Le mois dernier, ce blog a reçu 372 806 visites

202 commentaires


  1. Roberta

    Bonjour
    Je viens de lire ce long monologue. Cela finit par me poser problème. Tout se passe comme si la parole s’écoulait et se jouait « en boucle sur elle même ». Parler sans contradicteur c’est de la propagande, c’est sans se frotter aux arguments des autres. Pour moi cela témoigne d’un enfermement. Je ne suivrai plus Jean-Luc Mélenchon. Je ne voterai plus pour la FI. De plus trop de violence verbale. Je dis donc stop.

    1. Diane

      Oui mais comment voulez vous faire ? Le monologue des médias en boucle 24h/24 qui aliènent les têtes vides ou pleines et même à leur insu « vous n’aurez pas ma liberté de penser » vous y croyez vous ? Moi pas. Quant à la violence de quels côtés croyez vous qu’elle soit réellement ? La violence engendre la violence, cherchez où en est l’origine. Quittez nous si vous voulez, mais vous ne trouverez pas mieux ailleurs, sauf à être inconsciemment de l’autre camp.

    2. Eric

      Très bonne idée ! Contradictons ! Que trouvez-vous à objecter à cet article ? Et, du coup, je l’ai relu, et je n’ai trouvé aucune violence? […]

    3. Invisible

      « Parler sans contradicteur »
      ça, c’est ce qu vous avez dû entendre à la radio ou à la télé. Soyez fort, résistez à l’affolement que ça provoque dans le cerveau !

    4. FAVRIOU Patrick

      Mais c’est quoi le problème que vous vous posez chère Roberta ? A part de nous écrire qu’il s’agit d’un « long monologue » vous ne faites aucun commentaire sur le contenu de ce billet.

    5. felipe

      Cela ressemble à tous ces gens qui disent surtout « je vote pas FI » (je pense à Sfarr, et à d’innombrable troll FN sur internet). Quand j’entends des gens qui se disent convaincus mais d’un coup dégouté sans l’ombre d’un argument, j’avoue je doute un peu maintenant.

    6. POYET

      Je trouve cet exposé tout à fait approprié et il ne sent pas le renfermé car il s’agit d’une parole pleine, contrairement au discours médiatique. Chacun peut se sentir concerné sans s’aliéner, c’est une parole qui ouvre, libre à chacun de faire entendre sa voix singulière. Pour ma part, je proposerais à Jean-Luc Mélenchon l’idée de transversalité, puisque qu’il n’aime guère l’horizontale qui s’oppose trop à son contraire, c’est un concept issu de la pédagogie institutionnelle, laquelle supposait un partage des pouvoirs ou la parole de chacun était prise en compte, ce qui n’exclut pas que ces paroles soient portées par quelqu’un, en lieu et place d’un dispositif qui pour l’heure suppose un « leader », lequel est engagé dans sa destinée et en résonance intime avec les vrais problèmes qui nous occupent et qui pour moi se résume au mot dignité. Se battre pour que chacun est une vie digne d’être vécue, la tâche est immense. Raison de plus de s’y atteler sans…

  2. HERMANN

    J’ai entendu que Bernard Cazeneuve a annoncé son intention de déposer plainte contre Jean-Luc Mélenchon après les nouveaux propos tenus par ce dernier autour de la mort de Rémi Fraisse, ce jeune écologiste décédé à Sivens, en octobre 2014. Des propos qui, selon Bernard Cazeneuve, relèvent de la «diffamation». Ce Vendredi 26/05, je suis allé me promener sur la ZAD de Sivens et dans la forêt de Sivens. Savez-vous qu’a quelques centaines de mètres ou est mort Rémi un autre jeune de 25 ans est mort le 21/08/1944 pour la France : Gérard Roques. Il était du Maquis de la Grésigne.

    1. rage au coeur

      Les propos de J-Luc ont été encore une fois distordus car ce qu’il a dit c’est: « celui qui s’est occupé de l’assassinat de Rémi Fraisse » et non « Cazeneuve est un assassin » comme l’ont dit les médias, c’est bien différent ! Et puis il n’a dit, avec d’autres mots, que ce qu’a fait valoir (sans succès) la Ligue des droits de l’Homme qui a montré qu’il y a eu une logique de répression étatique jusqu’à sa conclusion dramatique !

