Le mois dernier, ce blog a reçu 372 806 visites

92 commentaires


  1. Pat

    Le niveau d’évasion ficale, le niveau de privatisation (pour rester poli, car on devrait parler de bradage et de pillage des structures d’état) sont juste les meilleurs indicateurs de la faiblesse de l’Etat social. Un Etat social fort (exemple : Chine ) ne laisse faire ni l’un ni l’autre. Les médias ? Tout se résume à qui paie qui pour baver quoi ? Les syndicats ? Tout le monde ferait bien de se souvenir comment, en 1995, la base a largement passé outre les consignes syndicales et, du coup, a pu paralyser longuement la SNCF et la RATP et marquer des points. Mais la lutte est continuelle, et, dernièrement, certaines occasions majeures (coordination entre grève transports, carbu et routiers) ont été magistralement et malheureusement loupées, en comparaison !

  2. Elise

    L’éclairage que vous apportez nourrit plus que jamais mes convictions. Une certaine forme de schizophrénie s’est emparée de la sphère médiatique et de la société elle-même. La soigner sera un chemin long et semer d’embûche, mais ça vaut le coup. Laissons la sphère des médias à leurs turpitudes. Essayons d’amener les français et les françaises à prendre leurs destins en main. La FI est une force d’opposition qui doit absolument arrivé à rassembler par une autre forme de communication. La création du « média » pour moi est un début mais c’est pas suffisant. Les jeunes générations ne s’intéresse pas à la politique parce qu’ils ne sont pas proche d’eux. Il faudrait d’autre alternative comme la création de jeux pour eux. La FI est remplie de petites mains, de pépite pour réaliser tous cela. Merci à la FI et à Monsieur Mélenchon qui est un grand visionnaire.

  3. jeannot

    Au sujet de « faites les taire ». La brutalité, le manque de déontologie, l’absence de respect de nos intervenants conduisent à une indignation grandissante chaque jour. Hier soir, l’attitude de Pujadas envers Hugo Bernalisis est caractéristique de la situation réelle de notre système médiatique dénoncé avec justesse. En outre le présentateur oublie que la France sait la manière par laquelle il a été remercié de ses bons services et de l’opinion que ses « maîtres » ont donc de ce personnage.

    1. Brassard

      D’accord avec vous sur le comportement détestable de Pujadas envers le jeune député FI Hugo Bernalisis. Cependant, sur l’évasion et la fraude fiscale capitaliste, j’ai trouvé légères et pas assez sévères les réactions de ce jeune député face au plateau d’invités représentants du libéralisme, notamment face à Mme Manon Laporte l’élue LR de surcroît avocate fiscaliste, et Mr Laurent Saint-Martin député LREM vice-président commission des finances à l’Assemblée Nationale, peut-être par timidité ou par manque d’expérience médiatique. Pourtant les arguments ne manquent pas et c’était peut-être l’occasion de démontrer que LR et LREM façonnent la même politique. La seule à mes yeux à ruer dans les brancards, et heureusement, a été Mme Manon Aubry porte-parole de Oxfam France qui n’y a pas été avec le dos de cuillère pour interpeller ces personnes responsables à leur niveau de la situation actuelle.

  4. le baron

    Jean-Luc Mélenchon vous allez rencontrer les nationalistes corses et qualifiez l’accord entre la FI et le PCF en Corse de tambouille, tous ça à la veille de l’élection pour une collectivité unique en Corse. Si ce n’est pas tirer dans le dos de la gauche et des progressistes corses qu’est ce que sait. Vous préférez qu’il n’y est pas d’élus de gauche a l’assemblée territoriale, c’est votre droit mais la division a toujours été l’échec et nous sommes nombreux a préférer l’union des forces de gauche autour d’un programme contre l’anti France qui s’apprête à prendre le pouvoir en Corse.

