montre-budget

16.10.2017

Donne-moi ta montre, je te donnerai l’heure !

Le gouvernement explique que tout le monde va gagner du pouvoir d’achat grâce à ses trouvailles. C’est faux. Pour les riches, les cadeaux fiscaux seront immédiats et directs. Pour les autres, cela repose sur un jeu de bonneteau. Voyons cela.

On nous dit : « l’augmentation de la CSG sera contrebalancée par le transfert des cotisations sociales sur le salaire net et la fin de la taxe d’habitation ». Sauf que la baisse des cotisations surviendra 6 mois après la hausse de la CSG. Et surtout, souvenons-nous que les cotisations sociales c’est du salaire socialisé et différé. Donc leur transfert vers les salaires nets est un faux cadeau. En effet la somme devra être compensée par l’impôt car la loi dit que tout transfert doit être compensé à l’euro prêt par le budget de l’État !

Ce n’est pas la seule perte occasionnée par le budget Macron. Ainsi, à propos de la taxe d’habitation. 20 % des français sont déjà exonérés de cette taxe. Parmi eux, par exemple, les retraités qui touchent 1350 euros par mois. Ils sont beaucoup à perdre de l’argent puisqu’ils paieront par contre plus de CSG. Enfin il y a les fonctionnaires, autres grands perdants avec le gel du point d’indice et des pensions de retraite. La mobilisation du 10 a montré que la pilule ne passait pas.

Au total la plupart des Français se font duper dans cette première partie du budget, du côté des « recettes ». Mais ils perdent une deuxième fois avec la disparition croissante de l’État. La baisse drastique des dépenses publiques aura des implications directes sur la solidarité, les services de l’État, les services publics, etc. Ces baisses touchent, en outre, prioritairement les 3 priorités qu’expriment les Français chaque fois qu’on leur pose la question : la santé, l’emploi, le logement. C’est le record de coupes claires dans les dépenses de l’assurance maladie. Ici la prévision annonce 4,2 milliards d’économies. Du jamais vu ! Tout est touché comme avec cette hausse de 2€ du forfait hospitalier. Pour le logement, c’est pareil. On a tous en tête cette histoire de baisse de l’APL. Elle impacte terriblement plus qu’on ne le croit de l’extérieur. Notamment dans le logement social au détriment des bailleurs et donc des investissements et entretiens. Ici c’est 1,7 milliard qui s’envolent ! Enfin pour l’emploi, c’est 110 000 suppressions de postes prévues avec la fin des contrats aidés. Le plus grand plan social de l’histoire du pays. Cela veut dire des milliers de prestations et de fluidité de fonctionnement en moins.

Il y en a pour 1,5 milliard qui disparaissent de l’économie. Il ne faut jamais perdre de vue la valeur des prestations détruites par les coupes claires. Leur impact n’est jamais mesuré. Combien « coûte » la maladie non soignée, l’enfant non assisté, et ainsi de suite ? Ce que j’ai appelé le prix du malheur. Il va exploser. Ainsi quand on retire environ 2,6 milliards aux collectivités locales et que le gouvernement leur demande de baisser leurs dépenses de fonctionnement de 13 milliards sur 5 ans ! On estime que ce plan induira moins 73 000 fonctionnaires territoriaux d’ici 2022. Donc combien de milliards de valeur des prestations qu’ils accomplissaient ? Quoiqu’il en soit, si on s’en tient aux seuls chiffres de « non dépenses » on doit se souvenir que le gouvernement prévoit près de 80 milliards sur le quinquennat ! C’est inévitablement un choc d’austérité qui va bloquer la relance de l’activité. Tout cela parce que la doctrine libérale prévoit que le marché fait jaillir l’activité là où l’État s’en va !

On nous annonce en contre-feu un plan d’investissement de l’Etat pour une valeur de 56,3 milliards sur le quinquennat. On notera que cela ne compense pas les 80 milliards d’économie prévues en cinq ans ! Mais sur le papier, cela paraît important. C’est, par exemple, 6 milliards de plus que ce qui était annoncé dans le programme du candidat Macron qui s’en tenait à 50 milliards. Mais quand on regarde dans le détail, c’est le contraire. Voyons cela. Sur ces 56 milliards, 12 milliards sont en fait un redéploiement de crédits existants, dont les caractéristiques seront modifiées pour servir les finalités du plan d’investissement.

Par exemple 10 % des crédits de formation professionnelle des agents publics seront mobilisés pour accompagner l’évolution de leurs métiers dans le contexte de développement du numérique. À cela s’ajoutent 11 milliards qui seront financés par « la mise à disposition d’instruments financiers ». C’est-à-dire qu’il s’agit, à cette ligne, de prêts, dotation en capital, intervention de la Caisse des dépôts et consignation, qui ne constituent donc pas un apport d’argent « frais ». La suite ne vaut pas mieux. On trouve aussi par exemple que 10 milliards seront repris du « plan d’investissement d’avenir 3 » (PIA 3) lancé par le précédent gouvernement. Au total, les 55,6 milliards de Macron ont bien fondu au lavage. Seul 24 milliards seront réellement injectés par le Gouvernement. Et cela à travers des crédits budgétaires, dont 5 milliards sont inclus dans le PLF 2018. C’est donc un plan d’investissement de seulement 24 milliards. C’est-à-dire finalement 2 fois moins que ce qui était annoncé dans le programme du candidat Macron et 4 fois moins que ce qui était prévu dans l’Avenir en Commun.

DERNIERS ARTICLES

La journée d’action intersyndicale contre la retraite à 64 ans a tenu sa promesse. Elle fut historiquement nombreuse et déterminée. Elle a marqué un…