    2. Lucas B.

      @rage au coeur
      Et en effet Mr Cazeneuve s’est bien occupé de l’assassinat de Rémi Fraysse pour ce qui est des suites judiciaires, pour noyer le poisson et enterrer les poursuites légitimes qu’espérait sa famille. A ce jour, aucun responsable n’est désigné et encore moins renvoyé devant la justice, au contraire ils ont été promus ! De quoi avoir la rage en effet.

  3. Stéphane Corbion

    Les accords d’appareils ne sont plus acceptables. La dérive des échanges poivre contre sel sont une perversion de la démocratie. Éviter à la future France Insoumise de s’enkyster en interne dans des affrontements claniques au prétexte de la démocratie en réduisant les structures intermédiaires est impératif. Cependant notre rassemblement citoyen doit rester en mouvement et les inerties claniques ne doivent pas le freiner par manque d’une structure intermédiaire. Il y un chemin qui reste à trouver en marchant. Le rassemblement viendra du terrain.
    Oui mais comment faire ? Voyons un exemple concret. Le passif des dernières régionales chez nous entre le PG et les communistes n’a pas permis aux Insoumis de tendre la main pour copiner. Seulement trois communistes actifs ont rejoins les Insoumis pour la campagne présidentielle au niveau de notre agglomération. A la mi-campagne, pour sortir de cet immobilisme, quatre groupes d’appui ont choisi de se recentrer sur la deuxième…

  4. Nathalie

    Après le tumulte de la Présidentielle, nous sommes là, calmes et prêts pour les législatives.

  5. carlos

    Dans l’absolu, je gage que l’avenir de la France Insoumise dépendra beaucoup de sa capacité à garder sa cohérence et à s’inscrire plus au côtés des associations engagées socialement, écologiquement, culturellement, etc. et à tisser des liens forts avec ces acteurs de terrain. En effet, si le programme a été présenté à beaucoup d’entre eux pour en déterminer l’efficacité, il n’en reste pas moins que leur rôle d’expertise pourrait s’avérer « continu » dans la production, l’évolution ainsi que l’évaluation des mesures défendues par la France Insoumise ! Il y a donc une relation de confiance à nouer en leur proposant de s’investir concrètement à leurs côtés (et selon les besoins exprimés) dans les causes « justes » et « honnêtes » que ceux-ci défendent !
    Cela permettrait de redonner à la parole politique la valeur perdue par d’autres en s’ancrant fortement dans la « réalité de terrain » à travers une autre de ses facettes!

  6. JPS

    J’ai comme l’impression que ce bel élan positif de la campagne des présidentielles, porté par un homme hors du commun mais aussi par un formidable programme, s’est cassé les dents au soir du 1er tour. Non pas par l’absence de consigne de vote, j’ai voté blanc au 2eme tour mais par une espèce de spirale négative de l’échec alors que le score fut si bon. Ce fut tout d’abord la non-reconnaissance immédiate du résultat, une sorte de mauvais perdant (tout du moins perçu comme tel ), puis la victimisation systématique de FI, le ressassement perpétuel des 600000 voix qui manquent, les prises de tête et de bec, les violences verbales et les polémiques stériles dont celle actuelle avec Cazeneuve. Je pense que nous avons tout à perdre de ça, je le sens autours de moi, beaucoup sont désarçonnés par ces violences. J’ai beau expliquer que ce ne sont que des réponses à une violence déjà établie, plus grand monde ne m’écoute. Donc je ne suis pas optimiste pour les législatives car…

    1. kokkino

      Je ne suis pas très étonné que « plus personne ne vous écoute » tant votre analyse paraît un tantinet « dépressive ». Concernant le mauvais perdant, les colères et polémiques il ne s’agit en fait que de thèmes médiatiques assez usés. Quant aux 600 000 voix qui ont manqué, il n’est pas inutile d’en parler souvent car beaucoup d’électeurs ne se sont pas déplacés en pensant simplement que cela était perdu d’avance. Ceux là et beaucoup d’autre sont à gagner. Quant à Cazeneuve demandez donc aux parents de Rémy Fraisse, à ses amis, ses camarades ce qu’ils pensent, notamment de l’impunité des principaux responsables et de l’enquête bâclée ! Allons ! un peu de lucidité et de courage.

