Le mois dernier, ce blog a reçu 372 806 visites

148 commentaires


  1. Nenette

    Mais qu’est-ce qu’on attend pour faire une grève illimitée ? Faire preuve de notre force pour impressionner le petit bonhomme et le faire reculer ? Il faut s’y mettre avant qu’il ne soit trop tard et que la colère contenue trop longtemps ne prenne le pas et fasse de gros dégâts !

    1. mischa loudmar

      Oui ! une grève illimitée, avant que « çà saigne » comme dirait Boris Vian. Car alors ce serait la victoire du camp bourgeois et le massacre des petits. Comme d’habitude. Sans une prise de conscience du peuple, je pressens de drôles de temps à venir. En effet, il y a urgence à se rebeller.

    2. Pierre 93

      Ba oui quoi, qu’est-ce qu’on attend ? Juste que des millions de salariés, chômeurs, retraités, étudiants, soient convaincus de la justesse et de l’efficacité du mot d’ordre. Pour cela, il faudrait plutôt aider les syndicats que leur taper dessus. Au moins les syndicats de lutte de classe. Mo je dis ça, je dis rien..

    3. dume2b2

      Dès que tu trouve le bouton « gréve générale », tu sais celui qui sert à transformer en un clin d’œil tous les salariés en combattants déterminés et ce sans qu’il soit besoin de discuter, de débattre, d’expliquer de convaincre et bien tu nous fait signe.

  2. Nicks

    Le syndicalisme en France souffre des même maux que les partis politiques, à savoir un fonctionnement phagocyté par les logiques de survie des appareils. Quelles que soient les énergies déployées à la base pour faire vivre, courageusement, l’idéal de lutte syndicale, elles sont vouées à l’échec tant qu’il n’y aura pas eu une rénovation et une réhabilitation perceptibles dans l’esprit des salariés. Ne serait-il pas temps de créer une organisation, indépendante de la FI bien entendu, pour réaliser cette objectif ? On voit bien que l’unité est infaisable avec les chapelles, il faut donc les coiffer et copier le processus citoyen de la FI pour voir ce que cela peut donner. A défaut, l’ombre risque de s’étendre à une vitesse sidérante…

    1. Laetitia

      Même s’il s’élevait une nouvelle organisation, les médias s’acharneront tellement à la ridiculiser par des comparaisons désobligentes à d’autres organisations, qu’elle n’aura pas le temps de prendre. Ils inventeront des querelles de chefs, tenteront d’opposer les organisations entre elles, d’en salir les dirigeants, les accusant narcissisme, de passé trouble et de fréquentations douteuses, etc.
      L’avantage avec la FI, c’est que Jean-Luc Mélenchon est déjà passé par là. Il lui ont tout fait, il a tout encaissé et mis à jour leurs magouilles. Ils ne peuvent plus rien contre lui. Sauf tenter d’empêcher quiconque de venir grossir ses rangs. Car ce serait la mort pour Macron. Quand tous les syndicats et anciens partis se joindront à la FI, ce sera la victoire pour le peuple et ses représentants, pour l’avenir du pays.

    2. PANDA

      je suis affligée de lire de telles inepties sur les syndicats. Dans le mien nous passons un temps fou a expliquer les dégâts que causeront les ordonnances. ce sont les patrons qui ont fait en sorte de répéter à l’envi que les syndicats ne servaient à rien, et ils y parviennent. Peut être comme vous, n’avez vous jamais été des militants syndicaux. Vous le voyez bien, la CFDT et FO ont droit de presse, la CGT est le vilain petit canard. Je suis très préoccupée de lire vos interventions, même si la stratégie de mon syndicat ne correspond pas à ce qui vous souhaitez, il est insupportable d’apprendre qu’il faille les remplacer par une organisation indépendante de la FI. Pour y faire mieux ? Comment ? Quelle stratégie ? pourquoi réussirions nous mieux dans cette organisation. Nous sommes de nombreux militants syndicaux dans la FI encore là. J’ai même lu épurer pourquoi pas éradiquer! Reprenez-vous, discutez dans les groupes d’appui comment se rassembler.

