59 commentaires


  1. Anne B

    Les menaces du 1er ministre ne sont pas de bon augure. Ce ton dictatorial est bien loin de l’humanisme dont a besoin l’humanité dans ce tournant chaotique de civilisation. J’ai toujours la part du GFA Larzac que nous avions achetée au bénéfice des exploitants agricoles contre l’armée qui voulait exproprier – avant que le projet soit annulé. La ZAD devrait devenir zone d’agriculture paysanne par les mêmes moyens. Si une souscription est possible, je suis partante. Ne laissons pas le béton des capitalistes coloniser cet écosystème, quels que soient leurs moyens !

  2. malinvoy

    @Ascalon
    Même si vous avez raison sur le fond, vous devriez faire preuve d’un peu plus de tact dans vos commentaires, parce que vous froissez les autres, vous freinez leur spontanéité. La fraternité devrait concerner toute notre activité, au moins entre insoumis !

    1. Ascalon

      Si le pseudo @machine est « froissé » par une remarque du pseudo @Ascalon, aucun des deux n’ayant d’existence en dehors de ce blog, c’est que c’est une chochotte. Et mon intention est en effet de freiner la « spontanéité », comme vous dite, des no-life qui viennent troller ce blog en racontant n’importe quoi. La fraternité n’est pas de leur faire croire que leurs élucubrations sont des contributions majeures à la cause, mais de les inviter à réfléchir avant d’écrire. Et après avoir réfléchi, de ne pas écrire…
      Et puis d’abord, qui vous dit que je suis « Insoumis » ? Je le suis, certes, mais pas au sens où vous l’entendez. Et en particulier, je ne me soumets pas aux préceptes gnangnan d’une gauche ou tout le monde il est beau tout le monde il est gentil et où on ne corrige pas les raconteurs de fadaises pour ne pas les « froisser ».
      Je respecte ce blog et son auteur, je prends du plaisir et de l’intérêt à sa lecture, suffisamment pour souffrir de le voir trollé par des ineptes.

  3. educpop

    Etant élu moi même, je pense pouvoir dire que les procédures pour vendre ou acquérir des tènements qui appartiennent au domaine public sont très compliquées quand on y met de la bonne volonté. Mais en cas d’obstruction par des décisions votées par un exécutif, il ne faut pas rêver surtout là où l’exécutif s’est senti bafoué. Des projets correspondant aux normes en vigueur pour toutes les prescriptions de la loi peuvent concerner une partie du territoire concerné. Cependant la priorité sera donnée à des acteurs reconnus pour leur adhésion aux programmes validés par la puissance publique et non à des « expérimentateurs » sauf marginalement. Le problème pour les personnes bien intentionnées, c’est souvent de distinguer dans la loi ce qui est procédure incontournable de ce qui est idéologiquement orienté dans un sens ou dans l’autre, alors que tout est étroitement imbriqué.

  4. BIDET

    Aux héroïnes et héros de Notre Dames Des Landes…
    A Notre Dame Des Landes, ce mercredi 17 janvier 2018, dans la grisaille de l’hiver et une attente fébrile, les jours mornes pesaient plus que d’habitude sur un demi-siècle de luttes, d’occupations et de mobilisations. Un demi-siècle de certitudes, d’études et contre études de formules péremptoires soldé par l’aveu d’une défaite cinglante et lumineuse. On abandonne ! Jusqu’alors nous n’avions rien à commémorer le 17 janvier. On pourra désormais souligner ce jour la volte face du candidat qui s’affirmait le faiseur d’aéroport et la capitulation du Président et de son gouvernement devant le bon sens et la ténacité de la raison populaire et militante. Désormais, nous pourrons dire que ce jour de 2018, des gens, agriculteurs, habitants, militants de l’environnement, idéalistes et faiseurs d’alternatives, zadistes, défenseurs de paysages et d’espaces naturels, de zone de cultures et d’un art de vivre ont gagné. Il nous faut…

