Le mois dernier, ce blog a reçu 372 806 visites

172 commentaires


  1. Milou Enmai

    Juste vous dire cher Jean-Luc Mélenchon que vos propos tenus aux Antilles ont eu des échos dans les autres territoires français d’outre-mer et notamment en Polynésie où l’indépendance énergétique et l’indépendance alimentaire que la France insoumise prône, ont fait mouche auprès de nombreux polynésiens qui attendent depuis des années qu’elles deviennent la réalité de leur quotidien. Les monopoles d’une minorité sur l’importation des énergies fossiles et l’alimentation est une nouvelle forme de colonialisme qui empêche à ces peuples d’outre-mer de vivre libre et émancipés.

  2. bat 37

    Bonjour monsieur Melenchon, bravo pour votre travail et votre passion que vous communiquez fort bien. Reposez vous bien pour affronter cette campagne électorale qui avance a grand pas. Une question que l’on me pose souvent a propos de votre livre « l’avenir en commun » il n’y a aucun chiffrage concernant votre programme. Que dois je répondre pour convaincre ? Merci et bon courage.

    1. Fred

      Par exemple que l’intendance suivra. Ou la réorganisation de l’impôt sur le revenu en 13 tranches, ou la lutte contre la fraude fiscale (juste celle la suffit), ou la création de 300 000 emplois dvpt énergie verte et 200 000 emplois paysans.

    2. Luc

      @Fred
      Justement sur les 14 tranches de l’impôt, il faudra être très concret pour montrer comment cela va soulager les plus pauvres, les classes moyennes et reporter l’effort sur les revenus les plus élevés. Un défaut de clarté dans ce domaine ne manquera pas d’être exploité par nos adversaires.

    3. Ninon

      Le chiffrage est en cours. Mais les ateliers thématiques sont plus précis et détaillés que le programme qui donne une vision plus globale.

    4. Pierre Pifpoche

      Les chiffrages sont en cours et vont venir (sauf les chiffrages des catastrophes de ces dix dernières années qui, eux, sont déjà achevés !)

    5. bob.polet

      Tous les opposants aux insoumis n’attendent que du chiffrage pour nous mettre sous le nez et nous opposer TINA ou les saintes lois du marché. Celui qui « chiffre » ne croit pas en l’humain d’abord, il chiffre, il capitalise, il est loin de nous ! Ce n’est pas lui qu’il faut convaincre, mais bien ceux qui ont soif d’espérances.

  3. Richard Hormain

    Moi aussi, je suis sous le charme, évidemment. Mais assez de compliments, on se félicitera et on se reposera quand la bataille sera gagnée.
    J’entends que le programme n’est pas figé, que des contributions pourraient encore le faire évoluer. Je l’espère vraiment et j’aimerais y participer, ayant raté la première phase. Alors, cher Monsieur Mélenchon, s’il est vrai que nous avons un penchant (naturel ?) à l’admiration des héros et que la personnalisation du combat politique est sans doute incontournable dans le jeu électoral de la 5ème république, ne serait-il pas temps de mettre un peu plus de « nous » dans vos discours, comme vous l’avez d’ailleurs déjà fait à quelques reprises ? Autre chose. Je suis d’accord avec @Robert Arnaud, il ne faudrait pas laisser les anciens communistes ou écolos, qui ont une expérience des partis, voire les syndicalistes, ces gens qui fonctionnent un peu de la même façon pour avoir appris l’action politique avec ceux-là même qu’ils vont à présent combattre au sein de la FI, se poser systématiquement en candidats légitimes pour les législatives. Ca pourrait effectivement en dégoûter quelques-uns.