  3. Invisible

    La disparition de la part salariale, autrement dit cotisation sociale, ne profitera qu’au patronat qui mettra la différence dans sa poche comme ils ont fait lorsque la TVA des restaurateurs a diminué : les prix de repas n’ont pas été baissés. Ils ont juste gagné plus (les patrons). C’est une grande victoire patronale, une immense reconquête de leur supériorité et qu’ils attendaient depuis 70 ans.

  4. raynaud

    Les « méthodes » des médias : un journalisme demande à François Ruffin s’il souhaite que soit incendiée la maison du PDG de Sanofi, donc s’il souhaite la commission d’une grave infraction. Cela se passe d’autres commentaires.

  5. Gérard zaugg

    Ci-joint la référence biblique et catholique du drapeau européen. On peut lire dans le Nouveau Testament, livre de l’Apocalypse de Jean, chapitre 12, verset 1: « Un grand signe apparu dans le ciel : une femme, vêtue du soleil, la lune sous les pieds, et sur la tête une couronne de douze étoiles. »

    1. Valerio

      Et φ le nombre d’or est le rapport de proportion dans la Bible de l’Arche Noé Genèse 6:15. Et φ est le reflet mathématique de Dieu dans la nature. La divine proportion. Comme l’affirme Fra Luca Pacioli dans son traité De divina proportione.
      Et φ est le symbole de la FI.

  6. macrophobe

    Allons ! Ne vous laissez pas aller à la déprime, Monsieur Mélenchon ! C’est ce qui transpire de vos propos, pour la 1ère fois, et ça m’inquiète. Je sais bien que 7 millions de sympathisants, c’est lourd à porter et que votre engagement personnel depuis des mois a dû vous épuiser. Cessez donc un moment ce travail harassant que vous faites. Pensez à l’opiniâtreté d’un Mitterrand. Prenez du recul. Mais ne nous laissez pas tomber. Vous n’en avez plus le droit, car vous êtes désormais notre seul rempart contre une désorganisation totale et programmée de notre société. Laissez donc faire les jeunes insoumis, vous contentant de les guider de vos pénétrantes analyses qui ont séduit tant d’électeurs. Mais, quand même, continuez de commenter l’actualité. C’est très important, et même vital, pour les gens qui ne sont « rien ».
    Merci encore, et prenez soin de vous.

    1. Vassivière

      Je partage cet avis et le soutien chaleureux à l’homme qui a redonné le goût de la politique à des millions de personnes et sans qui le paysage politique actuel serait celui de la capitulation. Respect et admiration !

  7. Cébé46

    Merci Monsieur Mélenchon, pour tout ce que vous faites. De tout coeur avec vous dans cette épreuve. Prenez soin de vous.

  8. Adrien

    Je suis bouleversé du comportement inqualifiable au plus haut sommet de l’État et de l’Assemblée Nationale sur votre personne. En vous méprisant de la sorte, c’est aussi nous qu’ils atteignent. Cher Jean-Luc, votre revue n° 43 m’a bouleversé et votre ressenti est aussi mien tant votre combat pour nous tous représente cette lueur que vous avez commencé à raviver dès 2005. Jaurès peut être fier que son combat humaniste puisse renaître sous votre personne pour la défense des plus défavorisés. Votre abnégation pleine de sensibilité est d’une portée qui convainc au fil du temps de plus en plus d’indécis, voir de nihilistes. Vous êtes pour nous et nos générations futures le semeur qui a réussi à faire lever l’espoir dans un désert « déconscientisé », pour simplement avoir une vie digne. Je ne vous dirai jamais assez merci d’avoir été ce souffle qui rougit la braise réchauffante de l’espoir.
    Ne lâchez rien, vous n’êtes pas seul, mais si bien entouré de plusieurs millions…

  9. catherine dumas

    Drôle de France où règne l’insécurité de toutes parts et pour tous.
    Courage monsieur Mélenchon, avez vous entendu la nouvelle chanson de Lavilliers qui dit « serait-ce le retour de l’espoir ». Je crois que oui. Longue est la bagarre, meilleur sera le résultat. Jamais baisser les bras, Ruffin, Obono… Regardez cette jeunesse porteuse dont je suis si fière, porteuse d’un immense message d’amour pour tous. Ils ne sont pas assez nombreux aujourd’hui mais ils vont faire naître d’autres vocations. L’Ami Pierrot disait hier : « je reviens avec de nouvelles chansons encore plus dures », même à son age il ne baisse pas les bras. Courage.

