Le mois dernier, ce blog a reçu 372 806 visites

191 commentaires


  1. jeannine la forge

    Peut on rêver un instant que cet exposé concis, exceptionnel, de la pensée humaniste délivrée par un homme politique à l’occasion d’un meeting soit entendue et surtout comprise de 41 millions d’électeurs français ? Fort de cet enseignement d’un nécessité de la pensée critique, chacun d’entre eux pourrait alors choisir des représentants, dignes d’intérêt, chargés d’organiser et gérer équitablement nos affaires communes, celles des 66 millions d’habitants de la nation française. Merci a JL Mélenchon de son audace d’oser parier sur l’intelligence partagée, plutôt que d’adopter le ton paternaliste d’un brigand en quête d’approbations d’un troupeau moutonneux et hélas abêtie par une désinformation efficace et oppressante.

    1. Philippe Wagner

      Je trouve personnellement que tout est dit dans ce commentaire quant au nouvel humanisme de manière claire, nette, précise et concise. J’en suis ébahi et félicite l’auteur sincèrement.

    2. Youn Cos

      Bon alors je vous explique : sur les 47 (et non 41) millions d’électeurs, libres et égaux, 40 millions viennent, après avoir entendu l’homme politique qui semble avoir vos préférences, de dire à leur manière, qu’ils ne voulaient pas de lui. Ni brigands ni moutons. Des hommes et femmes différents.

    3. Rocchi

      @Youn Cos
      Le 13 juillet 1789, IPSOS aurait trouvé que 98% des français estiment que rien ne peut remplacer la royauté.

  2. Nansouty

    Indispensable a faire connaître à tous, pour être précis.

  3. BROSSE

    Petite contribution à cette réflexion éclairante, au sujet de la pensée vaste et riche de Marx, trop mal connue et défigurée par le marxisme réducteur. Les « ethnological notebooks » sont les derniers textes manuscrits connus de Marx, écrits entre 1880 et 1882, juste avant sa mort. Ces notes concernent l’organisation sociale et la culture des Iroquois et des amérindiens, que « sous bien des rapports » Marx considérait très supérieures àux sociétés « empoisonnées par le souffle pestilentiel de la civilisation » (sic). Voilà qui offre un certain démenti de Marx lui-même au productivisme marxiste qui lui est généralement attribué. A ma connaissance ces notes ne sont pas traduites en français.

  4. Sylviane Pantigny

    Oui ! Mille fois oui ! Nous devons effectuer une remise en question de ce qui fonde cet occidentalisme dominateur. Le manichéisme a envahi la pensée. Les autres règnes que celui de l’homme, les forces de la nature, les entités cosmiques, les esprits et les morts ont été effacés et avec eux a disparu la pensée symbolique, soucieuse de circulations dynamiques. Nous devons examiner avec férocité les bases de la pensée qui sacralise les fantasmes visant un pouvoir universel du Genre Humain. Ah, cher Jean-Luc Mélenchon, si vous n’existiez pas, il faudrait vous inventer. Vous êtes un pédagogue magnifique. Cela reconnu, je ne fais aucune sacralisation de votre personne, vous êtes le passeur et celui qui donne l’élan en redonnant l’espoir.

  5. Auguste Vannier

    J’aimais bien la dénomination d’Insoumis, mais je lui trouvais quelque chose de surannée, j’allais écrire ringard, ce n’est plus possible avec cette très belle et très juste réflexion de Jean-Luc Mélenchon.
    Et l’analyse tombe bien, car le coup de grâce idéologique qu’on veut nous asséner, donne tout son sens à la volonté de l’insoumission. Avec les ordonnances Macron, est visée la réduction légale du travail humain à une marchandise, et donc celle du Code du travail à un chapitre du code du Commerce (l’expression « marché du travail » a sciemment préparé le terrain, comme celle de « marché de la formation » prépare la marchandisation de l’éducation). En faisant de l’homme au travail une chose (une marchandise machine) c’est de l’anti-humanisme dont il s’agit. Les relations machiniques sont bien moins compliquées que les relations sociales, ça soulagera l’angoisse des entrepreneurs devant le pavé compliqué de l’actuel Code du Travail. L’Insoumission est bien à l’ordre…

  6. catherine dumas

    Seriez vous la petite araignée de l’attrape rêves, c’est à souhaiter !