    1. Henry J

      Il faut arrêter de prendre les zadistes pour le sel de la révolution écologiste et les héroîser. Là où vous voyez « une défaite cinglante et lumineuse », la majorité des contribuables français y voient plutôt un abandon anti-démocratique et un reniement politique grotesque du candidat-président Macron qui va leur coûter bonbon.
      S’agissant de l’expulsion éventuelle d’un quarteron de bobos-campeurs dont la plupart des gens se contrefichent, le gouvernement aura beau jeu de jouer la carte du rétablissement de l’ordre républicain puisque les motifs d’un demi-siècle de luttes, d’occupations et de mobilisations sont désormais devenus nuls et non avenus.

    2. macrophobe

      Méfiez vous, les gens ! Ce petit malin de Macron peut très bien annoncer l’abandon du projet de NDDL, mais « en même temps », après l’évacuation de la ZAD, imposer ce nouvel aéroport, dont tout le monde dit qu’il est inutile.

  5. Bob maucoudinat

    Pourquoi chasser des zadistes qui voudraient s’installer pour faire de l’agribio par exemple ? Sinon pour faire plaisir à Le Pen qui aurait voulu que le gouvernement chasse d’abord les zadistes avec l’armée avant de rendre public sa décision de renoncer à ce projet fou et obsolète. C’est possible dans la loi. On donne bien des concessions sur les cabanes à huîtres du bassin d’Arcachon aux grosses légumes de l’oligarchie copains de Sarkozy. Alors pourquoi pas aux zadistes ? Qu’est ce qui va pas ? Y sentent le gaz ?

    1. patrice 30

      D’accord avec vous. Il va y avoir pas mal de terre agricole redistribuée puisque l’aéroport ne se fait plus. En France le prix de la terre agricole est bas. Je suis optimiste pour la suite et pense que c’est une occasion à saisir pour certains. Les compétences et les avis des experts juristes de la FI pourraient servir de conseil et de relais à beaucoup d’occupants de la ZAD et leur permettre une installation légale et pérenne. Par contre nous avons très peu d’amis parmi les politiques, les discours sur la loi et l’ordre merci on a donné. Pas d’incidents sur la ZAD fermeraient le bec à cette bande de réactionnaires qui ont la faveur des médias.

  6. PIETRON

    Pour la Tunisie, les faits démontrent que la révolution arabe n’était pas une révolution. Si l’accession au pouvoir d’un parti religieux islamiste, fut-il modéré, est révolutionnaire, alors le mot révolution n’a plus de sens. Une révolte qui exigeait la destitution d’un despote. Ce qui fut fait et c’est une bonne chose. Une révolution implique une inversion économique, sociale et politique. Il ne faut pas être grand analyste de la chose politique pour s’apercevoir, dès l’arrivée du nouveau pouvoir, que celui-ci plierait sous les injonctions capitalistes. Heureusement, c’est toujours le populo victime qui réagit dans ces cas là. Sauf qu’il peut être trompé s’il n’y prend garde. Une révolte de la faim est un début, mais loin d’être une fin révolutionnaire.
    Rémi Fraisse a été victime d’un crime d’état via ce stupide gendarme qui balance la camelote de mort aveuglément. Les ramifications justice-état sont une réalité. Il faut tout faire pour…

    1. Henry J

      Oui, si le mot révolution avait encore un sens, on ne se serait pas précipité pour qualifier ainsi le printemps arabe en Tunisie. Les plus avertis savaient qu’il s’agissait d’une révolte nécessaire pour chasser Ben Ali et sa clique, mais certainement pas d’une révolution dont la finalité est économique, sociale et idéologique autant que politique. Les faits sont têtus en Tunisie comme ailleurs. On parlera de révolution quand la société changera de base et l’économie de logique capitaliste.

