survol session

06.08.2017

Survol de session

Cette semaine-là, nuit et jour, dans l’atmosphère irréelle d’un éclairage lumineux constant comme une lumière du jour, j’ai vécu ma vie de parlementaire insoumis entre les travées de l’hémicycle, les rendez-vous dans les couloirs, les stages à la buvette où se règlent mille et une affaires, les bureaux du groupe où bourdonnent nos équipes techniques. J’ai pu mesurer au nombre de messages reçus, et même aux commentaires entendus ici ou là qu’un nombre important de nos amis et de nos électeurs se sont passionnés des heures durant pour les débats suivis sur LCP et sur nos réseaux.

On peut alors croire que toute la vie est là, dans cet hémicycle et ses alentours. En étant retransmis en direct sur LCP, suivis sur notre page Facebook, commentés à tout propos par les sites et plateformes Internet, on peut avoir l’illusion d’être au centre d’un émetteur tout-puissant. Notre force aura été peut-être de savoir combien ce n’est pas vrai. Dès lors, à l’inverse, à intervalles réguliers, il faut faire entrer la vie de l’extérieur vers l’intérieur contrairement à l’illusion qui voudrait l’inverse.

Les courses pour cinq euros, le paquet de pâtes et la boîte de haricots verts présentés pendant une question au gouvernement d’Alexis Corbière, traduisent cette idée. Mais combien d’interventions de Caroline Fiat, François Ruffin et les autres l’ont illustré aussi avec une force que la propagation virale de leurs vidéos a bien prouvée. Par conséquent, nous distinguons soigneusement en continu dans ce que nous vivons. Il y a ce dont nous pensons que cela doit être vu, ce que nous voyons faire aux autres pour que cela soit vu et ce qui se passe réellement. C’est cette catégorie de faits qui nécessite de ne pas en rester aux apparences et d’analyser en profondeur pour bien comprendre ce qui se passe vraiment.

S’agissant des premiers pas de l’Assemblée nationale, beaucoup d’observateurs ont ramené les nombreux « couacs » de la majorité parlementaire à l’amateurisme des élus de « La République en Marche ». Je n’entre pas dans cette façon de voir. On ne saurait reprocher à un élu, quel qu’il soit, de ne pas l’avoir été auparavant et par conséquent de devoir apprendre à le devenir. Et puis, pour l’essentiel, cinq des sept groupes en présence sont composés de personnes qui siègent pour la première fois. La question posée n’est donc pas celle de l’amateurisme, mais celle de la cohérence de l’action des « amateurs » et de leur capacité à la faire prévaloir. Dans ces conditions, si l’on veut analyser le parcours chaotique de cette session extraordinaire, celui des incidents de séance à répétition, ce n’est pas du côté des députés « amateurs » qu’il faut chercher, même à « La République en Marche ».

Les mécanismes qui conduisent au trébuchement à répétition doivent être cherchés ailleurs, plutôt du côté de la tête que de celui des jambes. L’amateurisme de « La République en Marche » n’est qu’une petite composante de ce qui est en cause. Le fait marquant pour cette famille politique dorénavant c’est le caractère absolument et radicalement vertical de l’autorité qui la dirige. Et cela au point de créer une culture collective chez les dirigeants actuels dont tous les aspects sautent aux yeux. Je veux dire que, face à une difficulté, le réflexe qui est mis en œuvre n’est ni le compromis ni la conviction mais le passage en force. Dans ces conditions, « l’amateurisme » ne fait que multiplier les occasions dans lesquelles cette méthode se met en œuvre et génère du chaos. Car, quand « ils » ne savent plus quoi faire, ils aggravent la situation par une méthode totalement inappropriée dans un hémicycle parlementaire.

Évidemment, en face de militants aguerris, la riposte ne fait qu’aggraver le mal ! J’ai été frappé d’apprendre par les conversations de couloirs que « La République en Marche » vivait toute nos offensives oratoires comme des tentatives pour « décrédibiliser », ou « tester » la résistance des présidences de séances. Parfois l’idée même d’un débat parlementaire leur semble insupportable. Ils parlent alors de « posture » de « crispations inutiles » et ainsi de suite. Cette puérile peur de la dispute leur interdit de comprendre les enjeux d’une discussion car ils en récusent le principe même.

