Play Video

07.06.2022

J’en appelle au réveil de la police républicaine

Le 7 juin 2022, Jean-Luc Mélenchon était l’invité du grand entretien de la matinale de France Inter.

Le candidat au poste de Premier ministre a tout d’abord été interrogé sur la Police suite au décès d’une jeune femme lors d’un contrôle. Il a indiqué qu’il n’était pas normal de tuer quelqu’un parce qu’il refuse d’obtempérer. Il a rappelé les 4 morts en 4 mois suite à des interventions, mais aussi le dispositif honteux au Stade de France qui aurait pu provoquer encore plus de dégâts. Il en a appelé au réveil de la police républicaine et à réformer la police de la cave au grenier. Il s’est dit opposé à l’usage disproportionné de la violence.

Jean-Luc Mélenchon a ensuite pointé du doigt la politique économique d’Emmanuel Macron. Il a rappelé que l’austérité mise en place par le président avait un coût : 80 milliards par an. Il a expliqué que pour trouver cet argent, E. Macron supprime par exemple des lits d’hôpitaux et des postes d’enseignants. Le candidat au poste de Premier ministre a indiqué que face à l’effondrement économique qui s’annonce à cause du modèle néolibéral, il proposait un autre modèle : celui de la relance économique par la consommation populaire et du sauvetage des services publics.

Interrogé sur les élections législatives, Jean-Luc Mélenchon a expliqué pourquoi Emmanuel Macron serait obligé de le nommer Premier ministre si la NUPES obtient la majorité à l’Assemblée nationale. En effet, dans le cas contraire, le président créerait une crise politique dans le pays. Il a rappelé le rôle prépondérant du Premier ministre dans la Constitution. Sur les retraites ou le nucléaire par exemple, c’est lui qui déciderait à l’Assemblée et pas le président de la république. Il a donc appelé à trancher ces questions lors des scrutins des 12 et 19 juin prochains en votant pour les candidats de la Nouvelle Union Populaire écologique et sociale.

Rechercher