    1. Daniel Mino

      Je ne comprends pas cette position nationale de la FI sur la Corse. Au 1er tour des législatives, les nationalistes recueillent entre 30 et 37% des exprimés avec 50% d’abstentions, c’est donc bien loin d’être majoritaire. Les élections territoriales sont l’occasion de le démontrer, il ne faut donc pas la saboter. D’autre part, le seul candidat FI à dépasser les 5% conduit la liste honnie aujourd’hui par la FI nationale, par un « comité électoral » mis en place pour les législatives et dont personne ne connait qui l’a nommé. Jacques Casamarta est un militant d’Ensemble! qui a soutenu dès le début la candidature de Jean-Luc Mélenchon. Si le fait d’avoir été membre du PCF devient une cause de rejet, il va falloir se débarrasser de beaucoup d’insoumis, moi le premier. D’autre part, en Corse, il n’y a que 3 GA certifiés. Quand nous sommes aussi faibles, il faut peut-être se montrer un peu plus unitaire. A moins qu’il ne s’agisse de règlements de compte locaux. J’ajoute que je ne suis pas…

    2. René-Michel

      @ Mino
      « Quand nous sommes aussi faibles, il faut peut-être se montrer un peu plus unitaire »
      Unitaires pour 2 voire pour 3, le PG le fut avec le PC pendant toutes les années Front de Gauche. A part la présidentielle que le PC n’avait ni les candidats ni le courage d’affronter (3,5% pour Hue et 1,9% pour Buffet), cette union à toujours été un jeu de dupes où le PG se voyait attribuer deux candidats sur dix et non éligibles bien sûr ! Résultat : bosser partout ou presque à l’élection d’un(e) PC au 1er tour, cautionner les magouilles avec le PS au deuxième, aucun élu PG, avec en prime la déconsidération aux yeux des Français(es) « tous les mêmes, menteurs, magouilleurs, loosers… » Alors oui à l’union du peuple sur un programme démocratiquement élaboré dans l’intérêt des citoyens, oui aux plus de 500 000 insoumis et 7 millions d’électeurs. Oui aux mains propres et au parler vrai !
      Un ancien membre du PCF (1969/1989) plus marxiste que jamais !

    3. Nathalie Bourras

      @Daniel Mino
      Il ne s’agit pas seulement d’une position nationale comme voudrait le faire croire le petit groupe de militants qui a confisqué le sigle de la FI en Corse. C’est aussi la position des Insoumis de Corse à qui personne n’a jamais demandé leur avis sur cette liste d’union. Et c’est d’ailleurs la position de la FI tout court. Il n’y a pas de position nationale ou régionale pour tel sujet ou telle élection. Il y a une ligne claire et une seule: « Fédérer le peuple autour de l’Avenir En Commun ». Et c’est en agissant pour convaincre les citoyens que nous nous renforcerons en Corse comme ailleurs, et certainement pas avec des pratiques d’un autre temps.
      Et sachez pour la petite histoire glauque que, Corse et Insoumise moi même, j’ai vécu de l’intérieur toute cette tambouille, mise à mijoter depuis plusieurs mois, et au profit de laquelle aucun mensonge ni aucune manipulation ne nous auront été épargné.

    4. Pierre 93

      Les nationalistes corses sont l’équivalent du FN sur le continent. Attention aux rencontres qui peuvent laisser des traces.

    5. Nathalie Bourras

      Des élus malhonnêtes qu’ils soient de gauche ou de droite, on n’en veut pas. C’est quoi la gauche et les progressistes en Corse ? Et nous sommes aussi nombreux à vouloir porter l’Avenir en Commun au sein de la France Insoumise. Merci messieurs Bompard et Mélenchon d’avoir fait cette mise au point.
      Une Corse Insoumise et soulagée.

