Le mois dernier, ce blog a reçu 372 806 visites

42 commentaires


  1. maximilien R

    Concernant les médias , en nous y mettant tous ensemble ne pourrions nous pas créer une chaine télé ou une station radio citoyenne ?
    Cela nous changerai des chaines d’info à la botte.

  2. melle delavalliere

    Monsieur Mélenchon, vous êtes le seule à dire les choses haut et fort, à voir la souffrance du peuple les autre ne pensent car leur minable carrière politique, j’était très contente de voir et d’entendre ce que vous avez dit à propos du livre d’Hitler je l’ai fait écouter à mon entourage voila c’est le seul à avoir dit quelque chose les autres ils s’en tapent comme d’habitude, par ailleurs je soutiens aussi le fait que vous sélectionner les médias avec lequel vous parlez ça donne une image plus soigner d’une carrière politique malgré tout ce qu’ils peuvent vous coller sur le dos !

  3. christian

    Deux mots sur la vidéo avec Jose « Pepe » Mujica.
    M Mélenchon, toujours admiratif de ces hommes d’Amérique latine ou du Sud, qui ont su combattre les dictatures conservatrices et participer à l’émancipation de leurs peuples, une émancipation faite du devoir moral qui anime ceux qui résistent et force l’admiration et la détermination des autres. A la vue du spectacle du monde, nous les nations dites civilisées, nous sommes loin de reconquérir une relation aux autres et à la nature plus apaisée, plus équilibrée, plus responsable, plus politique, plus citoyenne. A l’approche de la conférence internationale sur le climat, il y a de quoi inquiéter notre envoyé spécial pour la protection de la planète, Nicolas Hulot. Le capitalisme actuel ne pousse pas dans cette direction, il pousse au contraire au cannibalisme, « l’ordre cannibale » dit Hulot. Face à un tel constat, Je trouve le témoignage du président Mujica fort émouvant car son regard est celui d’un vieux résistant qui se retourne sur ses pas d’ancien guérillero et ancien Président de son pays, pour nous raconter le déroulé d’une vie ordinaire qui sort de l’ordinaire. En réponse à ce paradoxe il nous suggère comme ligne rouge : être amoureux de la vie et ne jamais s’en départir.

  4. Nicolas.B

    Vraiment pénible ces dernières émissions TV, ce qui est le plus bénéfique c’est de montrer l’ignominie de leur questions, concernant ces 6 millions de chômeurs qui doivent être content de cette sois disant baisse sur un mois, concernant le retour à la campagne comme si on vivait mieux en ville, et cette allusion à la Chine débile. On aurait dit des marionnettes jouant un rôle sans conviction. Toutes ces interruptions de parole pour rendre votre discours inaudible sont aussi lassantes. Il vaudrait mieux organiser des débats avec des personnalités reconnues pour aborder les divers sujets, la conférence avec José Mujica était d’une toute autre valeur. Faire des directs de ce type sur internet, avec des RDV périodiques et des personnalités de valeur permettrait peut être de contourner cette cage médiatique au service des oligarques et de leurs valets. Ce qui serait bien c’est aussi d’interpeller les spectateurs directement, votre sincérité les touchera certainement. En tout cas merci encore de nous représenter si bien.

  5. Jeannot

    Que dire et redire le conservatisme, le libéralisme est prêt à tout. « Plutôt Hitler que le Front Populaire » était leur mot d’ordre avant le déclenchement de la seconde guerre mondiale.
    Jean-Luc Mélenchon est de cette pointure d’homme que j’admire pour son honnêteté politique. Seul il ferraille sur le fond. Quel merveilleux cadeau que d’avoir pu suivre la brillante la conférence de « Pepe » Mujica. Quel pugnacité démontrée une nouvelle fois face aux chiens de garde de RTL dimanche.
    Merci avec tous mes encouragements.

    1. Donato Di Cesare

      Prenez de la hauteur, Jean-Luc, comme vous l’avez fait avec la matinale de France Inter et Patrick Cohen. N’allez plus « ferrailler » avec ces chiens de gardes. Ils ne vous/nous apportent absolument rien et font le buzz sur votre/notre dos.

  6. souria

    Bonjour M. Mélenchon !
    Au Grand Jury, vous avez mentionné l’agriculture biologique. Une agriculture paysanne plus respectueuse de l’environnement qui tend à fournir une réponse au concept de « bien vivir ». A ce sujet, je vous invite à lire cet article « Aude : quasiment ruiné en 2008, il sauve son exploitation grâce au bio » qui donne un fort bon exemple des meilleurs conditions de travail qu’offre le bio à un ouvrier agricole.

