142 commentaires


  1. Jean Louis

    Une info pour confirmer. Je suis en ce moment en Italie du nord et j’ai vu des affiches annonçant des réunions publiques concernant un référendum le 22 Octobre sur l’autonomie de la Lombardie

  2. François Rosicki

    J’ai bien écouté votre revue de la semaine n° 40 sur la Réunion, ensuite au sujet de Alstom/Siemens. Allemagne / Bundesrepublik Deutschland. Il est intéressant d’analyser la sociologie électorale de la capitale allemande. Dans l’ancien Berlin-Ouest, la plupart des électeurs votent pour les partis traditionnels, à savoir CDU, SPD, PDF, die Grünen, même s’ils sont en recul cette année 2017. Dans l’ancien Berlin-Est, les deux partis dominants sont l’AfD et die Linke avec Oskar Lafontaine. Autrement dit, la réunification n’est pas encore achevée dans les urnes.
    […]

    1. Genosse

      « La réunification n’est pas encore achevée dans les urnes »
      Quel sens donner à cette assertion ? A Berlin, die Linke obtient 18,8% des deuxièmes voix, devient le 2e parti derrière la CDU (22,7%), devance la SPD. Le « maire » de Berlin est SPD. Enfin die Linke conserve ses 4 sièges directs à Berlin. Il n’est pas inutile d’éviter les appréciations à l’emporte-pièce, cher Jean-Luc Mélenchon !

  3. FABIEN

    Oui, le contexte change, merci M. Mélenchon d’avoir encore raison. Le gouvernement est en train de s’enferrer, se contredisant tout le temps sauf dans leur constance à servir les plus riches et à brader nos industries, et ce faisant il renforce notre unité en construction et commence à dégoûter tout le monde, même les plus modérés.

  4. hopfrog

    « Mais les dirigeants français étaient obnubilés par le fait que, grâce aux directives allemandes présentées comme des nécessités européennes, ils obtiendraient des reculs du salariat le plus résistant d’Europe : les Français. »
    Cette analyse de Mélenchon est profondément juste. Elle me rappelle cette opinion que la couturière Coco Chanel, personnalité éminente de la haute société française des années 30, formula (à propos du Front Populaire) en pleine Occupation allemande : « La France n’a que ce qu’elle mérite. » La défaite et l’occupation, il fallait bien ça, en effet, pour faire expier au peuple français le crime d’avoir obtenu les congés payés en 1936. Soixante-quinze ans plus tard, on se rend compte que rien n’a changé chez les gens d’en haut, et que la politique économique et sociale de l’actuel gouvernement commence à ressembler étrangement à celle du gouvernement de Vichy.

  5. Santos

    Bonsoir Monsieur Mélenchon,
    Merci pour tout ce que vous faites, maintenant je passe à l’action.

  6. magda corelli

    Nous l’aurons cette grande manif sur les Champs.Trop c’est trop ! Et comme toujours merci pour ces beaux billets instructifs. Je suis très fière aussi des députés de la FI et c’est vrai qu’ils n’ont pas leur langue dans la poche. Tout ça remonte le moral et donne envie de lutter.

  7. julie

    Mille fois d’accord avec vous concernant les dangers que des mouvements nationalistes voire séparatistes présentent chez nous ou à nos portes. Mais concernant la Catalogne et en voyant les images terribles de ce jour, il s’agit à mon avis aussi d’une rébellion de tout un peuple contre un système et des promesses non tenues depuis des années. Un mouvement social autant que national.

  8. Daniel Mino

    La question de la Catalogne nous interpelle effectivement. Entre la « République Une et Indivisible » et « le droit des peuples a disposer d’eux mêmes », comment réagirions nous si des élections régionales ou législatives donnaient une majorité absolue à des candidats indépendentistes (ce qui n’est pas le cas actuellement. La FI soutiendrait-elle le principe d’un référendum s’il était demandé par une majorité d’élus ?
    La Corse, économiquement, n’a rien à gagner à quitter la République, sinon de tomber dans le clanisme mafieu, mais la Catalogne, comme la Lombardie, sont des régions plus riches que le reste de l’Etat et la volonté d’indépendance peut être motivée par des motifs plus égoistes qu’identitaires. Ce pourrait être le cas en France de régions comme l’Alsace ou la Savoie si la situation économique se dégradait fortement en France et que la protestation prennait la forme d’une revendication autonomiste, voir indépendantiste (ce qui n’est heureusement pas le cas…

