Le mois dernier, ce blog a reçu 372 806 visites

148 commentaires


  1. Hervé

    Plutôt que l’image du premier de cordée, il y en a une plus juste, celle de la pyramide de cubes. Il se passe quoi quand on donne un coup de pied à la base de la pyramide ?

    1. RSI mais pas que

      On se fait mal. Contrairement à ce que l’on croit, la base de la pyramide est l’endroit le plus solide de cette dernière. Encore faut-il qu’elle soit faite, cette base, de matériaux homogènes.

    2. Hervé

      Enfin, pour moi, Macron se pense en haut, autrement dit, si le bas se disloque il tombe. Il ferait donc mieux de consolider la base, c’est a dire le peuple. La il tape dessus, il faudrait pas grand chose qu il se casse la figure.

  2. Nicolas B

    Vouloir se grandir en insultant et rabaissant les riens, les insulter depuis l’étranger, parler de récidivistes du chômage avec une connotation de délinquants, ce président est lamentable, il faudra bien qu’il redescende un jour ou l’autre sur terre pour lui apprendre les bonnes manières.

  3. Patrice22

    C’est vrai que les médias stigmatisent votre prise de position contre le drapeau européen. Mais c’est vous qui avez pris l’initiative de communiquer là-dessus pour en faire un débat.
    En 2005 j’ai fait campagne pour un « Non breton » au TCE. J’étais minoritaire dans mon parti, l’UDB (gauche autonomiste) mais en meeting locaux aux côtés de militants du PS (minoritaires aussi dans leur parti) et du PCF et de la LCR nous menions le même combat contre l’Europe libérale. Et je ne le regrette pas, et je continue. Mais franchement le drapeau européen n’était pour rien là-dedans. On s’en fout un peu de ce qui est passé dans la tête du gars qui l’a dessiné. Maintenant c’est un symbole de paix. Tous les drapeaux ont des sens multiples.
    Moi je trouve que les trois drapeaux qui flottent sur beaucoup de mairies en Bretagne : tricolore, européen, breton, forment un bel ensemble de couleurs ouvert sur le monde et n’empêchent nullement de nous battre tous ensemble pour les…

    1. dudul

      Oui, Jean-Luc Mélenchon a eu raison de communiquer et faire débat sur le drapeau européen. C’est une manière préventive pour casser l’image neutre, lisse, de ce drapeau, pour qui en ignore la genèse. La majorité des personnes n’y avait pas prêté attention et comme moi, n’y voyait que l’aspect pratique, d’un fond uni et quelques étoiles, rien de très engageant. Prenons garde. Cette Europe « qui nous protège » glisse doucement vers une réaffirmation du conflit des civilisations, « nous et eux », la chrétienté et les autres. Petit à petit, avec les nationalismes à l’est qui s’affirment, il sera, sur ce caractère insipide de ce symbole, greffé la mémoire de cette origine, selon la formule de cette ancienne député LR : « l’heure blanche et chrétienne ».

  4. magda corelli

    Merci pour vos belles interventions télévisées. Ils font une telle tête les journaliste, lorsque vous répondez à leurs questions si peu subtiles que je ris plutôt que de m’indigner.
    Ce serait triste si tous les dirigeants des syndicats capitulaient et laissaient faire cette monstruosité et si le Mouvement social se contentait de préserver son fond de commerce en levant un minimum son petit doigt. Souhaitons que la base bouge et surtout tous les Français concernés par cette politique inique. Les classes moyennes ne vont pas tarder à rejoindre les classes populaires dans le mal vivre. Quant à la petite bourgeoisie intellectuelle elle s’en prend plein les gencives on dirait. Je compte beaucoup sur Le Média pour faire évoluer les choses. Oui Médiapart est bien nul je suis d’accord. Fond de commerce à protéger pour eux aussi, idem le Canard qui a tant de mal à trouver des gens malhonnêtes à la FI.

  5. Redon

    J’aurais aimé que les journalistes qui ont interviewé Macron aient la même morgue que ceux qui ont interviewé Mélenchon au Grand Jury. Hélas ils ont été muet devant les mensonges du Président. Et il y a eu 9 millions de téléspectateurs sur TF1 dont seulement 61% pas d’accord avec Macron. C’est vrai que le Président parle comme un PDG de l’entreprise France alors qu’il n’est que le représentant et non le chef, le chef étant le Premier Ministre du Gouvernement qui devrait gouverner.