  5. J-Luc Menet

    Merci pour ce papier très circonstancié, très fouillé et qui décrit avec des mots et une Histoire (avec un grand H) ce que beaucoup d’entre nous pensons, par pur bon sens ou par conviction profonde (parfois les deux), sans toujours parvenir à mettre des explications sur tout cela. Voilà un travail d’intellectuel à une époque où être intellectuel relève quasiment de l’insulte, surtout si c’est assumé. Oui, il faut des intellectuels pour aider à comprendre, pour poser des idées, énoncer des principes, montrer des chemins, concrétiser les aspirations et les rêves.

  6. PIETRON

    Les « saloperies » distillées vis à vis des parlementaires de la FI et des idées qu’ils véhiculent, par les médias, sont paradoxalement un signe de bonne santé politique émanant de ces derniers. Ces médias n’ont pas changé sur le fond. A l’époque d’un PCF puissant, Georges Marchais s’en prenait plein la vue. Rien à voir avec une quelconque similitude idéologique entre ce PCF qui menait un combat de classe intense (à juste titre on le voit bien aujourd’hui) et la FI adossée à un avenir en commun « citoyen » anticapitaliste. Et pourtant les 2 sont tellement indispensables dans le cadre actuel. Nul ne peut dénier le fait que les députés de la FI sont offensifs et il faut qu’ils le restent. Un mouvement national ne se décrète pas. L’air du temps est à la manipulation y compris syndicalo-confédérale. Il n’est pas d’autre issue pour casser la banalisation de la fraude fiscale, des conditions de travail dans la souffrance, la disparition des droits, l’accumulation financière.

  7. Noëlle M

    Merci, une fois encore, pour ces mises au point et le travail colossal que vous-même, le jeune et brillant apparatchik Adrien (on en veut plein d’autres de cette qualité) et tous nos excellents députés Insoumis fournissez au quotidien ! Votre résistance, votre courage (je n’oublie pas les menaces dont vous êtes l’objet) m’émerveillent, j’ose le dire.

  8. Vega

    Dans la leçon de la Catalogne vous avez très bien mis en évidence le rôle désastreux du capitalisme et je retiens ce pasage: « la dislocation des nations fait partie des conséquences désastreuses du libéralisme. Elle s’ajoute à la liste des dégâts qu’un pouvoir populaire devra réparer. Pour autant, ce qui a été défait ne peut être reconstruit par la force ».
    Quant aux rumeurs qui circulent sur nos représentants insoumis, elles resteront le sport préféré de ceux qui ont intérêt à défaire la renommée d’un mouvement populaire qui se confirme. Les « putes à clic » quant à elles veulent vous présenter comme de graves fraudeurs ou de gros riches pour faire oublier les vrais fraudeurs qui les payent et qui sont protégés par la politique pour les vrais riches du gouvernement Macron. Perso, je tiens à saluer le groupe des insoumis élus qui défendent les intérêts de notre peuple sans relâche, avec beaucoup d’intelligence et sensibilité.

  9. Tangy

    Nous avons beaucoup d’imagination et d’actions à déployer pour obtenir le pouvoir de gouverner au terme du vote : la bataille médiatique est fatigante mais nous ne pouvons pas nous dérober. Vous êtes en première ligne aussi j’approuve votre détermination à ne rien laisser passer. La semaine de mobilisation qui vient est importante et elle sera un réconfort. Je vous recommande la lecture de Rosa la rouge, belle bande dessinée très documentée de Kate Evans sur la vie et l’œuvre de Rosa Luxemburg (Éditions Amsterdam).

  10. Alma

    D’accord surtout avec l’analyse sur le syndicalisme et le politique. Attention, par contre, à ne pas s’enfermer dans le nous contre eux au point de zapper les débats internes légitimes, comme à propos des paroles de Danielle Obono sur Charlie et autres qui sont plus que problématiques. Je pense que votre identité républicaine laïque et jacobine rassemble et que la brouiller peut être mortelle.
    La question corse n’a rien à voir avec la question catalane pour la bonne et simple raison que la criminalité y a dépassé ces dernières années celle de la Sicile et que les politiques de tous bords ne sont pas sans liens avec elle. Dans ces conditions de quelle autonomie peut-il s’agir ? D’une autonomie mafieuse ? On n’a pas le droit d’être naïf en ces matières. Ou s’il s’agit de récupérer des voix et alors autant faire comme Le Pen et ajouter le drapeau corse au drapeau français dans les meetings, innovation qui lui a permis de booster ses scores, notamment dans bien des fiefs indépendantistes.