  9. Stephan

    Et qu’est ce qu’il fait Jean-Luc, le weekend ? Il se dit « tiens, et si j’écrivais une petite bafouille sur l’Allemagne, l’avenir de l’Europe et de ses frontières, etc ». Un ptit truc léger, quoi ! Et qui demande à peine de réfléchir. On aurait bien envie de lui dire de se reposer un peu mais c’est tellement bon d’apprendre à comprendre qu’on attendra avec autant d’impatience la prochaine note de blog (même si elle sort le weekend !). Encore merci Monsieur Jean-Luc pour la pertinence de vos analyses et votre combat permanent pour un monde plus juste.

  10. del tedesco

    Merci Jean-Luc Mélenchon pour cette exellente analyse vous lire est un régal.

  11. Sebastian Chwala

    J´aime bien votre analyses, Monsieur Mélenchon. Mais je ne partage pas vos mots sur le parti Die Linke en Allemagne. J´étais sécretaire d`une fédération locale dans la region de Hessen en 2015 est 2016. C`est vrai que le parti est en lente descente dans l`Allemagne de l`est. La, on a perdu cinq pourcent aux dernieres législatives. Mais on a gagné des voix dans L`Allemagne de L`Ouest. Dans ma ville de Marburg, par example, on a fait 16,4 pourcent des suffrages. Dans les bureaux des votes des centres-villes des grandes ville, ici Die Linke était souvent en première position. Au niveau national, plus de 4,5 Million des citoyens allemands ont voté pour Die Linke. C`est pas rien. En plus, milles personnes ont rejoint Die Linke dans la semaine dernière. Quelques milliers ont adheré depuis l`année dernière. Alors, c`est un peux plus compliqué que de parler d`un declin globale de Die Linke. Nous sommes un parti jeune et en progression. Un parti qui rassemble toute la gauche.

    1. Genosse

      Je partage ces précisions. On peut ajouter que die Linke progresse en voix et en %, n’a certes pas réussi à passer la barre des 10% visée mais pour la 1ère fois, je crois, passe la barre des 5% dans l’ex-Allemagne de l’ouest et gagne beaucoup de voix (et notamment chez les jeunes) dans les grandes villes et les villes-états, etc. Donc éviter tout schématisme qui dessert !
      Autre élément, n’est-ce pas un peu exagéré de parler de « dégagisme » dans une élection aussi complexe ? Par exemple la CDU obtenait en 2013 191 des 299 sièges de circonscription, elle en obtient 185 en 2017, ce qui n’enlève rien à la qualité du reste de l’analyse, ni à l’inquiétude que peut susciter le retour de la peste brune.

  12. JEAN LUC PAGES

    Merci de nous éclairer sur le contexte européen du problème de la Catalogne. Comme vous le démontrez, la résistance se fortifie chez nous.
    J’ai trouvé notre camarade Obomo particulièrement résistante face à deux furies qui n’avaient de cesse de l’agresser pour lui faire perdre pied, Merci et bravo à elle. De mon point de vue, dans notre bataille idéologique, si la résistance est bien promue, il me semble que nous ne mettons pas assez en avant nos propositions programmatiques et notre propre logique contraire à la logique ultra libérale de Macron.

  13. jmdest62

    N’est-il pas surprenant, de la part d’un gouvernement si prompt à la recherche de simplification dans la gestion du pays, de donner de l’argent (4 Milliards) à certains pour qu’ils le fassent ruisseler ? Pourquoi ne pas faire ruisseler tout cet argent directement en supprimant les intermédiaires. Beaucoup plus simple, non ?

    1. Cathy van Pee

      C’est ce que je me demande aussi depuis longtemps. Pourquoi compter sur d’autres, alors que l’état pourrait le faire lui-même ? Je ne pige pas ! Pourtant on sait que les pauvres dépensent immédiatement ce qu’on leur donne. Ce sont eux qui font ruisseler !

