Le mois dernier, ce blog a reçu 372 806 visites

101 commentaires


  1. hurt

    Moi, je ne regarderai pas comme çà son discours et à mon avis, ce qu’il vient de dire est sûrement pour préparer sa batte de baseball parce qu’il va à la fois désorienter, prendre le pied et le contrepied et renvoyer une saccarine qui va mettre à plat l’ensemble des pensées qui disaient ceci ou cela tout en effaçant la grogne ! La dernière je l’ai dit, attention aux provocations, elles ne sont pas mises sur le tapis pour faire du bien mais largement pour lui faire du bien et faire passer le reste au second plan, le temps que le peuple s’essouffle ! Parce que cela en prend le chemin face à ce gouvernement ! Non ! L’appel à la grève générale serait plus judicieux et occulter ce qu’il vient de dire le prendrait à revers. Nous savons et connaissons les discours à ce sujet, pourquoi le recevoir comme çà et dire ! Oui ! C’est moi ? Non ! Surtout pas. Laisse le venir sur ce terrain et rentre dans ce jeu. Engage vers la grève générale ! C’est là qu’il faut fédérer, ne pas…

    1. Serge L

      « … Dans le même temps la pétition servant de base au déploiement de la CGT vers les salariés doit être généralisée dans toutes nos bases pour préparer la journée de 24 h de grève générale du début d’année 2019. » (note aux organisations CGT le 27/11/2018).
      N’en déplaise à certains, mieux que les gesticulations de tous ordres, on constate qu’il y a au moins un syndicat pour être au diapason de ce moment et de la situation réelle du pays. D’ailleurs, la CGT n’a pas attendu les gilets jaunes pour fixer depuis plusieurs semaines, et sans l’aide des médias, à samedi 1er décembre, une grande manifestation nationale contre le chômage et la précarité.

    2. Chat

      La grève générale, peu nombreux sont ceux qui peuvent se permettre d’y participer de manière durable. Elle peut être un moyen efficace de combat mais à condition de constituer un fonds de soutien qui permette aux plus précaires de participer sans perdre le peu qu’ils ont pour finir à la rue. Pas facile à mettre en place et pas à l’ordre du jour chez les gilets jaunes qui semblent avoir leurs propres méthodes d’action.
      Une piste serait de financer la grève par le biais de cabanes à casse croûte érigées sur les rond point et qui permettraient aux sympathisants du mouvement de participer en grignotant moyennant quelques pièces. Les vide greniers servent souvent des collations, pourquoi ne pas s’en inspirer. Les routiers qui klaxonnent leur soutien apprécieraient sûrement.

    3. Necessite

      @Chat.
      « financer la grève par le biais de cabanes à casse croûte ».
      Excellente idée à proposer et propager partout. Je suis les WE sur deux ronds points et nous en avons déjà parlé. Le mouvement va durer, la bande de cyniques au pouvoir n’est pas encore consciente de ce qui se passe. Il faut faire en sorte qu’elle n’apparaisse pas comme venant de LFI pour ne pas la faire rejeter. La grève générale me paraît trop proche, elle doit être préparée pour après les fêtes. Nous en avons aussi parlé avec des non insoumis. Tout cela est pour le moment du « spontané » et de l’urgent. Nos actions doivent s’inscrire dans cette urgence. Soyons pratiques.

  2. Richard C

    Il ne faut rien exagérer. La révolte n’est pas une révolution. Vu ce qui reste de la gauche et bientôt de la FI, où les démissions ou les exclusions s’enchaînent les unes après les autres, la révolution citoyenne (sic) a un sérieux coup dans l’aile ! La démocratie délégataire ou représentative, les fameux « corps intermédiaires » républicains sont rejetés par le premier parti de France que sont les abstentionnistes, et aujourd’hui les gilets jaunes qui redécouvrent l’eau chaude et font à nouveaux frais ce que d’autres ont déjà fait avant eux ! « l’ère du peuple » (sic) est en train de déboucher sur une pétaudière qui n’annonce pas des jours radieux.

  3. Daniel

    Il faudrait expliquer encore et encore, développer « les 40 milliards de CICE » même brièvement : crédit d’impôt 2018, baisse des charges pérennes en 2019 sans conditions, effet du CICE sur l’emploi, les salaires et l’investissement très faible, études qui montre la fuite vers la spéculation, les dividendes.

  4. VACHER Roland

    Jean-Luc Mélenchon a raison ! L’appel à la grève générale ne serait pas judicieux. Les relais porte-parole de la grève générale ont disparu dans les entreprises principales (comme nous l’ont démontré les dernières luttes depuis Hollande). Les secteurs particuliers qui sont déjà prêts peuvent se montrer, mais Il faut suivre attentivement le mouvement des « Gilets Jaunes », le défendre fermement contre le pouvoir, le conseiller lorsqu’il est en mesure d’écouter, lui laisser l’initiative.