Leurs serre-files se sont donc souvent cantonnés à d’absurdes protestations contre les interventions du groupe « la France insoumise » sur le mode répétitif : « vous n’avez pas le monopole du peuple », « ce sont les entreprises qui créent l’emploi » et autres tautologies répétées d’heure en heure. Pour finir, ils semblaient vivre nos rafales d’interventions comme de l’obstruction.  Il n’en était rien pourtant. Le choix de notre groupe n’était pas de faire de l’obstruction, ni de déstabiliser le cours d’un débat que nous avions au contraire l’intention de dominer intellectuellement et politiquement. Croire que notre façon d’agir ce serait « faire de l’obstruction » c’est n’avoir jamais vu ce qu’est une stratégie d’obstruction parlementaire. Nous avions à peine deux petites centaines d’amendements sur deux textes de loi. Rien à voir avec les milliers d’amendements déposés dans le passé par les oppositions pour ralentir un texte.

Nous avons fait ce choix consciemment. L’Assemblée commençait ses premiers pas et nous devions apprendre à y trouver notre place. Ce n’était donc pas vraiment le moment d’une offensive visant à l’épuisement de tous les protagonistes. Il ne s’agissait pas non plus en début de législature de s’abandonner à une guérilla propice à tous les débordements et tous les excès. Enfin il s’agissait pour nous de bien comprendre quelle est la nouvelle géographie politique dans un hémicycle où la réalité politique des sept groupes ne correspond pas aux clivages profonds qui les traversent. Dans ces conditions, et au fil de cette session extraordinaire, nous avons beaucoup appris pour la suite.

Aujourd’hui, j’ai la certitude qu’aucune autorité ne viendra à bout de la diversité des cultures, des parcours, des intelligences qui constituent le méga-groupe parlementaire « La République en Marche ». Le nombre même de ces députés est un défi à toute organisation. Un parti traditionnel disposait des moyens d’encadrement dans et hors de l’hémicycle qui lui permettait de dominer une telle situation. Ce moyen n’existe pas à « La République en Marche ». On l’a vu au fil des débats de l’Assemblée. Ceux-ci ont déjà provoqué mécaniquement une diversification des réactions. L’individualisation des comportements de ce groupe est inéluctable.

En effet la plupart d’entre eux n’ont « rien à faire ». Ils n’ont ni responsabilité, ni tâche à accomplir, ni tour de parole politique organisé. Ils sont donc voués à la réaction individuelle. Cela alors même qu’ils n’ont aucun ciment idéologique ni tradition de fonctionnement ou de référence qui leur permettent de trouver spontanément des dénominateurs communs et de les exprimer. Par conséquent, les piqûres de ciment pour favoriser le resserrement des files et l’autorité des chefs de circonstances, abondamment pratiquées par les caciques de « La République en Marche » au fur et à mesure des difficultés qu’ils rencontraient dans l’hémicycle, ne seront pas longtemps une médication efficace. Et les provocations personnelles n’auront pas davantage leur chance.

Car nous avons bien noté comment certains membres de « La République en Marche » dont les propos permettent de les identifier comme des personnes influencées par la fachosphère, en reprenaient les calomnies. Ils tentaient de mettre le feu aux relations plutôt détendues qui existent en réalité entre la masse des députés « La République en Marche » et ceux de « la France insoumise ». L’un m’a interpellé sur ma « fortune », ce marronnier des ritournelles de l’extrême droite. L’autre s’en est pris à Alexis Corbière et ainsi de suite. Évidemment, nous n’avons répliqué en fin de séance à aucun de ces « faits personnels » comme le règlement nous en donnait pourtant le droit. Pas question de servir leurs objectifs. Au contraire. La ligne d’action avait été fixée le premier jour. Les blaireaux médiatiques n’y ont vu que du feu occupé qu’ils étaient par leur machine à buzz qui inventa le sketch du « matheux ».

N’empêche, cette ligne sera tenue aussi longtemps que les circonstances le permettront : il s’agit avant tout de parler pour convaincre, quel qu’en soit le résultat à chaque étape. Cette façon de fonctionner rencontrera l’intelligence de son public que ce soit dans l’hémicycle ou parmi les gens sans partis pris qui suivent les débats. C’est en pensant à tout cela que nous avons décidé de quitter l’hémicycle une nuit après un nouvel abus de pouvoir de la présidence de séance. On voyait trop bien à quoi nous serions amenés sinon : ou bien nous cédions, en acceptant tous les abus ensuite, ou bien nous serions contraints à une guerre de guérilla procédurière. Nous ne voulions ni de l’un ni de l’autre. L’enjeu était ailleurs pour nous : conserver toutes nos chances d’être entendus parce que nous argumentons plutôt que d’être disqualifiés et d’alimenter l’esprit de corps des députés de la majorité. Ce fut une heureuse initiative car moins d’une heure plus tard, placé devant une alternative similaire, la droite à son tour quittait l’hémicycle dans les cris, les hurlements et la confusion.

