real fake news

11.06.2018

La loi « fake news » était une fake news ?

Grosse agitation médiatique et même la une du Figaro et du Monde. Mazette ! Puis Pchitttttt ! Plus rien. Certes, la loi a été discutée. Mais elle n’a pas été votée. Stupeur ! Les médias qui ont senti le vent du boulet sont rentrés dans leur coquille sans un mot, trop contents d’avoir échappé aux délires des macronistes. Officiellement, conformément aux normes habituelles de la désastreuse organisation des débats à l’Assemblée, le temps aura été insuffisant pour aller au bout de la procédure. En effet, il s’agissait de la niche parlementaire de la République en Marche. Ce temps spécial a une organisation spéciale : on ne peut débattre au-delà d’une heure du matin. C’est comme ça que notre proposition de « loi pour le droit de mourir dans la dignité » a été évacuée. À une heure du matin, il restait une foule d’amendements. Tout fut clos. Malaise ! Étrange quand même, non ? Sont-ils nuls à ce point ? Ça parait curieux.

Aussitôt a fleuri une hypothèse. Comme les macronistes ont compris que le tollé sur le sujet n’allait pas décroître, ils ont eux-mêmes organisé l’impasse. En effet, s’ils tenaient tant que ça à ce texte, pourquoi ne pas l’avoir mis en premier plutôt que celui sur l’interdiction des portables à l’école ? Cette organisation des débats aurait donc eu pour objet de permettre l’élimination du texte sans le dire. D’où le silence des médias eux-mêmes le lendemain de cet exploit grotesque. Conclusion, ils se sont moqués de nous. Moqués du Parlement. Ils nous ont contraints à passer une journée et un débat sans objet. Ne reste que le plaisir de les avoir ridiculisés dans l’argumentation et de les voir détruire eux-mêmes leur travail initial.

[mom_video type= »youtube » id= »tY9rtRKo4J4″ width= »560″ height= »315″]

DERNIERS ARTICLES

La journée d’action intersyndicale contre la retraite à 64 ans a tenu sa promesse. Elle fut historiquement nombreuse et déterminée. Elle a marqué un…