  5. Invisible

    Juste une réserve sur l’isolation des logements passoires. Attention, les produits isolants d’aujourd’hui sont les déchets de demain. S’ils ne sont pas biodégradables, ça posera un problème dans trente ans, quand ils commenceront à se tasser, se déformer et que les gens voudront les changer.

  6. lasbleiz

    « Mais précisons sans ambiguïté un point crucial. Pour notre part, nous sommes hostiles à toute violence dans le mouvement social ».
    D’accord mais c’est un peu mou du genoux quand la CGT police dénonce le laissé-faire sur les Champs Elysées. Pas un mot pour le jeune homme dont la main a été arrachée par une grenade. Si je suis d’accord sur l’impasse stratégique de la violence. Il faut quand même choisir son camp camarade.

  7. jhu57

    Pas de chômeurs, ni de SDF, ni d’agriculteurs, peu de personnel de santé, et bien d’autres (comme les artisans, les commerçants, certains indépendants). Pourquoi se ne joignent ils pas aux gilets jaunes ? Parce que c’est toujours les mêmes qu’on retrouve aux carrefours.

  8. sylvie

    Bravo. Nous comptions faire un tract, là c’est fait je crois que pour la jonction avec syndicat(s) et quartier populaire. Il ajouter augmentation du smic, des salaires et des minima sociaux.

  9. Marie

    Vos propositions sont un peu hors sol même si elles sont logiques pour toute personne qui voit un peu la grande image. Si elles étaient adoptées elles n’apporteraient pas grand changement sur les fins de mois des gens. Elles sont de trop long terme. Je vous suggère d’aller plutôt sur le terrain relever les doléances, en tant que députés et d’en faire ensuite une compilation, un peu comme le fait déjà François Ruffin. En tout cas je peux vous garantir que c’est pas comme ça que vous allez convaincre que vous appuyez la lutte en cours.

    1. Rody

      Comme vous voulez. On peut continuer comme aujourd’hui ou tenter une sortie par le haut. Par ailleurs nous avons maintes propositions qu’il s’agisse du pouvoir d’achat, l’emploi, la démocratie… On peut aussi considérer que nous sommes tous pourris. Je ne sais pas dans ce cas si nous trouverons des solutions qui ne soient pas celles que prônent Macron aujourd’hui ou les Le Pen demain.

    2. Marie

      Ouh là, si vous voyez un « tous pourris » dans ma remarque, je suis mal. Je peux débattre quand même non ? Je suis largement autant FI que vous. Mais ça me turlupine cette montée hargneuse au créneau, dès qu’on se permet une suggestion, ou une minuscule remarque un peu dissonante. ça m’use de plus en plus en tout cas. Vous n’aidez pas du tout le mouvement en crachant ainsi. Et, je connais largement les propositions de l’Avenir en Commun et des livrets. Elles n’apparaissent pas là, parce que Jean-Luc Mélenchon propose là des mesures immédiates de sortie de crise et je persiste, aucune ne va améliorer les fins de mois de manière immédiate alors que c’est désormais une revendication majeure.

    3. Freddy

      Je suis d’accord avec @Marie, passé la colère déclenchée par l’augmentation du prix des carburants, très vite est arrivée la question du pouvoir d’achat, les gens n’en peuvent plus des fins de mois qui sonnent claires. Aux propositions formulées par le groupe FI dans le cadre du budget de l’Etat, il faut ajouter une augmentation du smig de 200€ nets et plus généralement des salaires. La rédaction de cahiers de doléances serait une initiative à encourager et faire remonter aux énarques qui nous gouvernent pour qu’ils puissent y trouver matière à une autre politique (je sais je rêve…)

    4. pascal

      je suis handicapé et je me préoccupe plus de la fin de vie que de la fin de mois. De la violence à mon égard, il y en a ! On a besoin d’humanité, et ce n’est pas chez Macron et encore moins chez Le Pen qu’on va la trouver.

    5. Républicain93

      D’accord avec @Marie. Il me semble au moins maladroit et prématuré de proposer un « kit de sortie de crise » (élaboré par qui, avec quelle représentativité?) et un peu léger de proposer dans « la fin des niches fiscales », le gazole routier et le kérosène aérien sans anticiper sur le fait que les compagnies vont vraisemblablement le reporter sur les salariés.
      Sur la forme, nous avons tous à gagner à éviter les réactions épidermiques. C’est vite fait et ça soulage, mais la démarche de FI se veut incluante, non ? Sinon, à la place d’un mouvement ouvert, on fonde un parti et on « choisit son camp camarade ». Pour moi, je souhaite que LFI arrive au pouvoir, mais cela ne se fera pas si on n’arrive pas à aller plus loin que le premier cercle des « purs et durs ». Et puis la pureté, tout le monde sait que ça n’existe pas.