  10. Bernard Guericolas

    Bravo et merci, Jean-Luc Mélenchon, pour votre parole et votre courage. De tout cœur avec vous et vos proches face à ces menaces odieuses et face au mépris d’un grand nombre « d’élites » enveloppées de leur suffisance.

  11. andré

    Ce qui est rassurant c’est qu’au gré des évènements et compte tenu du malaise qui s’installe dans le pays les conditions se réunissent pour qu’apparaisse enfin le fossé générique de l’antagonisme qui doit être clairement proclamé entre les « entubeurs » profiteurs du système et les entubés dont les souffrances sont d’autant plus insupportables qu’elles restent cachées. Le moment n’est pas loin où l’intelligentsia politico médiatique aux commandes depuis 30 ans et les appareils divers qui l’ont servie apparaîtront pour ce qu’ils sont à savoir une entreprise du culte du fric contre l’humain et par là les fossoyeurs de notre bien vivre tous ensemble dont la destruction devient de plus en plus évidente et insupportable. Merci aux acteurs de la FI dont l’opportune et plutôt efficace interpellation du peuple permet de garder un peu d’optimisme.

    1. Jéjé

      Je suis malheureusement moins optimiste que vous, les personnes qui ont objectivement intérêt à ce que le système persévère ne sont pas quelques centaines de dirigeants. Si on compte que 15% de la population détient 50% du patrimoine privé, ce sont des millions de personnes qui trouvent plus ou moins avantage à la politique actuelle, soit parce qu’ils y ont objectivement avantage, soit parce qu’ils sont attachés à des aspects que notre politique remettrait en question.

    2. dudul

      Celà est en partie exact. S’il y a une théorie du ruissellement qui peut se constater, c’est celle de la solidarité intrafamiliale des ainés pour leurs enfants, et petits enfants. Dont acte, car tout est à l’acte aujourd’hui, en coupant le plus la continuité. Sauf que cette dernière est, en principe (il peut y avoir rupture) le moteur du lien familial. Et le soutien économique des ainés découle de fait, qu’ayant plus de temps et moins d’impératifs de frais, ils soient devenus la variable de compensation, d’ajustement. la prise de consçience se fait, fera, là, que les ainés, conservateurs par l’age et ayant acquis depuis des décennies un peu plus de pouvoir d’achat qui les faisait aspirer à un égoisme raisonnable, se voient pris dans la spirale de la diminution accélèrée de leur pouvoir d’achat. Avec la chèreté en cascade à venir due aux multiples privatisations qui nous sont promises. Les médiacrates savent que la posture ne tiendra pas longtemps.

    3. Jean du 13

      Vous parlez de classes antagoniques avec comme premier de sa classe Macron, associé à toutes celles et ceux qui ont des positions de classe convergentes : hauts fonctionnaires, cadres d’entreprise, professions libérales, syndicats et partis réformistes ? Et de l’autre côté la classe sociale la plus nombreuse et la moins consciente de sa force potentielle : ouvriers, employés, chômeurs, qu’ils soient d’ici ou d’ailleurs. Plus celles et ceux qui sont avec eux.

  12. Cébé46

    Chaleureusement en soutien à Philippe Christmann, menacé de prison pour de confettis, et de la peinture à l’eau. La criminalisation des syndicalistes est un pur scandale ! la méchanceté mesquine dont fait l’objet ce syndicaliste de la part de l’appareil judiciaire en le faisant poireauter 3 mois, est inutilement cruelle et insupportable. Un grand merci à Monsieur Christmann et à tous les syndicalistes courageux !

  13. Redon

    En parlant de dire du bien ou du mal d’un ou des syndicats, il faut dire que ceux ci (les dirigeants) ne sont pas pour la grève générale, car ils perdent la main sur les évènements que cela génèrent. Cependant une solution simple existe comme nous a montré Jean-Luc Mélenchon, c’est de faire une manifestation le weekend ou les salariés ne perdent pas d’argent. C’est ce que fait la droite avec ses manifs parentales et ils font le plein. Alors pourquoi les dirigeants syndicaux laissent les salariés faire la grève dans leur coin et surtout pas le même jour ? De même, les syndicats ne tendent pas la main vers les jeunes scolarisés, et pourtant c’est leur avenir.

