142 commentaires


  1. Guy NUBER

    Je reviens sur le débat avec le PM. Ce dernier ne manque pas d’air, il dit d’ailleurs « assumer » les mesures en faveur des très riches et la baisse des APL pour la bonne raison dit-il qu’en votant pour Macron le peuple leur a donné mandat pour cela puisque c’était inscrit dans leur programme. Le refus de M. Mélenchon d’appeler au vote Macron au soir du 1er tour l’a plongé dans une tristesse extrême qui se lisait sur son visage. M. Mélenchon a commis une faute contre l’esprit républicain en n’approuvant pas avec enthousiasme le programme Macron ! Eh oui.

    1. Olivier Emery

      Je crois avoir remarqué un changement dans les réponses depuis l’interview chez J.J. Bourdin. On est passé de « Je ne sais pas » à « C’est faux ». Il parait évident que ce premier ministre est parfaitement au fait du programme qu’il est censé conduire.

  2. Croa

    Il semblerait que certains aient intérêt à mettre le bazar en Europe. Dans les manifs catalanes les slogans sont plus souvent en anglais qu’en catalan. Ces manifs seraient-elles noyautés par des activistes ? Certainement s’il y a de l’argent derrière ! Je pense qu’il y aurait lieu de s’en inquiéter, non ?

  3. Jean-Paul B.

    La Corse il est vrai s’est offert 3 députés « nationalistes » et 1 LR. Mais il faut analyser plus finement ce résultat en prenant en compte le rapport nombre de voix obtenues/nombre d’inscrits, car en observant ces données, on constate que ces 3 élus ont recueilli respectivement 27,70%, 28,75% et 32,29% des inscrits, soit entre 1/4 et 1/3 du corps électoral. C’est un beau résultat certes, mais qui ne préjuge en rien la réponse du corps électoral corse si demain la question de la séparation d’avec la France lui était posée par référendum comme en Catalogne. L’élection de ces trois députés « nationalistes » corses est le résultat du rejet des moeurs politiques des caciques qui dominent héréditairement la vie publique en Corse depuis plusieurs décennies. Les poursuites judiciaires début 2016 d’un sénateur PRG par le PNF et la condamnation fin 2016 de l’ancien Président PRG du Conseil Exécutif de la Collectivité Territoriale et ancien député, ont achevé de « dégoûter » nombre de…

  4. Eric Lachery

    Bonsoir, Mr Mélenchon et bravo à votre action, à vos convictions et à vos anayses. Un grand merci à vous. Je passe à l’action les gouttes d’eau débordent du vase.

  5. Laurent F.

    Bonsoir Mr Melenchon,
    Heureusement que vous êtes présent pour analyser cette complexité incroyable. N’en déplaise à tous vos censeurs pathétiques, vous êtes avec les insoumis les derniers défenseurs de notre république laïque, démocratique et fraternelle et bientôt écologique. Notre seul avenir commun.

  6. Da silva caroline

    Il est temps de refaire la prise de la Bastille ! Qu’attendons nous ?

  7. Noëlle M

    J’ai, personnellement, beaucoup apprécié votre ton (et votre argumentation, bien sûr) lors du « débat » face à l’insignifiant 1er ministre (même si je me retrouve dans vos habituels et salutaires coups de gueule généralement bien fondés). Je ne doute pas que la polémique autour de l’utilisation du mot « nazi » était prévue par vous-même et votre équipe de com’ mais je m’interroge désormais sur la nécessité de cette forme caricaturale (qui semble avoir fait long feu) de monopolisation des médias…

  8. Arnaud R

    Cinq ans, ça va etre long et il ne restera qu un champs de ruines ! Encore une fois ce sera « un coup trop tard ». Mitterrand en 74 au lieu de 81, ça aurait tout changé. Mélenchon et la 6ème en 2022 ça sera un coup trop tard !

  9. gerlub

    Le problème catalan réside presque exclusivement dans l’impéritie de la droite espagnole. Pourquoi ont-ils abrogé, en 2010, le statut qui avait été obtenu par cette communauté autonome 4 ans plus tôt ? et qui correspondait avec ce qui existe déjà au Pays Basque espagnol ? Selon moi simplement par souci d’humiliation. Et voilà le résultat qu’ils ont obtenu. Après le 1er octobre, les dissensions entre Madrid et Barcelone se sont encore accrues et peut-être de manière durable, ce qui n’est souhaitable pour personne. Vous remarquerez que la médiacratie a crié à l’illégalité pour l’organisation du référendum catalan, chose qu’elle n’avait pas faite pour le Vénézuela où il s’agissait d’un acte de « démocratie » de la part de l’opposition de ce pays. Seulement le président Maduro a su répondre avec intelligence à ce défi. Intelligence dont ne dispose pas Rajoy !