  7. Fab31

    Chers amis,
    Ma réflexion de fond sur nos besoins pour mieux comprendre et communiquer avec l’autre. Le capitalisme se nourrit d’un des besoins primaires de tout être humain : la satisfaction de l’ego. L’égotisme (au sens de l’étude analytique de sa propre individualité) n’est pas un mal car il permet à chacun de cultiver sa différence en développant sa créativité, ses compétences intellectuelles et humaines. L’égotisme est détourné de son utilité (il devient égoïsme) à des fins de construction d’une jungle humaine. Mais seule la connaissance de ce besoin humain et la science qui en découle permettent de la détourner de son objet. L’égotisme a pour fonction la satisfaction de ses besoins personnels dans le don de sa richesse aux autres, c’est un partage qui permet à chaque ego d’être reconnu en tant qu’être unique. La connaissance de l’ego est fondamental pour toute construction humaine dans le temps long. Vouloir construire un nouveau monde nécessite la prise de conscience que l’homme est tel qu’il est et non tel que nous aimerions qu’il soit. Apprenons qui nous sommes et nous pourrons construire ce monde de partageux. Cordialement.

  8. PIETRON

    Soyons réalistes. La morale et le capitalisme sont « naturellement » opposés. Le capital n’a cure des valeurs morales. De l’esclavage à nos jours, en passant par deux conflits mondiaux, c’est par multi dizaines de millions que se comptent les victimes.
    Les seuls coups d’arrêt portés à ce fléau (le capital) ne l’ont été que par la mobilisation consciente des populations. Encore faut-il relativiser leur portée tant sa capacité (le capital) à exercer son attrait apparemment « démocratique » sur les gens est importante. C’est bien souvent « au bord du gué »(socialiste) que les masses ont stoppé leur action de crainte d’être dépossédés de ce qu’elles pensent être une liberté individuelle. Celle qui conduit à une servitude volontaire très contradictoire comme aujourd’hui. La vertu totale revient donc à s’opposer au capitalisme en tant que système qui a fait ses preuves en matière d’immoralité humaine. Hitler est l’un de ses produits aux 50 millions de morts. « Plutôt Hitler que le front populaire » émanait de gens que l’on (les médias) qualifierait, en notre temps, de personnages attachés à la démocratie. Bref des gens très respectables. Ceux qui, finalement, présentent toutes les garanties du bien vivre entre soi capitaliste.
    Le jour où les médias « soigneront » un opposant au capitalisme dans le capitalisme, je serai inquiet. Tant d’individus ont basculé, mais tant d’autres sortent de l’ombre, par bonheur.

  9. Julien

    Interdire Mein Kampf sous prétexte qu’il serait susceptible de « faire du mal », n’est-ce pas précisément dénier dans les faits aux « personnes » le sens de la responsabilité que l’on porte paradoxalement au pinacle dans le discours ? La contradiction est ici incontournable.

    1. Roger

      La 1ère responsabilité c’est d’écouter ou de lire attentivement ce que l’on à le droit de critiquer.
      Jean-Luc Mélenchon ne parle pas d’interdire (sauf si, comme cela est possible, c’est contraire à la Loi), mais élève la question au niveau de la « responsabilité morale individuelle » de ceux qui prennent une telle décision. Qui, à part les passionnés d’Histoire, ira lire l’appareil critique de cette publication, par ailleurs largement accessible avec tous les commentaires de spécialistes ?
      Il ne s’agit que d’une opération marchande, Fayard a flairé une bonne affaire.

  10. Au sud de nulle part

    Cher Jean-Luc, je visionne régulièrement les vidéos de tes passages dans les médias et je constate systématiquement que le volume sonore des voix des journalistes de garde qui t’interrogent est réglé de manière à être beaucoup plus élevé que le volume sonore de ta propre voix. Il leur est ainsi beaucoup plus aisé de couvrir tes propos sans avoir à élever la voix lorsqu’ils te coupent la parole ce qui se produit très fréquemment.

  11. Pierre de Marseille

    Pour revenir un instant sur la notion de vertu, je la rattache personnellement à la capacité qu’a un peuple de reformuler régulièrement son pacte social dans sa constitution. Chaque génération devrait revisiter profondément ses notions de biens commun et adapter voir, refonder sa constitution. Le Peuple de France manque aujourd’hui de cette refondation, je vois là, l’obligation de passer à la 6ème République, tant les règles du « Vivre Ensemble » sont à revisiter pour valider l’idée même d’un avenir commun.

  12. Sara

    Bonjour Jean-Luc, comme vous j’ai été choquée et outrée lorsque j’ai lu un article dans le Monde sur la commercialisation, pardon… l’édition, de Mein kampf. C’est une honte de faire de l’argent en bafouant ainsi les millions de morts d’un fou-furieux. Que ceux qui veulent étudier le texte pour des raisons « scientifico-historiques » se payent une connexion internet où ils le trouveront aisément. Aucun argument n’est recevable pour cautionner l’édition d’un appel à la mort et à la barbarie sur des innocents. Nous devrions tous boycotter les livres de Fayard en signe de protestation et en mémoire des victimes (sauf vos propres livres !). En apartée, j’adore lire vos billets et autres articles bourrés d’humour et de vérités. Quant à voir toutes vos interventions où vous recadrez les journaleux en leur clouant le bec, c’est un vrai régal. Merci pour votre franc-parlé cultivé et sans failles. Cela fait du bien. Amitiés, Sara

Les commentaires sont fermés.

©2015/2018 Jean-Luc Mélenchon / V5 / Design INFO Service | Contact | Mentions légales