  7. Michel CABURET

    Puisqu’on est en guerre cotre le changement climatique, l’abandon de NDDL se justifie, bien que Macron ne l’a pas du tout fait pour ça. Les véhicules à moteur ça va bientôt devenir le temps d’avant. Et le plus tôt sera le mieux pour la planète. Si il n’y a pas d’autres solutions écologiques de transport, il faudra bien se résoudre à en limiter l’utilisation. Combien de milliards de voitures et de camions en circulation à chaque seconde sur la planète, combien de milliers ou millions (?) d’avions dans le ciel chaque seconde. En plus il y a un problème de place qui se posera tôt ou tard. Alors l’abandon de NDDL pour quelque raison que ce soit est une bonne chose. Continuons.

  8. M-J A.

    Est-il exact que le projet de l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes avait été relancé en octobre 2000 par le gouvernement dirigé depuis 1997 par Lionel Jospin (dont Dominique Voynet était la Ministre de l’Environnement) avec la concession attribuée pour 55 ans à la multinationale Vinci ? Si ma mémoire est bonne vous étiez membre de ce gouvernement en charge de la formation professionnelle. Je vous prie de ne voir dans mon propos que le souci d’informer complètement sur ce dossier les plus jeunes d’entre nous.

    1. Herner

      Non c’est faux. Pour plus d’info, il y a eu une émission assez bien informée à ce propos sur France Culture il y a quelque temps. En plus, comme il est rappelé, cela n’était pas dans le champ de responsabilité de Jean-Luc Mélenchon. Il ne faut voir dans cette réponse que le souci d’informer « les plus jeunes d’entre vous ».

  9. jorie

    Les media utilisent un langage très guerrier contre les zadistes, poussant ainsi, par voie médiatique, l’exécutif à devoir « prouver son autorité », ou dégager les « illégaux » vite transformés en « terroristes » ou en expropriateurs. Cette soif de sang sur canapé médiatique est répugnante et doit être dénoncée. NDDL est un exemple de résistance contre les grands projets inutiles. La France a perdu 30% de ses terres agricoles au profit d’une bétonisation générale (parcs d’attraction, hypermarchés en faillite) ou de fonds d’investissement chinois. L’autonomie alimentaire du pays est d’intérêt général et il faut saluer les résistants à cette spoliation généralisée. Pour NDDL, la question des zadistes pourrait se régler pacifiquement. Les paysans expropriés pourraient récupérer leurs terres quitte à rembourser l’état de ce qu’ils ont touché comme dédommagement. Le reste de la terre appartient à l’état qui peut négocier des cessions avec les gens…

  10. educpop

    Un exécutif c’est un bureau composé d’élus, au premier rang un(e) président(e) qui a fait l’objet d’un consensus politicien, au deuxième des vice présidents dont les mandats ont fait l’objet de tractations souvent féroces avant leur élection et qui, aussi sont des maires, ceux-ci sont en charge de thématiques qui ne correspondent pas toujours à leurs compétences personnelles. Au troisième rang un conseil des maires dont le pouvoir a été affaibli par la réforme territoriale, mais qui ont quand même presque toutes les cartes en main localement. L’autorité de cet exécutif ne peut être remis en question par les services de toutes nature, entre les mains de qui passent toutes les procédures. La victoire des zadistes est extraordinaire dans ce contexte mais ne change pas la complexité du problème à l’avenir, tout va se réduire à des questions d’argent, c’est le point de départ d’une lutte entre les pots de terre ou de fer.