Pendant ces heures où nous avons ébranlé le système à l’Assemblée, le président Macron a voulu « reprendre la main ». Un signal clair montrant qu’il a bien perçu lui-même à quel point il l’a perdue en peu de temps. Ce ne sont pas seulement les points d’opinions positives perdues dans les sondages. Une dynamique s’est embourbée. Le système du pouvoir d’Emmanuel Macron repose sur l’offensive permanente, la saturation médiatique sur le mode qui fut celui de Sarkozy. Il s’accompagne d’une mise en scène d’une énergie personnelle dans un style très « poutinien » dans le sens où l’engagement physique joue le premier rôle : Macron en fauteuil roulant, Macron en gants de boxe, Macron en tenue de pilote de chasse et ainsi de suite.

Dans un tel système il n’y a aucune place pour les allers-retours, l’affichage de compromis, les méandres d’une discussion parlementaire. Ni pour rien qui, de près ou de loin, évoque l’idée de tergiversation. Dès lors, cette méthode crée elle-même ses effets contraires. L’élan brisé de Macron ne l’a été que par lui-même en quelque sorte. L’épisode calamiteux du général de Villiers, celui de l’APL, les stock-options de Pénicaud, les coupes claires dans tous les budgets annoncés à la hussarde, la cogne contre les dotations des collectivités locales deux mois avant les élections sénatoriales, le piétinement du groupe parlementaire à l’Assemblée nationale, ont embourbé l’élan. Il y a dans cet homme quelque chose de Charles le Téméraire, tout en superbe, en assaut impétueux et en munificence. À l’occasion d’une invasion que celui-ci organisa contre le roi de France Louis XI, alors que tout semblait céder sous la furia de l’assaut, le roi qui en voyait les faiblesses, pronostiqua : « à la première place qui résiste, tout sera stoppé ». Beauvais résista, le siège dû être installé, tout s’effondra quasi sans combat parce que tout le dispositif du Téméraire reposait sur la dynamique de la cavalcade.

Mon recours aux images liées aux stratégies politiques ne me fait pas perdre de vue l’autre versant essentiel de ce qui s’est confirmé. Pour les commentateurs superficiels, le début d’une présidence est comme un monde absolument neuf. À bien des égards c’est vrai. Pour autant, chaque président s’inscrit dans un cycle d’événements de longue durée. Et le cycle impose sa règle à ceux qu’il porte. L’élection d’Emmanuel Macron est, avant toute chose, le résultat et l’agent de l’effondrement de l’ancien système de l’alternance. Et l’effondrement de cet ancien système lui-même le résultat d’une longue crise commencée avec la forfaiture sur le résultat du référendum de 2005 à propos de la Constitution européenne. Tous les monarques présidentiels depuis cette date sous les exécutants du système qui a été alors constitutionnalisé. Celui-ci, pièce après pièce s’est durci dans les deux directions essentielles de ce qu’il est : d’une part la priorité aux privilèges de la finance et la dérégulation qui va avec, d’autre part le recours de plus en plus ouverts et brutales aux méthodes autoritaires. Junker en avait résumé la philosophie : « il n’y a pas de décision démocratique en dehors des traités ».

Le programme politique d’Emmanuel Macron n’a jamais été autre chose qu’une volonté d’aller au bout de cette direction. Mais son apparence en a été l’exact contraire. Il a fait penser que sa jeunesse, ses discours sur la rénovation politique son apologie des start-ups seraient le retour du pouvoir politique, de l’esprit d’entreprise et d’une inépuisable volonté d’action. Tout et tout de suite en quelque sorte. L’illusion du renouveau est déjà retombée. Le pire semble être de retour : un pouvoir monarchique aggravé, une caste arrogante et un mépris assumé pour « les gens qui ne sont rien ». Et tout cela en affichant une série de mesures économiques ostensiblement favorables aux riches et même décidées par les pires profiteurs du système comme on le voit dans le cas de la ministre du travail Pénicaud et son million cent treize mille gagné grâce à des licenciements collectifs.

