Le mois dernier, ce blog a reçu 372 806 visites

84 commentaires


  1. Gise

    Concernant les robotisations d’informations journalistiques remplaçant l’humain c’est sûr, je suis d’accord avec JL Mélenchon. On ne peut s’imaginer à quel point la technologie logistique informatique etc. est au summum évolutive et continue (voir des méga décennies d’avances) que pourrait imaginer l’être humain de l’Humanité.
    Quant à la COP21 sur le climat, je me demande si ce n’était pas La COP21 de la stratégie de réunions des lobbies mondiaux. A mon avis j’en conclus que cette fossoyeuse COP21 du ? = à mettre des accords à la vue de l’humanité, avec des faux outils , etc. comme une voiture hybride dont l’électricité serait pompée dans les centrales nucléaires actuelles uranium, charbon, quant à l’essence encore plus de forages (métaphore de leurs accords pervers sur tous les sujets).
    JL Mélenchon je vous en supplie mettons en œuvre la conception d’un être humain politique. Nous avons toutes les semences citoyennes pour une 6ème république. J’en ai marre d’attendre des sois-disant partenaires qui finissent par nous mettre un coup de poignard dans le dos et nous trahir. Il faut un nouveau logo politique. Que celles et ceux qui veulent y rentrer quittent leurs partis avec preuves à l’appui, sans oublier toutes et tous les citoyens s’adhèrent à ce logo politique, programme écologie-social, la vraie liberté, justice, égalité, fraternité. Si une où plusieurs personnes déraillent après explication, suivra un référendum de tous les…

  2. Régis de Nimes

    Une partie de l’électorat qui a voté JL Mélenchon à la présidentielle s’est fait plaisir, le temps d’une élection. A l’élection législative, un mois plus tard, cet électorat est retourné au « vote utile ». Peut-être que son niveau de conscience et de culture politique a été surestimé. La preuve, alors que la politique de l’offre est un vrai désastre économique et écologique, « ils sont déçus de la gauche ».

    1. richunter

      C’est notre inconsistance, notre désunion qui a fait repartir les électeurs vers le PS et l’abstention, tout cela dans le contexte de la 5ème république qui veut que (merci Jospin, au passage) les élections législatives se fassent après les élections présidentielles pour obliger les citoyens à voter pour le futur président afin de lui donner une majorité à l’AN. La sphère médiatique étant là pour veiller au grain afin que tout se passe comme convenu chez les bien-pensants.

    2. Francis

      Pas forcément au vote utile. Je crois qu’un certain nombre d’électeurs de JL Mélenchon s’en sont retournés vers les formations qu’ils soutenaient habituellement (écologistes, LO, NPA)

    3. PG

      Vote utile il faut le dire vite, ils sont simplement repartis dans leurs formations politique initiale. D’autant que le PCF n’a pas joué franc jeu puisqu’il complotait avec le ps dans le dos de Jean-Luc Mélenchon et que ces adhérents sont très ancrés à leurs parti. Peut importe que les dirigeant soient malhonnêtes, ils restent les uns et les autres collés ensemble. Ensuite les autres partis ont prit modèle sur le PCF et le front de gauche s’est disloqué. D’élections en élections c’est le même schéma qui revient. Notre représentant lui n’a pas failli une seule fois à sa parole et à son engagement. Nous ne pouvons compter sur aucune personne en 2017 et je ne voterai que pour lui.

    4. Julie

      Les mentalités bougent enfin (et encore plus depuis le 13 novembre). Les gens commencent à moins regarder la télé et plus réfléchir. Les langues se délient. Mais le tabou « soviétique » sur la gauche demeure et la fin de la social-démocratie bloque le reste. En vérité, nous sommes « explosés » au niveau idéologique, identitaire et affectif. Il y a la gauche de salon du PS, libérale économiquement et politiquement. Et il y a les nébuleuses de la gauche dite radicale dont le discourt s’adresse plus aux syndicats étudiants et aux militants associatifs qu’aux employés et chômeurs adultes, pères et mères de famille.

  3. catherine dumas

    Bon Noel monsieur Mélenchon,
    Si vous avez un peu de temps libre pour rêver, écoutez Feu Chatterton et vous vous envolerez.
    A l’année prochaine.