    1. Jo

      Sur le « nous », la réponse de Jean-Luc Mélenchon est simple. Dire « Je » libère les autres ! Quand il ne dit « nous », il nous oblige à nous ranger derrière lui sans broncher. Dire « je », c’est non seulement affirmer une position personnelle, mais aussi libérer les autres d’une obligation de répéter à l’identique le propos tenu. D’autre part, l’extrême personnalisation de la présidentielle n’est pas le fait de Jean-Luc Mélenchon. Elle lui préexiste, et je pense qu’il a raison de se positionner tel qu’il le fait, car c’est un bon moyen d’exister médiatiquement, puisque les médias se moquent des programmes (à juste titre : ce sont les mêmes politiques qui s’appliquent depuis plus de 30 ans). Il ne leur restent que les personnes.
      Sur les « anciens communistes et écolos qui ont une expérience… », il est évident que l’élection de Jean-Luc Mélenchon ne réglera pas tout et notamment les rapports de force politiques qui existent aujourd’hui ne disparaîtront pas après l’élection et il y a un risque évident pour la Constituante qui devra se mettre à travailler. Il y aura des syndicalistes, des proches d’élus, du FN… Et comment ne pas laisser dériver cette constituante vers un régime qui serait à l’opposé de ce que nous voulons, nous « à gauche », me parait une question pertinente.

  4. Raphaël

    Monsieur Mélenchon, vous êtes une aubaine qui ne date pas d’hier, cependant j’ai quelques craintes, en ce qui concerne votre égo. Il faut en avoir pour se présenter à la France et prétendre vouloir devenir son prochain président. Mais méfiance malgré tout, connaissez vous vous-même comme disait l’autre. Si je peux me permettre, ne retentissez pas trop, n’explosez pas en plein vol, lorsque les chiffres iront dans le sens d’une éventuelle victoire. Gardez sans dévier, la direction et la simplicité. Vous n’êtes ni providentiel, ni indispensable, seulement talentueux. Je souhaite votre victoire. Que la bataille commence!

    1. Vassivière

      Monsieur Mélenchon, merci pour « votre ego » qui nous permet de briser le carcan du Tina, de l’enfer des riches imposé aux pauvres (nous), de la dictature idéologique de la presse sous influence, qui nous donne enfin des visages, des voix, des consciences individuelles et collectives pour penser ensemble notre révolution citoyenne. A demain.

  5. Petroff

    Merci Jean Luc et toute l’équipe ! Le boulot que vous faites (que nous faisons tous) marquera l’humanité j’en suis persuadé. Un mot complémentaire. Notre « Avenir en commun » mériterait des développements plus audacieux sur la démocratie locale et l’organisation territoriale. Je veux bien y contribuer et trouver quelques agents territoriaux pour nous aider à bâtir cette pièce (que j’estime primordiale) de notre puzzle programmatique. Je lance un appel public pour ce faire. Belle année 2017 à toutes et tous.

    1. le révolté

      Ceci peut, sans doute vous intéresser.

    2. André

      Tout à fait d’accord et d’autant plus quand je vois les dégâts produits en matière de ruralité par la mise en place de la loi Notre.

  6. Olivier

    Très beau texte, tellement vrai. Une petite critique, toutefois. Pourquoi commencer, avant toute argumentation, par « cracher » un peu sur les catholiques de tout poil ? Tout en affirmant ne pas y toucher, Noël oblige, on ne veut pas s’empêcher d’égratigner les cathos de tous horizons, évoquant pèle mêle les polémiques inutiles sur les crèches, les abus des politiques américains et les saints Nicolas de tout genre. Comme vous le dites vous même, vous en tirez (vous même) un petit bonheur, c’est déjà ça de pris. Mais vous êtes candidat à la présidence de la république française, monsieur Mélenchon, si j’ai bien tout compris, non ? Comme d’autres veulent interdire la CGT, allez vous commencer par interdire les églises, et par mettre en prison les croyants de tous bords ? J’apprécie votre franc parler, Monsieur Mélenchon. Comme le disent d’autres commentaires, vous êtes notre seul espoir sur cette élection, le seul qui aujourd’hui parle « vrai », évoque les problèmes tels qu’ils se posent, ont un regard frais et franc sur le peuple. Je ne pense pas être le seul croyant pratiquent (quelle que soit ma religion, cela n’a d’intérêt que pour moi) qui croie en vous comme un possible bon président. Alors, Monsieur, pourquoi ne pas appliquer ce que vous disiez il y a peu à un journaliste, laissez nous dans notre coin, croire en ce que nous voulons, cessez donc votre démagogie anti religieuse, comme nous aimerions tant que d’autres cessent leur démagogie anti ouvrière.