  6. Arnaud

    Cette histoire de drapeau est surtout prétexte à parler d’Europe et à faire sortir les eurolâtres libéraux de leur tanière, ne vous y trompez pas, Insoumis, la stratégie a parfaitement fonctionné.
    J’avoue que, moi-même délégué syndical, il est parfois consternant de voir à quel point les dirigeants sont frileux mais j’ai aussi pu constater que la base peut ébranler la structure, si la contestation se fait sentir. Il ne faut rien lâcher, aucune lutte légitime n’est vaine : résistance !

  7. Alain Doumenjou

    Ce n’est pas encore mûr, mais l’offensive lancée par Macron pour anéantir en France l’ensemble des acquis sociaux arrachés aux puissants par plus d’un siècle de luttes, et auxquels une forte majorité des français reste profondément attachée, est à la fois d’une telle ampleur et d’une telle violence, que la colère, qui couve et monte peu à peu, ne peut pas ne pas éclater un jour et ce jour est sans doute bien moins lointain qu’on l’imagine. Réunir un million d’insoumis (adhérents ou non à la Fi) sur les Champs Elysées et Macron redescend sur terre ! qu’une grève générale, généralisée et illimitée se déclenche et se propage et il tombe le cul par terre ! Il faudra bien au bout du compte , avec ou sans les syndicats, en passer par là pour se défaire une bonne fois de cette clique qui pourrit la vie de tous pour engraisser une poignée de parasites qui se gavent en détruisant la France !

    1. RV

      C’est aussi mon sentiment, en 36 et en 68 ce sont des grèves « générales » qui ont permis quelques conquêtes. Apparemment les directions syndicales en sont loin.

    2. Frederique

      Une grève généralisée et illimitée serait idéale bien sûr. Mais comment les gens supporteraient ils une baisse de salaire sur des revenus déjà si bas pour beaucoup? Ne serait il pas possible de créer un fond de soutien populaire pour soutenir les grévistes ? Mais pas seulement les syndicalistes, tous les gréviste.

  8. Bonardi

    La recherche active d’emploi a pour but de favoriser l’alternance de périodes de chômage/travail, pas du tout pour lutter contre le chômage. Les gouvernements néolibéraux qui se succèdent ne recherchent pas le partage du travail, c’est à dire travailler moins à salaire égal, mais travailler de temps en temps à revenu moyen réduit. Le MEDEF se frotte les mains.

  9. Pierre Pétroff

    Mr Mélenchon, vous écrivez la phrase terrible suivante, complètement démobilisatrice mais certainement juste « Avons nous perdu une bataille sur le code du travail si mal conduite ? » Est-ce aussi une autocritique ? Comment aurait-il fallu la mener cette fameuse bataille ? Les syndicats ne se parlent pas, encore moins le PC et la France Insoumise. Comment voulez-vous gagner une bataille dans la désunion la plus totale ?
    Bien que participant financièrement aux « socios », je n’aime pas la présentation ni le langage débile utilisé qui me fait penser aux réunions de boys-scouts au patronage. Nous sommes adultes et pas tous « parisiens ». Ces commentaires sont le reflet de cette mauvaise semaine. Désolé.

    1. Ascalon

      Entièrement d’accord avec vous pour « Le Média », sauf que je n’ai pas franchi le pas d’adhérer. Et c’est en raison de cette infantilisation débile (qui s’observait déjà pendant la campagne présidentielle), ainsi que d’une opacité savamment habillée de baratin et de néologismes idiots (comme les « socios »). D’ailleurs, pour sacrifier à un autre boboïsme parisien, devrais-je écrire les « socio-e-s » ?
      La mère maquerelle l’a dit pendant une soirée de lancement digne du Club Dorothée, dans un premier temps, Le Média sera opéré financièrement par une association 1901 éponyme. Donc « devenir socio », c’est tout simplement adhérer à cette association, quels que soient le nombre de titre souscrits, et la cotisation annuelle choisie. Tout cela n’est que de l’habillage infantilisant et bobo parisien.
      En revanche, sur le site d’adhésion, point de statuts pour cette association. Je n’adhère jamais à une asso. 1901 dont je n’ai pas d’abord lu (et approuvé) les statuts. Des fois que je me retrouverais dans les même cercles qu’un Vilgrain, par exemple.