    1. Jean-Charles

      Le statut n’a pas été totalement abrogé. Seuls 13 articles sur les 294 que compte le statut ont été supprimés par le tribunal constitutionnel, sur la reconnaissance notamment des Catalans comme nation, ce que réclament les Corses chez nous et que nous leur refusons. Les Catalans d’ailleurs n’étaient pas demandeurs au départ de cette révision. C’est Zapatero qui en a été l’initiateur et ouvert ainsi la boite de Pandore. Et puis Rajoy a fini de mettre le feu aux poudres. Aujourd’hui, le combat politique n’est pas dans la carabistouille d’Iglesias ou Colau avec les indépendantistes pour faire tomber Rajoy ou sauver la mairie de Barcelone, il est dans la clarification des positionnements et la dénonciation de l’idéologie nationaliste, laquelle dans son narcissisme identitaire et son victimisme atavique est facteur de division de la société catalane voire de guerre civile.

    2. Diane

      Moi je vois dans la Catalogne aussi, un pays qui veut devenir une République, pour en finir avec la monarchie d’un autre temps, dont l’Espagne ne peut se dépêtrer depuis la guerre civile de 1936.

  10. raynaud

    En Espagne, le parti popular revient très vite aux réflexes franquistes. Pour voir les images de la répression du 1er octobre, il faut regarder Télésur ou RT. Parmi les nombreuses images diffusées par ces chaines TV on ne voit pas une seule personne lever la main sur les Forces de l’ordre qui, elles, frappent indistinctement hommes, femmes, personnes âgées, une femme est trainée dans les escaliers tout en lui cassant méthodiquement les doigts de la main gauche l’un après l’autre et en lui palpant les seins etc. Il n’y a jamais eu l’équivalent d’un jugement de Nuremberg en Espagne ni la restitution des biens et propriétés volés et voilà le résultat et pourtant on s’est empressé de faire rentrer ce pays dans l’Europe (de la finance).

    1. Jean-Charles

      La femme aux doigts soit disant méthodiquement cassés par la police a finalement reconnu sur TV3, la télé de la Generalitat, qu’elle ne souffrait que d’une inflammation à l’un des doigts. De même, la personne âgée, à la tête maculée de sang, a confessé avoir été déplacée par les gardes civiles et assise à terre, et que sa blessure est survenue ensuite en se cognant la tête contre une marche dans la mêlée générale. Il y a eu également des photos sur les réseaux sociaux montrant des visages ensanglantés remontant en fait à des manifs contre leur loi travail réprimées en 2012 par les mosos à qui on offrait cette fois des fleurs dans un remake bidon de la révolution des oeillets. Les indépendantistes ont également annoncé la mort d’un homme à Lleida suite à un arrêt cardiaque, info qui s’est révélée être un fake. Et ainsi de suite…
      Je ne dis pas cela pour exonérer la police des violences commises mais pour rétablir les faits. Et ne pas se voir instrumentalisés par la propagande.

  11. HEMMEN Jean Piierre

    Votre réflexion est intéressante, bien que la question de la sortie indispensable de l’Europe capitaliste avec ses conséquences positives pour une « 6° république » démocratique, sociale et par conséquence écologique ne soit qu’effleurée. Et puis pourquoi dans les « sites amis » ne pas faire apparaître le PRCF – Initiative Communiste, qui vous a clairement et sans compromission soutenu dans la bataille des présidentielles ? JP Hemmen, directeur politique d’ÉtincelleS revue théorique du PRCF.

  12. Adrien

    Bougeons-nous, rééduquons nos voisins à la hauteur de notre « phare » de l’équipe Insoumise sous la bannière de JL Mélenchon, un très grand visionnaire au destin futur espéré pour notre peuple. L’eau de ruissellement est tellement acide qu’il est temps de la tarir en libérant la source. Merci, un grand merci aux visions géopolitiques tellement précises de JL Mélenchon qui se confirment au fil du temps. On ne lâche rien.

    1. al

      Ça commence à tourner au culte de la personnalité. Attention, pas de sauveur suprême !

    2. Adrien

      Non je ne suis pas « envouté », mais je reconnais à JL Mélenchon son charisme, et surtout son abnégation à résister contre vents et marées tous azimuts, d’avoir aussi évolué en particulier sur l’environnement, d’avoir su fédérer toute une équipe, qui a continué dans cette progression de concertation pour aboutir à la France Insoumise et quadriller tout le territoire de cette toile qui ne demande qu’à s’agrandir toujours plus et j’en fais partie à modeste tâche.

  13. Rémy ROLAND

    Bon, Jean-Luc, qu’est-ce que c’est que ce débat avec le premier ministre ? C’est plus animé quand mes deux voisines de 87 et 89 ans prennent le thé. Tu avais en face de toi un des architectes de la déconstruction programmée de notre nation et Lenglet à été plus incisif que toi. Un comble ! J’espère qu’il s’agit seulement d’un coup de mou provisoire et pas des premières atteintes de la tsiprasite.
    Très cordialement.

  14. Michel 65

    L’analyse faite par JL Mélenchon sur la situation en Catalogne me paraît bien mince. Il faut que nous soyons présent, de manière plus argumentée, sur ce dossier. Il interpelle particulièrement notre mouvement sur les questions de constitution / constituante, souveraineté / frontières, peuple / carcan européen, démocratie / identité.