  4. turmel jm

    A la veille de Noël j’aurai aimé être davantage optimiste (j’ignore le score de Podemos) mais ce n’est pas le cas. EELV malheureusement sont d’un cynisme absolue eu égard à leur conclusion de la COP21. Qui plus est, les tergiversations et retournements de vestons de C. Duflot sont significatifs. Et voilà que mon secrétaire national P Laurent laisse entendre un possible rapprochement avec la dame. La dernière AG de section de mon parti, outre le peu de camarades présents, ce qui doit nous interroger, nous avons été quelques uns à persister à penser que notre stratégie était inaudible, incohérente, et qu’il fallait aborder la question de la rupture totale avec le social libéralisme afin d’être clairement identifiable. Pauvre de nous, alors paraît-il que nous serions plus nombreux à penser ainsi, mais enfin que les camarades l’expriment ! Pour l’instant nous allons dans le mur. Faire sans notre parti comme je peux lire dans les commentaires de ce blog (ce qui ne me dérangerai pas au point ou j’en suis) l’entreprise serait plus que périlleuse quant aux résultats Jean-Luc Mélenchon le sait bien. Bonnes fêtes quand même.

  5. Régis de Nimes

    Quand on vote pour un programme, à la présidentielle, l’adhésion elle se fait non pas autour d’ une personne, mais sur une majorité d’idées législatives.

  6. Michel

    Bonjour,
    La seule voie pour sortir de l’isolement (et du coup se démarquer) est de se pencher sérieusement sur la géopolitique. De partir des faits géopolitiques pour venir vers le pays. Sinon, continuer à se cantonner sur les petits supplétifs humains que sont les écolos et autres, nos idées ne seront pas bien grandes et n’iront pas bien loin… A bientôt donc sur les thèmes du « Grand jeu ».

  7. faye alfred

    André
    Bonne analyse de la cop21.
    Quant à la situation politique à gauche, bien inquiétante, en effet. Rien à attendre pour le moment des verts. Ils sont déjà dans l’après élection présidentielle. Pour le Front de gauche ou ce qu’il en reste, peut-être une stratégie en deux temps qui tiendrait compte de l’ambiance politico médiatique actuelle. La désignation d’un candidat (ou d’une candidate) jeune et sans passé politique et sa mise en avant systématique sur la base d’un projet déjà connu pour, dans un deuxième temps, ouvrir sur la société civile et négocier avec tous ceux qui seraient intéressés par cette nouvelle démarche de la gauche de la gauche et en finale faire élire ou désigner par cet ensemble la candidate (ou le candidat) qui finalement se présentera devant les électeurs en 2017.

  8. gilbert raynaud

    Malgré la pagaille du FdG, en 2017 tu seras incontournable comme en 2012, grâce à ton travail, ta lucidité. En attendant, le PG est le seul (comme par hasard) à savoir où il va, avec une vue d’ensemble, le seul à parler de vraie fraternité, solidarité (sans égalité, pas de liberté ni de fraternité), le seul à savoir (et vouloir) remplir les carnets de commande des PME (en disant exactement comment : transition énergétique, banque d’investissement etc.). Alors oui, notre tour viendra car à terme, il n’y a pas d’autre solution, mais après combien de souffrances des plus humbles (toujours les mêmes) ? Courage, on ne lâche rien. Grèce, Portugal, hier l’Espagne (où on ne peut plus gouverner sans Podemos), peu à peu on y vient !

  9. Denis F

    Les écolos issus de la ligne René Dumont avait peut être une chance de s’en sortir politiquement parlant, mais à partir du moment ou Daniel Cohn Bendit s’en est mêlé ces gens là furent ratatinés et laminés, ils n’ont absolument plus rien à voir avec l’écologie, et encore moins avec la campagne et l’agriculture, ils sont incapable de faire la différence entre un navet, du rutabaga, une betterave ou un topinanbour, ils ne s’en remettront jamais.

  10. Pierre34

    Le monde politique tel qu’il est, remis en cause par une majorité de la population, n’a plus de crédibilité.
    EELV est un exemple frappant de ce que les gens rejettent, la recherche de la place plutôt que celle de l’intérêt général, le PCF nous a montré depuis quatre élections qu’il est de la même lignée, le PG et Ensemble ne sont pas exempts de reproches dans ce domaine. Les citoyens engagés enragent que les querelles de chapelles aient détruit l’espoir né des présidentielles de 2012. Ils ont été abandonnés sur le bord du chemin et leur confiance est au plus bas.