    2. Francis

      @Ascalon.
      Passons sur votre langage qui est limite même si la forme de la première émission peut effectivement inspirer une certaine réserve. Le terme mère maquerelle pour qualifier une militante initiatrice d’un projet de cette envergure…
      Quand à vos questions, plutôt que d’échafauder des théories conspirationnistes, je vous suggère de poser la question directement ici : question@lemediatv.fr. Pour les mêmes raisons que vous je n’ai pas encore adhéré au projet et ai adressé un courriel pour demander les détails des statuts de la future coopérative.

    3. Ascalon

      @Francis
      « Mère maquerelle » n’est pas une insulte mais une caractérisation. C’est à comprendre au second degré, et plus j’y réfléchis, plus je la trouve appropriée au vu de l’émission de lancement.
      Quant aux théorie conspirationnistes, je ne vois pas de quoi vous parlez. Relisez la liste des signataires du manifeste. Vérifiez à qui appartient le studio L’Antenne, précédemment Espace Kiron, profitez-en également pour parcourir son pedigree, voir quelles émissions y ont été produites et ce qu’elles sont devenues. Puis revenez à la liste des signataires. Et dites-moi alors qu’il s’agit bien d’une démarche « citoyenne ».
      Envoyer un mail pour avoir des explications… Il rejoindra certainement ceux que j’ai envoyés en leur temps à m6r ou à jlm2017 pour avoir des explications. Je ne vois d’ailleurs pas de quelle « coopérative » vous parlez. Il s’agit d’une asso 1901, tout simplement parce que le sociétariat des coopératives de production est limité par la loi. Ce n’est pas exactement le même fonctionnement.

    4. alain Tron

      J’ai regardé la soirée de présentation du « Média ». Pas toute, tellement j’ai été déçu par cette espèce de « surboum » où tout le monde semblait s’amuser et où la nécessité d’avoir un média d’informations vraies a été passée à la trappe au profit d’explications inintéressantes. Et ce mot « socios », qui ne veut rien dire, à part peut être rappeler « cas sociaux » alors qu’il suffisait d’appeler « adhérents », « sociétaires » ou « amis du Média ». Bref, présentation peu sérieuse, qui ne donne pas envie de participer.

  10. alain Verce

    Ca a été une erreur de croire que Mailly et Berger allaient rejoindre le camp de la contestation. Ils ont juste fait le pas minimum qui leur permet de claironner « mais on s’est battus ! ». Comment a t-on pu croire qu’un Berger, qui avait déjà applaudi et signé des deux mains des accords et des lois aussi pourries que les ordonnances, allait subitement trahir ses maitres ? Il fallait continuer de s’adresser aux salariés en ignorant ces deux faux-culs dont les déclarations antérieures ne laissaient aucun doute. Bien sur que la bataille est perdue, mais la bataille politique doit continuer. De toute façon nous sommes seuls, alors plus de cadeau à ces traîtres qui, quoi qu’on fasse, nous tireront dans le dos. Dorénavant, seule la FI (et quelques autres) combat le régime Macron. Au moins c’est clair.

  11. Brassard

    Ce n’est pas en taclant les syndicats que vous sortirez le peuple de sa torpeur. Les actions communes comme vous dites Mr Mélenchon ce ne sont pas les représentants des confédérations syndicales qui y rechignent le plus, ce sont les salariés eux mêmes puisqu’ils sont pour beaucoup aux abonnés absents lors des manifestations de lutte. La classe ouvrière résignée ne se déplace presque plus car le pouvoir médiatique règne en maître et influe sur les idées, il faut bien en être conscient, et vous le savez. Le jupitérien Macron profite de cette situation. De plus, comment voulez-vous mobiliser les foules militantes quand vous même représentant de la FI vous avez jouer ami-ami avec le premier ministre lors de votre dernière prestation télévisée.