  14. morfin

    En effet des millions de personnes tiennent encore à ce type de politique d’où le nombre de votants pour eux à chaque élection. Pour la question des grèves, toujours négatives car elles consistent encore à quitter les lieux de travail au lieu de les occuper positivement (occuper les gares avec gratuité et fonctionnement de tous les trains, occupation des écoles avec fêtes avec parents, enfants, profs, personnel de service, occupation des crèches, des hôpitaux avec gratuité, occupation des postes, des banques, etc) et, oui, grandes manifs ou même promenades les weekends mais sur les champs Elysées, nous y arriverons.

    1. andré

      Et d’autant plus que quoi qu’on en dise même s’ils sont des millions ceux qui tiennent à ce type de politique sont loin d’atteindre le nombre de tous les autres qui subissent les dégâts de plus en plus visibles et insupportables de la gouvernance ainsi entretenue dont il devient de plus plus évident y compris pour tous ceux de bonne foi qui s’y sont laissés prendre qu’elle va dans le mur.

  15. Jean du 13

    Si l’on veut préparer une grève générale il faut que nous nous en donnions les moyens en terme de mise en commun des revendications, de perspectives politiques, de moyens financiers et de coordination des luttes. Les syndicats sont sensés s’occuper des points 1.3.4. La FI et les alliés du point 2. Hormis la CGT (et encore pas toutes les fédérations) et la FI (à ce que je lis) quelles sont les organisations d’importance qui veulent s’y engager ?

  16. Ansart Gustave

    Jean-Luc est annoncé dans la prochaine « émission politique ». Que va-t-il faire dans cette galère ? La dernière émission a fait un flop. La faible audience est certes due en partie à l’invitée de l’émission, mais aussi à la lassitude des téléspectateurs. St Cricq, les « invités surprises », etc. ne contribuent à rien d’autre que d’enfumer les citoyens. Leurs questions, on les connaît d’avance : le logement de machin, les dettes de machine. Éclairer les citoyens sur les grands sujets de notre époque est le cadet de leurs souci. Aller a cette émission, c’est sauver ce qui reste de leur audimat.

  17. arthur 2

    @Jéjé
    Je partage votre sentiment mais je crois qu’il faut poursuivre sans relâche la pédagogie sur l’Avenir en commun parallèlement à l’action de nos représentants FI à l’assemblée qui sont bien obligés d’entrer dans des considérations d’une vision politique qui n’est pas la notre.

  18. rousset

    Bonjour M Mélechon,
    Je suis membre d’Attac et j’ai soutenu financièrement votre campagne. Je dois vous faire part de mon désaccord quand à votre façon de traiter l’Europe et notamment les 6 milliards d’euros qui servent a financer des investissements publics dans les régions. Vous le dites vous même ces investissements servent à financer des routes des centres sociaux etc., ou est le mal ? Il s’agit de solidarité européenne. Thatcher est-elle un exemple pour vous ? Enfin, votre critique de Mediapart dans un article récent ne porte pas. Il existe toute une presse indépendante de la FI qui fait bien son travail (Politis, le Monde diplo, Alternatives économiques). Quelle reconnaissance portez-vous au travail de ces gens là ?

    1. Jean-Paul B.

      @rousset
      « mon désaccord quand à votre façon de traiter l’Europe et notamment les 6 milliards d’euros qui servent a financer des investissements publics dans les régions ».
      Je pense que vous vous méprenez sur les propos de Jean-Luc Mélenchon sur les 6 milliards d’euros. Ce montant représente la différence entre ce que la France (les contribuables) verse au budget de l’UE (20 milliards cette année) et ce qui nous revient de l’UE (14 milliards). Pourquoi Jean-Luc Mélenchon pointe-t-il ces 6 milliards ? parce que la France est considérée par les instances de l’UE comme un pays en « déficit excessif » et c’est pour cela qu’elles exigent du gouvernement français des mesures pour juguler le déficit afin de rentrer dans les clous des fameux 3% du PIB. Or si ce versement de 6 milliards n’était pas effectué, cela aurait pour conséquences immédiates : alléger l’austérité budgétaire ici, faire passer notre déficit en dessous des 3% du PIB. C’est bien ce que nous demandent avec vigueur la Commission et…

