plan b en marche europe jean luc melenchon

01.02.2016

Le Plan B est en marche

Dimanche passé, j’ai eu le bonheur de clore la première conférence du Plan B. Puis j’ai passé le témoin aux députés espagnols qui m’entouraient pour cette séance de clôture. En l’occurrence, le témoin était un objet : un œillet, fait à la main, en hommage à la révolution portugaise, puisque ce jour-là se déroulait l’élection présidentielle au Portugal. Notre sommet du Plan B a été un succès total en dépit de toutes les difficultés qui s’étaient accumulées. En effet, l’annulation de la première convocation avait pu faire craindre que soit totalement compromise la viabilité du projet. En fait l’annulation s’était imposée à nous par décision de la préfecture de police, comme c’était le cas pour toutes les réunions d’ailleurs, compte tenu des attentats qui avaient eu lieu la veille, le 13 novembre.

La relance du rendez-vous a impliqué des dizaines d’heures de travail pour la jeune équipe qui a pris en main cette tâche depuis septembre dernier et notre appel à la fête de l’Humanité. Mais le succès a été là. Une quarantaine d’intervenants majoritairement étrangers, 25 nationalités représentées, plusieurs ambassadeurs et délégations diplomatiques officielles. Parmi celles-ci, je veux mentionner la présence de Maria Fernanda Espinosa, ancienne ministre de la Défense d’Equateur et désormais représentante de ce pays à l’ONU sur un mandat très important à propos des multinationales dont je vais traiter ici une autre fois. Nous avons aussi compté 9 députés européens, venus de Grèce (Unité populaire et Syriza), d’Allemagne (die Linke), d’Espagne (Podemos et Izquierda Unida), d’Italie… Et évidemment l’ancienne présidente du Parlement hellénique Zoe Konstantopoulou et les anciens ministres des Finances allemand Oskar Lafontaine et italien Stefano Fassina co-signataires de l’appel initial.

A côté de cela, le plus encourageant à mes yeux est le succès intellectuel et académique de notre réunion. Plusieurs économistes parmi les plus réputés de notre camp étaient présents comme le Grec Costas Lapavitsas, les Français Frédéric Lordon, Jacques Généreux ou Cédric Durand, le Belge Paul Jorion, l’italien Massimo Amato. Et beaucoup d’autres, moins connus peut-être, mais non moins brillants. Sans oublier les anthropologues, sociologues, militants associatifs etc. Je veux dire que leur présence est un levain d’idées et de compréhension des problèmes. C’est aussi une garantie de pluralisme et d’ouverture car aucun d’entre eux ne se laisserait entraîner à une présence qui signifierait une allégeance. L’ouverture et la non appropriation de cet espace par une personne ou un parti sont les deux conditions de sa pérennité. J’ai dit clairement et fortement que, si j’ai été l’initiateur de ce sommet, je n’y exercerai aucune responsabilité à l’avenir et que si c’était Éric Coquerel pour le PG qui en a lancé l’idée, le rôle spécifique du Parti de Gauche n’irait pas plus loin que l’appui logistique qu’il a apporté et qu’il donnera pour la suite si on le lui demande.

Dans ces conditions, l’évènement, c’est la décision de rendre « permanente » la conférence du Plan B. Cela ouvre la voie à des échanges durablement structurés. Le moment est mûr pour cela. On pouvait craindre que l’onde de choc de l’accord imposé à la Grèce en juillet ait fait retomber toute volonté de continuer l’action et la résistance au plan européen. D’autant que l’alignement sur le soutien au gouvernement de Tsipras, gérant le nouveau mémorandum, a sévèrement ralenti tous les contacts internationaux. Pour autant, six mois plus tard, ce forum a trouvé son souffle et le diagnostic posé sur ce que deviendrait Tsipras dans le contexte a été vérifié par les manifestations de masse qui ont repris en Grèce. Pour le reste, tous les participants avaient la claire conscience qu’un point de non retour a été franchi par l’Union européenne dans l’agression contre un gouvernement démocratiquement élu. C’est l’essentiel. Les mêmes comprennent qu’il nous faut donc penser toutes les hypothèses pour se préparer à gouverner nos pays respectifs.