    1. Hocine DELESTREE

      C’est vrai, la France populaire à du mal à se mobiliser et les médias aux ordres lui bourre la tête de niaiseries. Il ne faut pas qu’elle réfléchisse ou qu’elle débatte.
      Mais vous voyez la responsabilité de Jean-Luc Mélenchon par le petit bout de la lorgnette. Qui a fait naître un espoir d’une société plus juste, plus responsable durant les Présidentielles ? Jean-Luc Mélenchon ! Qui est retourné dans les quartiers populaires pour parler politique aux habitants envoutés par le FN ? Jean-Luc Mélenchon et la FI ! etc. Les médias ne ménagent pas FI et Jean-Luc Mélenchon car ils savent bien que c’est la seule opposition à la politique pour les riches conduite par Macron. Jean-Luc Mélenchon et FI sont les seuls à faire barrage. Alors souffrez qu’il puisse donner de temps à autre l’image d’un homme politique affable et souriant. Il est déjà tellement caricaturé que ses adversaires n’attendent qu’une chose, qu’il soit identifié comme le hargneux de service qu’il faut mépriser.
      Ne tombons pas dans ce…

  12. Valerio

    Sur la question du drapeau, vous faîtes preuve, pardonnez-moi, d’amateurisme si vos sources se limitent à des articles de presse. Allez plutôt consulter les archives digitales en études européennes, c’est la démarche basique de tout chercheur en histoire, et vous accéderez alors à une documentation et à des témoignages clefs pour la compréhension du dossier. Les témoins majeurs sont Robert Bichet. Et surtout Paul M. G. Lévy, directeur des services d’information du Conseil de l’Europe. C’est lui qui a coordonné au niveau du secrétariat la synthèse des différents projets. Car la création du drapeau, contrairement à votre présentation, est d’abord un travail collectif. Une mouture initiale de Salvador de Madariaga fond bleu avec constellation d’étoiles, sur laquelle un allemand vivant au Japon suggère une seule étoile dorée, malheureusement c’est déjà pris (drapeau du Congo belge), et enfin Paul Lévy, par lequel passe tous les projets, qui le premier a l’idée d’une disposition en cercle. Heitz là dedans ? Fonctionnaire au Conseil de l’Europe, il était au courrier. Mais il avait fait les beaux arts aussi Lévy lui demanda-t-il de peindre la maquette. Sa contribution s’arrête là. En 86 quand le drapeau devient officiellement celui de l’UE, Heitz sent son heure de gloire arriver et s’en attribue la paternité. Au soir de sa vie, habitée par la transcendance et un désir d’immortalité, il trouve là l’occasion de laisser à jamais une trace. Fin de l’histoire.

    1. JP77

      Je crois me rappeler que dans le passé récent (2005, 2008, je ne sais plus) des discussions âpres concernaient les origines chrétiennes de la France, de l’Europe, aussi bien par des « responsables » français que des polonais ou hongrois. Même que seulement pour l’éventuelle adhésion de la Turquie, un référendum était exigé par les tenants des origines chrétiennes. Cela m’avait particulièrement déplu. Et pas qu’à moi si mes souvenirs sont bons. C’est peut-être parce que cela avait soulevé des protestations que cet aspect a été mis en veilleuse. En tant que sympathisant de la citoyenneté mondiale, le drapeau de l’ONU me va, mais de cette Europe à nivellement par le bas, de leur drapeau, à titre perso je m’en passerais autant que de leur Europe. Avec de plus en plus de paradis fiscaux (Pays Baltes, Portugal ) et des financiers partout aux manettes. Sans parler de celui que nous avons hérité avec une élection sous influence médiatique. Légale, oui, mais sous influence.

  13. Renard Denis

    Que le renversement de la hiérarchie des normes et l’abandon du principe de faveur soient des « évènements considérables » porteurs d’une régression sociale d’une ampleur jusque là inconnue et de caractère civilisationnel, c’est clair pour de nombreuses personnes, mais pas encore forcément une majorité de salariés, actifs, privés d’emploi et retraités. Il y a toujours une bataille d’idées à mener, dans la durée. Mais il aurait été plus sage pour les intérêts du monde du travail, de notre classe travailleuse, d’anticiper sur ce bras de fer avec Macron en choisissant le rassemblement à gauche pour les législatives, avec toute les forces qui avaient soutenu votre candidature. « La république En Marche » n’aurait pas forcément obtenu une majorité de sièges à l’AN si ce choix résolu de l’unité avait été effectué dès la fin 2016 et traduit concrètement sur le terrain par de multiples campagnes de proximité.