  7. PIGNAT

    Insoumis, mobilisés, réfléchis, déterminés sans aucun irrespect de la loi, par dessus tout impliqués dans le devenir de la terre, notre pacha mama, et toujours concernés, concentrés sans s’autocensurer jamais, les insoumis réfutent les hargneux « c’est comme ça parce que ça a toujours été comme ça et il y a plus à plaindre que toi, tu n’es pas la plus malheureuse… », tout ce prêt à penser véhiculé par le pouvoir actuel qui jamais ne semble s’appliquer à lui même cette kyrielle de petites misères déshumanisantes pourtant inlassablement orfonnées aux classes inférieures. Merci Mr Mélenchon de continuer à soulever et souffler l’espoir de l’entrain vers un monde plus juste et meilleur.

  8. Philippe Barbier Ste Marie

    Oui il est très important pour un homme politique (ou un groupe politique) de positionner son engagement et son action future dans la continuité d’une pensée profonde du projet et du comment de l’homme sur terre, de son humanisme envers les autres, et de son environnement naturel. C’est retrouver une spiritualité « laïque » dépendant de sa seule pensée libre de tous dogmes. Effectivement si 41 millions d’électeurs pouvaient faire sien ce texte, bien des problèmes de notre société matérialiste seraient résolus. Peut-être…

  9. Anne B

    « au croisement des comportements individuels et de notre programme politique »
    Voilà ce qui me plaît et qui a motivé mon inscription et mon action ! L’insoumission individuelle, c’est bien se libérer des conditionnements de cette société consumériste de troupeau entraînant la destruction de la planète et des humains. Et ce comportement a commencé depuis longtemps, à faible échelle d’abord, pour se répandre de façon exponentielle aujourd’hui. Je me souviens avoir manifesté en 1977 contre le superphénix de Creys-Malville, fermé en 1996 après multiples incidents, et nous passions pour des utopistes déconnectés. C’était l’ère René Dumont, pour le renouveau écologique. Aujourd’hui dans l’urgence, L’Avenir en Commun, c’est un art de danser la vie, un collectif à construire, lorsque corps et esprit fusionnent en harmonie.
    (Aux Amphis, l’opportunité ne s’est pas présentée de vous poser ma question, mais chaque chose en son temps : la transformation ne fait que commencer.)

  10. Deeplo

    Merci pour ce beau texte qui inspire et motive à la fois. Notre mouvement progresse car nous allions la réflexion et l’action, parce que nous n’avons pas peur d’aborder simplement les pensées complexes, parce que nous nous cultivons en avançant. Tous les insoumis peuvent être fiers de s’attaquer à la reconstruction du monde, loin des foutaises idéologiques et des pièges dogmatiques. Nous pensons par nous-mêmes. Nous réussissons à être déterminés, ouverts, tolérants, pacifistes. Le Peuple va nous rejoindre en masse. Pourvu qu’il y est de l’action, notamment dans les banlieues et les zones rurales. Pourvu que l’on fasse nos preuves par l’exemple en développant la solidarité dans tous les domaines. Dans notre immeuble, dans notre cour, dans notre quartier. Si l’on veut changer le global, il faut exister et être irréprochable au niveau local. RV le 23 à bastille.

  11. Croa

    Non pas «l’humain d’abord», les animaux aussi ! L’harmonie avec la nature en sera naturelle.

    1. Francis

      Ce slogan ne veut pas dire que l’on ne se préoccupe pas de l’ensemble des espèces vivantes, il signifie simplement que l’humain doit passer avant l’accumulation du capital.

  12. PICKETT

    Merci Jean Luc, grâce à toi, j’ai retrouvé ce plaisir de l’analyse que j’avais cherché début 1970 dans le PCF, j’ai compris pourquoi La France Insoumise collait tellement bien à mes aspirations personnelles.