Ce sommet est un point de départ. La déclaration finale du sommet acte la décision rendre permanente la conférence du Plan B. Nous voulons nous doter d’un « comité permanent du sommet du Plan B pour s’assurer de la pérennité de notre conférence et de la bonne tenue de ses sessions ». Et aussi « Faire fonctionner des commissions thématiques produisant des propositions et intervenant dans l’actualité européenne, notamment sur la monnaie, les budgets et dettes ainsi que le commerce ». Et « labelliser “Plan B” toutes initiatives internationales, nationales et locales contribuant aux objectifs de la Conférence du Plan B ».

Nous ne créons ni un parti ni une internationale. La conférence du Plan B repose sur des engagements individuels. Chacun est donc libre d’y participer quels que soit ses engagements de parti ou d’association par ailleurs. Nous ne prétendons pas imposer une ligne commune à tous, ni un Plan B à chacun. Au contraire, nos échanges ont bien montré combien il y avait plusieurs Plans B selon la situation des pays concernés. Le « Plan B » se prépare différemment en Slovénie qu’en France par exemple, parce que le rapport de force face à l’Union européenne n’est pas le même. La logique est donc celle de la contribution intellectuelle volontaire : chacun propose sa méthode et les autres en font ensuite leur miel. Ainsi, le Parti de Gauche a proposé un Plan A consistant à appliquer son programme en désobéissant aux traités européens pour obtenir leur refondation, et un Plan B de sortie de l’euro si cela devait s’avérer nécessaire en réplique à l’agression à laquelle il faut s’attendre après les précèdents à Chypre et en en Grèce.

Plusieurs rendez-vous sont déjà prévus. Les échanges vont s’approfondir. Nous sommes convenus de « réunir deux fois par an une session plénière de la Conférence du Plan B ». Ce sera même plus cette année ! En effet, nous donnons rendez-vous à Madrid fin février et en Allemagne en juin. Puis à Rome. Et à la fin du sommet, les Danois présents ont fait savoir qu’ils étaient partants pour organiser aussi un rebond. Le Plan B est sur de bons rails. J’exprime cependant le regret que sur le plan national tous les sectarismes se soient ajoutés pour ignorer une réunion qui ne s’en est pourtant pas plus mal porté. Qu’aucun chef de rubrique « Europe » de l’un quelconque des médias papier du camp du « oui » se soient déplacés est lamentable. Je ne peux manquer de citer le pire du nul : le papier d’emballage de « Libération » sur le sujet. Mesurons la duplicité d’un journal qui prétend être le lieu du « débat de fond » pour 2017 dans le cadre d’une primaire, mais décide de passer à côté du débat sur les alternatives en Europe quand ses principaux intellectuels le mènent ! Ceci explique peut-être cela en fait. La primaire n’est possible qu’au prix du silence sur l’Europe.

Passe encore qu’il n’ait pas publié une ligne de deux jours d’échange intellectuels de haut vol alors même que tous les textes étaient immédiatement disponibles ! Mais qu’il ait éprouvé le besoin d’une nouvelle tentative de buzz (« spectacle-scandale-mélenchon-dérape ») à propos d’une expression de ma part en dit long sur la haine recuite et l’abaissement du bulletin paroissial de la « gôche » des années 80 ! Il faut y voir un signal. Celui de l’épuisement du projet de substitution à l’idéal de gauche qu’a été la construction européenne. Ces gens, qui en ont été les thuriféraires ardents, ne savent plus quoi dire : le champ de ruines qu’ils ont sous les yeux, dont leur aveuglement a été un agent si actif, les laissent sans voix. En tant qu’ex-journal des classes moyennes supérieures de la génération Cohn-Bendit, ces gens n’ont plus aucune ligne d’horizon sinon des gadgets occupationnels dont le projet de « primaire de toute la gauche » est un parfait exemple. A la fin il n’y aura pas plus de « primaire de toute la gauche » qu’il n’y aura d’Europe sociale. Le Plan B dans ces deux cas est juste le commencement du réalisme.

DERNIERS ARTICLES

Quand on vit dans un combat politique comme le nôtre les évènements du monde nous impliquent autant qu’une circonstance nationale et parfois même personnelle….