Le mois dernier, ce blog a reçu 232 429 visites

95 commentaires


  1. NICO 75

    Melenchon à raison, les médiats ne reprennent que la violence pour dénaturer le mouvement. Il nous faut être très attentif, et prendre les mesures qui s’imposent. Je voudrais vous raconter une anecdote, il y a une trentaines d’années lors d’une manifestation contre la casse de la sidérurgie, des camarades de la CGT avaient attrapé un casseur et lui avait pris ses papier, il s’agissait d’un policier. Alors grande vigilance ne vous laissez pas duper. Organisez un service d’ordre, il en va de l’avenir du mouvement, ils sont prêt à tous. Courage nous sommes les millions.

    1. René-Michel

      Absolument vrai et il n’y en avait pas qu’un. j’en ai vu de mes yeux sortir une brique de leur blouson et exploser une vitrine de luxe, Place de l’Opéra. Ils auraient terminé la journée à poil, en rase campagne. Un bon bol d’air vivifiant…

  2. françois seine 70

    2017: le vote debout.

  3. mutti

    Cet appel à la non violence, je l’attendais depuis que je t’avais déjà entendu je crois sur France Info avant la manif de samedi. Nous connaissions le militant, le tribun armé de ses convictions, l’intelligence des analyses et même parfois l’homme de coeur blessé par la caricature médiatique. Mais ces mots que je viens de lire sont ceux d’un humaniste qui marche dans les pas de Martin Luther King et de Mandela. Plus agée que vous, je garde au coeur la douleur de la mort de Pierre Overney et de ceux que vous avez nommés et de bien d’autres encore au métro Charonne. Il n’y a pas d’autre voie que celle que vous nous enjoignez de suivre, dans le refus de la violence. Honneur à vous Monsieur pour le respect que vous montrez à tous ceux qui luttent et pour cet appel aux policiers qui méritent la gratitude du peuple quand ils ne sont pas dévoyés dans leur mission par leurs donneurs d’ordre.

  4. jusserand

    Je réagis à votre texte intitulé Ne laissons pas la violence détruire le mouvement social
    je crois que vous vous trompez lourdement. Le sentiment de violence d’état, de la violence des médias, de la violence des riches, est extrêmement fort et clair, le sentiment d’une évolution totalitaire de régime également donc la lutte ouverte et ce que vous appelez la violence est nécessaire et salutaire. Contrairement à ce que vous pensez, harceler les chiens de garde nous ravit comme beaucoup de Français. Ce que nous rejetons, c’est la tendance des syndicats et des partis depuis trop longtemps de freiner le mouvement social pour le garder sous leur contrôle dans le cadre du désordre établi qui leur est confortable. Vous n’avez pas fait vos preuves, laissez nous faire.
    Veillez à ne pas tomber dans le piège de hurler avec les faux culs, à votre manière. C’est la seconde fois que je le relève après la manif contre l’état d’urgence à la République. Vous ringardisez votre image avec ces conseils pontifiants. Veillez à ne pas nous convaincre que vous voulez garder sous votre contrôle le mouvement du peuple. Attention à ne pas justifier bientôt qu’on vous crie à vous aussi : Dégage !
    Cordialement perplexe

    1. Goissédé

      Prendre des familles, qui défilent pour leurs droits, en otages entre vous et les CRS est lâche et méprisant. Vous tournez le dos au peuple.

    2. JeanLouis

      Pas fait vos preuves dites vous ? Mais comment pensez vous les faire vous vos preuves ? Par la violence physique de casseurs et vous comptez arriver où comme cela ? A changer la société ? A rendre la vie meilleure pour les gens ? Où cela a marché dans le monde, et ne remontez pas à des époques trop lointaines qui n’ont aucun rapport avec aujourd’hui ? Cela vous ravit de casser, harceler, c’est que vous avez une conscience politique bien limitée et le beaucoup de Français dont vous parlez ne fera jamais la majorité et de loin dont nous avons besoin pour changer ce pays. Allez vous amuser ailleurs !