  11. marco polo

    Le FdG dans sa forme actuelle est obsolète, les batailles de « clochers » l’ont tué. Dont acte. Peut-on et doit-on se passer des différentes composantes qui ont permis son existence ? Non. C’est contre-productif, suicidaire. Les conflits idéologiques -parce que c’est ça qui est au centre- passent par dessus les objectifs politiques et économiques. On ne pourra pas (re)construire en faisant abstraction des différences et des questions de fond. Il va falloir laver le linge ensemble et trouver le projet, la forme d’action, le mode de fonctionnement et d’expression qui permettent d’être audible, crédible et efficace. Nous perdons un temps précieux par nos rancoeurs. L’objectif porteur est central : la 6e République et son programme. Jean-Luc me paraît le candidat tout désigné : candidat pour une 6e République. Inclure au sein d’un Front de Gauche populaire des comités d’actions dont l’objectif serait de proposer programme, c’est-à-dire des objectifs et des moyens pour y parvenir, et de mettre en place les éléments nécessaires pour une Constituante. Ainsi, nous pourrions adhérer au FdG par des « Comités FdG 6e République » et donc élargir en profondeur l’action, contrant ainsi les silences des médias. La seule réplique efficace à mon sens est de répondre à la politique du gouvernement, de la droite et de l’extrême-droite par des réponses et propositions concrètes sur le plan social économique et politique.

  12. André

    Les résultats des Régionales montrent clairement que la majorité des électeurs sont écoeurés de n’avoir d’autre choix que de voter contre ou de s’abstenir et qu’ils n’en peuvent plus de la politique imposée par tous les appareils au pouvoir depuis 30 ans. Et à leurs yeux aucun mouvement pour le changement ne sera crédible si ces appareils font partie des organisateurs. Je partage l’avis dominant dans ce blog suivant lequel Jean Luc Mélenchon est une chance que les choses puissent enfin changer. S’il est d’accord de tenter l’aventure je souhaite qu’il soit suffisamment blindé pour encaisser les coups que les tenants du système et leurs médias ne manqueront pas de lui réserver. L’urgence à mes yeux ne serait pas l’annonce de sa candidature pour 2017 mais bien la constitution de l’équipe des collaborateurs qu’il se donnerait pour l’organisation du processus démocratique de l’élaboration du projet (c’est vrai que les autres partis n’en ont pas mais nous n’avons aucun avenir si nous faisons comme eux) Si, à la manière du FN est trouvé le langage que tout le monde comprend la proposition de l’ »Humain d’abord » ne peut pas ne pas intéresser les millions de gens qui par les militantismes associatifs, syndicaux à la base ou simplement de bénévolat pratiquent la « Fraternité » et n’échappent pas au dépit des dégâts de l’exclusion qui en est faite par la gouvernance qui aboutit à la carence des Services publics. Quant à l’urgence de la prise en compte du climat le fait qu’il est très…

  13. François Lacoste

    « Une catastrophe a été évité de justesse, mais à quel prix ? »

    La catastrophe étant que le FN occupe la présidence d’une région. Donc le déni de démocratie est tolérable lorsqu’il s’agit d’empêcher le FN d’occuper une fonction élective. Dans ce cas il faut interdire le FN, pour la raison qu’on ne peut à la fois défendre la démocratie et la bafouer dans le même mouvement. C’est exactement ce raisonnement là qui provoque le vote de protestation FN (de protestation dans un premier temps). Si les bonnes réponses étaient apportées aux français, ils ne voteraient pas FN pour une trop large part.
    Vous voulez changer l’Europe et l’euro et que-sais encore d’impossible, car l’Europe n’existe que dans ce contexte financier et marchand et ne peut avoir de réalité autre, c’est une erreur terrible. L’histoire nous apprend d’abord cela.
    Et nous le savons, nous citoyens, travailleurs, chômeurs, parents, enfants, nous majorité intelligentes. L’Europe politique, peut-être, dans longtemps, quand un seule langue y sera parlée, quand les USA seront une puissance tempérée, quand les « dents ne nous ferons plus mal ». Il y a mieux et plus urgent à construire entre les pays européens. Pour cela il faut que chaque pays retrouve sa propre puissance. Oui c’est dangereux mais cela ne peut être autrement. Oui la présence du FN peut être dangereuse mais cela aussi ne peut être autrement car nous sommes tous égaux en droit y compris les électeurs du FN.

