communique laicite novembre

04.11.2019

Pour le respect de la laïcité dans les cérémonies du 11 novembre

Communiqué de Jean-Luc Mélenchon du 4 novembre 2019

Chaque année, le 11 novembre, nous commémorons l’armistice de 1918 qui marque la victoire de notre armée et de ses alliés contre l’Allemagne pendant la Première Guerre Mondiale. Des cérémonies républicaines se tiennent traditionnellement dans tout le pays autour des monuments aux morts. Comme parlementaire, je me suis fait un devoir de m’y joindre chaque année. La lecture des listes de noms des « morts pour la France » est une pour moi une puissante évocation de l’horreur qu’est la guerre. Je trouve cette leçon utile pour l’action politique.

Cette année, le Ministère des armées m’a fait parvenir un carton d’invitation avec coupon réponse pour des cérémonies à la synagogue, à la grande mosquée, au temple protestant ou dans une cathédrale. Ces invitations sont arrivées avant celle pour la cérémonie nationale à l’Arc de Triomphe. J’informe donc le gouvernement que je ne me rendrais dans aucun de ces offices. Partisan constant de la loi de séparation des Églises et de l’État, je considère que ce n’est ni au prêtre, ni au rabbin, ni à l’imam, ni au pasteur d’organiser l’hommage que la République veut rendre à ceux qui sont morts pour tous.

Libre à chaque religion de se souvenir des morts selon son propre rites, en s’adressant à ses fidèles. Mais le fait que le gouvernement républicain en fasse la publicité est un mélange des genres des plus regrettables. La laïcité est le principe qui permet à tous les citoyens français, quelle que soit leur option philosophique, de se retrouver dans la République. Les cérémonies du 11 novembre doivent cultiver l’unité du peuple français. Elles ne sauraient pousser à sa fragmentation. Je fais donc ce rappel au devoir laïque pour m’opposer à la banalisation de la confessionnalisation de la vie publique du pays.

DERNIERS ARTICLES

Plutôt que de fouiller dans ma vie privée et de harceler les femmes qui ont partagé ma vie, pourquoi ne pas parler plutôt de…