    3. Régine

      @Jusserand
      Je réagis à vos propos, et pour avoir été dans la tourmente de la manifestation samedi, je peux vous dire que la grande majorité des participants n’approuvaient pas la violence de ces individus masqués qui faisaient largement le jeu des puissants qui nous gouvernent, des forces de l’ordre qui n’attendaient que cela et des médias qui ne parlent aussi que des vitrines brisées au lieu de parler du fond du problème. Je vous assure que tous ces manifestants qui ont été à l’occasion gazés ne sont pas des faux-culs et qu’ils auraient sans doute préféré ne pas être confrontés à cette violence qui en appelle toujours une autre et ne règle en rien les problèmes. Si ne pas être ringard, c’est appeler à la destruction des aubettes de bus, des façades des mairies, à balancer des pavés, alors je veux bien être ringarde, pour autant qu’il s’agisse là d’être ou non à la mode. Cette violence n’est-elle pas aussi une forme de totalitarisme et ne s’apparente-t-elle pas à d’autres violences terroristes ? Comment condamner l’attentat du 13 novembre et approuver ces violences, qui même à un autre degré relèvent de la lâcheté.

    4. Jacques

      @Régine
      Personne ne défend la violence et vu mon âge elle ne me vient même pas à l’idée mais vous oubliez bien vite la mort de Rémy Fraysse, le tabassage de lycéens et ce genre de photos. Défendre la police aux ordres des usurpateurs qui nous gouvernent et qui n’a honte de rien n’est pas très honnête. J’espère que Jean-Luc Mélenchon en prendra aussi conscience.

    5. PG

      Je me demande comment des personnes cagoulées ou masquées peuvent ne pas êtres arrêtées par les CRS ou policiers ? Il me semble bien qu’il est interdit de dissimuler son visage derrière un masque ou une cagoule. Lors d’une manifestation, mes enfants portaient le masque des anonymous et des policiers les ont obligés à le retirer immédiatement sous peine d’être emmenés au commissariat. Alors qui se cache réellement derrière ce déguisement que la police n’arrête pas ?

    6. sergio

      Bien compliqué que ce problème de la violence politique. A partir de quand passe-t-on de la violence de rue à l’insurrection et ensuite à la révolution ? Peut-être lorsque la mobilisation devient vraiment populaire et profonde comme en 1936 ou en 1968 ou encore pendant les grandes grèves contre la réforme des retraites, la dite « violence » prend alors une forme souveraine et légitime. Elle doit alors être soutenue et guidée par des organisations progressistes et ne pas être muselée par des centrales ou partis aux ordres, ce qui est arrivé trop souvent ou alors être manipulée par des extrémistes qui aspirent à un coup d’état fasciste.
      Ce qui est sûr, c’est que Jean-Luc Mélenchon, candidat aux élections de 2017 et élu, ne peut pas soutenir de comportements isolés et dangereux qui font le jeu des médias de droite et du PS ainsi que des forces de l’ordre. Discréditer un mouvement de fond anti-El Kohmri, que le gouvernement espère voir s’épuiser, n’est surtout pas ce qu’il faut faire.

    7. melenchon

      Je ne changerai pas d’avis après ce que j’ai appris du Chili. Et de quelques autres endroits. La preuve que ce que vous dites n’a ni réalité sérieuse ni efficacité c’est que vous même vous ne faites rien en accord avec ce que vous recommandez de faire aux autres. Ce n’était pas mon cas à l’époque. Les « pontifiant » ne sont pas toujours la où on le croit. Jlm

    8. SOUCHAUD

      Que voulez-vous dire , que toute violence est légitime ou ais-je mal compris ? Si tel est le cas soit vous n’avez rien à faire ici ou bien soit c’est moi. Je suis certain que l’on n’a rien a espérer de la violence et qu’elle ne mène à rien. J’espère bien que vous n’êtes qu’un cas isolé sur ce blog ou bien je n’ai rien compris. Je suis en accord complet avec le billet de Mr Mélenchon, par contre des opinions comme la votre me font vraiment peur.

  5. Centuri

    @Jacques
    Les violences naturellement d’où qu’elles viennent des forces de l’ordre qui tabassent les lycéens ou des casseurs d’abribus et autres objets stratégiques sont dans notre contexte inadmissibles et surtout ont pour seul effet de dénaturer le mouvement social et politique de rejet de l’establishment dominant et du pouvoir politique politique en place qui le sert. La police comme les différentes forces de l’ordre ne peut être réduite aux seuls agissements de certains fonctionnaires zélés réactionnaires et incapables de se maîtriser au même titre que le mouvement social ne peut se réduire aux agissements des casseurs patentés.

  6. luc de Belgique

    Je vous aime bien mais vous vous trompez. Quand allez vous comprendre que la lutte se fera au niveau européen ? Quand allez vous prendre contact avec les autres gauches et former un mouvement ? On ne répare pas une table vermoulue, on s’en débarrasse.