  7. clobala

    Je suis heureuse à la lecture de billet. Il aborde les problèmes auxquels les insoumis vont être confrontés après les élections. Sont déjà confrontés !
    L’horizontalité, et toutes les autres directions, plate-forme, créativité, pro-activité, être d’ici ou d’ailleurs, les encartés qui, oui, il faut le reconnaître, sont organisés, ont les codes du collectif et les autres qui découvrent, volontaires, motivés, mais ne perçoivent pas les luttes silencieuses, à qui il faut expliquer, sans les faire fuir. Alors oui, la phrase à retenir de ce long billet, toujours long pour ceux qui ne sont pas partie prenante, est « Ce n’est pas le développement du mouvement qui est l’objectif, non, c’est l’auto-organisation de la société. »
    Faire commune comme le disait Albert Camus.

  8. républicain93

    Comme c’est très souvent le cas, je trouve ce billet éclairant et son contenu convainquant, comme la plupart des analyses bien pesées de Jean-Luc Mélenchon. Je suis moins convaincu par les dernières prises de position « à chaud », et assez perplexe sur l’opportunité d’ouvrir en ce moment un front avec Bernard Cazeneuve, surtout de cette manière, qui a pour une grande partie du public les apparences d’un dérapage organisé et pour tout dire d’une manipulation, sans que j’arrive à en voir aucun bénéfice pour faire avancer les idées de FI. On n’a le droit d’exiger la perfection de personne et le rôle de porte-parole a bien des difficultés. Mais le besoin de sincérité est à mon sens central. Or plus la stratégie est élaborée, plus on perd en sincérité. Monsieur Mélenchon, pourrez-vous prochainement nous dire le fond de cet épisode ?

  9. Melou

    Cher Jean-Luc Mélenchon,
    Depuis que nous vous suivons, bien avant votre campagne, menée en 2012, c’est la première fois, que nous désirons mentionner ces quelques mots sur cette page. Nous ne pouvons que répéter les très nombreux compliments exprimer à votre égard, depuis que ce blog existe. Très sincèrement, avec beaucoup de respect, nous tenons, infiniment à vous remercier, vous, et toute la fraternelle équipe, qui travaille, avec, et autour de vous. Quel parcours, depuis 2010 ! félicitations pour tout ce qui a été entrepris et réussis, par vent et marée !
    Aujourd’hui, la France Insoumise est une belle et forte réalité. Dans le paysage politique, présent et à venir, il faudra compter avec elle. Avec celles et ceux, qui portent avec enthousiasme, le programme « L’avenir en commun ». Pas de découragement, le chemin est bien tracé. Soyons forts et résolu(e)s.
    Toute notre reconnaissance, cher Jean-Luc Mélenchon. Un grand merci ému.

  10. JEAN Jocelyne

    Analyse tres éclairante sur de nombreux sujets que l’on n’a pas toujours le temps d’approfondir. Ce travail est necessaire pour bien comprendre les discours et réactions de chacun. De plus il crée une cohesion au sein de la France Insoumise, indispensable pour accroitre notre force. Je suis admirative face aux multiples actions que réalisent les candidats (et leur groupe d’appui), inventivité, ferveur, serieux, diversité, convivialité….tout cela dans la continuité de la formidable dynamique de la campagne présidentielle. Bravo à toutes et tous ! je suis fière d’être à vos côtés.

