]. Que pensez-vous, de l’expérience qu’a pu mener Céline Alvarez dans une classe maternelle de Zep (à Gennevilliers je crois), pendant trois ans, expérience qu’elle a abondamment documenté et filmé, jusqu’à ce que le ministère mette fin à cette expérience. Des enfants de quatre ans, issus de l’immigration, sachant lire et écrire, et visiblement épanouis : trop « élitiste » ! Dans une Zep !?

  13. chan

    Bon séjour aux Antilles ! Je ne doute pas que votre prochain billet évitera les clichés doudouistes et colonialistes et qu’il insistera sur les efforts écologistes, cultures bio, énergies, malgré la pollution d’une partie des terres et des mers, et ses conséquences sanitaires.

  14. Invisible

    Un reportage de France 2 sur les méthodes soit disant novatrices de Shangaï méconnaît totalement la réalité : le matériel pédagogique de calcul pour expérimenter les bases à partir de cubes et barres étaient enseigné en école normale dans les années 70-80. Ce matériel existe dans nos écoles. Ou alors, c’est Shangaï qui a repris nos méthodes et en ont fait un produit marchand ? L’enseignement, de nos jours, ne vaut que s’il est présenté sous un aspect commercial et flatteur pour le client, à savoir les parents d’élèves. Depuis que de nombreuses familles sont passées à la concurrence, l’enseignement catholique, cette démarche de vanter le produit pour séduire le chaland a tout envahi.

  15. kafka62

    Se mettre au clair par rapport à ce qui se passe à Alep et en Syrie en général, urgent et indispensable. Je ne doute pas que notre candidat ne verse pas dans l’hystérie actuelle. La journée du mardi 13 Décembre 2016 est à marquer d’une pierre (noire ou blanche). Interventions de Me Merkel, Mr Ayrault, Mr Cazeneuve dans notre assemblée nationale, tous les médias télé et radio ne tirent que dans un sens. La guerre est sale ne cesse de répéter notre candidat. Encore faut-il ne pas se tromper de combat et Jean-Luc semble être correctement informé. L’avenir nous dira que penser de tous ces cris d’orfraie actuels. Un candidat à la présidentielle, Mr Jadot, a soumis avec Mr Glucksman dans Le Monde une chronique très orientée. Ce n’est pas rien ! Me Léa Salamé, Médiapart le 13/12, s’exprime : « comment, après celà, peut-on voter pour cet homme (Mélenchon) ». Ce n’est pas rien. La Tour Eiffel s’est éteinte ce 14 Décembre à 20 heures saluée par des slogans « Bachar assassin, Poutine criminel ». Ce n’est pas rien. Se rappeler de ces 13 et 14 Décembre et se déterminer de manière franche et raisonnable. C’est un minimum. On pourrait nous reprocher par delà un manque d’empathie plein d’autres choses. La méchanceté n’a pas de limite.

    1. GOULET

      Bonne émission sur Infrarouge ! Mélenchon est bien au parfum.

  16. Messines Ch.

    Oh, tous ces hypocrites qui pleurent sur les morts d’Alep, enfin cela dépend desquels, ceux de l’est ou ceux de l’ouest ?! Les morts du Mali, du Yemen, de Gaza, d’Afghanistan etc. ne méritent pas leur compassion, n’ont pas droit à leur veillée, n’ont pas droit à l’arrêt des lumières de la tour Effeil ! La guerre est sale pour tous. Dans MDP, un blogueur a écrit un article sur les morts de Rémi Fraisse, d’Adam Traoré, et tant d’autres que nous avons « digérés ». Je suis, je ne trouve plus de mot assez fort, de cette dégoulinante compassion à géométrie variable. Et tant de personnes pour taper sur JL Mélenchon, alors que ses paroles sont précises sur ces conflits.

  17. Laurent C

    Merci pour ce billet !
    Le « bon ton » et le plein d’arguments lors de la dernière intervention radio/TV. Super et bravo à tous ceux qui s’emploient à la cause commune. Sur le nucléaire, pour la crédibilité de la planification de la transition énergétique, il faut s’occuper (aussi) du devenir de nos stocks de Pu et d’U.
    Bonne campagne dans les îles !

