lenglet

04.12.2017

Lenglet justifie les fraudeurs du fisc

Lenglet est certainement le personnage le plus vintage de « L’Émission politique ». Et aussi celui dont les méthodes sont les plus discutables. Une fois précédente, il m’avait jeté à la figure une accusation de corruption à propos du président de la Bolivie. Il le faisait sur la base d’un ragot que même la presse de la pire droite bolivienne avait abandonné. Protestations de l’ambassade. Les excuses qu’il dut présenter ne furent jamais dites à l’antenne. Lui-même fit « une mise au point » écrite. Une personne ordinaire présente des excuses quand elle s’est trompée. Surtout quand elle a injurié publiquement un chef d’État. Un journaliste de France 2 se contente d’une « mise au point ». Quand il s’agit de la Bolivie. Une autre fois il avait présenté le tableau des « points communs » entre mon programme et celui du FN. On connait donc le genre du personnage.

La veille au journal de vingt heures, il avait déjà fait son numéro de droite. Il faisait mine de découvrir, à la suite du Sénat, l’erreur qu’a fait le gouvernement avec la flat-tax à 30 % sur les revenus du capital. En effet elle risque de coûter bien des milliards imprévus. Il avait conclu en pirouette, non sur le sujet, mais contre la « France Insoumise » : « comme quoi ceux qui dénonçaient le président des riches ont aboyé sous le mauvais arbre ». Incompréhensible pour le grand public, cette saillie était en fait une protection. Lenglet craignait la colère du gouvernement d’un côté et de l’autre la raillerie de ses collègues. Car c’est en octobre que le journal « Le Monde » a révélé l’info et le « service public » s’était bien gardé d’en parler. C’est donc deux mois plus tard que l’info arrive sur la chaîne d’info du service public parce que le Sénat en a fait un sujet du débat sur le budget de 2018. Est-ce parce que nous n’en avions pas parlé sous « le bon arbre » ? Le contraire ! Ce fut l’argument récurrent d’Éric Coquerel,  député insoumis de la Seine-Saint-Denis, dans la discussion sur le projet de loi de finance ! Mais pour Lenglet, nous sommes des animaux. Nous « aboyons » !  Tel est le personnage.

Ce soir-là, ce furent deux mensonges proférés en toute connaissance de cause. Ils purent rester impunis grâce au secret dont il s’entoure pour se protéger d’une trop grande capacité de réplique. Le secret de Lenglet sur ce qu’il compte traiter n’existe que pour permettre le mensonge sans réplique. Et bien sûr pour empêcher que son incompétence soit démasquée.

En effet, la séquence Lenglet est toujours annoncée à l’invité de façon vague et floue. Toute demande de précision se heurte à un mur de prétextes pour ne pas en dire davantage. Par exemple, cette fois-là, on m’annonça que « la discussion » porterait « surtout sur le contre-budget » que nous avons présenté il y a un mois. 50 pages de chiffres et de tableaux, dix missions de l’État. Un vrai oral de l’ENA. Qu’est ce que ça coûterait de dire « on va parler de l’impôt » ou bien de la dette ou ce que l’on voudra pour avoir le temps de bien préparer et d’avoir un vrai échange ?

Du coup, je fus pris de cours. « 120 milliards d’impôts supplémentaires » claironne Lenglet en arrivant. Je me dis : « mais non ! Ce n’est pas le chiffre ». J’hésite. Trop tard, il a enchaîné sur autre chose. Le mensonge est passé. Car ce n’est pas 120 milliards d’impôts supplémentaires que notre contre budget réclame. Pire : pour que ça fasse 120 milliards il a fallu qu’il y ajoute les 40 milliards de récupération de fraude fiscale que prévoit notre plan. D’ailleurs à la fin, dans la salle où est offert un pot aux invités de l’émission on le lui a dit. Et quelle fut sa réponse ? « Eh bien oui, c’est bien un prélèvement supplémentaire ». Récupérer l’argent de la fraude c’est un prélèvement de plus pour François Lenglet ! Incroyable. Et peut-être révélateur, non ?  En tous cas il a sciemment menti.

Le deuxième mensonge est du même acabit. Il me montre une petite voiture. Et prend son air navré pour expliquer que l’acheteur de ce véhicule de luxe ira l’acheter en Belgique plutôt qu’en France où la TVA lui coûterait trop cher. Il a préparé son coup, cherché une petite voiture. Il a donc eu le temps de savoir que la TVA ne se paie pas dans le pays d’achat mais dans celui ou le véhicule est utilisé. Il ment donc sciemment. Il joue une comédie. Elle n’est possible que parce que je ne sais pas de quoi on va parler, de quel domaine il sera question. Comment puis-je savoir spontanément le régime de la TVA des automobiles achetée à l’étranger ? Je n’ai jamais acheté une voiture de ma vie puisque je ne conduis pas. Lenglet le sait. Mais il ne peut protéger ses airs de « je sais tout » prétentieux qu’avec de tels procédés. Reste aussi la possibilité assez probable qu’il n’ait rien préparé lui-même et qu’il se soit contenté de répéter sans vérifier ce qu’il a lu dans les fiches que lui ont donnés les préparateurs de l’émission. Tout alors serait une comédie, y compris le moment où François Lenglet ne ferait que jouer son propre rôle dans une partition écrite par d’autres. Je suis prêt a parier que c’est le cas.

DERNIERS ARTICLES

Pendant trois jours, l’Assemblée nationale a été le lieu d’une intense série de votes portant sur son organisation interne. Ce moment m’inspire plusieurs commentaires…
Tout ce que je viens de détailler s’en tient aux seules logiques des dynamiques politiques à la surface institutionnelle de la vie politique. J’en…
Dans cette compétition, la position du RN est relativement la plus forte à cette heure en dépit des apparences. Et on a vu comment,…