  11. Brassart

    J’ai, comme beaucoup, le sentiment d’un immense gâchis. Des centaines de milliers de citoyens ont vibré en écoutant, meeting après meeting, les discours enflammés d’un tribun convaincu, sachant aussi manier l’humour et la poésie. Les mêmes ont voté, avec un fol enthousiasme, pour l’homme et son programme. Et qu’ont-ils aujourd’hui comme perspective ? Voir constitué, à l’Assemblée, un petit groupe d’opposants « insoumis » (15 ? 20 ? moins ?) faisant, en pure perte, entendre leur voix. Le rêve s’est transformé en naufrage. Pourtant, déçu mais fidèle, je voterai pour eux.

    1. Francis

      Quel naufrage ? Il faut être un peu réaliste, nous n’avons fait que près 20% lors du premier tour. C’est beaucoup et c’est trop peu. C’est notre force à un moment donné. Il est bien normal que le soufflé retombe un peu après une telle bagarre. L’essentiel est qu’une force politique, la FI a été crée et que celle-ci comptera dans l’avenir pour peu que nous sachions la préserver et la faire grandir. Il faudra continuer les caravanes et les actions de proximité. C’est le sens de cette campagne législative au plus près des gens. Combien aurons-nous de députés ? Qui peut le dire dans le système actuel basé sur le vote majoritaire par circonscription. Tout va dépendre de la mobilisation du premier tour et de la configuration du second avec le nombre de circonscriptions dans lesquelles nous serons présents. En tous cas, personnellement je suis pleinement satisfait de cette séquence. Elle a libéré une énergie incroyable et disponible pour l’avenir.

  12. Roméro

    Monsieur Mélenchon, dans la décadence de ce monde où nous n’avons plus beaucoup d’espoir qu’il puisse être sauvé, je suis fière de la nouvelle force que vous incarnez avec la lutte incessante que vous menez, fière du mouvement que vous avez créé, avec cette humanité et cette humilité qui sont les vôtres, et qui seules, grâce à vous sont des porteurs d’espoir pour arrêter les souffrances intolérables dans lesquelles nous ont asservis les puissants qui nous gouvernent. Continuez, je vous en prie, encore et toujours ! Merci.

  13. semons la concorde

    Quand je clique sur le site de la France Insoumise, je tombe sur une déclaration sibylline : « n’est pas soumis qui veut » et l’annonce que les sites sont fermés. Je cherchais la liste des candidats insoumis aux législatives, sotte que j’étais. Que s’est-il passé ? Le site a-t-il été fermé de l’extérieur ou de l’intérieur ?
    Le dernier paragraphe du blog amorce le seul projet qui me semble intéressant aujourd’hui : donner la parole et le pouvoir au peuple. Les élus ont trop fait la preuve de leur incompétence et de leurs trahisons, les media sont devenu un mur auquel on se heurtera encore et encore. Et tandis que le temps de la finance est la nanoseconde, celui de la politique resterait bloqué à un ou deux votes tous les cinq ans ? Ce n’est pas sérieux. La constituante n’étant plus à l’ordre du jour (sous ce président) nous n’allons pas attendre cinq ans pour espérer ? Le peuple ne doit plus être celui qui subit, mais celui qui décide.

  14. patrice 30

    La sphère médiatique est dans un état de prosternation et d’adoration absolu devant le petit marquis Macron. C’est ainsi qu’elle nous passe en continu tous ses faits et gestes et qu’elle proclame sa majorité législative alors que le vote n’a pas eu lieu. Dans le Gard et malgré une campagne minable malheureusement M Le Pen fait de gros scores. Votons pour nos candidats France insoumise ! Ce n’est qu’un début continuons le combat !

  15. calcium

    C’est dans l’adversité que l’on voit ses vrais amis. Les commentaires négatifs commencent à apparaître car quand le nombre de participants augmentent on voit forcément apparaître ambition, lutte de pouvoir, jalousie, désir de conquête, stratagème. Dans une volonté authentique de changement nous manifestons hélas tous et toujours ce genre d’instincts pitoyables. Nous devons au delà de notre tâche commune tenir compte du fait que l’histoire est faite par des hommes et que statistiquement même dans les plus belles volontés il y aura toujours des tempéraments actifs ou passifs, des caractères positifs et négatifs, tout cela pouvant cohabiter dans un seul et même individu. Celui qui veut sincèrement faire évoluer le monde doit admettre cette réalité, c’est la condition sine qua non pour partager la sincérité, l’entraide, la solidarité, et construire en commun un monde meilleur. Hélas…

