fukushima jean luc melenchon

12.03.2016

Et Fukushima ? On s’en fout jusqu’à quand ?

J’écris ce post sur le bord de la table, en quelque sorte. Car la cadence de la semaine a été vive. Je m’y exprime essentiellement sur des sujets écologiques, parce c’est ceux que je travaillais au moment de publier ce nouveau post. Je ne laisserai pas passer la commémoration de Fukushima sans lui donner ici la plus large place. J’adjure que l’on comprenne que le nucléaire n’est pas une question comme une autre en France. Il s’agit de l’existence même du pays qui est engagée en cas d’accident.

Mais bien sûr, je renvoie tous ceux qui s’y intéressent au bilan de mon entrée en campagne sur le site de la « France insoumise » ou sur ma page Facebook. Selon ce que je vois un mois après l’annonce de ma proposition de candidature, tous les indicateurs sont au vert dans mon plan de marche. Et d’abord du fait du nombre d’appuis enregistrés, avec 75 000 personnes s’engageant et plus de 700 groupes entrant dans l’action. Dans mon prochain post, j’entrerai dans davantage de détails. Non seulement sur notre percée, mais sur notre environnement politique. Au moment où j’écrivais ces lignes je ne voulais rien anticiper de ce que j’aurai à dire dans « c politique » le dimanche 13 et qu’on retrouve ensuite en cliquant ici même.

Pour le reste, mon point de vue sur la situation créée par la loi el Khomri est connu ici. Au demeurant mon camarade Coquerel l’a bien résumé : « Cette fois-ci : ça déborde ». On ne savait que penser avant le déclenchement de la journée d’action. Notons qu’elle s’est construite assez largement hors des cadres prévus. Je suis rentré de Strasbourg dès mardi après-midi pour pouvoir être certain de me trouver à Paris pour la manifestation du 9 mars que je voulais observer de près pour y prendre le pouls de la colère en cours. Pas question de croire une seconde à la version médiatico-solférinienne selon laquelle des agitateurs et des « barons noirs » seraient à la manœuvre pour expliquer le mouvement naissant. Ce qui me frappe c’est que la mobilisation s’ancre, qu’elle est interprofessionnelle et très fortement citoyenne autant que syndicale.

Que de choses en ce moment bousculent le cours de notre histoire. Là-bas, l’échec honteux de la jungle de Calais ! Oui, la honte pour notre pays et pour chacun d’entre nous que d’avoir abandonné tant d’êtres humains, enfants, homme et femmes réduits à une telle condition ! Je renvois au récit que Danielle Simonnet a fait sur son blog de son passage sur place. Nerfs solides recommandés ! Ici, je reviens sur la commémoration de Fukushima et donc sur la question du nucléaire en France après la décision du gouvernement de prolonger la durée de vie des centrales en activité. Le contexte s’est considérablement aggravé avec la démission du directeur financier d’EDF mettant à nu l’impasse de la stratégie de la caste nucléariste ! Car, à présent, en plus du risque écologique vient le risque industriel et financier ! L’entêtement dans le nucléaire risque de tuer EDF et le service public d’électricité.

Sinon, je reviens aussi sur une idée qui a fait mouche ici et là concernant la nécessité de faire diminuer la consommation de protéines animales.

[insert page=’2446′ display=’link’]

fukushima pour tous jean luc melenchon
Crédits photo : Steve Herman

[insert page=’2446′ display=’content’]

[insert page=’2453′ display=’link’]

nucleaire detruit edf epr jean luc melenchon
Crédits photo : François GOGLINS (CC)

[insert page=’2453′ display=’content’]

[insert page=’2449′ display=’link’]

bonjour de fessenheim jean luc melenchon
Crédits photo : Florival fr (CC)

[insert page=’2449′ display=’content’]

[insert page=’2447′ display=’link’]

proteines animales coutent trop cher jean luc melenchon
Crédits photo : Nillerdk

[insert page=’2447′ display=’content’]

DERNIERS ARTICLES

Dans ce pays on assistait déjà à un long processus de révolution citoyenne. Il s’est construit sur plusieurs années comme c’est le propre d’un…