84 commentaires


  1. Degorde

    D’accord avec vos propos sur la nation qui est la garantie et le cadre de la démocratie. Mais pourquoi continuez à adhérer à l’UE qui en est l’exact contraire. L’UE est une dictature avec laquelle vous refusez de rompre ce que je regrette. Le souci démocratique ne vient pas des institutions de la Vème République mais bien des traités européens qui sont incompatibles avec la démocratie, ce que même J. Monnet reconnaissait. Enfin je regrette que vous ne commentiez pas la sortie de Macron à Londres il y a 15 jours où il a reconnu que si les Français avaient à s’exprimer dans un référendum ils voteraient aussi pour la sortie de l’UE. Dommage.

    1. semons la concorde

      La 5e république, au contraire, permet la dérive autoritaire et il suffit d’instrumentaliser les forces de l’ordre pour aboutir à une dictature. La moitié du chemin est déjà faite. L’Europe permet de nous maintenir la tête sous l’eau, mais avec la complicité de ceux qui se considèrent comme nos « chefs » alors qu’ils ne devraient être que nos représentants.

  2. Jean-Paul B.

    Criez victoire quand on perd des voix à toutes les élections partielles sans jamais arriver au second tour, que l’abstention n’a jamais été aussi haute et continuer à croire que le peuple nous marque son soutien, représente la marque inquiétante d’un déni de la réalité. Mais bon puisque le verbe flamboyant de la présidentielle fait encore illusion, forçons-nous de croire que nous sommes à deux doigts d’accéder au pouvoir.

    1. Armand

      @Jean-Paul B.
      Personne n’a crié victoire, relativisez un peu ! Il parle d’une avancée positive, et que nous n’avons pas été démolis, car la crainte a été fort. Cela ne s’appelle pas « crier victoire ». Et puis qu’attendez-vous, une révolution après seulement 2-3 ans de notre présence ?

    2. herner

      Personne n’a encore crier victoire, même si il y a de quoi. De l’inexistence il y a quelques mois à premier, sinon seul, opposant à Jupiter et ses moutons, ce n’est pas mal. Il faut être de mauvaise foi pour ne pas voir tout ce qui se crée autour et dans LFI. Les paysages politique et médiatique ont sensiblement changé. Le déchaînement des adversaires, certains « masqués » essayant de se cacher derrière une ironie bien grasse, en est une preuve. Ces derniers sauront le moment venu se déclarer les meilleurs insoumis.

  3. gilbert raynaud

    Et maintenant, pour suivre la feuille de route de Bruxelles-Merkel, pour les fonctionnaires, la prime au mérite renforcée, mais qui juge du mérite ? C’est le chef de service, ainsi changé en véritable roitelet. Quant aux salariés du privé on leur dit que désormais leurs heures supplémentaires par exemple, ne seront plus majorées de 25 mais de 10 % (et pourquoi pas plutôt minorées tant qu’on y est). Faudra-t-il bientôt payer pour avoir l’honneur de travailler, au lieu d’être payé ? Et personne, notamment la jeunesse ne bouge, surtout pas pour voter. Où est donc passée la jeunesse des années 60, elle au moins était vivante, tout comme la dame Parker (de couleur) qui refusa de s’asseoir dans un bus aux places réservées aux « nègres » ?

  4. Jérôme Dautzenberg

    « Le tsunami de l’abstention » ça me fait bizarre pour cette élection, ça fait un peu vocabulaire des journalistes mainstream, vous savez ces perroquets qui répètent en boucle et à toute les sauces le terme superlatif à la mode. Je qualifierais plutôt ces élections «d’encalminées» dans l’abstention, vous savez ces moment pénibles pour le navigateur quand son bateau flotte comme un vulgaire bouchon, moment terrible dans une course, sans le moindre souffle pour propulser et faire vivre la coque.

  5. sdm94

    « La revendication de la Constituante et d’une sixième République se présente dans ces conditions comme le cœur d’une stratégie alternative. »
    Alors pourquoi avoir tué le m6r et pourquoi le groupe d’action thématique constituante est aux abonnés absents ?

    1. semons la concorde

      Le site est réouvert (sites amis) mais les anciens comptes n’ont pas été réactivés. 100 000 signatures, ou compteurs à zéro ?

