Le mois dernier, ce blog a reçu 232 429 visites

98 commentaires


  1. kokkino

    Je connais un peu la Guyane et ses spécificités cependant je m’interroge sur le soutient à Davy Rimane de Léon Bertrand maire de Saint Laurent du Maroni avec la ribambelle de casseroles qu’il traîne et de l’élu PS de la 1ère circonscription qui a voté toutes les lois du quinquennat Hollande et fut un soutient de Valls. Que peuvent penser les électeurs guyanais de ces soutients qu’ils ne connaissent que trop bien. Une très large union c’est bien mais dans certaines limites et dans le respect de certains principes. J’ai bien entendu l’intervention de Jean-Luc Mélenchon à Saint Laurent : « qu’est ce qu’on y peut si ils nous soutiennent » en substance. D’accord mais alors qu’ils nous soutiennent modestement, dans l’ombre, si ils en sont capables ! Avons-nous vraiment à y gagner ? Cf la récent élection partielle de Belfort.

    1. semons la concorde

      On peut être de droite (ou associé comme le PS) et intelligent ! Quand la colère populaire se lève, mieux vaut retourner sa veste. La tactique électorale est toujours en vigueur et le restera, hélas, aussi longtemps que survivra cette 5e république.

  2. oberon

    Pourquoi les forces proches de LFI ne remportent-ils pas le succès électoraux ? Pourquoi les citoyens européens votent-ils extrême droite et non pour une vraie gauche ? « Au mieux » les gens s’abstiennent. LFI voudrait que le peuple se réveille. Soit. Mais LFI devrait s’ouvrir et tendre la main à d’autres mouvements proches comme celui de Hamon, du NPA.

    1. Bob

      Les classes populaires veulent des solutions claires en réponse à leurs souffrances économiques. La France Insoumise entonne une symphonie alors que les gens modestes aiment la chanson populaire. Accordons notre musique en clarifiant les avantages pour le petit peuple à voter LFI : mesures contre la mondialisation, traitement de l’immigration, mais aussi les sacrifices qu’il faudra consentir si nous quittons l’ Europe.

    2. Diane

      Quand on aura tiré les marrons du feu pour les Hamon et autre Laurent, que nous restera-t-il ? Et en plus la confusion !

    3. Deeplo

      C’est ce qui a été fait avec la campagne pour la sortie du nucléaire. Invitation à l’organisation en décembre restée lettre morte, abandon des sigles LFI, même des codes couleur de LFI, pour montrer la volonté d’ouverture et de coopération. Résultat : refus embarassé de Hamon dans une belle langue de bois. Il faudra renouveler l’approche bien sûr mais c’est sans espoir. C’est gens là veulent nous faire perdre. C’est très simple.

    4. Berche Jean Marie

      B Hamon savait bien avant les résultats officiels sa candidature au présidentielles vouée à l’échec. C’est un homme d’appareil depuis son premier engagement. Il a préféré essayer de récupérer un PS moribond, puis voyant la débâcle, créer son mouvement. Il n’a pas pas la dimension de ses ambitions. Lui et le NPA ne peuvent strictement rien apporter à LFI en termes de vision, de conviction, d’adhésion, politique, sociale, sociétale. Leur but premier est de vivre de leur mandat, de leur mandant. LFI a un programme, a des hommes pour l’incarner, le faire vivre par leur pédagogie et leur force de conviction. Fédérer le peuple çà c’est l’ambition de LFI, elle est belle.

    5. thersite69

      L’unité s’imposera d’elle-même, nous n’avons pas seuls le vérité, et la conscience est toujours rétroactive. Et il faut un long temps pour construire une conscience collectivement partagée, et avoir soi-même vécu assez longtemps pour relier les sens du texte de Pasolini en 1975 sur « la disparition des lucioles », du livre de Marcel Gauchet en 1986 sur « le désenchantement du monde », le ressenti subjectif des paroles de la chanson de Mylène Farmer datée de 1991 « Désenchantée », de la création sur Youtube de « La luciole mélenchantée » (formule excellente), en février 2016. Et tout cela sans laisser croire en mars 2017 que la FI propose encore le seul vrai et nouveau « mélenchantement » du futur. Car tous les insectes sont effectivement en disparition, comme les lucioles, les rossignols et les grillons, qui ne pourront plus être compris comme des symboles dans l’expression abstraite …

