pauvre lucette melenchon

04.11.2015

Pauvre Lucette !

Mais pourquoi a-t-elle accepté de recevoir le président de la République ? Personne ne lui avait annoncé ce qui arriverait ? À présent, la voici rendue à se cacher chez sa fille après être tombée et s’être fait bien mal. À présent, une grosse boule d’angoisse s’est collée sur son estomac et elle ne sait plus où elle en est. Des dizaines de journalistes sont à l’affut. Ils téléphonent de tous côtés, à elle, au maire et aux voisins, ils font des enquêtes de voisinages, ils se cachent dans les buissons autour de la maison, piétinent ses fleurs, bousculent les enfants, bloquent les places de parking, tout ça pour que nous puissions « en savoir davantage » et que notre « droit à l’information » soit respecté. Admirable profession.

Lucette, elle devait se figurer qu’elle recevrait le président et qu’ensuite elle en parlerait en famille en pesant ses mots, avec des sourires entendus et que ses amies viendraient lui parler de tout ça et même dans la rue sans doute les gens comptaient l’entreprendre sur le sujet. Évidemment, elle le savait que ce n’est pas un évènement banal. Mais comment pouvait-elle imaginer le monde de pures brutes qui allait surgir ? Des communiquants roués qui la prennent pour la mère Denis, des politicards vicieux qui viendrait jouer la comédie de la compassion pour les mamies du populo et les autres, là, les journalistes ! Ouh là là ! Comment pouvait-elle imaginer qu’existent de tels gougnafiers surgissant du moindre égout pour la harceler aussi grossièrement ? Et surtout pour essayer de lui faire dire quelque chose, quelque chose qui gâcherait tout, quelque chose qui la transforme en vulgaire marionnette et la ridiculise. Ils veulent qu’elle dise que c’était un coup monté. Tout du bluff. Mais pour qui la prennent-ils ?

Pauvre Lucette qui croyait bien faire. Tout ça parce qu’elle a eu le tort de dire qu’on lui a parlé avant de recevoir le président. Bien sûr qu’elle a demandé s’il y avait des sujets qui fâchent parce qu’elle voulait bien le recevoir et ne pas être malpolie. Et pourquoi a-t-elle eu le tort de dire que le maire a offert le café ? Vous croyez quoi, vous, qu’on ne demande pas avant de recevoir un homme pareil ? Vous croyez qu’elle n’avait pas de café à offrir ou bien qu’elle pouvait dire au maire « gardez votre café ! » alors qu’il le proposait si gentiment ? Elle se doutait bien que c’était un « coup de com » pour le président. Elle n’est pas si naïve. Et dès le premier instant il n’y a pas une seule personne dans ce pays qui ait pensé une seconde autre chose tant la ficelle est grosse.

Le petit génie de la com qui a trouvé cette idée à deux balles nous prend vraiment pour des demeurés. Et Hollande qui accepte ce jeu cruel où l’on s’amuse de la sidération des gens simples, comment a-t-il pu croire que cet épisode effacerait celui des « sans dents » ? Il le confirme plutôt. Lucette voulait bien participer à une démonstration car elle pense que son cas est intéressant. C’est bien normal si ça rend service pour bien comprendre. À la télé, ils montrent des tas d’émissions comme ça où on voit des vrais gens qui parlent de leurs vrais problèmes de la vie. Fallait pas Lucette ! Là c’est du lourd. De la télé-réalité d’État ! En attendant, il faut gérer l’hystérie médiatique qui sévit contre « les coups de com politique». Après la peste, voici le choléra !

Écoutez mon conseil expérimenté à la famille qui l’entoure. Refusez de répondre quoi que ce soit à quelque journaliste que ce soit. Quoi que vous disiez, cela se retournera contre vous et cela relancera la machine à buzz. Silence total. Ne vous inquiétez pas, ils vont repartir bien vite si vous ne dites rien. Ils ne s’intéressent vraiment à rien à fond. Ce sont juste des meutes errantes avec des mémoires de poissons rouges.

Bien sûr, si vous êtes plus coquins, vous pouvez vous amuser. Racontez-leur n’importe quoi, la première idée qui vous passe par la tête : que Hollande est le fils secret de Lucette, ou bien qu’elle est son ex, ou bien qu’il est venu demander la main de la fille. Juste pour rire. Ils le marqueront dans leurs journaux. Ils croient n’importe quoi et ne vérifient rien du moment que le papier à publier peut être gras. Pauvre Lucette. Si je viens vous voir un jour, ce sera en secret. Mais avec des fleurs.

Prompt rétablissement Lucette ! les gens simples vous comprennent et ne vous jugent pas mal. N’y pensez plus, ça ne vaut pas la peine de s’en rendre malade.

Cette publication a été effectuée sur ma page Facebook

PAUVRE LUCETTE ! Mais pourquoi a-t-elle accepté de recevoir le président de la République ? Personne ne lui avait…

Posté par Jean-Luc Mélenchon sur mercredi 4 novembre 2015

DERNIERS ARTICLES

Quand on vit dans un combat politique comme le nôtre les évènements du monde nous impliquent autant qu’une circonstance nationale et parfois même personnelle….