    2. sdm94

      Le site du m6r est peut-être ouvert mais la plateforme de débat n’est plus accessible depuis novembre dernier et l’équipe d’animation ne donne plus de signe de vie depuis juillet dernier. Il y a eu des élections en août dernier pour renouveler une partie de l’équipe d’animation dont nous n’avons toujours pas les résultats ! Il n’y a que la page facebook qui de temps en temps mets un post pour s’offusquer de la 5ème sans aucune perspectives vers la 6ème.

  6. Gallerneau

    « la liberté de chacun s’arrête là où commence celle des autres »
    Je serai tenté de dire plutôt: « la liberté de l’autre s’arrête ou commence la mienne ».

  7. olivier

    Monsieur Mélenchon, je me permets un témoignage personnel sur votre blog. Étant fonctionnaire à demi-traitement pour cause de maladie, mon traitement est passé en janvier de de 819 à 800 euros net, en raison de la hausse Macron de la CSG. Pas vu d’indemnité compensatrice sur mon bulletin. Inutile de préciser qu’à ce niveau de revenu, on m’a pris sur l’essentiel. Ainsi pour manger à la fin du mois je n’aurais pas d’autre solution que de voler dans un magasin, et de risquer de me retrouver comme tant de pauvres dans une prison surpeuplée et insalubre. Il y a beaucoup de misère, c’est pourquoi je vous remercie de continuer à faire tout ce que vous pouvez pour défendre les petites gens, tous ceux qui souffrent dans ce monde infernal de la mondialisation capitaliste.

  8. Invisible

    Ce qui nous arrive est sans précédents. Lorsque le FN prônait la disparition des cotisations sociales pour faire augmenter le salaire, personne n’aurait osé y croire. Et c’est ce que Macron a fait. Ils veulent maintenant privatiser toutes les fonctions de l’état, annihiler les fonctionnaires. Sur France Inter, une porte-parole du gouvernement tient des propos dignes du FN : à bas l’égalitarisme. Ils ont dans le collimateur les points d’indices qui sont le garant de l’égalité. Le train s’est emballé. C’est la totale dérive. Nous aurions intérêt à être bons, clairs, carrés, dans nos propos. On a besoin de toutes nos forces, des communistes, des syndicats et de tout ceux qui gardent un minimum de jugeote. Il faut être simples et concrets. Ne pas s’égarer dans des voies secondaires. De plus les jeunes actifs ne font plus la différence entre une télé par TNT peu coûteuse écologiquement et la télé par internet. De grands bouleversements non dits, non pensés, inconséquence à tous…

  9. Graire

    Tout ça c’est bien mais je constate qu’une fois de plus le matraquage des retraités n’intéresse pas plus la FI que les autres. De plus parler c’est bien mais être présents lors des votes à l’assemblée c’est aussi bien, seulement cinq des députés FI présents pour le vote final du budget de la sécu en décembre ! Résultat, budget passé avec 43 voix ! Bravo.

  10. Grégoire

    La FI n’a pas été créée pour recommencer les dérives du PS. Et d’abord en matière d’analyse de la situation politique. Une bonne partie de la population du pays a beau être remontée contre Macron et compagnie, la réalité c’est que les trois quart de l’électorat vote mais surtout pense à droite, et plutôt à droite toute ! Depuis un bon moment c’est « plutôt Adolf que Jean-Luc » et pas « révolution par les urnes ». C’est dans cette ambiance pourrie que LREM peut mener sa blitzkrieg antisociale sans obstacles.
    « Ceux d’en bas par millions ont-ils eu raison De changer les clameurs, les coups, la violence, En petits bulletins dans une urne sans fond » François Béranger, Avril 78

    1. machine

      « Ceux d’en bas par millions ont-ils eu raison De changer les clameurs, les coups, la violence, En petits bulletins dans une urne sans fond »
      Rien n’est moins sûr dans les faits. C’est d’ailleurs pour cette raison qu’il nous faut forcer le débat d’idée que seule la FI stimule et fait vivre au sommet. Il semblerait en l’occurrence, que seuls ceux qui ont un intérêt à soutenir ce système de fou, et peut être aussi ceux qui ne sont pas parvenus à s’y résoudre, aillent encore voter. Mis à part d’aucuns utiles, que ce système conditionne à cette fin, comme sont conditionnées toutes les autres choses de ce monde. Il serait trop facile de leur jeter des pierres sans prendre en compte tous les ressorts de leurs parcours. Des conditions globales se constituent des conditions particulières. FI tente d‘élargir notre champ de vision. Faciliter les obstacles, facilite l’action. C’est aussi ce que fait le Président mais pour ceux d’en haut. Alors…