    1. Norbert Mouiren

      Je souscris totalement à tout ce que vous dites si bien et avec beaucoup de pertinence et de modération. Je fais partie des hésitants au camarade Jean-Luc. Je suis un catho et je n’aime pas qu’on soit intolérant avec ce que je crois. Je suis aussi un militant contre l’injustice, la bêtise et le tout fric. Je ne suis donc pas très loin de Jean-Luc Mélenchon, mais je ne pourrai pas voter pour quelqu’un qui m’égratigne sans savoir qui je suis. J’ai d’ailleurs trouvé quelqu’un de beaucoup plus révolutionnaire que lui, mais qui ne s’est jamais présenté à une élection. Nous venons de fêter l’anniversaire de sa naissance et il nous fait rêver de paix, de fraternité, de non violence, de justice et d’amour. Dites à Jean-Luc de ne plus cracher sur les cathos. Trop facile, pour le plaisir de quelques bobos gauchos, de les mettre tous dans le même sac. Salut et fraternité à vous.

    2. Erwan Delcourt

      Sauf que ici le problème de certains catholiques, c’est qu’ils ne veulent pas rester dans leur coin, comme l’atteste la présence de crèche dans certaines mairies ! Jean-Luc Melenchon ne dit pas autre chose. Votre comparaison abracadabrantesque entre certains qui voudraient interdire la CGT et M. Melenchon qui interdirait les églises et mettrait je ne sais qui en prison pour des motifs religieux, est tout simplement indigne. La démagogie ici c’est de dire : laissez nous dans notre coin et vouloir étendre ce coin aux lieux publics pour ensuite renvoyer ceux qui s’en offusquent dans la cour des polémiques inutiles !

    3. marcius

      Mais Jean-Luc Mélenchon ne parle pas du Noël chrétien voyons, mais de ses dévoiements, dernièrement par la société de consommation et son emblème du gros rougeaud, qui nous vient droit de Coca-Cola !

    4. Nicks

      Jean-Luc Mélenchon ne veut pas autre chose il me semble, que l’application de la laïcité. Il reste suffisamment d’églises pour prouver que ce concept n’est pas liberticide, bien au contraire.

    5. brunet françois

      @Olivier
      La positon de Jean-Luc Mélenchon est très simple. La foi et la religion n’ont pas leur place dans la sphère politique, donc les lieux publics doivent rester neutres. De plus, il ne prêche, ni ne crache sur telle ou telle religion, il prêcherait plutôt contre « les marchands du temple ».

    6. Invisible

      Vouloir interpréter les phrases de Jean-Luc par des expressions telles que « cracher sur les Catholiques » ou « bobos gauchos » me semble exagéré, pour le moins et peu conforme à la foi chrétienne, ni à la tolérance ou à « l’esprit de Noël ». J’ai plutôt un sentiment de jetage d’huile sur le feu à cette lecture. Être de gauche exige beaucoup d’abnégation. Être chrétien de gauche est une prouesse qui exige très probablement une très haute idée de sa foi et de ne pas réagir aux provocations et encore moins d’en faire (de la provocation).
      Pour ma part, j’observe à la télé (que je scrute et à laquelle je n’ai pas renoncé) un retour important du religieux. Les crèches sont très à la mode cet hiver. Cet été, c’était les tuniques de bain théologiques. De nombreuses cérémonies s’affichent sur nos écrans suite aux attentats. Le téléspectateur est entraîné, qu’il le veuille ou non, à l’intérieur des églises. On assiste à un affrontement du blanc contre le noir, du civilisé contre le barbare. L’un est vêtu de blanc et réputé bon, l’autre est vêtu de noir et il massacre.
      Heureusement qu’on a encore le droit d’être athée ! Pour combien de temps ? Jean-Luc a parfaitement raison de dénoncer plutôt les intérêts géo-stratégiques qui sont en jeu dans les pays dévastés par les guerres. Toutefois, permettez lui une toute petite lucidité sur le père noël et les crèches qui font marcher le business sur toute la surface de notre planète.