  7. Régine

    @Jacques
    Je sais que ce n’est pas un lieu pour débattre (polémiquer) avec les autres contributeurs, mais puisque c’est le billet de Jean-Luc appelant à se garder de toute violence qui est en cause, je tiens à préciser que je (et probablement que Jean-Luc aussi) n’oublie rien des violences policières et des morts qui en découlèrent. Mais entrer dans un engrenage sans fin de violence ne mène à rien. Loin de défendre la stratégie des forces dites de l’ordre, j’affirme cependant, que les lanceurs de pierres de samedi, ne le faisaient sûrement pas en mémoire des morts des batailles passées.

  8. Kontarkosz

    Discuter, participer, élaborer de nouvelles bases sociales et sociétales pour notre pays, c’est faire de la politique, les intervenants de « Nuit debout » se défendent d’en faire, pourtant il faudra bien qu’un jour tout ce débat prenne forme en une structure organisationnelle et politique portées par quelque uns(es), sinon tout ceci n’aura été que du bavardage.

  9. pichenette

    La violence est une très grande question qui revient régulièrement, violence visible, invisible, physique, psychique, matérielle, morale, qui la produit, qui la subit ? Comme nous sommes plongés dans un monde d’apparences, seul ce qui se voit, qui peut être montré et remontré des milliers de fois est considéré comme ayant de l’importance, facilité pour justifier des réactions. Ainsi des centaines de salariés peuvent être jetés au désespoir car il n’ont ni parachute doré, ni d’autres moyens d’existence par le monde la finance déshumanisé et une chemise blanche détachée est brandie en alibi comme une acte d’une grande violence ! Des jeunes font corps avec la nature contre un barrage ravageur décidé pour satisfaire quelques intérêts financiers et un citoyen engagé servant l’intérêt général s’écroule à jamais sans vie sous l’action policière. Beaucoup trop de coups entraînant des séquelles irréversibles ont été donnés en toute impunité pour défendre des intérêts particuliers contre l’intérêt général par des policiers qui doivent garder leur sang froid ou faire un autre métier, oui si leurs conditions de travail les dépassent qu’ils aient le courage de démissionner sinon que la brutalité de leurs gestes alors qu’il n’y a pas danger soit reconnue et que les véritables responsables soient jugés en comparution immédiate, pas dans 10 ans. Mettre en garde contre la manipulation évidente est normale. Tagger une vitrine alors que gens se suicident dans l’indifférence !

  10. LARDEUX

    Bonsoir,
    L’émission « Des paroles et des actes » prévue initialement le 24/03 sera t-elle reportée ou bien a-t-elle été annulée ? Si elle est reportée, elle sera programmée à quelle date ? Avec mes remerciement pour la réponse.
    Cordialement.

  11. magda corelli

    La violence dans les manifestations est contre productive c’est sûr. Les gouvernants à la solde des puissants n’ont jamais hésité à faire tirer sur le peuple, notre histoire le mentionne souvent. Luttons efficacement. J’ai vu une vidéo sur Internet où des policiers italiens ôtent leur tenue pour se joindre aux manifestants. Il n’est pas interdit de penser que cela pourrait arriver en France.

  12. malinvoy

    J’étais dans la manif derrière un groupe CGT qui lançait des mots d’ordre tels que « vive la lutte des classes » « on manifestera jusqu’au retrait de la loi… » On était à peu près à 1km de Nation lorsque le leader CGT annonce qu’il vient d’avoir l’info de violences en tête de manif et qu’il faut se disperser. Les réactions de frustrations se sont manifestées. Certains disant clairement « depuis quand les CRS décident ils de la dispersions des manifs ? » L’avis du leader semblait indécise sur la marche à suivre puis il a laissé les manifestants libres de leurs choix. La question que je me pose c’est pourquoi les syndicats qui ont l’expérience de ces confrontations et disposent de services d’ordre organisés et musclés (j’ai vu de près celui de la CGT), laissent-ils les « provocateurs » de tous bords manipuler ces manifestations ?

