Play Video

19.11.2021

Conférence de Jean-Luc Mélenchon à Sciences Po Rennes

Le lundi 22 novembre 2021, Jean-Luc Mélenchon était l’invité de Sciences Po Rennes pour une conférence diffusée en direct.

Il a abordé dans un premier temps l’élection présidentielle de 2022. Il a rappelé que c’était un moment important de confrontation des idées. Il s’est dit favorable à un pouvoir parlementaire renforcé avec des institutions stables, représentatives et qui permettent une intervention populaire permanente avec le référendum d’initiative citoyenne. Il a pu détailler le rôle de la Constituante pour passer à la 6ème République, une proposition présente dans son programme L’Avenir en commun. Il a souligné que dans une nation civilisée, les décisions ne peuvent être prises qu’à condition qu’il y ait un consentement. C’est pourquoi le mécanisme de l’Opt-out sur les traités européens serait utilisé si les traités sont contradictoires avec le programme choisi par les Français en 2022.

Interrogé sur l’emploi, le candidat de l’Union Populaire s’est dit pour la réduction du pouvoir des actionnaires qui ne maintiennent pas leur investissement dans une entreprise sur le long terme. Il a souligné qu’on ne parlait jamais des 565 morts chaque année d’accidents du travail et des 1 200 qui meurent de maladies professionnelles. Il a annoncé que s’il était élu, il titulariserait les 800.000 contractuels de la fonction publique pour ne pas laisser les gens dans une situation de précarité.

Jean-Luc Mélenchon a ensuite évoqué la situation en Guadeloupe en rappelant que le gouvernement était en train de pousser à bout des gens qui ont été d’une incroyable patience. En effet, il a rappelé l’énorme problème d’accès à l’eau potable sur l’île et l’abandon plus général de l’État concernant les outre-mer. Il s’est dit totalement opposé au fait d’envoyer en Guadeloupe le RAID et le GIGN, qui sont des unités d’élite de la police et de la gendarmerie faites pour lutter contre le terrorisme.

Le candidat à l’élection présidentielle de 2022 a enfin traité des questions internationales en soulignant que le monde était en train de basculer dans une situation entièrement nouvelle puisque les États-Unis ne sont plus la puissance économique dominante. C’est la Chine et l’Asie qui le sont. Il a rappelé que l’outil à privilégier selon lui pour les relations internationales était l’ONU car c’est le cadre le plus légitime. Jean-Luc Mélenchon a demandé une nouvelle fois d’accueillir le lanceur d’alerte Julian Assange et à lui accorder la nationalité française.

Jean-Luc Mélenchon a conclu son propos en appelant à ce que la puissance de la France soit d’abord une puissance morale et pas militaire puisque 29 pays ont notre langue en partage et que l’espace et la mer sont des secteurs dans lesquels la France peut être aux avant-postes de l’humanité.

Rechercher