  14. semons la concorde

    Beau billet de géopolitique européenne. Merci de faire le travail que la médiacratie ne fait plus. La gouvernance de l’équipe en place ressemble de plus en plus à de la haute trahison contre l’intérêt général du pays. Après la grève des CRS, on se prend à rêver.

  15. JeSuisFainéant

    On ne peut que vous remercier et être à vos cotés dans cette lutte sans fin ! J’avoue que mon optimisme commence à s’estomper tellement il est abominable notre adversaire. Nous ne sommes pas en démocratie. C’est un leurre bien orchestré. Voyez comment les urnes sont arrachés par l’Etat espagnol ! Alors même que je considère le vote anti-démocratique tant que le « vote blanc » ne sera pas comptabilisé. Cet acte est abject et cela me donne envie de vomir. Merci Monsieur Mélenchon. Durcissez le ton, les fainéants et ceux qui ne sont « rien » en ont besoin !

  16. Pierre AVRIL

    Merci pour ce texte d’intelligence et de réflexion. Faire de la politique est devenue une très longue marche, semée d’embûches.

  17. sansressources

    Concernant la rue et les nazis, je rappelle les immortelles paroles d’un factieux, d’un moins que rien qui disait des choses absurdes, je n’ai pas un amour immodéré de cet homme mais face à la meute il faut leur rappeler ce que disait leur chef, j’ai nommé Charles de Gaulle « Paris outragé, Paris brisé, Paris martyrisé, mais Paris libéré ! Libéré par lui même, libéré par son peuple », de plus si la rue n’a pas libérée seule du joug nazi, réfuter son rôle c’est renier la résistance, ceci dit ça tombe bien puisqu’on casse systématique ses acquis, les acquis du CNR, donc oublier le rôle de la résistance participe à la réaction macroniste.

  18. Régine

    Merci à vous qui marchez devant en éclairant le chemin. C’est une lutte qui a commencé bien avant nous, il y a très longtemps. Des batailles ont été gagnées, mais la guerre, malheureusement ne finira jamais. Une phrase de Jean de La Bruyère me revient : « Les grands sont odieux aux petits par tout le mal qu’ils leur font et tout le bien qu’ils ne leur font pas ». Ce n’est qu’un début, continuons le combat !

  19. Olivier Chilou

    Un texte intéressant qui rappelle que nous entendons encore aujourd’hui « le bruit des bottes », et qu’il se rapproche à chaque évènement un peu plus, dans un silence assourdissant. Nous sommes dans un monde de violence que deux guerres mondiales n’auront pas su etouffé. Pourquoi rien ne se fait ? Comme toute enquête, il faut savoir à qui profite le crime. Les historiens l’ont déjà largement démontré dans le cas de Hitler, mais il semble que l’histoire n’intéresse nos dirigeants que quand elle les sert. Face à ces personnes dénuées de tout scrupule, dont l’humanisme se concentre exclusivement sur leurs larmes et leur appel à vengeance contre le terrorisme, le peuple, les 90% qui ne sont « rien » n’ont qu’une seule alternative : l’insoumission. Continuons le combat démocratique, nous finirons par triompher. Sans cela nous devrons prendre les armes à nos corps défendants pour venir grossir les armées de ces fous qui nous dirigent et leur donner notre sang, ou le sang de nos…

  20. Berche Jean Marie

    Décidément, il me semble que votre plus grand tort est d’avoir raison trop tôt, ou trop vite. La médiacratie et vos adversaires politiques, mettent un temps infini avant de comprendre vos analyses et bien sûr quand même leurs élus disent comme vous avec retard. Aucun ne reconnaît la primauté de vos analyses. C’est rageant.

    1. André

      Si tant est que la médiacratie et les adversaires politiques puissent être assimilés à des citoyens normalement constitués susceptibles de rester maîtres et responsables de leurs propos ce qui le moins qu’on puisse dire ne découle pas clairement de leur comportement.

Les commentaires sont fermés.

©2015/2017 Jean-Luc Mélenchon / V5 / Design INFO Service | Contact | Mentions légales