    7. Ninon

      Le « gros rougeaud » c’est le Père Noël Coca-Cola qui pousse à la consommation. La République doit rester neutre par rapport aux religions donc pas de crèches dans les mairies, seulement dans les églises. J-L Mélenchon ne dit pas autre chose et ça me semble la base pour que s’applique le contrat politique qui unit le peuple de France (pas seulement les Français).

    8. André

      Il me semble que si Jésus-Christ avait choisi notre époque et notre pays pour venir dans ce monde il persisterait aujourd’hui à trouver malheureux toutes celles et ceux qui rejettent l’étranger et l’émigré et qu’il condamnerait tous les grands prêtres des catholicismes divers qui font de ce rejet leur religion, cependant que quelles que soient les croyances et les non croyances de Mélenchon et de tous ceux qui militent avec lui, Il serait solidaire du programme qui condamne la priorité du culte de l’argent et tend à inventer un vivre ensemble basé sur l’Humain d’abord.

  7. JudP

    Bravo pour le travail et l’énergie. Cela se voit, et c’est un argument qui porte quand on essaie de convaincre. C’est plus facile aujourd’hui de défendre le vote FI, que l’an dernier M6R. Je n’ai pas envie de mettre des bémols, sur vous, je suis juste impressionnée. Je ne sais pas comment aider, à part essayer de convaincre des proches, ce qui n’est déjà pas toujours évident. Je suis d’une profession libérale exposée à la décision des politiques, une profession sinistrée par la diminution des investissements des collectivités locales, dans un département à droite de toute éternité. Je ne peux m’afficher dans la FI, sauf à perdre la confiance des élus qui nous font travailler. Je n’en ai pas non plus le temps, et un gros chèque n’est plus dans mes moyens. Bon, si en travaillant les weekends, on arrive encore à payer les factures, c’est que ça va !
    Si ça peut aider, un point à améliorer. les Insoumis de ma ville, malgré leur courage et la générosité de leur investissement que je salue, ne donnent pas toujours une bonne image du mouvement. Si vous pouviez faire passer un message général, d’être tolérants et accueillants pour ceux qui viennent les voir, surtout avec ceux qui hésitent, parce qu’on va avoir besoin de ceux qui doutent aujourd’hui pour faire pencher la balance du bon côté (à cette condition, c’est possible). Ça me paraît important.

    1. Sergio

      « Je ne sais pas comment aider, à part essayer de convaincre des proches… »

      Faites comme moi, envoyez des sous à la FI. Ils en ont besoin. Bon courage à tous, sinon.

    2. Jeje

      J’abonde dans le sens de @Sergio, et je précise que le financement de la campagne Sanders a principalement été composé de dons à deux chiffres en dollars, même douze euros aideraient le mouvement FI. De plus, ces dons vous donnent droit à un abattement d’impôt (si vous en payez). Et non, si vous n’arrivez à payer les factures qu’en travaillant aussi le weekend, on peut dire que quelque chose cloche.