    6. sergio

      @oberon
      Je crois que les effets considérables de ce que Jean-Luc Mélenchon et son équipe appellent depuis quelque temps « le parti médiatique » répondent totalement à votre question. Ne subissez-vous vous-même tous les jours du matin au soir, comme les 3/4 (voire malheureusement bien plus certainement) des Français, un conditionnement idéologique et sémantique permanent pro-macron et anti-LFI ? Voyez des titres de presse ou de radios comme « L’Europe veut accélérer les réformes » ou « Les Français contre les emplois à vie » ou « Pour une baisse des impôts » ou même « Ma vie renaît avec les centres commerciaux ouverts le dimanche ou le soir ou avec ma banque en ligne ». Ils endoctrinent durablement des millions d’esprit qui n’ont ni le temps ni l’énergie ni les moyens culturels pour décoder, démythifier et questionner ces slogans de haine cachée et de guerre ouverte. Comme une drogue constamment instillée dans les millions de consciences aliénées.

    7. lucien

      L’argument du front commun a déjà été avancé comme moyen de rassembler la gauche. Alors pourquoi la LFI ne veut plus de ce front commun électoral ? Car les expériences du passé ont montré qu’il ne s’agissait que d’une unité de façade que les citoyens français ont rejeté. La stratégie adoptée lors des élections présidentielles et législatives, où Jean-Luc Mélenchon et la LFI sont partis seuls à la bataille ont montré la justesse de l’analyse. Le front commun sur des revendications précises comme le refus de la privatisation de la SNCF, la sortie du nucléaire est tout à fait possible mais en ne mettant pas en avant les sigles des partis et mouvements qui pourraient devenir un obstacle à l’unité.

    8. robindesvoix2

      Le fief commingeois du sieur Avrignanet à tenu la barre ? Tant d’abstention. Que diantre, 70% bientôt, un record d’abstinence électorale quand la trique à Macron frappe dur sur les esprits faibles et pas que….
      A quand le siphonnage de ces ex-socialos ? Pour l’instant ce sont eux qui nous aspirent le peu de voix ? La raison est fallacieuse à n’en pas douter, la macronite cette maladie contagieuse instillée par les solfériniens n’est pas prêt de nous contaminer au moins dans nos contrées giboyeuses. Notre chef à raison, le socle se maintient, et nous n’auront pas de mal à prendre les commandes du bateau avant qu’il ne coule, car force est de constater que le capitaine et ces acolytes ne s’économisent pas pour trouer la coque à l’aide d’un vilebrequin et des revues médiatiques éculées d’un fin 19ème siècle. Jaurès revient !

  3. rage au coeur

    Sortie du nucléaire, votation, j’arrive de tenir un bureau. Bien trop compliqué toute cette sophistication technique et idem pour voter en ligne. Il faut donner son n° de portable pour recevoir un code. Décourageant ! Entre ces sophistications techniques et la dispersion des forces antinucléaires. Quelle usine à gaz ! Cette campagne va faire plouf, dommage !

    1. Paronetto

      Je ne suis pas d’accord avec vous. Je viens de voter et je n’ai pas trouvé les démarches décourageantes. Franchement, bravo aux équipes pour le travail mis en oeuvre et l’efficacité du système pour en assurer la fiabilité.

    2. Annedé

      Mais non! ne soyons pas râleur. C’est rassurant qu’il y ait des « gardes fous ». Bravo aux équipes. Un bémol, nous n’avons mon mari et moi qu’un seul portable donc un seul vote possible. Mais nous allons trouver un portable disponible et nous voterons donc tous les 2 !

    3. marco polo

      Je ne suis pas un fan du portable, néanmoins j’en « possède » un. J’ai pu voter en ligne très facilement, il n’y a rien de décourageant. Cela donne des possibilités à des milliers de gens qui comme moi ont du mal à se déplacer. La dispersion des forces antinucléaires à le dos large, l’objectif est toujours de rassembler les gens, pas les partis ou assos réfractaires à cela. Aller, un effort et courage l’ami, tu t’exprimes via un ordi et que penses-tu de ceux qui n’en ont pas ?

