decheance sociale decheance nationalite jean luc melenchon

22.02.2016

La déchéance sociale après celle de la nationalité

Je dois des excuses à qui a pris le goût de me lire. Trop de jours ont passé sans que je me remette au clavier. Certes entre la page Facebook et les vidéos de ce blog, et à présent l’ouverture du site de la « France insoumise », nul n’aura manqué de nouvelles de moi dans cette semaine cruciale pour la préparation de la campagne présidentielle de 2017.

Nous sommes en mouvement. Ici, je parle des 60 000 premiers signataires en appui à ma proposition de candidature. Ici, je parle des mille syndicalistes qui m’accompagnent, et aussi de l’équipe et des réseaux de toutes sortes qui m’entourent, des gens qui sentaient, savaient et avaient une folle envie de donner leur coup de main. Chacun préparait ses moyens d’action depuis des mois comme je l’avais dit dans la presse qui m’interrogeait alors. Les ébahis de service n’avaient donc pas lu à la une du Monde le titre sur ce sujet ? Ni la page du JDD ? Ils avaient aussi oublié nos conversations privées ? Nenni ! Car ils m’avaient déjà accablé de leurs sarcasmes publics et de leurs connivences privées. Ont-ils trouvé depuis une minute de leur précieux emploi du temps pour se mettre en rapport avec moi ? Non, bien sûr. Tout ça est une comédie de série B.

La forme convenue des répliques et celle, très circulaire, des « éléments de langage » contre moi souligne le caractère surjoué de bien des agressions du microcosme qui me visent chaque jour depuis ma déclaration. Les tirs hostiles sont venus comme d’habitude depuis 2011 du même quarteron de blogueurs aigris, de quelques dirigeants communistes confus et de gauchistes perpétuellement amers et donneurs de leçons. Il est frappant de le constater : ce sont les mêmes litanies, parfois au mot près. « Bien faire et laisser braire » disait la sagesse paysanne. Ce sera ma seule réplique à toutes leurs ignominies.

Dans ce post, je parle bien sûr de cette entrée en campagne, puis de l’appel des mille syndicalistes en appui à ma proposition de candidature. Puis de l’attaque contre le code du travail que mènent François Hollande et le PS. Cet évènement combiné à l’affaire de la déchéance de la nationalité fait penser qu’une lutte sévère doit secouer le palais du monarque. Iznogood et Haroun el Poussah doivent se tirer la bourre. La conduite de l’État dans ces moments semble abandonnée aux aléas d’une lutte de personne au sommet. Le Premier ministre semble de moins en moins maître de la situation comme de lui-même. Il ne semble pas devoir pouvoir tenir dans cet état encore 14 mois. En lui inventant un challenger comme Macron, Hollande a joué son jeu traditionnel d’usure de tous et de chacun. On doit donc prévoir une séquence bien plus animée que prévue. En tous cas les deux projets de lois de droite extrême comme celui sur la déchéance et celui sur le code du travail semblent devenir explosifs. Quelqu’un va sauter.

[insert page=’2243′ display=’link’]

[insert page=’2243′ display=’content’]

[insert page=’2241′ display=’link’]

[insert page=’2241′ display=’content’]

[insert page=’2239′ display=’link’]

[insert page=’2239′ display=’content’]

[insert page=’2237′ display=’link’]

[insert page=’2237′ display=’content’]

DERNIERS ARTICLES

Les votes pour le congrès de EELV ont eu lieu. Il est possible que je n’ai rien compris. Le fait est que ce n’est…
Les connaisseurs et les gourmands de choses politiques apprécieront pleinement ce qui s’est passé pendant la journée de niche parlementaire des Insoumis. Ce jour-là,…
J’ai eu un rendez-vous avec trois nouveaux députés LFI : Manon Meunier (Haute-Vienne), Carlos Martens Bilongo (Val-d’Oise) et François Piquemal (Haute-Garonne). Je les ai rencontrés…
Comment est-ce possible ? Cette COP 27 achève un cycle d’espérance. Cette fois-ci le doute n’est plus possible : ce monde, ses puissants et ses…