Quand un tel système s’enraye, ses maillons faibles explosent. Et cela commence par des effets de panique qui se propagent le long de la pyramide du sommet vers la base. Tout dépend alors de la solidité des points d’appui dont le sommet dispose encore dans ce type de circonstances. Si l’on met de côté le soutien indéfectible de la sphère médiatique d’État (les chaînes publiques de radio et de télévision toujours bien alignées) et du réseau des médias contrôlés par les neuf milliardaires qui sont ses amis personnels, sur quelles forces sociales le système Macron peut-il compter ?

Les start-uppeurs sont certes friands d’esprit macronien. Mais ils sont peu nombreux, volatiles et radicalement individualistes. Ajoutons que, contrairement à la légende une partie d’entre eux est assez profondément acquise à une vision de la vie beaucoup plus complexe, écologique et altruiste que ne le croit l’équipe de technocrates « hors sol » qui entourent le président de la République. Enfin et peut-être surtout, ce petit milieu est radicalement hostile à l’autoritarisme. En toute hypothèse, son influence dans la société ne saurait contrebalancer les masses immenses de fonctionnaires, de salariés du privé classique, d’intellectuels et de créateurs que les psalmodies libérales exaspèrent depuis déjà quelques temps et dont une partie significative est déjà entrée dans l’insoumission morale. Dans ce contexte, l’existence d’un méga groupe parlementaire composé de gens dont une bonne partie est déterminée à réfléchir pour son propre compte est le point faible du dispositif autoritaire que la présidence doit impérativement mettre en place.

Mais celle-ci est incapable de comprendre cet enjeu et peut-être a-t-elle déjà manqué l’occasion de poser les actes utiles qui auraient été nécessaires. En écrasant l’existence du Premier ministre et en se croyant capable d’obtenir au claquement de doigt une discipline totale de son groupe parlementaire, Emmanuel Macron a multiplié les brèches dans son propre système et raccourci la distance qui le sépare des coups qui lui sont destinés. Les surenchères autoritaires de ses subalternes qui veulent l’imiter sans avoir son talent aggravent tout. Voir l’attitude de Rugy à l’Assemblée nationale. Un point faible remarqué. Dès lors, quoi que valent les enquêtes qui le donnent en chute libre dans l’opinion, leur valeur prescriptive ne fait pas de doute. La hollandisation de Macron est commencée.

Il faut donc se préparer à connaître des moments de grande instabilité institutionnelle et politique. En effet, comme je l’ai dit en explication de vote sur la loi à propos de « la confiance dans la vie politique », il est bien probable que la nouvelle majorité a déjà mangée son pain blanc. Aura-t-elle les moyens psychologiques et politiques de surmonter ce qui va se produire ? La rédaction des ordonnances sur le code du travail et les autres avatars du type Pénicaud vont conforter un nouvel épisode « dégagiste » dans la conscience populaire. Peu importe la forme et la force de la protestation, qu’elle soit purement personnelle et ressentie ou bien collective et visible.

[mom_video type= »youtube » id= »pANiIVIwcPQ »]

De son côté, en dépit des efforts médiatiques pour présenter le contraire, la loi sur la moralisation de la vie politique n’aura aucun impact positif sur la « confiance publique ». Pas seulement en raison de la confusion des débats et de la reculade sur certaines des décisions annoncées. Quoi que celle renonçant à exiger un casier judiciaire vierge ou à interdire les activités de conseil aux élus a d’ores et déjà un effet destructeur. Mais il y a eu aussi une conjonction du plus mauvais effet. Aux heures passées dans l’hémicycle à évoquer les turpitudes des élus et des responsables politiques tout en renonçant à fixer certaines garanties pour l’avenir, s’est ajouté l’éclatement d’une une nouvelle « affaire ». Celle de la ministre du Travail et de ses rémunérations somptuaires à la suite de licenciements collectifs qu’elle aurait imposé dans son ancienne entreprise. Une révélation terriblement choquante devant laquelle les principaux responsables du pouvoir répondent : « circulez, il n’y a rien à voir ». Pire : on entendit à la tribune un orateur balourd complimenter la ministre pour sa bonne affaire, sous d’indécents mais très vigoureux applaudissements sur les divers bancs du fric !

Dès lors, si l’on tient compte de l’impact désastreux de la réduction des APL, on sent qu’une nouvelle image du pouvoir est en train de s’imposer dans les esprits. En lieu et place de la « rénovation politique », de « l’ouverture à la modernité » succède la « préférence pour les riches », l’autoritarisme et l’ostentation gesticulatoire. Si la société se mobilise, d’une façon ou d’une autre, tout entière ou par secteur, quelle est la capacité de résistance d’un système fondée sur une pyramide de technocrates, appuyé sur une masse confuse de députés aux convictions diverses et relayées par un système médiatique qui en fait tellement trop qu’un nombre croissant en est excédés ? Je crois qu’elle existe mais qu’elle est moins solide que beaucoup croient.