  13. Philippe123

    Qu’il y ait la police parmi ces casseurs je crois qu’on est dans l’image d’Epinal. Je ne vous dis pas si d’aventure on en attrape un qu’on sache que c’est un policier le scandale que cela ferait, le gouvernement y passe en l’espace d’un mois car les manifestations redoubleraient.
    Ce sont je pense en partie des agents provocateurs spécialisés tendancieux grimés en manifestants dans ces manifestations. Si j’étais membre du GUD je me dirais « chouette alors j’ai un coup à jouer ». Ils se mettent en première ligne et provoquent. Une fois les violences engagées après ils laissent faire et entrent en scène une bonne partie des autres casseurs amateurs qui eux se prennent pour des anarchistes, ou pour des Mao et qui rêvent du tableau de Delacroix « La Liberté guidant le peuple ». C’est l’idée que je me fais de tout cela et à mon avis je ne suis pas loin de la réalité. Ne nous leurrons pas avec des images bibliques de gauche à voir du policier partout, des illuminés il y en a partout.

    1. gege

      Poser la question « à qui profite le crime », c’est déjà commencer à y répondre. Cette nouvelle droite aux abois est prête à tout tenter, et elle a montré les ravages qu’elle a déjà produit. Elle n’en est plus à un coup près. Regardez où se trouve leur « seul homme à abattre » pour la présidentielle. Souvenez-vous de tous les sales coups tordus qu’ils ont fait tout au long de l’histoire du mouvement ouvrier !

    2. marco polo

      @ Philippe
      Je peux te certifier que ce que j’ai vu un certain nombre de fois ne relevait pas de l’image d’Epinal. Des « civils », flics ou non ça nous ne pourrons jamais le prouver, en petits groupes, lançant des slogans provocateurs voulant entraîner les jeunes en les excitant, j’en ai vu un certain nombre. Et nous les retrouvions derrière les cars de CRS, sans doute repérés. C’était après 1968. Ce n’était pas innovateur comme technique de dévoiement d’une manif.
      Sans revenir sur ce qui se dit à propos de la violence, ils n’attendent que ça, et la seconde peau du système, c’est-à-dire les médias, ne montre que ça pour détourner le sens de la lutte et la dévoyer. Ils empêcher la force du nombre d’agir. C’est notre seule arme et ils en ont peur. Le nombre. Contre les provocations, je cite ce vers d’Aragon « Un jour Un jour ».
      « Contre les violents tourne la violence, Dieu le fracas que fait un poète qu’on tue » (Frederico Garcia Lorca, assassiné par les franquistes).

  14. Nadia

    À propos des élections américaines et de l’économie, une vidéo intéressante où l’on demande à un gourou de Wall Street quel est, selon lui, le candidat qui a la meilleure politique économique. Il répond que c’est Sanders. En effet, avec la politique de celui-ci, les moins favorisés auront un peu plus d’argent et cet argent, au lieu de le déposer Dieu sait où, ils vont le dépenser entièrement, ce qui sera bénéfique pour l’économie. Eh oui !

  15. Renault

    C’est quoi cette histoire de Panama papers ? Un arbre qui cache la forêt ? Ou un os jeté à la meute pour qu’elle s’en tienne là ? Et tous les autres paradis fiscaux, l’autre meute de tous ces journalistes les ignore-t-elle ? D’où émane-telle ? Pourquoi ? comme un cheveu dans la soupe aurait dit ma grand-mère.
    Et nuit debout ? Qui tire les ficelles de ce mouvement ? Pourquoi ? Pour qui ? Il y aurait-il un espoir à déjouer ? (On dirait du Cohn-Bendit en 68, piloté par la CIA)
    « Le ciel se fait lourd, les roses se fanent, nous vivons le temps des derniers ? » JF

  16. Bob.polet

    « Il y a trois sortes de violence. La première, mère de toutes les autres, est la violence institutionnelle, celle qui légalise et perpétue les dominations, les oppressions et les exploitations, celle qui écrase et lamine des millions d’hommes dans ses rouages silencieux et bien huilés. La seconde est la violence révolutionnaire, qui naît de la volonté d’abolir la première. La troisième est la violence répressive, qui a pour objet d’étouffer la seconde en se faisant l’auxiliaire et la complice de la première violence, celle qui engendre toutes les autres. Il n’y a pas de pire hypocrisie de n’appeler violence que la seconde, en feignant d’oublier la première, qui la fait naître, et la troisième qui la tue. »
    Dom Helder Camara, évéque, défenseur des pauvres.

