Le mois dernier, ce blog a reçu 372 806 visites

46 commentaires


  1. jorie

    La dureté de la politique de l’Allemagne à l’égard des pays du Sud me laisse présager que dans l’effondrement actuel de l’Europe, l’Allemagne prépare sa sortie tranquillement pour abandonner « le club med » et se rallier aux pays traditionnels de ses alliances, le Nord et l’Est. Tradition continentale. Nous, en Europe du Sud, on représente un territoire maritime, avec d’autres regards, d’autres potentiels et bien sûr, d’autres contraintes. Jamais ni le Nord ni l’Allemagne ne permettront qu’on utilise leurs excédents pour soutenir l’europe du Sud, juste bonne à souffrir d’une politique d’austérité, d’une concurrence féroce etc. Par conséquent, le fait de donner plus de pouvoir au MES confirme cette ligne dure. Personnellement, je ne pense pas qu’on pourra infléchir cette politique et qu’il faudra se décider à en sortir. Dès que nous annoncerons notre plan A et B, ils vont tous nous lyncher et la question que je me pose est : pourra-t-on allumer des contre feux à…

  2. Francois Montmirel

    « on peut espérer de temps à autre un pallier lorsque la production ira plus vite que l’endettement. »
    Voeu pieux, hélas. La production n’ira jamais plus vite que l’endettement. Si la production augmente, les profits augmentent, et comme le profit est un effet de levier pour contracter de nouvelles dettes, l’endettement global augmentera avec la production. Cette fuite en avant devrait finir très mal dans 1 an, dans 10 ans, dans 30 ans. Par exemple avec la chute de grosses banques que les états ne pourront plus renflouer, ce qui jettera à la rue des millions de gens modestes.

  3. Gilles Ringenbach

    Cher Jean-Luc, j’ai voté pour toi et suis fort sympathisant de la FI. Nous avons même échangé ensemble, il y a 5 ans, au musée Guyasamin de Quito. Peut-être ne te souviens-tu pas de ces 4 Français dont moi, qui te manifestèrent de l’amitié et de l’encouragement, là-bas, ce qui serait normal compte tenu du maelstrom de ta vie politique. J’ai énormément de considération pour l’envergure dont tu es pourvu, ainsi que les Insoumis au Parlement, pour ne citer que ceux-là. Je suis donc d’autant plus surpris, pour ne pas dire autre chose, de ta réaction et de celle des autres quant à la défaite de l’équipe allemande, à la coupe du monde de foot. Personnellement, le foot, le sport et ses différentes manifestations ne m’intéressent absolument pas, voire pourraient m’indisposer. Je m’exprime d’autant plus librement à ce sujet. Vos twitts se situent à un niveau de bêtise compte tenu de leur objet sans compter la tonalité scrogneugneu. Des réactions infra-politiques, indignes de vous.

  4. PAGES

    Je trouve la qualité de contenu de cet article remarquable, elle me fait réfléchir et avancer dans mon positionnement.
    Pourquoi donc rabaisser notre niveau, de conception, d’intervention, d’action (remarquable au niveau parlementaire) avec des tweets sur le foot indignes de notre niveau de proposition aux Français. La salve tirée par les insoumis est trop collective pour n’être pas concerté. Je la trouve déplacée et pas digne de nous. Nous ne pouvons pas nous mettre au niveau des supporters, qu’ils faut respecter, certes, mais dans une joute sportive, respecter ceux qui ont perdu me semble relever du plus élémentaire humanisme, même si ce sont des Allemands et même si on a le droit de préférer une équipe à une autre.

  5. educpop

    Contre l’Allemagne il n’y a pas que les analyses économiques par quoi les docteurs montrent le mensonge de la concurrence libre et non faussée, il y a aussi le ressenti populaire d’une agression contre l’égalité des chances. Jean-Luc Mélenchon ne méprise pas le peuple Allemand avec cette histoire de match, il lui parle un langage direct. Merci pour cet engagement, les politologues amateurs devraient réfléchir aux véritables antagonises qui sont présents dans l’imaginaire collectif. Comme disait Georges Brassens, quand on est c… on est…, les gens qui sont prisonniers de leur manque de discernement ne changeront pas et il vaut mieux parler franchement aux autres.

  6. Moreau Patrice

    La moindre virgule, un simple adjectif, le verbe haut, une colère juste, et voilà la cohorte des commentaires. Cela suffit et cela me fatigue. Est-ce que Jean Luc Mélenchon est le fusible facile pour toutes nos démissions ou notre silence honteux face à la casse sociale de notre pays ? Est-ce que Jean Luc Mélenchon sert de paravent à nos lâches renoncements ? Il est vrai qu’il est plus facile de remplir un stade de foot pour chanter la Marseillaise que de manifester par exemple contre la hausse de la CSG pour nos aïeux.

  7. Alain Doumenjou

    Les commentaires qui font chorus avec les intervenants des Grandes Gueules, cette émission particulièrement pourrie de RMC, pour condamner le tweet de Jean-Luc au sujet de l’élimination de l’équipe de foot allemande, me paraissent totalement déplacés et je m’interroge sur le niveau de conscience politique de leurs auteurs, compte tenu de l’importance qu’ils semblent attacher à cette anecdote et du zèle qu’ils y mettent. J’avoue sans la moindre honte avoir ressenti exactement la même chose que Jean-Luc à la fin du match ! Mais revenons bien vite à des choses plus sérieuses, telles que par exemple l’élection présidentielle au Mexique de dimanche…

    1. JeanLouis

      Aucun chorus avec aucune émission, mais simplement une réaction de bon sens à la vue du tweet. Si vous pouvez penser que la réaction de ceux qui ont été surpris est aussi valable que votre indignation devant ces réactions. Aucune importance n’est donnée à cette anecdote mais alors que nous savons nous que nous votons et militons FI nous pensons à ceux qu’ils faut aller chercher entre les dents et là je pense que vous avez tout faux ! Alors laissez nous avec notre conscience politique qui vaut la vôtre. J’ai du mal à accepter de telles critiques sectaires.

  8. morfin

    Il faut savoir tenir compte des critiques du peuple et aussi de ceux provenant de FI qui demandent de faire attention, même si nous n’aimons pas le foot, comme moi-même, et ne pas se mettre au-dessus de quiconque, car nous ne sommes pas « au-dessus » mais « parmi ». Nous ne sommes pas plus conscients que d’autres non plus, mais avons seulement d’autres idées avec un très bon programme à appliquer, comme on peut, chacun dans nos vies respectives, et en toute modestie.

Les commentaires sont fermés.

©2015/2018 Jean-Luc Mélenchon / V5 / Design INFO Service | Contact | Mentions légales