Dans ces conditions, la tâche reste d’élargir et d’ancrer notre audience dans la société avec une option préférentielle pour les quartiers et dans tous les réseaux, quels qu’il soient.  Il s’agit d’aider à prendre conscience de la nécessité de préférer le programme « L’Avenir en commun » à ce qu’ils ont sous les yeux. Notre tour pourrait venir plus vite que prévu. Ma conviction est que la force de la demande à notre égard ne dépend pas seulement de notre capacité à faire connaître et à répéter nos propositions. Elle résultera aussi de l’énergie que le système mettra lui-même à se disqualifier. De bien des façons, quoi qu’aient été adoptées la loi d’habilitation sur les ordonnances contre le code du travail et celle sur la « moralisation de la vie politique », leur présentation et leur défense par les tenants de la majorité présidentielle auront aussi été un moyen pour aider un grand nombre de gens à rompre leur confiance en elle.

Dans ces conditions, et pour me résumer, si la vague dégagiste est bien toujours à l’œuvre, si son contenu est fort de l’expérience accumulée au cours des 12 années qui ont suivi le viol du vote populaire de 2005, la crise politique qui a fini par percer sous la présidence de François Hollande va donc inéluctablement s’embraser sous Emmanuel Macron. Elle deviendra une crise de régime dans la mesure même où, dans l’esprit public, « tout aura été essayé » auparavant. J’en vois un signe lorsque j’entends le porte-parole de « LR » à l’Assemblée mettre lui aussi en cause publiquement le système monarchique de la cinquième République.

Bien évidemment, personne ne peut pronostiquer pendant combien de temps le système politique actuel restera en état « surcritique » ni à quel moment se produira l’avalanche libératrice de l’énergie accumulée ni la cause fortuite qui la déclenchera. Mais la crise du régime éclatera en entrant par la porte de service d’une crise aux maillons faibles du dispositif : une nouvelle affaire dans le gouvernement, une explosion politique à l’Assemblée nationale ou bien un épisode d’exaspération sociale.

L’entrée en vacances permettra peut-être à l’équipe présidentielle de mettre les compteurs de panique à zéro. Car panique il y a. Ces gens savent qu’ils ne savent pas aujourd’hui par quel bout prendre en main une situation qui ne leur a jamais appartenu. Le niveau de l’abstention aux législatives était un signal extrêmement fort de la grève civique froide par lesquelles passent souvent les premières phases de la révolution citoyenne. Ils ont pu croire, touchés par ce que j’ai appelé « l’ivresse des sommets », que toutes les tensions de la société se dénoueraient au fil des décisions à l’emporte-pièce qui seraient prises. Rien de tout cela ne s’est produit.

Au contraire l’un après l’autre, tous les compartiments de la société ont été mis ou remis en tension. Nos retours de terrain sont formels sur ce point. D’une façon ou d’une autre, nombreux sont ceux qui ressentent quelque chose qui finit par être une évidence : tout cela ne durera pas. Je n’aurais pas osé l’écrire si je ne l’avais entendu à plusieurs reprises venant de gens de convictions et de milieux extrêmement différents. Dans ces conditions il va de soi que la marche à laquelle nous appelons le 23 septembre est pour nous un test global. D’abord parce que ce sera un indicateur de la capacité de la société à réagir. Ensuite parce que nous pourrons voir quel arc de forces politiques se constitue pour participer à cette réplique. Enfin parce que nous en saurons davantage sur notre capacité à être des déclencheurs dans une situation dans laquelle la plupart des paramètres échappent à tout contrôle.

DERNIERS ARTICLES

Les votes pour le congrès de EELV ont eu lieu. Il est possible que je n’ai rien compris. Le fait est que ce n’est…
Les connaisseurs et les gourmands de choses politiques apprécieront pleinement ce qui s’est passé pendant la journée de niche parlementaire des Insoumis. Ce jour-là,…
J’ai eu un rendez-vous avec trois nouveaux députés LFI : Manon Meunier (Haute-Vienne), Carlos Martens Bilongo (Val-d’Oise) et François Piquemal (Haute-Garonne). Je les ai rencontrés…
Comment est-ce possible ? Cette COP 27 achève un cycle d’espérance. Cette fois-ci le doute n’est plus possible : ce monde, ses puissants et ses…