poste de combat

02.01.2018

A vos postes de combat !

L’année qui commence ne vaudra rien pour ceux qui veulent la mettre à profit si le bilan correct de celle qui a eu lieu en 2017 n’est pas fait. Je m’y attacherai dès que possible dans ces premiers jours favorables aux moments de rencontre. Le dégagisme reste la réalité politique de base de cette séquence. Pour l’heure, l’hagiographie permanente qui entoure le président est un confortable bruit de fond. Comme ça bloque tous les canaux de la vie publique officielle sans vraiment convaincre, autant utiliser le répit. Pendant que le parti médiatique encense le grand homme de leur patron, nous avons notre temps pour finir de sortir en douceur de la trêve des confiseurs. Je donne donc rendez-vous à mon prochain post pour illustrer cette manière de voir le présent comme une étape dans une dynamique globale dont les éléments se sont joués sur plusieurs tableaux et plusieurs épisodes. D’ici là, il n’y a pas de pause pour nous les insoumis d’action. L’année démarre avec le chantier de la loi de sélection à l’entrée des Universités qui est loin d’avoir fini son parcours législatif. Et ce qui est en train de se nouer dans les divers services publics pourrait bien être déclencheur. Sans aller plus avant je résume : que chacun s’apprête à se rendre utile ! Que chacun aille à son poste de combat !

[insert page=’8455′ display=’link’]

macron voeux [insert page=’8455′ display=’content’]

[insert page=’8457′ display=’link’]

rue [insert page=’8457′ display=’content’]

[insert page=’8459′ display=’link’]

krach bourse
Crédits photo : Allan Ajifo (marchés financier), PPE (Nicolas Sarkozy)

[insert page=’8459′ display=’content’]

DERNIERS ARTICLES

La session parlementaire est close. Je devrais pouvoir fermer mon cahier de post. Mais pourrais-je entrer dans la phase intense de pause que permet…
La scène internationale m’afflige autant que les misérables simagrées des macronistes avec leur diversion sur l’antisémitisme attribué à la LFI. Certes, il s’agit pour…
Ce post paraîtra deux jours après la publication du précédent. Mais comme au moment où je commence mes lignes, c’est dimanche, jour de pause…