  8. Desbois Christian

    Salut et fraternité, camarade Jean-Luc Mélenchon. Tu as, ils ont, nous avons beaucoup travaillé, milité pour en arriver là ou nous en sommes. Après quelques heures de fêtes puis de repos bien mérités, nous allons devoir redoubler de travail, d’expressions, d’initiatives d’actions et de militantisme car au bout de cette vaste phase de construction d’un pôle politique nouveau, il y a la réussite de la révolution citoyenne. La victoire du peuple !
    Bonne année 2017, camarade Jean-Luc.

  9. Francis Martin

    C’est vrai, bien écrit, tellement dans l’attente des gens. Mais c’est pas drôle ! Pas du tout marrant au point de le resservir dans une discussion de bistrot. Non monsieur Mélenchon, vous n’appelez pas à la gaudriole, à la franche poilade, à la désinvolte rigolade. Le monde est sérieux, l’avenir austère, le futur redouté. Certes mais que diable un peu d’humour. Vos concurrents ne s’y trompent pas qui émaillent leurs discours de phases désopilantes comme « je suis pour la suppression du 49.3 » ou « focaliser l’assurance publique universelle [c’est-à-dire la Sécurité sociale] sur des affections graves ou de longue durée, et l’assurance privée sur le reste ».

  10. Robert POUJADE

    Cher Monsieur,
    Merci de nous faire partager ces moments d’intimité aérienne. Le ton de ces réflexions tempère la virulence des réunions publiques et ajoutent à votre charisme. Un (petit ?) reproche toutefois. A l’arrivée, prenez le temps de relire, ou de faire relire, votre texte avant de le diffuser. Quelques fautes d’orthographe et de conjugaison perturbent le flux de la lecture. Avez-vous pensé à enregistrer ces réflexions ? Le temps est plus court à vous écouter qu’a vous lire. Je suis vos vidéos YouTube et j’en parle autour de moi. Je ne partage pas (pas encore ?) tous les points de votre programme, mais je suis un fervent soutien de La France Insoumise. « Jusqu’à la victoire ! Toujours !  »
    Excusez les accents manquants : la faute au smartphone.

  11. mangione daniel

    je suis impressionné par tant d’intelligence politique. Merci ! monsieur Mélenchon.
    Daniel, un insoumis parmi beaucoup d’autres a venir.

  12. haumann nicole

    La graine a bien germé, et se développe, issue du meilleur terreau, elle résistera aux intempéries, et produira quelques boutures. Quoi qu’il en soit, merci au jardinier !

  13. eric verdier

    Bonjour à toutes et tous et bien sûr à vous, Mr Mélenchon ! Je viens de lire vos notes de blog et visionner vos meetings en Martinique et Guadeloupe et tout cela résonne très fort quant au sujet tragique de l’ esclavage et son empreinte jusque au temps présent sur ces territoires. Je viens de terminer les deux premiers volumes du très beau et remarquable roman de Madison Smart Bell, « le soulèvement des âmes », suivi du « Maître des carrefours » parus chez Actes Sud au milieu des années 90. Il s’agit de l’histoire du mouvement d’émancipation des esclaves (le premier das l’histoire à réussir) prise dès le débuts de la Révolution Française où apparaît progressivement la figure tutélaire du libérateur Toussaint Louverture que l’auteur tout au long du roman s’attache à ne pas personnifier, laissant ainsi une part de mystère à cet homme hors du commun et que Napoleon devenu empereur fera enfermer pour y mourir à Fort de Joux dans le Jura. Mais ce roman, c’est avant tout une immersion dans cette société de l’époque avec un regard d’une acuité et honnêteté exemplaire à lire d’urgence !

  14. evelyne jouanneau

    Bonjour Jean-Luc,
    J’ai lu le début de votre pensée sur l’esclavage. A cette époque, c’était déjà le capitalisme triomphant qui faisait choisir une main d’oeuvre gratuite plutôt qu’une main d’oeuvre exploitée et mal rémunérée. Rien a changé depuis, la France et d’autres pays complices, ont provoquer un afflut de main d’oeuvre gratuite, celle des réfugiés politiques que l’Europe va payer pour quelques euros, pour ne pas dire qu’ils sont en réalité les esclaves de notre temps. Hier, j’ai regarder le film sur l’histoire de Tom Sayer et son ami, adopté par madame Becker qui aimait Jim, son noir, à son service. C’est alors qu’au fur et à mesure du film, j’ai fait cette comparaison avec les réfugiés.