  18. Joseph Musso

    Bonjour,
    Au sujet des Antilles, plusieurs propositions.
    Proposer des coopérations (santé, infrastructures, éducation, culture…) avec la petite ile de La Dominique (coincée entre la Guadeloupe et la Martinique) qui avait beaucoup souffert lords du dernier cyclone. Aussi, sur le plan anthropologique, je n’en suis pas sûr, il y a encore des indiens indigènes ce qui est très rare dans ces îles car ils ont tous été tués ou morts de maladie à l’époque moderne. D’où l’idée de la coopération, entre autre pour les « protéger » ou les aider à garder leur culture originelle.
    Exproprier les békés ? Ou obliger à mutualiser leurs terres avec des structures types SCOP agricoles ? Interdire/réglementer les pesticides dans les champs de banane.
    Mettre en valeur les lieux de mémoire liés à l’esclavage afin de « tourner la page » sans oublier l’Histoire. Il y a aussi l’épineux problème des cimetières d’esclaves pas vraiment répertoriés. Enfin, à côté de la devise républicaine française, la devise jamaïcaine est valable en France et aux Antilles : « out of many, one people » (issus de plusieurs, un seul peuple). À rappeler en discours, ça aurait de la gueule ! Ça aiderait à réduire les racismes qui pourrissent la société.

  19. Pierre

    Il est urgent de revenir sur la situation à Alep. Quand on lit les raccourcis qui circulent en ce moment, l’odieuse tribune de Glucksmann (tel père…) et Jadot. Dans l’humanité aujourd’hui, très bonne analyse de Barbancey et de Zerrouky. Rappeler le témoignage de l’ex-président finlandais (prix Nobel de la paix en 2008) qui affirme qu’il était possible de mettre un terme à la crise syrienne fin 2012, mais que la volonté des puissances occidentales de faire tomber le pouvoir syrien et l’assurance que cette chute était imminente, a entraîné le rejet d’une proposition russe au Conseil de sécurité de l’ONU prévoyant de ne pas fournir d’armes à l’opposition syrienne, d’engager un processus de dialogue entre celle-ci et Assad et de trouver un moyen « élégant » pour le président syrien de s’écarter du pouvoir. Ce qui aurait peut-être pu éviter la mort de quelques 300 000 personnes et l’exode de plus de 3 000 000 d’autres.
    Vite un récapitulatif sur la Syrie, contenant la remise en contexte des propos tenus précédemment. Succès Youtube assuré !

    1. zakfa

      Je suis complètement d’accord. Plusieurs personnes de mon entourage ne comprennent pas. Beaucoup, après de longues discussions, ont compris les arguments de la FI. Malheureusement, Alep et les diverses interventions mesurées de Jean-Luc Mélenchon sont ressorties hors contexte et Jean-Luc Mélenchon passe pour un monstre. Et tout le travail est à refaire car les gens ont des nouveau le soupçon que Jean-Luc Mélenchon est l’ami des dictateurs, complaisant avec les Russes. Urgence à faire une mise au point pédagogique et accusatoire du déroulé de cette tragédie. Qui a pris les décisions, pourquoi. Ce moment peut anneantir la FI.

  20. Autrement

    Merci à tous les insoumis qui réagissent contre la propagande atlantiste éhontée, partout répercutée, à propos d’Alep. John Kerry lui-même a pourtant vendu la mèche, comme le rapporte Kharroubi Habib, journaliste algérien au Quotidien d’Oran (évoquant le parti pris des dix pays de la réunion de Paris sur la Syrie). Extrait :
    « Faisant de cette désinformation le leitmotiv de leur propagande anti régime, ils martèlent l’accusation que ce régime poursuit une opération génocidaire contre une population ayant pris fait et cause pour ses adversaires. C’est ce qu’ils ont encore rabâché au cours de leur réunion à Paris. Sauf qu’au sortir de cette réunion à laquelle il a participé, le secrétaire d’Etat américain John Kerry à fait à la presse une confondante révélation : à savoir que la rébellion qui occupe les quartiers assiégés d’Alep et qu’il a toujours qualifié de « modérée » a empêché la population sous son contrôle de fuir les zones bombardées et a dans certains cas empêché l’assistance humanitaire d’être délivrée. C’est de sa part un aveu qui démolit tout ce que la propagande anti régime a déversé à l’encontre du régime et de ses forces tout au long de la bataille d’Alep. »
    Voir le texte in extenso sur le site du Grand Soir, qui est riche en articles « insoumis » sur le sujet.

    1. maxime vivas

      L’article du GS (dont je suis administrateur) est ici. Merci de nous aider à le porter à la connaissance des Insoumis.

Les commentaires sont fermés.

©2015/2018 Jean-Luc Mélenchon / V5 / Design INFO Service | Contact | Mentions légales