  13. Oxy

    Il serait judicieux que ce texte soit édité en petit fascicule afin qu’on puisse de temps à autre s’y plonger.

    1. Diane

      En haut à droite vous pouvez l’imprimer pour avoir un support papier bien plus pratique qu’un écran.

  14. Christian Lafage

    « Comment veux tu que je sois d’accord avec un texte que je ne peux pas contredire » ?
    Alors je réfléchis et pour cela tu m’obliges à le relire et ça fait deux fois que je le relis . Marre ! Fraternelle salutation camarade.

  15. Alain Doumenjou

    Ce mois d’août qui se termine est traditionnellement (et cela depuis des siècles) là où j’habite (Nord-Ouest de l’Argentine) comme dans tout le monde andin, celui pendant lequel on célèbre le plus la Pachamama, celui des offrandes faites à la terre mère pour que les récoltes à venir puissent nourrir ses enfants. Hélas, bien plus au sud, là où les pâturages généreux de la pampa donnaient encore à ce pays, voici à peine dix ans, la meilleure viande du monde, ce sont désormais des milliers et des milliers d’hectares de soja transgéniques (dont Monsanto Company vend et les semences et les pesticides qui les accompagnent) qui apportent l’argent facile à une poignée et la mort et la misère à tout ce qui naguère y vivait. Aujourd’hui la viande moyenne vendue en Argentine est d’une qualité inférieure à celle que sert Buffalo Grill en France et coûte dix fois plus cher qu’il y a à peine huit ans ! Ce n’est qu’un tout petit exemple de ce que génère l’accumulation capitaliste.

    1. Doucette 19

      Je suis bouleversée par votre témoignage. Monsanto, Bayer, etc., qui arrêtera ces semeurs de mort ? Certainement pas le gouvernement de Macron vendu à la finance et aux grands patrons qui engrangent les bénéfices.Comment les électeurs n’ont-ils pas vu le piège ? Je doute que le magnifique texte philosophique de Jean Luc Melenchon soit lu et compris par la majorité des « gens ». Les insoumis vont faire l’effort mais il faudrait élargir le cercle.

  16. Carole Mare

    Les animaux existent et vivent pour eux-mêmes, pas pour nous servir dans une « nature » qui les indifférencie avec les végétaux et les minéraux. Ils sont des individus, et même des « personnes », au sens que vous avez expliqué jeudi soir au grand amphi. Eux aussi sont le peuple. Le peuple animal, dont vous aviez si bien parlé pendant la campagne présidentielle. Le peuple oppressé des oppressés, que nous avons réduit à l’état de marchandise, de « choses », depuis le début de l’anthropocentrisme forcené des monothéismes et entériné par un Descartes (l' »animal-machine ») pas si grand que ça.
    Le 18 mars, « proclamer comme une règle pour toujours que les animaux ne sont pas des choses », ce sont ces paroles, entre autres, qui ont provoqué un soulèvement d’espoir sans précédent pour soutenir votre candidature, enthousiasme qui ne serait jamais arrivé avec cette poursuite de l’habituel schéma homme-nature de type EELV.
    Le nouvel humanisme peut et doit intégrer l’ensemble de la communauté…

  17. fernand

    Intéressant et nécessaire certes, mais pas a la portée de tout le monde. Attention a ne pas virer a l’élitisme intellectuel. La victoire passe par le nombre. Surtout, Mr Mélenchon, gardez ou retrouvez le ton de la campagne. Les médias n’attendent qu’une chose, que vous retombiez dans « le cru et dru » pour vous (nous) tomber dessus. Programme spécifique mais ton consensuel. Hier encore Barbier se pourléchait goulument de vos propos et de ce ton.