    6. alban

      Je crois que nos Députés Insoumis ont fait la stratégie d’introduire le mouvement des GJ dans le débat parlementaire sur le nouveau budget de l’Etat, ou il sera aussi question de minimas sociaux, d’allocations. Pour ce qui concerne les revendications salariales, je pense que c’est aux syndicats de faire le boulot.

  10. Caroline

    Vous oubliez toujours qu’en l’alternative à la voiture diesel est le rail, le rail, le ferroutage partout partout. Peu chère pour tout le monde dans tout les sens et créateur d’emplois.

  11. Charly

    Je partage également le point de vue de Jean-Luc Mélenchon, même si l’envie d’aller plus vite que la musique anime certains, restons cohérent et rationnel avec ce fil conducteur de conduite a tenir.

  12. Patrick

    Hé oui, quand en haut on ne peut plus et qu’en bas on ne veut plus, comme le disait Lénine, ce sont bien les marques d’une situation pré révolutionnaire. Nous y sommes !

  13. Gilles

    Personnellement, je ne suis pas partisan d’une représentation « officielle » des Gilets jaunes, au contraire. Ce mouvement tient sa force du ras le bol général, justement par le fait qu’il est hétéroclite, spontané et divers, chacun ayant ses raisons. Certains, c’est la CSG, d’autres le prix de l’essence, la SNCF, les APL, parfois tout ensemble. Les opérations naissent à un rond-point, puis meurent puis renaissent ailleurs de façon spontanée. Le résultat est que le gouvernement ne sait plus où donner de la tête et Castaner a le tournis. Canaliser les Gilets jaunes en créant des interlocuteurs, c’est ce que souhaite le gouvernement pour y mettre fin. En effet, comment un Insoumis pourrait-il accepter la revendication d’un représentant auto-proclamé des Gilets jaunes, la suppressions des cotisations sociales patronales ? Laissons la spontanéité s’exercer, le mouvement s’amplifier et les têtes d’œuf flipper.

  14. paul889

    Pourquoi ne demandez-vous pas le rapatriement en France des résultats des évaluations élèves effectuées récemment dans les écoles qui sont actuellement en Irlande dans les archives d’Amazon ? Pourquoi vous ne menez aucune réflexion sur la révolution numérique qui se révèle une prise de pouvoir de la grande bourgeoisie au détriment des Etats ?

  15. Leroux

    Je ne connais les conditions idéales pour qu’une grève générale puisse être lancée. Ce serait pourtant une arme formidable non ? Sinon, la stratégie FI d’être à l’écoute des gilets jaunes rejoint celle de conscientiser les abstentionnistes des élections et ils seront les meilleurs « têtes dures » auprès des autres pour relayer encore la réflexion démocratique, et c’est la meilleure.

    1. Chat

      Une grève générale donnerait en somme un gouvernement « En Marche » dans une France arrêtée. Les conditions s’y prêtent mais il faut s’organiser. Les gilets se débrouillent plutôt bien pour le moment. Nous verrons comment ils survivent après l’avalanche de pourrissements que l’état ne manquera pas de leur envoyer si cela dure trop à son goût.

  16. DMc

    Je trouve que la position initiale de Jean-Luc Mélenchon a prouvé son bon pifomètre : grace à son appui public et l’engagement la FI, le mouvement gilets jaunes n’est pas récupéré par l’extrême droite. C’était pas gagné il y a seulement 10 jours. Bravo camarades !

    1. William

      Parce que vous croyez que c’est grâce à la FI que le mouvement ne tombe pas dans l’extrême droite ? Vous êtes tellement dans une auto proclamation qui tourne en rond que vous ne voyez pas ce que vous avez sous les yeux : le mouvement cherche à construire ses propres organes de lutte et laisse de côté les mouvements, partis, syndicats, etc. La vérité c’est que la FI pas plus que d’autres n’a les moyens aujourd’hui de déclencher et gérer un tel processus. Mais ce mouvement est vivant et tôt ou tard il peut aussi inclure des mouvements plus traditionnels notamment syndicaux.

  17. morfin

    Encore et toujours les vieilles idées de grève générale ou éducation populaire, alors que tout çà ne donne rien, car les nouveaux mouvements sont déjà au-delà. Regardons bien ce qui se passe et sortons des vieilles ornières ! Oui aider les grévistes là où ils sont, voir tous ceux qui ont leur voiture avec gilet jaune, et aider au contraire à revaloriser les services publics qui ont été supprimés, en premier les trains à faire circuler, tous et même un peu plus, et les bus, et réouvrir les postes, les hopitaux, les maternités, les emplois pour les pôles emplois, revaloriser tout de suite les salaires, attendus en régression de 0,4% en 2019, et indexer les retraites sur le coût réel de la vie. Les abstentionnistes ne sont pas à moraliser mais à comprendre, sinon ils seront de plus en plus nombreux encore. Mélenchon n’aboutit pas parce que le nombre de nos députés est trop faible, il faut donc que les LREM lâchent de leur coté.