  4. Invisible

    J’ai regardé-écouté votre intervention sur France 3 ce midi. Excellente. Une fois de plus, vous avez été olympien ce qui balaie tous les doutes et petits découragements qu’on a lorsqu’on est un simple spectateur de loin. Vous avez su tenir en respect les deux animateurs, respect ! Respect, c’est le mot qui ressort de cet entretien. On attend ce soir avec patience et peut-être qu’on aura une bonne surprise en Guyane dont France 2 ni France-Inter ne pipent mot, préférant se répandre sur la réélection sans surprise de MLP. On peut dire que le FN a eu sa publicité de faite toute la semaine. Il faut bien les garder au chaud !

  5. Daniel BESSON

    Sur la Guyane et les pêcheurs « illégaux » Brésiliens vous comptez faire quoi ? Relancer la « guerre de la langouste » avec le Brésil, faire ouvrir le feu sur les bateaux de pêche Brésiliens ?

    1. Francis

      Ou continuer à laisser bafouer le droit international et nos pêcheurs à l’abandon ? Il y a peut-être d’autres solutions que tirer à vue, non ? Par exemple engager une action diplomatique pour que ces incursions cessent et sinon engager une action juridique. Faire patrouiller la flotte sur les lieux de pêche n’a semble t’il pas d’effet réellement dissuasif car les navires « pirates » reviennent dès que la flotte s’éloigne. La France, grande nation spatiale ne saurait pas trouver les moyens de surveillance adéquats ?

  6. HD

    En ce qui concerne la votation en ligne. J’ai donné mon numéro de tel et après réception d’un code, une autre page s’affiche. J’ai indiqué le code postal de la commune où je suis enregistrée en tant que votante. Cette commune n’est pas reconnue. J’ai donc appuyé sur le bouton, non inscrit sur les listes électorales et là, lumière, j’ai pu voter. Si cette procédure peut vous aider.

  7. kokkino

    Je reviens sur la Guyane. Bien sûr qu’il est choquant qu’un bourg vote à 97% pour l’un des candidats. Mais à minuit passé et malgré ces 97% là Davy Rimane avait encore 1200 voix de plus que son adversaire de telle sorte que je le pensais (ou souhaitais) gagnant. Jusqu’à ce qu’arrivent les résultats de Saint Laurent, la principale ville de la circonscription dont le maire (de droite) soutenait Davy. Avec un tiers des voix seulement à Saint Laurent c’était perdu pour notre candidat. Aux municipales de 2014 Léon Bertrand avait été élu avec le même rapport des forces en sa faveur. C’est dire son discrédit depuis ! Je renvoies à ma précédente réflexion sur ce sujet que je ne pensais hélas pas être aussi pertinente…

  8. Richard

    Journaliste durant 1/2 siècle, homme de droite nostalgique de Sarkozy je ne voterais en aucun cas pour La France Insoumise, mais je partage l’avis de JL Mélenchon : « le corporatisme le plus noir des journalistes »  est une insulte faite à l’intelligence de ceux qui les lisent ou les écoutent.

  9. André

    Je ne dispose pas de portable e je ne voterai donc pas. Ne va-t-on pas un peu trop vite dans l’élimination des moyens classiques d’expression démocratique ?

    1. anne jordan

      Mais ne peux tu voter dans un lieu où il y a une urne ? Moi non plus, je n’ai pas de portable (et je déplore cette obsession de la technologie, totalement en contradiction avec les objectifs de maîtrise de la consommation, énergétique ou autre, qui nous anime !)

  10. Grégory C.

    Il faudrait presque un nouveau projet encyclopédique audiovisuel (un peu comme Diderot, d’Alembert) : tous les thèmes de la vie sociale, économique, privée avec des reportages pour chacun d’eux, en demandant la coopération des auteurs de grands reportages (qui existent déjà pour la plupart), Cash Investigation, par exemple. De créer un site à cet effet avec l’autorisation de ces auteurs pour les utiliser dans cette grande aventure intellectuelle à réaliser. En effet, je pense qu’il n’y a pas un secteur de l’économie, un secteur de la vie, un secteur géographique épargné par ces s… du monde libéral. […]

  11. Michèle B

    Sans doute pouvons-nous nous rejoindre ponctuellement, comme propose Besancenot, pour recréer des rassemblements significatifs sur le plan social, vital ( SNCF, retraités, hôpitaux, antinucléaire) face aux attaques ininterrompues de la dictature actuelle. Mais comme l’a suffisamment dit Jean-Luc, sans amalgame de sigles ni d’opportunisme. Pour l’évidente raison que nous avons le seul programme socio-écologique humaniste cohérent, ce qu’aucun autre parti ne présente, des députés hors-pair, au-delà des rivalités d’égo de ces systèmes. Donc, si par ex. les députés PC votent souvent comme nous, notre message doit rester clair, surtout pour les européennes. Tant que le PC ne veut remettre en cause ni l’UE ni le nucléaire. Quand à Hamon (qui a déjà été utilisé pour nous couler) il a déjà signé avec le parti Diem 25 de Varoufakis, un leurre « réformiste » initié par les banques eurocrates contre les peuples. Sans fermer la porte, sans doute y a t’il plus de chance côté plan B.

