hollande honte pas obligatoire melenchon

26.04.2016

La honte n’est pas obligatoire

La honte ! Au moment où François Hollande proposait la déchéance de nationalité pour les binationaux condamnés pour terrorisme, le Canada supprimait cette mesure ! Le Premier ministre canadien Justin Trudeau avait promis dans sa campagne électorale d’abroger la loi permettant de déchoir de sa citoyenneté canadienne un Canadien condamné pour atteinte à l’intérêt national. Il est entré en fonction le 4 novembre 2015. C’est à dire dix jours avant les attentats de Paris. Et treize avant le honteux discours de François Hollande proposant cette mesure piochée dans le catalogue de l’extrême-droite. Justin Trudeau a déposé en février un projet de loi abrogeant la possibilité de déchoir de sa nationalité un Canadien binational. Ce chef de gouvernement est pourtant un « libéral ». Il est censé être plus à droite qu’un supposé « social-démocrate » français comme Hollande. C’est dire si ces étiquettes ne disent plus grand-chose de la réalité de l’action politique. Et surtout si François Hollande a vraiment tourné le dos à toute l’histoire républicaine et progressiste en proposant une telle mesure.

Le projet de loi abrogeant la déchéance de nationalité pour les Canadiens a été présenté le 25 février dernier. Juste au moment où le Parlement français débattait de l’introduction de cette mesure pour les Français binationaux. Le contraste est frappant. Au Canada, une loi avait été adoptée en mai 2015 pour déchoir de la citoyenneté canadienne les binationaux. Précisément ceux qui avaient été condamnés pour actes de terrorisme ou crimes contre l’intérêt national. Cette loi avait été adoptée sous la majorité conservatrice de l’époque. C’était à la suite d’une attaque djihadiste spécialement horrible contre le parlement Canadien. Je précise pour mes lecteurs que le terme de « citoyenneté » est dans le cas canadien absolument synonyme de « nationalité » au sens où ce mot est utilisé en France. À l’époque où fut votée cette loi, le leader du parti libéral Justin Trudeau était alors dans l’opposition. Il avait promis d’abroger cette mesure s’il remportait les élections suivantes. Son parti a remporté la majorité des élections en octobre. Voilà déjà une leçon : emprunter aux discours de l’extrême-droite et de la droite extrême n’est pas le meilleur moyen de gagner les élections !

Le nouveau gouvernement a proposé un projet de loi abrogeant cette mesure en février 2016. Il est en cours d’examen au Parlement canadien. Le ministre du gouvernement Trudeau défend sa position avec des arguments identiques à ceux que nous avons utilisés contre le projet de François Hollande. La précédente loi « a créé deux classes de Canadiens et nous croyons fortement qu’il n’y a qu’une classe de Canadiens et que tous les Canadiens sont égaux. Tous les citoyens canadiens sont égaux devant la loi, qu’ils soient nés au Canada, aient été naturalisés au Canada ou possèdent une double citoyenneté » a ainsi déclaré le ministre chargé du dossier. « On ne peut faire son choix entre les bons et les mauvais Canadiens. Tous ceux qui commettent des crimes devraient faire face aux conséquences de leurs gestes par le truchement du système judiciaire canadien » et seulement de cette façon.

Un seul individu avait été déchu en vertu de cette loi, un canado-jordanien condamné à perpétuité en 2006 pour avoir planifié un attentat à Toronto, et déchu en octobre dernier, en pleine campagne électorale. Il sera même rétabli dans sa nationalité canadienne. Dorénavant, il restera seulement possible de déchoir de sa nationalité une personne qui aurait obtenu la nationalité canadienne frauduleusement ou en mentant. Au passage, le projet de loi canadien prévoit aussi de faciliter l’acquisition de la citoyenneté canadienne en réduisant les exigences de maîtrise de la langue, notamment pour les adolescents, et en réduisant le temps de présence dans le pays à trois ans avant de pouvoir demander sa naturalisation. Le gouvernement a par ailleurs annoncé son intention de quitter la coalition militaire contre Daech et d’accueillir 29 000 réfugiés syriens. Vous entendez ? Vous devriez relire. Oui c’est possible ! La dignité, l’honneur, le courage de la Vertu sont possibles ! La veulerie, l’abaissement électoraliste devant la pire bêtise à front de bœuf n’est pas la seule attitude possible. Non seulement à « gôche », mais même à droite. Et c’est un homme de droite qui le prouve.

DERNIERS ARTICLES

Heures étranges et terribles que celles-ci. Comptant sur la riposte iranienne, Netanyahu engage la guerre pour démembrer le Liban et préparer l’attaque contre l’Iran. Car, en assassinant…
Rechercher