  15. Michel DOLOT

    Bonjour, j’ai beaucoup été « incrusté » moi aussi par votre discours sur la durée du système esclavagiste. La France incontournable dans cette odieuse histoire perpétue aujourd’hui sa domination économique et militaire sur nos anciennes colonies. Aussi, comme l’a dit Chirac en 2011 (la vidéo) la France Insoumise doit s’attaquer résolument à la France Afrique, donner l’indépendance économique en changeant la règle du jeu du franc CFA, abandonner la dette de ces pays et revoir notre politique agressive de défense avec nos bases à l’étranger et nos interventions coloniales abominables comme en Cote d’Ivoire.

  16. Besson

    Cher Jean-Luc. Vous restez le dernier le dernier espoir pour le peuple des gauches. A bientôt pour la victoire de nos idées.

  17. lilitte

    En préambule je dis à tous, que je fais partie des insoumis de la France insoumise. Cependant je voudrais tout d’ abord calmer les ardeurs tripales des commentateurs. Car vous vous dirigez vers le culte de la personnalité et votre esprit critique, votre discernement, votre réflexion s’évanouissent en chemin.Attention ! Je lis, écoute, regarde tout ce qui concerne le programme des insoumis, j ‘ai tout lu ce qu’a pu écrire mr Mélenchon depuis la création de son parti de gauche, donc je ne suis pas de la dernière heure ! J’ai lu le dernier billet comme tous les autres mais je ne suis pas comme vous tombée en extase, bouche et neurones éteints.
    En premier, je n’apprécie pas trop à chaque fois dans les billets les états de santé de notre candidat quand on voit autour de nous nombre de travailleurs ou autres personnes dans la précarité être bien plus épuisés que mr Mélenchon. Alors un peu de décence. Merci.
    En deuxiéme, la démonstration sur l’importance de l’élection ne me satisfait pas vraiment. Sommes nous encore en démocratie en France, les élections ont elles encore un sens dans notre oligarchie ? Plutôt que de se répandre en flagorneries, ne vaudrait il pas mieux analyser et comprendre les textes de notre porte parole. J’imagine que vous allez trouver mes commentaires prétentieux, mais je choisis de dire mon ressenti après mes lectures.
    PS : Avez vous rencontré mr Elie Domota en Guadeloupe ?

    1. jacques A

      Souvent nous parlons, sans vraiment nous en rendre compte, de nous-même. Jean-Luc Mélenchon, pour illustrer cette part de vie qu’il consacre au combat qui nous relie tous ici, nous donne également des informations sur ses états d’âmes et sur son état de santé. Pourquoi ne devrait-il pas parler de lui un peu aussi ? Vous-même @lilitte, sans même le penser, vous nous parler de vous en commentant ce blog. Vous nous donnez de vos nouvelles, vos états d’âme et une partie de quelques-uns de vos curseurs de bonne santé. Ma Grand-mère disait à propos de pépé son mari « Laissez-le pester, c’est signe qu’il va bien ». J’espère qu’il faut interpréter votre colère en ce sens.
      PS : J’ai moi-même un peu mal à la jambe aujourd’hui.
      Que F.I vive et porte notre message le plus loin possible. Que les insoumis trouvent la force d’expliquer l’Avenir en commun et de perpétuer cet élan d’insoumission autour d’eux.