    1. lucien

      Tout à fait d’accord. De plus, Hamon et le PC continuent à discuter avec Tsypras et Siryza alors qu’ils s’attaquent au peuple grec en obéissant aux ordres de la Troïka. Nous avons un plan A et un plan B pour l’Europe, ils se refusent à en discuter. Nous sommes pourtant les seuls à proposer une alternative à cette Europe libérale. On ne peut pas toujours continuer à se prononcer, à tout bout de champ, pour le front commun de gauche et ignorer la réalité des positions de chacun sur l’Europe.

  12. Gaulo

    Au vu des résultats des élections partielles, force est de constater que FI ne progresse pas, alors qu’une forte abstention devrait lui profiter. Moindre démobilisation de son électorat de 2017, agrégation des mécontentements face à la politique antisociale du pouvoir. Quelle analyse fait FI de ces décevantes élections partielles ?

    1. Salabert

      On peut être déçu du résultat des élections partielles qui viennent d’avoir lieu, surtout en ce qui concerne celle de la Guyane. Je pense toutefois qu’il ne faudrait pas oublier que notre mouvement ne date que de février 2016, cela fait donc juste deux ans d’existence. Qui peut penser sérieusement qu’en deux ans nous allions « renverser la table » ? Surtout quand on sait toutes les chausses trappes qui nous sont infligées par à peu près tout ce que notre pays compte de parti politique, gauche y compris et les attaques incessantes des médias de la « bienpensance ». Alors évidement nous aimerions que cela aille plus vite, mais le temps politique est un temps long, et le chemin que nous proposons n’est pas le plus facile car nous faisons appel à l’intelligence et je suis persuadé que nous finirons par éveiller les consciences.

    2. Invisible

      L’abstention est un grave problème. Il est préoccupant que les gens se désintéressent de la politique. Ils ne font plus le lien entre l’eau qui coule au robinet et la régie publique ou privée de l’eau. Ils considèrent tout comme acquis.

    3. kokkino

      Je ne pense pas que l’on puisse dire que les résultats des élections partielles soient décevants politiquement parlant (même si nous-mêmes pouvons être personnellement déçus). Les électeurs ne sont pas des adhérents, encore moins des militants. D’une manière générale la participation aux partielles est nettement moins importante qu’aux élections générales toutes sensibilités considérées et les candidats qui ont fait les scores les moins importants aux générales se voient marginalisés aux partielles. De ce point de vue il est remarquable de constater que la FI ne recule pas ou très peu et dans certains cas progresse. Après cela chaque partielle est un cas particulier qui nécessite une analyse particulière. La Guyane n’est pas la Haute Garonne évidemment.

  13. morfin

    Nous devons prendre le temps de bien analyser les résultats de ces élections et pas nous précipiter sur les interprétations du jour.
    Pour le vote contre le nucléaire, c’était possible place République, à l’ancienne donc, mais j’ai commis l’erreur de bien laisser mes coordonnées et oublier de voter ! Pour les portables, oui, ils sont exigés partout, pour obtenir un billet de train grand voyageur, pour s’inscrire sur Ameli ou la CNAV, ou les impôts, bref çà devient comme un truc obligé, mais je ne cède pas personnellement, sachant que çà abîme les oreilles qui ont des acouphènes et qui fabrique cette saloperie en Afrique (des enfants esclaves pour le coltan). Que ce soit indispensable à certains pour leur job ou autre, çà ne me gêne pas, mais c’est le caractère obligatoire, mine de rien, qui est insupportable.