    1. JeanLouis

      Bien sûr il faut faire tout ça et bien plus encore mais pour cela il faut changer de gouvernement ! Comment faire alors même que notre mouvement par une forme de sectarisme de quelques uns, au lieu de s’ouvrir se rabougrit, se referme sur lui même contrôlés par quelques personnes dont je ne mets pas en cause l’honnêteté ni l’engagement mais l’absence de vraie vision globale et sans charisme, sans pouvoir d’entrainement. Donc nous allons droit dans le mur, j’en suis convaincu, et il n’y aura personne pour nous aider car il vaut mieux Hitler que la front populaire, toujours, en particulier pour les oligarchies et les media qui les représentent. Et je ne vois pas la trajectoire se corriger, au contraire.

    2. Eléonora D

      Il y a 50 ans, après la crise de 1968, le sociologue Alain Touraine estimait que la lutte des classes était révolue et que les Nouveaux Mouvements Sociaux ( les NMS) allaient remplacer les syndicats et les partis politiques… On voit que « L’ère du peuple » (sic) a commencé tôt, donc bien avant la création de la FI et les « gilets jaunes ! Toutefois, on peut se poser la question de savoir pourquoi, ces mouvements hétéroclites et éphémères, qui ont eu leur moment de gloire, ne sont pas parvenus à révolutionner l’état des choses…

  18. lilitte

    Je ne vois rien concernant le pouvoir d’achat qui semble la revendication urgente des manifestants soutenus par 76% des français. Tout de suite rajoutez cela à vos demandes car les gilets jaunes sont au bord de l’asphyxie et ne comprendraient pas nos autres propositions.

    1. fracar

      Dans l’état actuel, je ne vois pas ce qui pourrait donner du pouvoir d’achat aux « riens, fainéants et autres laborieux » si ce n’est que de baisser les taxes sur les carburants mais ça ne satisferait qu’une petite partie du petit peuple qui se révolte mais comme Macron a dit qu’il ne les retirerait pas. Soit on s’arque boute sur cette enjeu la ou il faut chercher autre chose mais là, dans l’immédiat. Hormis une dissolution de l’assemblée qui remettrait les cartes a plat ce a quoi Macron Jupitérien ne doit même pas penser, on va assez vite se retrouver dans une impasse d’autant qu’il s’est donné 3 mois pour que la tension retombe (l’espère t’il) et pour planifier un arrosage ici et la bien calculé de primes pour l’achat de bagnoles, chaudières, fenêtres, isolation des logements, etc. et pour en même temps dresser les uns contre les autres comme ils savent si bien le faire a commencer par le triste personnage qu’est Castaner.

  19. Chollon

    M. Mélenchon, face aux arrestations injustes et à l’aveugle de Gilets jaunes, (j’ai l’exemple d’une personne arrêtée alors qu’elle dormait dans sa voiture), uniquement pour intimider et faire du chiffre, pouvez vous avec vos collègues député(e)s demander lorsque vous avez accès aux médias, une amnistie pour tous les gilets jaunes arrêtés alors qu’ils réalisaient un blocage pacifique et tranquille. Ils sont parfois menacés de 6 points de retrait de permis et jusqu’à 1500 euros d’amende. Scandaleux. La FI devrait aussi apporter un soutien financier pour toutes celles et ceux qui se demandent comment ils vont pouvoir payer leur amende. Merci pour elles et pour eux.

    1. Invisible

      « arrestations injustes et à l’aveugle »
      C’est ce qui est arrivé aussi aux manifestants contre les lois travail, manifestants du 1er mai, à des syndicalistes de la conf’, de Bure, etc. Longue est la liste. Mélenchon n’a pas obtenu d’amnistie lorsqu’il l’avait demandée, me semble-t-il, à l’élection de Hollande. Alors, sous Macron, vous imaginez !

  20. kokkino

    Entièrement d’accord avec l’analyse de Jean-Luc Mélenchon et la stratégie suivie par la FI. Je regrette seulement que dans les propositions que nous faisons nous oubliions systématiquement l’augmentation du SMIC et celui des pensions de retraite (que le gouvernement a décidé de laisser bloqués en janvier) qui peuvent être des mesures immédiates, concrètes et appréciées par tous et lorsque nous parlons de l’investissement dans l’isolation des logements « passoires », les dizaines de milliers d’emplois que cela générerait tout de suite. L’emploi, les salaires et les retraites c’est fondamental dans un mouvement comme celui-ci.

Les commentaires sont fermés.

©2015/2018 Jean-Luc Mélenchon / V5 / Design INFO Service | Contact | Mentions légales