  14. andré

    Concernant les syndicats et quelle que soit la peine qui découle de ce constat il est bien clair que les dérives dans lesquelles ils se sont laissés aller les condamnent irrémédiablement au même dégagisme que celui que les mêmes causes infligent aux appareils politiques. Pour que les choses soient autrement il faudrait une capacité de remise en cause exclusive du fonctionnement du système. Ceci étant quand il s’est agi pour le Parti Communiste de se prononcer sur sa position par rapport à la candidature de Mélenchon le constat a été clair que la majorité des militants étaient contre l’appareil. Et rien n’interdit de penser que cette proportion d’adhérents resté prioritairement militants à distance des responsables devenus spécialistes de la cogestion avec l’exécutif aux petits soins du Medef et des actionnaires du capitalisme contre les salariés est largement majoritaire. Et de même que le problème électoral de la France insoumise était de maintenir sa ligne de refus de tambouille…

  15. riri7

    M Macron n’ a pas du faire beaucoup d’alpinisme parce que pour lancer des pierres sur un premier de cordée il faudrait un canon et comme tireur, un sniper. Jusqu’à présent la plupart des chutes venaient du sommet, ou de l’irresponsabilité du premier de cordée ! CQFD.

  16. militant pas virtuel

    Quelle simplisme que de mettre tous ces syndicats dans le même sac. C’est inadmissible et impardonnable, oui impardonnable pour un dirigeant politique sérieux et responsable. Créer un rapport de force, dans les entreprises et services, à la hauteur des enjeux n’est jamais simple et les syndicats qui s’y emploient se heurtent à tant de difficultés : divisions et traitrises syndicales, faible syndicalisation, répression, résignation et fatalisme et (sans être exhaustif) l’illusion électorale.
    Vous commettez une grande erreur d’analyse et de démarche pour les combats indispensables à mener dans les entreprises et dans les rues.

    1. Moreau Patrice

      Le simplisme est peut-être aussi du côté des centrales syndicales, n’est-ce-pas. Attendre septembre pour enclencher des réunions et mouvements, comme s’il fallait être un grand clerc pour comprendre que l’élection de Macron serait un recul sans précédent du Code du travail. Pendant l’été, le défilé des centrales à Matignon avec un relais médiatique pour nous faire gober un pseudo-dialogue. Les déclarations des dirigeants syndicaux à la sortie de chaque réunion pour nous « suggérer » que rien n’est fait et tout reste à la discussion. Ils n’ont pas été à la hauteur de cette catastrophe annoncée et prévue. Et pendant ce temps La France Insoumise était bien seule.

    2. gramsci1871

      Je viens de lire le commentaire de @Patrice Moreau. Il ne m’est jamais apparu que la CGT entretenait la confusion durant l’été puisque même FO lui reprochait de prendre des initiatives avant la conclusion. Donc, en effet, « placer dans le même sac » la CGT et la CFDT et FO relève soit d’une analyse indigente (ce que je ne crois pas) soit d’une volonté délibérée de se débarrasser « du vieux monde » (partis, syndicats). Ça ne fait que confirmer toute une stratégie. Désolant.

  17. mcr69

    Les gens ne vous démobilisez pas contre les ordonnances Macron puisqu’il y a une journée de mobilisation CGT le 19 octobre. D’autre part tous les syndicats se revoient le 24 octobre pour décider d’une journée d’action en novembre. Attention à ne pas être trop pessimiste.