  14. marco polo

    Sur la campagne électorale de la FI, les délires du « Monde » continuent, relayés par « France Culture » en long en large et en travers. Lu cet article particulièrement tordu qui entretien le flou du financement avec le statut d’autoentrepreneur, entre autre. Aujourd’hui, c’est Alexis Corbières qui fait les frais de cette malhonnêteté des journalistes. Il va falloir mettre les points sur les « i » à ce journal et ces deux journalistes que je ne veux pas citer, ce serait leur faire trop d’honneur. Faut-il fournir des preuves de l’action du parti médiatique « mainstream » souteneur des oligarques qui financent une presse aux ordres. Ils en profitent au passage pour baver sur le « Média », enfin tout ce qui gêne l’oligarchie !

  15. morfin

    Au sujet du plan programmé de grève perlée de la SNCF pour trois mois, ce sont nous les travailleurs peu argentés, et aussi les intérimaires et précaires qui allons subir les retombées en terme de baisse de nos salaires, galères pour se rendre au travail et se loger, etc. sur les 36 jours prévus. P. Laurent ose parler de mettre les usagers avec les cheminots pour les convaincre du bienfait des services publics, comme si nous l’ignorions ! J’avais averti plusieurs que le plus simple et efficace est de mettre des tables dans toutes les gares, avec des cartons d’information et de votation citoyenne et bloquer l’accès aux machines à paiement et guichets pour des trajets qui se font, même encore plus, mais à titre gratuit. Le gouvernement bougera quand il verra qu’il n’a plus son fric et que les usagers sont du coté des cheminots. C’est çà le peuple !

  16. Autrement

    L’acharnement atlantiste des médias (oui, on peut les haïr pour cela, sans rien perdre de la lucidité requise) fonce tête baissée dans toutes les machinations visant à diaboliser Poutine. Sur le grotesque bobard monté par May contre la Russie, voir sur le site du grandsoir.info les articles de V. Marakhovsky et Moon of Alabama. On y apprend que la Russie, conformément à l’accord international, et contrairement aux USA, a détruit depuis longtemps son stock d’armes chimiques, et que l’inventeur du produit utilisé contre Skripal a émigré depuis 20 ans aux USA. Et que Skripal était impliqué dans les dénonciations du clan Clinton accusant la Russie d’avoir fait élire Trump. Cela, ils ne le disent pas ! Mais aux dernières nouvelles (France2), nous apprenons qu’entre autres « sanctions », le moins-que-rien qui nous gouverne se permet de boycotter le stand de la Russie au Salon du Livre ! Et voilà comment les médias s’amusent à jouer avec le feu.

  17. kokkino

    Très intéressante conférence de presse cette semaine (accessible sur le site de la FI) organisée par le groupe FI à l’Assemblée Nationale avec la présence du 1er ministre japonais en exercice au moment de la catastrophe de Fukushima. Avec des informations qui valident la faisabilité de notre programme de sortie « rapide » du nucléaire. Durant 23 mois après Fukushima le Japon s’est complètement passé d’énergie d’origine nucléaire. Alors que la consommation d’électricité a baissé de 10%, 50 des 54 réacteurs existants ont été arrêtés en 8 ans soit 90% d’un parc pratiquement de même importance que le nôtre. De quoi faire réfléchir !

  18. malinvoy

    L’UE dans sa course ultra libérale s’est attaquée partout à l’université et à la recherche. Plusieurs universités sont en ébullition en France et notamment à Toulouse. Dans un article très documenté de J.L Bouthurel paru dans Europe Insoumise de notre ami Olivier Tonneau on s’aperçoit que les universitaires allemands sont en train de revendiquer le système Français post 68 que le gouvernement français a entrepris de liquider !

  19. educpop

    Il est envisagé ici le risque de favoriser une révolte qui aboutisse au retour à un ordre conservateur. En effet le peuple souverain pense avoir droit à la sécurité et il accorde son suffrage à ceux qui semblent la garantir le mieux. La révolution citoyenne appartiendra à ceux qui détiendront une majorité dans les urnes même si ce ne sont pas ceux qui en avaient élaboré et défendu les principes, donc il faudrait considérer comme une priorité un élément du programme politique qui précise la question de la sécurité. Grosso modo il est probable que la population ne considère pas la FI comme en pointe sur ces questions. Mais peut-on dépasser un vieux tabou, une crainte légitime d’affaiblir les défenses qui nous préservent de l’adversaire historique retranché derrière sa désespérante morale réactionnaire ?

Les commentaires sont fermés.

©2015/2018 Jean-Luc Mélenchon / V5 / Design INFO Service | Contact | Mentions légales