  15. Invisible

    Il y a des jours, on aimerait dire « on arrête tout et on réfléchit ». Sur la Catalogne, laisser retomber la fièvre. Sur le ton à employer avec mister Eduard Philipp dit le mol, on ne sait plus ! Et même François Ruffin arrive à ne plus savoir comment exprimer son juste courroux, rester lui-même tout en passant pas pour un exalté gauchiste. Raquel risque la contagion du monde mondain de la TV et de perdre son énergie et son mordant, de se disperser. On ne sait plus ce qu’il convient de faire. 50 exploitants agricoles de la Beauce obtiennent davantage en se roulant dans la paille à la nuit tombée sur les Champs Elysées bien mieux qui si nous y allons à 1M nous réunir fraternellement. Comment rester simplement fermes et prolétaires, concrets et pas vissés dans des téléphones portables à cocher des pouces bleus ?

  16. gelmad

    @ Jean-Charles
    « Le statut n’a pas été totalement abrogé. Seuls 13 articles sur les 294 que compte le statut ont été supprimés par le tribunal constitutionnel…. »
    Oui, dont le fameux équivalent du « cupo » basque ! Ce qui n’est pas rien et qui était revendiqué par les catalans depuis longtemps et qui était, probablement, l’article le plus important des 294 !

  17. Christiancqfd

    La théorie du populisme de gauche me semble à côté de la réalité de la lutte de classe. Pointer un adversaire (le 1%) face à un peuple imaginé (les 99%) ne correspond à rien dans le concret. Si la classe dominante tient malgré les tensions, le rôle de ses relais est essentiel : syndicats, cadres d’entreprises, Écoles d’ingénieurs, de commerce, journalistes, retraités aisés… En bref tout ceux qui tirent leur épingle du jeu libéral ou qui pensent pouvoir le faire. Le peuple ce n’est personne. Seule l’action concrète détermine les acteurs.

  18. Sylvain

    Une fois de plus je lis un de vos billets M. Mélenchon et je suis frappé par votre volonté de remettre les choses en perspective, de nous amener à réfléchir et à nous renseigner. Merci donc. L’antithèse absolue du projet politique de l’extrême-centre macronien, qui a tout intérêt à bénéficier d’une masse (illusoire), inerte, non informée, gourmande en phrases-slogans qui cachent un massacre social sans précédent.
    D’autre part étant Calédonien et attaché au respect de la volonté du peuple kanak lors des enjeux qui approchent (referendum en novembre 2018), je suis très heureux de lire que vous pourriez faire partie de la commission à l’Assemblée Nationale chargée du dossier, beaucoup moins de la nomination d’une girouette à sa direction, ancien premier ministre qui n’a pas fait preuve d’une grande acuité lors de sa gestion des enjeux là-bas.

  19. gilles

    A propos des luttes sociales et de la culture qu’a le peuple à se mobiliser selon Jean-Luc Mélenchon, je crois qu’il oublie une chose dans ses analyses. Autant cela pouvait être vrai dans les années antérieures (on dira jusqu’à la fin des années 80), autant cela me paraît beaucoup moins évident maintenant. Je tente une explication mais peut-être que quelqu’un trouvera d’autres arguments. Auparavant donc, le peuple français et les « prolos » en général, avaient la mémoire des luttes précédentes, une connaissance historique et une certaine culture donc. Autant maintenant, ce même peuple, moins homogène (travailleurs jeunes, travailleurs détachés, travailleurs étrangers), n’a plus la même culture historique et se mobilise beaucoup moins. Par exemple, il est sidérant de voir qu’une grosse proportion de travailleurs âgés de 30/35 ans ne s’intéresse pratiquement qu’aux résultats du foot et ait une connaissance plus que limitée de la réalité sociale du pays. Le combat va être…

  20. pichenette

    Certes il faut continuer à se battre sur le plan politique en dénonçant la casse sociétale qui passe au rouleau compresseur tous les pans de la société mais valorise le virtuel (combien coûte le logiciel Louvois qui est un fiasco pour la paie des militaires ?), les audits privés, l’emprise très coûteuse du privé dans le public hôpitaux, universités, sans citer le saccage du code du travail qui avilit le travailleur. Mais il faudrait aussi créer des voies de « survie » parallèles, soutenir les coopératives qui existent, en créer, mêmes très petites pour que des gens s’impliquent dans des projets, faire vivre une autre France parallèle belle et rebelle. Bravo pour le travail exemplaire des députés insoumis !

    1. Sari Bernard

      « Mais il faudrait aussi créer des voies de « survie » parallèles, soutenir les coopératives qui existent, en créer, mêmes très petites pour que des gens s’impliquent dans des projets, faire vivre une autre France parallèle belle et rebelle. Bravo pour le travail exemplaire des députés insoumis ! ».
      Si les députés portent de manière résolue la voix des Insoumis, il reste pour les autres tout aussi résolument engagés, à s’investir dans la création d’une « société contre ». Contre celle qu’il faut nécessairement abolir. C’est la tâche et la nécessité à l’ordre du jour. A chacune et chacun ce qu’elle, il, peut faire.

Les commentaires sont fermés.

©2015/2017 Jean-Luc Mélenchon / V5 / Design INFO Service | Contact | Mentions légales