  14. Vassivière

    Quelle personnalité autre que J-L. Mélenchon pourrait incarner la lutte contre la finance capitaliste, l’U.E., et les catastrophes sociales programmées par ce système d’oppression terrible dont nous ne voyons pas l’issue ? 60% d’abstentionnistes ? Cessons d’ergoter sur les partis qui n’offrent pas le choix politique attendu. Beaucoup se retrouveront derrière lui, quelque soit leurs origines politiques, le moment venu. Au TSM (tout sauf Mélenchon slogan promu par la ligne Laurent/Chassaigne) opposons l’ère du peuple, Mélenchon Présidons. Que vive la 6ème et bonnes fêtes à ceux qui ne se résignent pas à la médiocrité.

  15. FERRON Thierry

    Quand EELV et le PC n’aurons plus de députés au prochaine élection législative parce-que le PS devra se battre pour exister alors il commencerons à ce poser des questions et la peut être qu’il y aura une nouvelle force politique constituée de citoyens qui représente vraiment le peuple pour défendre les intérêt des citoyens salariés chômeurs pauvres pour une vrais démocratie sociale et solidaire avec une vrais justice indépendant avec comme objectif réel l’application de notre devise démocratique Liberté – Égalité – Fraternité.

  16. Jean-Pierre Boudine

    « Pour autant, il n’est guère raisonnable de le passer par-dessus bord si l’on ne dispose d’aucune solution de rechange. »

    Voire ! Tu ne soupçonnes pas l’exaspération des militants. L’ambiguité (plus méchant, l’arnaque) a assez duré. Mieux vaudrait repartir sur des bases honnêtes. On peut travailler avec le PCF, bien sûr, mais une alliance comme le FdG, non. Ce parti n’y est pas prêt. Nous sommes à marée basse, mieux vaut l’avouer. Le PG non plus ne va pas bien, trop d’erreurs, trop d’amateurisme et de maladresses. Les deux choses sont liées. On ne construit pas le PG parce qu’on mise sur le FdG … qui est une tromperie. D’ailleurs, le PG ne peut se construire qu’avec son meilleur atout, Jean-Luc Mélenchon. Là aussi, il y a un travail de franchise à accomplir. Jean-Luc Mélenchon doit diriger ce parti, sinon, ce ne sera jamais un parti. Plaçons l’année 2016 sous le signe de la franchise !

    1. Vassivière

      Je ne pense pas que J-L. Mélenchon doit reprendre la tête du PG. Ce ne sera profitable ni pour l’un ni pour l’autre. Le PG doit trouver sa voix en continuant de produire des textes politiques et théoriques d’une qualité supérieure à l’ensemble des autres partis, à poursuivre son travail d’éducation et de persévérer dans sa voie originale. La question des alliances doit être au cœur de ses interrogations. Quant à J-L. Mélenchon sa liberté de parole et d’action doit être totale. C’est à cette condition qu’il parlera au peuple.

  17. Zegabe

    Hollande et Valls ont gagné ! Et j’en suis vert (non, pas vert mais rouge) de rage. Ils savent maintenant que la stratégie du vote utile fonctionne. Le FN va être porté en avant par tout les moyens et au 2e tour de 2017, les électeurs retourneront voter PS ou je ne sais quoi d’autre, non par conviction, mais pour faire barrage. Quitte à laisser une région ou deux au FN, il fallait leur montrer que ça ne doit pas marcher et ne pas faire alliance avec ce PS machiavélique. J’en veux à tout ces carriéristes et je vous en veux aussi Jean-Luc d’avoir voté pour le Bartolone de race blanche. Quel gâchis !

  18. Kontarkosz

    Honte à ce gouvernement et à son Premier Ministre qui veulent inscrire dans la Constitution la possibilité de la déchéance Nationale. C’est une remise en cause du droit du sol, décidément les sociaux libéraux ont bien virés à droite ou à l’extrême s’agissant du tout sécuritaire.
    De bonnes fêtes à vous tous. Vive la République !

Les commentaires sont fermés.

©2015/2018 Jean-Luc Mélenchon / V5 / Design INFO Service | Contact | Mentions légales