etait donc ca etat urgence melenchon

30.11.2015

L’état d’urgence, c’était donc ça…

L’état d’urgence c’était donc bien ça : un instrument de plus pour criminaliser les mouvements sociaux ! Perquisitions, mises en résidence surveillée, pluie d’interdiction de manifester se multiplient. Pendant les deux jours qui ont précédé l’ouverture de la COP21, la lutte contre le terrorisme marquait d’étranges points avec des lettres de cachets assignant à résidence toutes sortes de militants écologistes. Pourtant une chaine humaine très réussie a permis dimanche que l’honneur de Paris dans la prise de conscience universelle soit sauf. Un petit secteur de la capitale a pu montrer qu’il s’unissait au souffle de l’humanité consciente de son intérêt général climatique. Pendant ce temps dans toutes les capitales régionales on défilait plus ou moins librement.

L’obsession du PS de s’approprier les symboles de l’ordre contre « la chienlit » est d’autant plus clairement signée que les motifs invoqués paraissent n’avoir aucun rapport avec le sujet. Le gouvernement n’a plus de bride. Le prolongement par le vote de l’Assemblée nationale et du Sénat de l’état d’urgence aggravé montre que, lorsqu’il y a un risque d’abus de pouvoir, il finit toujours par se commettre. A la décharge des nouveaux convertis de « l’ordre pour l’ordre », il est vrai qu’aucun député n’a pensé à inclure les syndicats et les associations écolos dans la liste des exclusions de perquisition qui mettent pourtant le bureau d’un parlementaire, même Balkany et les journaux, même Minute.

Du haut en bas de la chaîne des responsabilités, donc, la gesticulation ostentatoire est de mise. Au risque de débordements absurdes comme ces portes ouvertes pourtant enfoncées au bélier dans un restaurant parisien. Si bien que le ministre de l’Intérieur s’est senti obligé d’envoyer une circulaire de rappel à l’ordre. Je note que dans n’importe quelle autre circonstance cette lettre aurait paru insultante pour les fonctionnaires concernés ! En tous cas l’intention est claire quand on lit le sobre propos du préfet du Rhône. Il n’écrit surement pas sans consigne venue de haut: « Toutes les manifestations sur la voie publique à caractère revendicatif ou protestataire sont interdites. Les manifestations sportives, récréatives ou culturelles ne sont pas visées par l’interdiction … ».

Si l’on veut bien y réfléchir un instant c’est stupéfiant. Car les attentats n’ont pas eu lieu dans un rassemblement protestataire mais dans une « manifestation sportive » au stade de France, « récréative », les bistrots du canal Saint-Martin et « culturelle », le bataclan. Quelle logique conduit à en déduire l’urgence d’une perquisition chez des agriculteurs bio ? Et la mise en résidence surveillée de l’avocat de la marche climat ?

L’ardoise est sévère. Le jour de la marche mondiale pour le climat les terroristes ont vu leur victoire politique à Paris. Seule capitale du monde ou tout rassemblement était interdit « pour-ne-pas-disperser-les-forces-qui-doivent-se-consacrer-a-la-lutte-contre-le-terrorisme ». Pourtant on a vite vu que rien n’est jamais si bon qu’une jolie baston entre « casseurs » et « forces de l’ordre » pour donner au journal de 20 heures les images dont il peut se régaler. En toute objectivité cela va de soi : cinq secondes pour montrer des personnes qui jettent des projectiles, cinq secondes pour montrer des CRS qui tirent de lacrymos ! Tout pouvoir raffole de ces images pour montrer au peuple comme sa poigne est ferme.

Comme tout cela était plus que prévisible, je n’étais pas du tout favorable à ce rassemblement dont je pressentais qu’il serait mis à contribution pour produire de telles images. J’estimais que la chaine humaine était une action convaincante et digne, suffisante dans l’état du rapport de force et des mentalités actuels. Mais telle est notre gauche, chacun fait ce qui lui semble bon sans tenir aucun compte de rien ni de personne, ni de l’expérience ni de la capacité à convaincre le grand nombre. Puis tout le monde paye ensuite le prix des images pourries et des interpellations de militants. Après quoi des personnes de bonne foi, simples partisans écologistes, n’ayant rien fait d’autres que de se trouver pris dans la souricière de la place de la République se sont retrouvés pris dans un record de garde à vue en temps de paix : 317 personnes. Elles ont donc dorénavant un signalement à l’anti terrorisme. Merci qui ?

DERNIERS ARTICLES

Pendant trois jours, l’Assemblée nationale a été le lieu d’une intense série de votes portant sur son organisation interne. Ce moment m’inspire plusieurs commentaires…
Tout ce que je viens de détailler s’en tient aux seules logiques des dynamiques politiques à la surface institutionnelle de la vie politique. J’en…
Dans cette compétition, la position du RN est relativement la plus forte à cette heure en dépit des apparences. Et on a vu comment,…