    2. Invisible

      Le problème c’est les choix économiques qui sont faits avec ces milliards. Un article de Fakir avait bien montré la construction d’autoroutes où sont transportées par camions les productions qu’on a délocalisées en Roumanie, Pologne ou autre. Whirlpool est fermé en France, réouvert en Roumanie et les sèche-linge reviennent grâce à ces autoroutes payées par nous. Ces décisions-là sont concertées au-dessus de nos têtes pour servir des intérêts privés. On préférerait des choix environnementaux, comme de favoriser le ferroutage, par exemple.

    3. JP77

      @ Rousset
      Mais on ne peut quand même pas s’endetter pour une Europe qui nous reproche de nous endetter ! Cette Europe qui compte de plus en plus de paradis fiscaux (les pays Baltes notamment). Ce qui nous détruit n’aura pas mon approbation. Merci à la FI de faire face, de ne pas baisser les bras. Cela me permet de ne pas désespérer de notre époque.

    4. Jean du 13

      Médiapart semble soutenir la position d’accompagnement du libéralisme proposée par EELV, Hamon, Filipetti plus certains socialistes. Libre à ce média de le faire mais il faut noter son approche anti FI assez visible.
      Pour moi le problème ne peut se réduire à plus ou moins X milliards mais se situe au niveau démocratique. Les populations seront-elles toujours écartées des décisions prises en leur nom ou bien vont-elles renverser la table pour s’inviter puisque les états leur refusent ce droit élèmentaire ? Entre nous soit dit, en France, pour ce que je vois, bien peu de forces se mobilisent pour qu’advienne une société de type supérieur.

    5. Autrement

      A propos de Politis, hebdomadaire bien sympathique car il se fait l’écho des luttes sociales. Mais son indépendance me pose problème. Il n’est pas financé par des milliardaires, c’est vrai, mais sa ligne éditoriale, tant en matière de politique intérieure qu’extérieure, me laisse perplexe. Il semble être sous des influences contestables (poids d’un certain lectorat, relations personnelles), comme d’ailleurs Médiapart, du moins pour la ligne Plenel, non pour tous les blog. Et la présence de blogs se référant clairement à la vraie gauche, semble servir d’alibi au soutien d’une gôôoche que je qualifierais de « gauche marmelade », si ce n’est parfois pire. De toutes façons, Le Media résolument insoumis et pluraliste que nous nous efforçons de lancer, va être un outil indispensable pour abattre le mur d’enfumage et de mensonges édifié par les grands médias, pour empêcher les citoyens d’accéder à information véridique.

  19. JL

    Normal que Mediapart soit préoccupé du projet « le Media », ses comptes ne doivent pas être très excédentaires, et nombre de ses abonnés vont s’intéresser au nouveau Media. Je suis par ailleurs preneur d’un décryptage et d’une analyse de l’éditorial de Médiapart.

  20. gaston

    Avant d’être drapeau, le tricolore fut cocarde. La Fayette, raconte dans ses Mémoires que, trois jours après la prise de la Bastille, il obligea Louis XVI se rendant à l’hôtel de ville de Paris, à porter la cocarde tricolore, le blanc représentant la monarchie, le bleu et le rouge, la ville de Paris, signe de « l’alliance auguste et éternelle entre le monarque et le peuple ». Le succès de la cocarde tricolore, symbole du patriotisme, est alors assuré. Si le drapeau européen a un coté religieux le drapeau français a un coté monarchique !

    1. Jean-Paul B.

      @gaston
      Il y a plusieurs significations possibles aux couleurs du drapeau de la France. Voici la plus simple (c’est celle que je préfère). Le bleu est la couleur de la ville de Paris, capitale de la France. Le blanc est la couleur traditionnellement associée à la monarchie française. Le rouge est la couleur du sang versé pour libérer le peuple. Mais le rouge, comme le bleu, peuvent-être considérées comme les couleurs de Paris. Ainsi, le roi est encerclé par Paris révolutionnaire.

Les commentaires sont fermés.

©2015/2018 Jean-Luc Mélenchon / V5 / Design INFO Service | Contact | Mentions légales