un peu de dignite melenchon

18.11.2015

Un peu de dignité, s’il vous plaît !

Tandis que des femmes, des hommes et même des animaux sont dans l’action contre les assassins de la nuit du 13 novembre, je n’arrive pas à croire à la scène que j’ai vu se jouer à l’Assemblée nationale hier ! Un tohu-bohu, des cris des hurlements des invectives au moment où l’on rend hommage aux personnels des services publics qui ont été à la tâche ! Quelle honte ! Le deuil national n’est pas fini, les morts ne sont ni tous identifiés ni tous enterrés ! Ceux-là même qui passent leur temps à faire la morale aux autres et à dénoncer la violence des salariés s’abandonnent à une violence symbolique sans aucune retenue. 

De son côté, le communiquant de l’Élysée nous régale d’un sondage favorable au chef de l’État ! C’est vraiment le moment ? Et pourquoi ce dernier lance-t-il une réforme constitutionnelle, forcement polémique, dont il a écrit et lu le projet entre vendredi une heure du matin et lundi seize heures ? C’est vraiment le moment ? La trêve ne pourrait pas attendre la fin des enterrements ? Juste jusqu’à samedi ? Pourquoi ceux qui demandent de la retenue et du respect en manifestent si peu pour le peuple qu’ils sont censés représenter au moment où la terre entière regarde la France ? La vérité est que la chienne Diesel nous représente mieux que bien des faquins qui s’en montrent indignes.

Cette publication a été effectuée sur ma page Facebook :

UN PEU DE DIGNITÉ S’IL VOUS PLAÎT !Tandis que des femmes, des hommes et même des animaux sont dans l’action contre les…

Posté par Jean-Luc Mélenchon sur mercredi 18 novembre 2015

DERNIERS ARTICLES

La session parlementaire est close. Je devrais pouvoir fermer mon cahier de post. Mais pourrais-je entrer dans la phase intense de pause que permet…
La scène internationale m’afflige autant que les misérables simagrées des macronistes avec leur diversion sur l’antisémitisme attribué à la LFI. Certes, il s’agit pour…
Ce post paraîtra deux jours après la publication du précédent. Mais comme au moment où je commence mes lignes, c’est dimanche, jour de pause…