  18. Jacquesdu87

    Cher Jean-Luc, dans tes discours au Lamentin et au Gosier, tu as dit que ce qui nous définissait n’était pas notre langue, que nous partagions avec 29 autres pays, mais que c’était notre devise « Liberté, égalité, Fraternité ». Mais elle aussi, nous la partageons. Je me souviens que dans l’un de tes discours, tu évoquait avec émotion un homme qui était venu te dire, je crois que c’était lors d’une réception, qu’il connaissait trois mots de Français « Liberté, égalité, Fraternité » mais qu’il en était fier ! Lui aussi, ces mots là, il les faisait claquer comme un drapeau, c’était même son drapeau à lui. Il aimait son pays, mais il aimait aussi la France ! J’avais eu l’impression que son amour de notre pays t’avait touché. Moi, depuis que je l’ai ressenti, je ne peux plus écrire « mon pays » ou « le nôtre » tellement je sens que ce pays était aussi « le sien » même si cette double nationalité était rêvée. Depuis ce jour, il me semblait qu’il existait en Amérique du Sud une véritable résonance profonde entre les peuples et notre devise. N’étant absolument pas un spécialiste de ces pays, j’en cherchais en vain la raison. Elle vient de me sauter aux yeux. A peine libérés, nos anciens-esclaves ont pris les armes pour aller délivrer leurs frères en servitude dans les pays voisins et instaurer partout la République et sa devise.
    Quel magnifique appel ! Et je serai fier de marcher derrière eux !

  19. jean michel MERIL

    Monsieur Mélenchon. Vous n’aurez pas le temps de lire tous les commentaires sur ce texte. Mais je voudrais pour ma part venir renforcer cette idée que vous êtes aussi le seul à pouvoir porter. Cette idée que nous autres Antillais et autres domiens portons au plus profond de nous de part notre histoire. Cette idée d’une grande République non pas unicolore ou uniculturelle comme veut le prôner F. Fillon, B. Le Maire et autre FN, mais bien cette République à l’identité plurielle qu’elle représente. Non il n’est pas inutile de rappeler que la France ne fait pas seulement 550.000 km2 mais bien deux fois plus, il n’est pas inutile de rappeler que grâce à toutes ses régions, elle est la deuxième puissance maritime mondiale. Il n’est pas inutile de rappeler toutes ces choses qui contribuent à son unité et renforceront chez tous l’envie de faire partie et de partager ce grand ensemble.

  20. BOSMAN Françoise

    Bonjour Jean-Luc Mélenchon. Depuis 2010, j’ai compris que vos propositions et attitudes politiques résultaient d’un profond travail sur soi (vie privée et vie publique aux expériences entremêlées) et que vous étiez le seul à analyser et approfondir un vrai système contemporain révolutionnaire (théorisation et écriture, activisme et lutte, échanges collaboratifs, énonciations des possibles en résonance avec l’histoire nationale et internationale). Pour tout cela, merci. Le mouvement social est à nouveau connecté avec une vraie perspective d’avenir. Les prédations sur la nature (expertises en écologie) ont déverrouillé la trop longue résignation sur l’humain (surexploitation, racisme et guerres). Voici le temps de l’éco-socialisme.
    Dans les semaines qui viennent, sachant qu’il existe en France encore 13 millions de citoyens mal-inscrits ou pas inscrits sur les listes électorales (un autre triste record européen), j’en appelle aux classes moyennes qui auront un rôle décisif à remplir pour ces élections du printemps 2017 : par exemple, financez avec vos intérêts d’assurance-vie et vos bonus salariaux de fin d’année la campagne de Jean-Luc. Au-delà de 100.000 euros, la loi Sapin 2 ne garantit pas vos économies. Donnez aussi au journal L’Humanité de Jean Jaurès qui ne doit pas disparaître et qui porte toute la résonance de nos luttes. Ce sera le meilleur placement possible. Rappel indispensable de Jack London : un capitaliste saura tout faire pour garder le pouvoir.

Les commentaires sont fermés.

©2015/2018 Jean-Luc Mélenchon / V5 / Design INFO Service | Contact | Mentions légales