  11. Denis Eschbach

    A l’époque, avec « les verts », je soutenais la notion d’Europe des régions, et non des nations. Si cela s’était avéré, on aurait gagné bien du temps et des souffrances !
    C’est le seule point qui me sépare de l’idéologie de Mélenchon, dont le jacobinisme me semble un peu trop inéluctable. Mais il n’y a que la FI qui soit néanmoins crédible comme seule opposition valable. On ne peut pas tout avoir.

  12. Backx Gaëtan

    « Les syndicats sont mortels, comme les partis »
    Ce propos repris n’est-il pas exagérément brutal ? Faut-il comprendre « les syndicats et les partis sont morts » ? Dans ce cas, pourquoi avoir voulu s’associer à des morts sur les Champs-Elysées pour s’opposer aux ordonnances ?
    La Charte d’Amiens de 1906, et non 1905, n’a été pratiquée que par une confédération la CGT FO. La CGT ne pouvait pas faire de ce texte sa raison d’être, son association avec le PCF (c’est un constat) et son affiliation à la FSM et non à la CISL l’en écartait de fait. Quant à la CFDT, du fait de ses origines, son inclinaison vers la collaboration de classes l’en écartait elle aussi. Cependant, la commémoration du centenaire de la Charte d’Amiens, par les 3 secrétaires généraux des 3 principales confédérations françaises, a conduit à un infâme gloubi-boulga. Voilà pourquoi vous faites erreur quand vous prenez pour référence les positions de la Confédération Européenne des Syndicats. Cette organisation n’a rien de syndicale, elle n’est que la burette d’huile utilisée pour éviter que les engrenages sociaux se grippent.
    L’objet n’est pas d’opposer syndicats et partis, mais de ne pas oublier le passé. En 1983, le gouvernement d’union de la gauche n’a t-il pas changé de cap pour faire une politique contraire au monde ouvrier ? Le gouvernement Jospin ne fut-il pas le recordman des privatisations sous la 5ième République ? N’a t-il pas ouvert le principe de l’annualisation du temps de travail ?

  13. Sylphe

    Je suis de plus en plus effrayée par les mensonges éhontés des médias, jamais corrigés quand on les découvres. Pire ! Ces contre vérités sont répétées par tous les autres sans même rougir, sans conscience. Ne pas pouvoir répondre engendre un sentiment de frustration qui certainement se payera un jour.

    1. saci

      Le pouvoir de la télé c’est de ne pas pouvoir répondre, l’art et la manière c’est de les ignorer comme ils le font à notre égard ne soit pas frustré dit toi bien que de toute façon ce ne sont que des mensonges, ils se construisent un faux monde qui n’est pas représentatif du notre.

  14. morfin

    Merci encore à Jean-Luc et aussi à tous ceux qui rectifient ou complètent. Je vois qu’Hidalgo est aussi dans le colimateur, donc pas seulement les FI, çà change un peu. Ruffin doit être satisfait d’avoir fait son film avec ce qui sort sur B. Arnault et son culot à celui-là ! Quand on voit les déceptions des En Marche, qui font penser aux déceptions des NPA, PCF, PG, çà donne vraiment l’envie de construire autre chose enfin. Pareil pour les syndicats, inventer autre chose comme luttes et outils de lutte. quand on voit ce qui arrive aux journalistes en Grèce, çà devrait faire signal d’alarme ici, mais la conscience manque encore !