    1. Francis

      Et puis il y a la non-violence révolutionnaire au sens que lui donnait Martin Luther King.
      « La non-violence est une arme puissante et juste, qui tranche sans blesser et ennoblit l’homme qui la manie. C’est une épée qui guérit. »

    2. L. A.

      @Bob.polet
      Dans ce « qui légalise et perpétue les dominations, les oppressions et les exploitations », ne pas oublier le rôle éminent des églises, notamment celle dont se réclame le curé que vous citez, mais qui « oublie » ce détail. Ne pas oublier non plus que cette église a également presque toujours participé, souvent physiquement, à « la violence répressive […] en se faisant l’auxiliaire et la complice de la première violence, celle qui engendre toutes les autres ».
      Il faut en finir avec cette charité, cette « défense des pauvres », qui n’est finalement qu’un alibi, et qui compte aussi au nombre des pires hypocrisies. Non aux miettes qui tombent de la table ! Oui au renversement de la table ! (Mais là, les Dom, les Monseigneur et les Son Éminence se gardent bien de prodiguer quelque avis éclairé que ce soit.)

    3. nico13

      @L.A.
      Les cathos sud-américains ne sont pas tout-à-fait les mêmes que ceux d’ici, non plus… Cela dit, je ne sais pas d’où vient ce M. Camara et s’il est légitime pour parler de la sorte, mais ça ressemble à la Théologie de la libération de ces pays.

  17. remier

    Un vent mauvais semble souffler sur les manifestations de tous ordres. Le moral est en baisse par défaut d’unité et de convergence. Comment la révolution de 1789 a t’elle pu aboutir alors qu’il n’y avait ni contact, ni circulation des idées. Les massacres n’expliquent pas tout.

  18. Nadia Moisset

    Je pense que la violence des casseurs dans nos manifestations est proportionnelle à la montée de notre mouvement. Plus nous serons nombreux, plus ils agiront. J’avais 20 ans en 1968, et je me souviens que les choses se passaient ainsi. D’ailleurs dans la « nébuleuse » des casseurs il y avait effectivement de tout, dont des policiers en civils. Je pense que si les CRS intervenaient, ce dont leur hiérarchie les empêche, et on comprends bien pourquoi, cela serait avéré tout autant aujourd’hui. La différence aujourd’hui, c’est que nous ne sommes pas encore capables d’avoir la mise en place de services d’ordre efficaces pour cadrer les manifestations, comme nous le faisions en 68 et qui nous permettait de les reléguer en fin de manifestations, et autorisait les forces de police de mieux les contrôler ou pas, toujours selon les consignes dont on comprends bien pourquoi elles ne sont surtout pas données. D’ailleurs dans les dernières attaques de commissariat, les policiers avaient l’ordre de laisser faire. Normal ? L’objectif du pouvoir est de faire condamner nos mouvements par l’opinion publique devant sa télé et autres médias chien de garde. Ne nous laissons pas faire et posons la question aux pouvoir du pourquoi du laisser faire.

  19. Lapige

    Mr Melenchon, avez vous vu ceci ? Dexia, une banque 100% étatique France/Belgique. Qui a pratiqué l’escroquerie à grande échelle des « emprunts toxiques » sur les collectivités locales, les villes etc. Qui, en faillite, a déjà coûté combien déjà aux contribuables ? 8 milliards il me semble (pour le moment) aux Français, et 3 au moins aux belges ? Et ce n’est pas fini, loin de là. Et donc cette banque avec aux manettes les Etats français et belges, a facilité l’évasion/optimisation fiscale ? Y compris après 2008 ? Pas un mot dans les medias Fr. Pas un.

  20. MOREAU Patrice

    Il paraît étonnant que divers responsables politiques de la soi-disant gauche radicale ne vous ai pas suivi dans vos condamnations de la SG et des paradis fiscaux sagement entretenus par cette Europe libérale. Où sont Laurent, Autain, Dartigolles, Poutou, Besancenot, Chassaigne, Arthaud, etc. ? Cela commence à suffire les imprécations télévisuelles, les donneurs de leçon, les catéchismes de la virgule ou les « il faut que » et ensuite rentrer sagement aux bercails des primaires à Gôche le poing levé ou témoigner pour une énième fois sur le sort des travailleurs. Quel plateau cela aurait pu faire après une plainte déposée par la SG ? Non. Une fois de plus Jean-Luc Mélenchon se retrouve seul en accusation comme responsable politique. A ne pas oublier ce silence assourdissant.

Les commentaires sont fermés.

©2015/2018 Jean-Luc Mélenchon / V5 / Design INFO Service | Contact | Mentions légales