  11. Jean Louis

    Je vois quelques commentaires qui reprochent à des députés de la FI de ne pas être assez clair ou présent pour voter contre les projets funestes de Macron. Mais il y a tant à faire partout, soyez indulgent ! Notre peuple est déboussolé et il se tourne vers la droite, voir les élections partielles, ce sera toujours un mystère pour moi et après la Corse, les autonomistes de tout poil et de toute région se re manifestent. Quand l’Etat ne fait que casser toute protection c’est dans le repli sur soi le plus local possible que les gens pensent trouver une solution. Que vous avez raison M. Mélenchon de dire que le libéralisme tue toute idée de liberté !

    1. jean

      Je pense davantage que c’est l’individu lui-même plutôt que le libéralisme qui n’en veut pas de sa liberté. Frédéric Gros le démontre très bien dans son dernier livre Désobéir que je recommande, l’individu en question étant trop content, dans un conformisme de confort, de ne prendre aucune décision et de s’en remettre à d’autres. Obéir « c’est se faire le traître à soi-même » dirait La Boétie.

    2. Maurice

      Attention les dits autonomistes sont des séparatistes qui le dissimulent pour ne pas effrayer l’électeur. LFI et Jean-Luc Mélenchon n’ont rien compris aux dangers que ces mouvements font courir à l’unité nationale. Petit rappel, ces sympathiques « dégagistes », selon la terminologie de Jean-Luc Mélenchon, représentent au second tour 28,5% des inscrits. En clair cela signifie que 71,5% des électeurs corses n’ont pas voté pour eux (il s’agit des non-votants, des blancs ou nuls et ceux qui ont voté pour les trois autres listes). Savez-vous que depuis janvier 2018 la pratique de la langue corse est devenu obligatoire pour être embauché à l’Office Hydraulique, une agence relevant de la Collectivité Territoriale de Corse ! Et pourtant quand Le Pen parle de préférence nationale, LFI, avec raison, grimpe aux rideaux. Cherchez l’erreur.

  12. Bob

    Toujours beaucoup de talents dans l’expression des insoumis pour dénoncer les injustices, les méfaits de la mondialisation et les chantres du libéralisme avec Macron premier. La tâche de la FI s’apparente au mythe de Sisyphe, car si nous devions délivrer un permis de voter aux citoyens, la majorité échouerait à cet examen. Faites un test dans votre entourage avec des questions simples Qui est qui ? Quels sont les principales mesures des candidats ? Quels sont vos critères pour voter tel parti ? La plupart de nos concitoyens votent selon les critères du « magnifaiiique ». Mais je rêverais toujours à inaccessible étoile.

  13. rage au coeur

    Oui beaucoup de conformisme et de manque d’un minimum de colonne vertébrale politique y compris chez des gens éduqués. J’ai été choquée que des ami-e-s proches puissent avoir voté Macron juste sur « il est jeune faisons lui confiance » avec en fond Mélenchon est trop agressif. Je précise que c’est des gens baby boomer qui sont maintenant relativement à l’abri.

    1. semons la concorde

      Les baby boomers ne sont pas plus à l’abri que les autres. La CSG de 2018 nous le rappelle. Outre le fait que nous sommes devenus taillables et corvéables à merci, si la crise monétaire qui se profile éclate, elle sera pire que celle de 1930. Le coup est d’ailleurs prévu par tous ceux qui rachètent de l’or depuis des années pour anticiper l’effondrement de la monnaie.

  14. Jeanff9

    Jean-Luc, votre post est une fois de plus brillant. Mais de plus en plus déconnecté du factuel. Déconnecté des résultats des élections partielles, mauvais. Déconnecté du peu de monde dans la rue lors d’appel à la mobilisation. Déconnecté des préoccupation des gens. Nous sommes peut-être révoltés mais de moins en moins selon votre grille d’analyse. Jean-Luc tu es brillant mais tu nous perds. Ressaisissons nous.

Les commentaires sont fermés.

©2015/2018 Jean-Luc Mélenchon / V5 / Design INFO Service | Contact | Mentions légales