defile france insoumise 5 juin melenchon

5 juin : carrefour des luttes sociales et de la mobilisation politique

Le 5 juin,  « défilé des insoumis », se prépare activement. Notre campagne « La France insoumise » suit un cours serein et ferme. De tous côtés nous arrivent des aides de toute nature. Mais bien sûr c’est du contexte que vient l’impulsion la plus forte ! Le mouvement social contre la loi El Khomri et les Nuits Debout nourrissent notre mobilisation et nous contribuons à celle du mouvement social. Les questions sociales et démocratiques sont de retour au cœur de la conscience du pays. Le gouvernement et ses relais médiatiques s’emploient chaque jour à enfermer la lutte dans la rubrique « faits divers » en ne parlant que des violences. Mais la brèche contre la résignation est ouverte dans l’esprit des centaines de milliers de gens engagés dans la lutte, et de millions d’autres qui les soutiennent.

Notre rendez-vous est fixé à 14h à Paris, place Stalingrad, au métro Jaurès. Ce sera le premier rassemblement public de la « France insoumise ». Des cortèges d’insoumis défileront. Des prises de paroles en vidéo accompagneront le défilé. Elles veulent être aussi représentatives que possible des insoumissions en cours qui courent le pays. Puis je prendrai la parole. Tout cela est très minuté et organisé en prévision de l’heure de retour des cars. Ce doit être une démonstration de force, un message adressé à la France des puissants qui redécouvre ces temps-ci une réalité qu’elle croyait être parvenue à effacer du paysage. C’est pourquoi le rendez-vous du 5 juin est à la fois un évènement de la campagne de 2017 mais aussi un temps particulier dans le processus de la mobilisation sociale en cours. Dans les faits d’ailleurs, partout les insoumis s’activent dans le mouvement social tout en préparant le 5 juin. Je l’ai encore vu dans la manifestation parisienne de jeudi 26 mai. La porosité est complète. Dès lors, notre campagne se donne ses propres objectifs et ses rendez-vous politiques en les pensant comme une contribution au mouvement général qui anime le pays.

Un tel événement ne peut se réussir d’un claquement de doigts ou grâce à un passage télé. D’ores et déjà il mobilise des dizaines de bénévoles sur le terrain. Chacun de nos appuis peut et doit mettre la main à la pâte. Il n’y a pas de petit effort pour réussir ce rendez-vous. Chacun trouvera sur le site internet jlm2017.fr de quoi agir comme bon lui semble pour faire connaitre le rendez-vous du 5 juin : 50 000 affiches, 150 000 autocollants, un million de tracts ont été imprimés et sont en cours de collage ou de diffusion ! Chacun peut évidemment inventer sa manière de transmettre l’invitation. Plus d’une quarantaine de départs collectifs en bus sont prévus depuis toute la France. Ils sont répertoriés sur une carte sur le site internet. On peut aussi proposer ou rechercher un départ en covoiturage.

Mais chacun peut aussi participer au financement des départs en car et même choisir le car qu’il veut aider à travers un financement participatif. Tarbes, Toulon, Saint-Nazaire, Rennes, Lons-le-Saunier, Cherbourg, Epinal et combien d’autres ! Je mentionne ceux-là car ils sont parmi les plus éloignés de Paris et donc les plus chers à payer. La liste complète est disponible en cliquant ici. Cette centralisation sur le site internet permet à tous d’aider au financement des cars. Je le dis pour ceux qui ne peuvent venir le 5 mais veulent donner le coup de main. Les grands-parents peuvent payer pour les petits-enfants ou inversement, les parisiens peuvent aider ceux qui viennent de plus loin etc. Ceux qui ont un peu d’argent peuvent participer pour ceux dont les fins de mois sont plus difficiles. Il est possible de donner seulement 3 ou 5 euros si l’on ne peut pas faire plus. Evidemment, vous pouvez aussi faire le choix de financer l’organisation de l’événement parisien en lui-même. C’est une charge financière importante si l’on veut qu’il soit réussi et visible. N’hésitez donc pas à diffuser vos visuels, affichettes, vidéos… Ni à envoyer un petit mail ou sms autour de vous pour inviter vos collègues, amis, voisins. Chacun peut prendre sa part de travail pour que cet événement fasse date : finir d’utiliser toutes les places des cars en région ou donner quelques euros pour les financer, inviter ses amis ou ses proches à venir, faire connaître l’événement sur Facebook… C’est dans la semaine qui vient que se joue la belle réussite que nous visons.

J’espère que le 5 juin fera date. Je voudrai qu’il nous ouvre la voie d’une campagne victorieuse dans l’élection présidentielle. C’est possible ! Qui aurait cru, il y a encore quelques semaines qu’un tel mouvement populaire se lèverait contre la cruelle loi El Khomri ? Qui aurait-cru que les places seraient occupées comme elles le sont ? Si nous travaillons bien, l’élection de 2017 nous donnera le moyen  d’affronter en force l’oligarchie pour rendre le peuple souverain et construire cette nouvelle France insoumise et fière de l’être à laquelle nous aspirons. Notre nombre et notre engagement personnel sont notre force essentielle. Et la force va à la force. Je crois que le 5 juin sera une bonne façon de lancer un message de rassemblement politique concret à tous ceux qui veulent que le processus social en cours accomplisse aussi son contenu politique. Je conclurai notre rassemblement. On devine que je vais préciser nos objectifs, nos propositions et nos tâches. Mais le symbole voulu est celui-ci : le refus qu’incarne la lutte contre la loi El Khomri c’est un refus du monde qui la rend possible et la demande. Ce refus est aussi un projet positif, candidat au pouvoir dans notre pays. Que l’insoumission soit contagieuse !

DERNIERS ARTICLES

Jean-Luc Mélenchon est intervenu sur le moment politique le 12 juillet 2024….
Rechercher