  15. Badiou Viguié Marie-Andrée.

    Hé oui ! la reptation au sol accompagne les médiocres marchands qui vendent des médiocres désirs. Avec l’arrogance du porte-fric en prime. C’est bien Hocquenghem qui parlait du « réseau de renégats » devenus aspirateur à blé et cinglé de compte en banque ? Halimi, lui, disait « les artilleurs de la pensée courbée », c’est presque gentil pour le parler creux et bavard qui déverse son énorme flot de conventions et d’habitudes. Ceci dit, on subit la nécessité, on s’y résigne mais, c’est sûr, on ne fait pas avec. Tricher avec le désir est aussi le soliloque du pouvoir. Nous sommes dans la porcherie des jeux télévisés. Qu’à cela ne tienne, l’esprit dur et le coeur tendre « le chemin se trace en marchant » (Machado)
    Et bienvenue à ceux qui viennent à Clermont-Ferrand pour la convention, « quand la musique est belle/tous les hommes sont égaux » !

  16. Moi l'Auvergnat

    Tous et toutes celles et ceux qui causent dans le poste et qui s’acharnent sur les insoumis (ses) à longueur d’interview ont testé leur salaire dans le simulateur fiscal de la FI. Et forcement ça les rend chonchons.

  17. marie

    C’est un abrutissement permanent, quotidien, de la part des médias, un assommoir, de quoi éteindre radios et télé. Propagande macroniste tous azimuts, avec vous en coeur de cible, forcément. Voilà pourquoi le peuple fatigue. Il faut un grand courage pour rester vigilant et combatif, et de la lucidité, du discernement aussi. J’espérais beaucoup une réaction de la jeunesse face à ce qui prépare pour eux, une sélection qui ne dit pas son nom pour entrer à l’université, juste pour ne pas avoir anticipé le babyboom des années 2000, juste parce qu’il n’y pas assez de place pour tout le monde, pas assez de profs. Les mieux lotis pourront accéder à des écoles privées ou se « délocaliser » avec tous les frais que ça comporte pour les familles. Tellement injuste. Sélection par le fric, par relations aussi, sûrement. Ils vont se faire avoir, c’est désespérant.

  18. emile

    Concernant les télés et les journaux qui pourrissent tous les jours les nouvelles pour faire du buzz en rabaissant la culture des citoyens de base, alors qu’il y a dans ce monde milles choses extraordinaires qui ont lieu chaque jour et qui mériteraient d’être mieux connus, concernant ces gens là, il faut volontairement boycotter ces médias et trier soigneusement ceux qui ne pratiquent pas les bains quotidiens dans les égouts. Quant à fréquenter les Facebook et Twitter, je vous laisse deviner. Bien sûr si le côté variétés (avariées) est celui que vous préférez, mon conseil (j’ai bien dit conseil) n’a pas de portée. Comme pour la nourriture, stop à la chimie, vive le bio, mais, maintenant !

  19. Rosine Rocipon Boyadjian

    A signaler le traitement plus que correct, depuis longtemps, de l’hebdo Les Inrockuptibles, qui notamment s’agissant du coup de blues de Jean-Luc Mélenchon a titré tout en finesse et justesse… malgré Pigasse.

  20. alain Verce

    Merci Jean Luc d’avoir dénoncé toutes ces infamies comme l’utilisation d’enfants (qu’ils ont du briffer pendant 7 mois !) ou les maintenant quotidiens dégueulis méthodiques sur chaque membre de la FI. Je suis révolté, je ne peux plus ouvrir une page Orange sans y trouver un étron avec un titre bien gras contre nous, peut importe que tout soit faux, inventé ou poussé au paroxysme. Heureusement, toutes ces ordures me confortent sur le fait que nous avons raison et qu’ils ont peur.

Les commentaires sont fermés.

©2015/2018 Jean-Luc Mélenchon / V5 / Design INFO Service | Contact | Mentions légales