    1. Pierre 93

      Il ne vous viendrait pas à l’esprit que des critiques soient entendables, acceptables, et même, sacrilège, justifiées ? Le coup de la forteresse assiégée, ça fait un peu vieillot comme procédé, vous ne trouvez pas ?
      Je suis militant de la FI, j’ai fait avec bonheur la campagne 2017 (après celle de 2012), et pourtant depuis le soir du 1er tour, un malaise m’a envahi qui n’a fait que s’amplifier depuis. Et manifestement, autour de moi, je relève des personnes « insoumises » qui traversent les mêmes interrogations. Ne jamais douter, ne jamais prendre de recul, ne jamais se remettre en cause, c’est le chemin de l’échec.

  16. tatoune

    C’est toujours un plaisir de lire votre analyse politique et de voir l’immense implication de tant de gens dans ce temps politique. Lors des tractages chaque fois que quelqu’un me rétorque j’ai voté Jean-Luc Mélenchon au 1er tour mais là je ne suis plus d’accord, je réponds vous préférez affaiblir la FI plutôt que de soutenir son projet ? Ce sont tous ces critiqueurs de fausse gauche qui ont contribué à nous faire louper le 2ème tour. Ne pas se tromper de camp je leur dis ! Mille mercis à toutes celles et ceux qui résistent vaillamment.

  17. gilbert raynaud

    Un exemple méthodiquement passé sous silence par les médias, doit être diffusé le plus largement possible car il montre que tourner le dos à l’austérité n’est pas seulement la seule voie réaliste mais surtout qu’elle est possible, c’est l’exemple du gouvernement de coalition de la (vraie) gauche portugaise : les salaires et retraites augmentent, la croissance (durable) est repartie, c’est le pays de la zone euro où le chômage baisse le plus vite et pour la plus grande partie pour des CDI, le déficit de l’Etat y est en passe de descendre en dessous des 2%, etc. Même la commission européenne a été obligée de reconnaître ce succès et accepter de relâcher sa vigilance ! Un bon désaveu pour la troïka et les « solutions » Macron !

    1. Alem Alquier

      Moi maintenant au lieu de dire « vraie » gauche, j’appelle le PS et consorts « pseudo-gauche ». Voilà qui clarifie les choses. Et encore je trouve que c’est gentil.

  18. cogilles

    bonjour
    J’ai visionné la vidéo de la conférence de presse de ce jour. Les journalistes ont bien du mal à questionner sur le fond et les solutions que le programme propose.
    Sur la polémique en cours, avec monsieur Cazeneuve, je suis entièrement d accord sur le fait qu’un procès en diffamation permettrait peut-être de faire la lumière sur cet homicide et les méthodes mises en oeuvre lors des manifestations.

  19. JeanLouis

    Je viens de visionner votre conférence de presse. Je voulais vous dire à quel point j’apprécie votre émotion et votre ras le bol sur le traitement permanent que vous subissez depuis des semaines, cela saute aux yeux et je le ressens comme vous. La seule raison est le fait que vous êtes le seul qui puisse faire obstacle au projet funeste de nos gouvernants. Tenez bon !

  20. malinvoy

    La conférence de presse et notamment le dossier de presse sont fort utiles notamment pour les insoumis. Nous sommes probablement assez nombreux à avoir déconnecté avec la télé et les radios (matinales et journaux) ainsi qu’avec la presse, tel Médiapart, qu’on a cru en 2012 être équilibré dans ses points de vue ! Il y va de notre équilibre général. Heureusement qu’il existe une presse alternative qui ne charrie pas toute cette boue. En effet certains peuvent se retrouver surpris par les réactions de Jean-Luc Mélenchon qui peuvent leur paraitre excessives. Cf quelques réactions à ce post sur « l’affaire Cazeneuve ».

Les commentaires sont fermés.

©2015/2018 Jean-Luc Mélenchon / V5 / Design INFO Service | Contact | Mentions légales