    1. Vega

      Les travailleurs ont l’habitude de mener de front la réflexion et l’action, eux qui ont conquis tous nos droits sociaux. Nous avons aussi des liens d’insoumission avec tous les peuples qui luttent, comme nous, pour leur souveraineté. Et à ce sujet j’aimerais une fois pour toute clouer le bec à Macron et au Premier ministre qui n’arrêtent pas de bêler contre le Venezuela : oui messieurs l’appel à une constituante pour et par le peuple de Maduro est mille fois plus démocratique que l’imposition scandaleuse de vos ordonnances donnant plus de droits aux plus riches pour en enlever toujours plus aux plus précaires. Sans compter votre politique de redistribution des richesses exactement inverse qui fait que nos enfants n’ont plus le système éducatif qu’il faut pour leur plein développement, nos anciens les soins attendus pour finir leur jour dans la dignité et nos pauvres les moyens pour sortir de la rue.

  18. Thomas Giry

    L’apport majeur de l’écologie scientifique à l’écologie politique est peut-être la preuve de l’obsolescence du concept de nature : la séparation radicale entre les humains et le reste du monde est peu compatible avec le concept d’écosystème. Le livre publié en 2015 par C. et R. Larrère, « Penser et agir avec la nature« , éclaire la remise en cause du dualisme nature/culture. Aux AMFiS d’été, dans l’atelier sur le matérialisme historique, la thèse de l’historien Jason W Moore a été évoquée : ce dualisme serait l’un des fondements idéologiques du capitalisme. Comment rendre compte des nouveaux rapports sociaux de production compatibles avec le défi écologique ? Si la distinction sujet/objet est nécessaire aux sciences, l’humanité est le lieu d’où nous parlons. Mais nous avons besoin d’un concept englobant, décrivant les interactions entre les êtres humains et leur monde, tout en dépassant les idées de nature et de culture construites en opposition mutuelle. A nous d’y…

    1. Anne B

      Thomas, ce que vous dites est essentiel. Nous avons été formatés par un dualisme omniprésent qui sert les intérêts de l’oligarchie. Nature/culture, raison/intuition, bien/mal, corps/esprit (cartésianisme sur lequel s’appuie le rationalisme scientifique occidental) sujet/objet. Pourtant, la réalité c’est que la conscience dualiste sujet/objet n’est qu’une partie de notre essence. Notre entier potentiel est une conscience multidimensionnelle recherchant son unité intérieure et l’harmonie extérieure avec la nature, avec tout le vivant, le cosmos. La grande transformation qui s’amorce ne peut donc englober une seule dimension, qu’elle soit politique ou autre, mais l’être humain s’en sortira en reliant toutes les fréquences de la vie auxquelles il se confronte (que ce soit inconsciemment ou consciemment). La science officielle, celle de l’oligarchie, est bien dualiste et montre déjà les limites d’une conscience sujet/objet pour pouvoir connaître la réalité des 98% de…
      La science quantique est en train de découvrir ou percevoir une réalité plus large qui nous dépasse, mais que nous devons connecter pour affronter le défi de notre temps et civilisation.

  19. Bourgeois Jean

    Ah si tes posts toujours intéressants, sans langue de bois étaient enregistrés aussi en MP3 et ainsi pouvoir les podcaster, on pourrait les écouter notamment lors de nos déplacements en voiture.

  20. morfin

    A ceux ou celles qui pensent que c’est trop dur à lire, et pas accessible à leur capacité de compréhension, je suggère de lire peu à peu et en sautant des passages s’il faut et revenir ensuite, car c’est effet très dense. L’insoumission c’était aussi le courage de dire non aux armes, refuser le service militaire, et c’est encore le cas dans certains pays où on risque la prison. Donc bien expliquer que le service civique proposé par FI n’est pas du tout un service militaire à l’ancienne qui serait obligatoire, mais un temps de travail proposé, avec SMIC, pour avoir une action citoyenne. cette précision permettra à d’aucuns (unes) de nous rejoindre, qui sont inquiets de ce projet, comme de la marseillaise et du drapeau (nous devrons là aussi revoir le texte et l’adapter à aujourd’hui).

Les commentaires sont fermés.

©2015/2018 Jean-Luc Mélenchon / V5 / Design INFO Service | Contact | Mentions légales