  18. Camille

    Visiblement à ne saute pas aux yeux de beaucoup. Supprimer le drapeau dans ce cas, c’est la suite de l’ensemble des mesures appliquées de longue date. Volonté de suppression de départements et communes, suppression de la monnaie, primauté du droit européen, créer une armée européenne etc. Franchement c’est pénible de lire des commentaires honnêtes mais carrément aveugles. Dites les amis, vous avez oublié que la priorité pour appliquer un programme c’est d’être indépendant ? Aucune politique écologique, sociale, étrangère, économique etc. spécifique à un peuple n’est envisageable dans le cadre de l’UE. Aucune ! Soit vous pliez soit vous imposez aux autres, ce que fait l’Allemagne. Avec les bottes ou sans, ça s’appelle une occupation et ceux qui nous dirigent, un Etat de fait. Faut-il souligner que notamment, comme pour le 10 juillet 1940, les votes de 2008 et 2012 rendent potentiellement la totalité des actes depuis 2008 nulle et non avenus ?

    1. P G

      Je suis tout à fait de votre avis. Il m’est très pénible de retrouver dans les commentaires autant de mépris contre notre représentant. C’est inouï écoeurant. Après tout ce qu’il fait pour les « riens » voici ces mêmes riens qui s’attaquent à lui. J’ai l’impression de me retrouver avant le premier tour de la présidentielle lorsqu’il était déjà sous le feu des critiques de certains FI pour qu’il s’associe avec Hamon.
      Cher Jean-Luc’ vous avez beaucoup de courage pour vous battre pour cette meute hurlante. Je partage votre avis à propos des syndicats et vous accorde ma confiance. Cela n’a pas changé pour moi.

  19. Camille

    Visiblement ça ne saute pas aux yeux de beaucoup. Supprimer le drapeau dans ce cas, c’est la suite de l’ensemble des mesures appliquées de longue date. Volonté de suppression de départements et communes, suppression de la monnaie, primauté du droit européen, créer une armée européenne etc. Franchement c’est pénible de lire des commentaires honnêtes mais carrément aveugles. Dites les amis, vous avez oublié que la priorité pour appliquer un programme c’est d’être indépendant ? Aucune politique écologique, sociale, étrangère, économique etc. spécifique à un peuple n’est envisageable dans le cadre de l’UE. Aucune ! Soit vous pliez soit vous imposez aux autres, ce que fait l’Allemagne. Avec les bottes ou sans, ça s’appelle une occupation et ceux qui nous dirigent, un Etat de fait. Faut-il souligner que notamment, comme pour le 10 juillet 1940, les votes de 2008 et 2012 rendent potentiellement la totalité des actes depuis 2008 nulle et non avenue ?

    1. malinvoy

      Enfin une réflexion lucide sur une question essentielle, celle de l’Europe sous domination du capital allemand, et notre perte de souveraineté totalement assumée par le le capital national prêt à vendre tout le patrimoine industrielle français sans état d’âme, mais aussi une réflexion lucide sur certains commentaires du blog qui se précipitent souvent sur les buzz médiatiques. On fait beaucoup d’efforts pour échaper aux immondices déversés par les médias en venant sur ce blog et l’on est souvent surpris de les y retrouver dans un certain nombre de commentaires sans aucun recul.

  20. Anne B

    « Les directions des corps intermédiaires peuvent-elles être autre chose que des rouages à l’intérieur d’une réalité qui fonctionne comme un bloc ? »
    Je crois que la réalité est bien là !
    « Emmanuel Macron va-t-il renverser cent ans de compromis social ? »
    C’est l’oligarchie mondiale des psychopathes qui accomplit son œuvre de destruction, par le zèle de cette marionnette de président. Souveraineté européenne = Europe de la dictature mondiale en action. Sa novlangue permet à trop de citoyens de rester aveuglés. S’ils voyaient la réalité, ils rallieraient la FI, délaisseraient toutes ces étiquettes syndicales ou politiques, qui en fait d’unité sont là pour barrer la route du mouvement citoyen. Assez des oligarques syndicaux! Et j’ai été syndiquée pendant toute ma vie active. Comme le dit @Alain Doumenjou, « Il faudra bien au bout du compte, avec ou sans les syndicats, en passer par là pour se défaire une bonne fois de cette clique… » Et pour cela, il faut de l’info, toujours…

Les commentaires sont fermés.

©2015/2018 Jean-Luc Mélenchon / V5 / Design INFO Service | Contact | Mentions légales