  11. HYBRIS

    Sur NDDL, le pouvoir effectue un recul tactique mûrement pesé. Rien sur le fond. Macron s’évertue de façon récurrente à consolider sa base sociale étriquée du 1er tour de la présidentielle, les classes moyennes-supérieures aisées, bien insérées socialement. Sous le sceau de l’enrichissement des riches, les beaux quartiers trouvent le jeune homme convenable. Selon les sondages, la vieille droite friquée pourrait bien l’adouber. C’est le moins qu’elle pourrait faire. Une fraction de la droite populaire aussi, quelques friandises lui ont été distribuées (fin du RSI, chômage ouvert aux indépendants, tour de vis sur l’immigration, contrôle accru des « feignants »). Les partielles vont nous éclairer sur ce point. Elles le feront aussi un peu, à travers l’évolution des scores de FI, sur les potentialités de mobilisation sociale. Des comparaisons à pondérer car en l’absence de campagne nationale, il est plus difficile de contrebalancer le discours idéologique des grands médias.

  12. Daniel BESSON

    Juste une question. Pourquoi est-on systématiquement modéré lorsque l’on écrit que NDDL n’est pas une zone naturelle, alors qu’il s’agit à l’origine de landes (du sable et des buissons) mises en valeur avec, par exemple, de la chaux par les grands capitalistes laitiers de la bourgeoisie Nantaise. Pourquoi ne montre t’on pas les photos des parcelles piétinées par les zadistes ? NDDL n’a rien à voir avec le Larzac pour les nostalgiques. C’est un biotope aussi artificiel qu’un polder, une création humaine, comme un aéroport, qui s’est construite sur la destruction d’un espace naturel.

    1. Invisible

      Nombreuses vidéos sur le net : France3 Pays de Loire, mais aussi un C dans l’air de 2016, un doc de Radio Sputnik (mais oui). Et surtout consulter le journal numérique Reporterre. Tout cela vous permettra de voir que @Daniel Besson se trompe, ou nous fait une intox délibérée. Toute manière, un zadiste chaussé de ses bottes ne fera pas de dégâts irrémédiables, surtout en hiver, comparé à l’asphalte d’une piste d’aéroport, de ses parkings et de ses galeries marchandes. […]

  13. Théo Duchon

    Les gendarmes à Sivens, la nuit fatidique, étaient protégés par des douves de 2 mètres de profondeur et 2 de large et ce derrière des grillages de la même hauteur au moins. L’usage des F1, qui avait déjà tué Michalon en 77 et mutilé d’autres militants, n’était pas nécessaire. Quand aux grenades de désencerclements, si vous allez manifester, vous constaterez qu’elles ne sont jamais utilisées en derniers ressorts et au sol pour se désencercler, mais pour attaquer les gens dans les nasses, ou dans une caravane à Sivens. Il est étonnant qu’il n’y ait pas eu plus de mort ces dernières années. Enfin examiner objectivement de quel côté se trouve la présomption d’innocence et de quel côté celui de la culpabilité. Ça remonte à loin, taper « Sébastien Migliore » par curiosité pour constater l’honnêteté ou pas des GM et de la justice. […]

  14. Chan

    Objectivité des médias pour lesquels on paie la redevance : ce matin avant d’interroger Éric Coquerel, la journaliste de France Culture présente les critiques sur le traité de l’Élysée allant de l’extrême droite à « l’extrême gauche » France Insoumise.
    Bravo pour les voeux à Marseille !

  15. Invisible

    Trop drôle l’interview sur le balcon à Marseille ! Pujadas va avoir attrapé une rhinite. Les deux croque-morts avaient le soleil dans les yeux. C’est comme ça qu’il faut faire. Vieille technique de ploucs montagnards. Bravo. Ils avaient beau être à deux contre vous, du moins bataillaient-ils avec l’éblouissement de l’astre solaire.

  16. trebor

    Encore un discours creux et cérémonie creuse de Macron, il va encenser et séduire les investisseurs étrangers (Toyota) pour construire une usine en France, pour prouver que l’on peut produire pour pas cher en France, mais où iront les bénéfices sur les ventes ? Pourquoi ne fait-il pas pareil auprès de PSA qui licencie ? Avec PSA, les bénéfices resteraient en France.

Les commentaires sont fermés.

©2015/2017 Jean-Luc Mélenchon / V5 / Design INFO Service | Contact | Mentions légales