chroniques quebecoises 2 melenchon

22.04.2016

Chronique québécoise n°2 : Le « Printemps Érable » – 21 avril 2016

À partir du 20 avril, Jean-Luc Mélenchon est au Québec. Pendant toute la durée de ce déplacement, des chroniques seront rédigées chaque jour par Sébastien Polveche, militant du PG à Lille, qui accompagne Jean-Luc Mélenchon pour ce voyage et a travaillé à sa préparation. 

Jean Luc Mélenchon est arrivé hier à Montréal ; il entamait aujourd’hui son cycle de rencontres avec des journalistes et des acteurs de la société québécoise.

Une partie de la journée a été consacrée à des interviews avec la presse écrite et audiovisuelle Québécoise : Le Devoir (le journal de référence québécois) et La Presse (journal à grand tirage québécois), RTL Canada, ainsi que Radio – Canada, en compagnie de Gabriel Nadeau Dubois. Jean Luc Mélenchon y a évoqué ses positions sur les traités de libre – échange (CETA, TAFTA) ainsi que les organisations qu’il va rencontrer sur le sujet. Il a également abordé son projet de faire de la francophonie un espace politique.

Vers midi, Jean Luc Mélenchon rencontrait Gabriel Nadeau Dubois (GND), le leader du mouvement étudiant de 2012. L’échange a été riche et fraternel. Il précède la conférence qu’ils co-animeront ensemble le samedi 23 avril sur « Le peuple et la caste » à la Bibliothèque Nationale du Québec.

Gabriel a tout le profil d’un insoumis : il est poursuivi en justice pour « outrage » après avoir appelé à la désobéissance civile contre les décisions de justice cassant les votes de grève durant le « printemps érable ». Il a été condamné en première instance à 120 heures de travaux d’intérêt général, acquitté en appel et sera jugé en cassation vendredi 22 avril à Ottawa. Gabriel Nadeau-Dubois ne mène pas son combat de manière isolé : une tribune signée par l’ensemble des organisations de la société québécoise a été publiée ce jour par le Journal Le Devoir et dénonce « la dangereuse juridiciarisation du débat public ».

Une situation qui fait écho au dépôt de plainte de la Société Générale contre Jean Luc Mélenchon. Coincidence, le même jour paraît en France une tribune dans Marianne signée par 80 personnalités, appelant au retrait de la plainte de la Société Générale  contre Jean Luc Mélenchon, Jérôme Kerviel et David Koubbi. Chaque fois, les puissants s’attaquent à la liberté d’expression pour faire taire les voix dissidentes qui s’expriment dans le débat public.

Enfin, en fin d’après midi, Jean Luc Mélenchon a rencontré Sébastien Soldevila, fondateur de la compagnie les 7 doigts de la main, et chorégraphe de la cérémonie d’ouverture des JO de Sotchi.

DERNIERS ARTICLES

La journée d’action intersyndicale contre la retraite à 64 ans a tenu sa promesse. Elle fut historiquement nombreuse et déterminée. Elle a marqué un…