merkel et trump

Trump entre en guerre contre l’Allemagne

Le sommet de l’OTAN s’est ouvert à Bruxelles le 11 juillet. Donald Trump a choisi cette occasion pour viser une fois de plus l’Allemagne. Après ses exportations d’automobiles, ce sont maintenant ses importations de gaz russe qui sont visées par le Président des États-Unis. Il accuse l’Allemagne d’être « complètement contrôlée par la Russie ». Rien de moins. Il vise pour cela un projet de gazoduc, le North Stream 2. Il a été suivi par le gouvernement d’extrême droite de Pologne, caniche grotesque totalement alignée sur les positions américaines et paranoïaque belliciste vis-à-vis de la Russie. Ainsi, le Ministre des Affaires étrangères de la Pologne, Jacek Czaputowicz, a déclaré que « Ce projet est un exemple de pays européens qui fournissent des fonds à la Russie et lui donnent des moyens qui peuvent être utilisés contre la sécurité de la Pologne ». On voit le genre d’énergumène ! Penser que la Pologne puisse être menacée par la Russie est en effet une forme de l’orgueil nationaliste dans ce pays.

Le North Stream 2 est un pipeline qui doit, à l’horizon 2020, relier la Russie et l’Allemagne en passant par la mer Baltique. Il permettra de doubler la capacité d’exportation de gaz de la Russie via cette route. Il s’agit de soutenir la demande croissante en gaz de l’Europe puisque la Commission européenne elle-même prévoit que la demande va s’accroitre de 120 milliards de mètres cubes dans les 20 prochaines années. Certes, il s’agit à sa manière d’un désastre écologique qui ne trouble pas grand monde parmi les faiseurs de blabla écologistes. Mais puisque le gaz circule et qu’il s’agit de réorganiser cette circulation, voyons ce qu’il en est dans les bras de fer actuel entre Europe et Amérique.

Le projet North Stream 2, financé par l’entreprise russe Gazprom et un consortium d’entreprises allemandes, néerlandaises, autrichiennes et française (Engie), est logiquement conclu par l’Europe avec son premier partenaire en matière de gaz : la Russie. Il n’existe pas de contre-proposition sur ce continent.  Pourtant, ce choix contrevient aux intérêts des Etats-Unis. D’abord, comme en toutes choses, ils voudraient eux-mêmes vendre leur gaz naturel à l’Europe. Voilà un marché sur lequel ils sont en mauvaise posture. Sur le marché européen du gaz, ils arrivent après la Russie, la Norvège, l’Afrique du Nord et même le Qatar. La part du gaz naturel liquéfié américain en Europe est tombée à 1% alors qu’elle était encore de 6% l’année dernière. Trump veut reprendre sa part non par l’amélioration des prestations américaines mais par la force.

Une autre raison pousse Trump à s’opposer aussi bruyamment au North Stream 2. En effet, en passant la mer Baltique, le gazoduc permet de contourner l’Ukraine. Aujourd’hui, un tiers du gaz russe exporté vers l’Europe passe par ce pays a qui de confortables royalties sont donc versées à cette occasion au gouvernement d’extrême droite du coin. L’aboutissement du projet North Stream 2 permettra évidemment de réduire cette part. Et de diminuer les moyens des néonazis locaux. Comme depuis 2014, le gouvernement ukrainien est enrôlé dans le camp des États-Unis, le projet russo-européen menace directement l’influence des États-Unis. On comprend au passage les dessous du conflit de 2014 à propos de l’Ukraine. Il s’agissait bien du contrôle des routes énergétiques entre la Russie et l’Europe.

Trump ne se trompe donc pas lorsqu’il met ce sujet sur le tapis à l’occasion du sommet de l’OTAN. Ou quand il le lie avec l’injonction qu’il fait aux pays européens de dépenser plus pour l’OTAN. Pour les États-Unis, c’est le même sujet : celui de leur agressivité envers la Russie. En abordant ainsi les deux sujets, il confirme que l’objet principal de l’OTAN en Europe est de cultiver la domination nord-américaine en Europe et de lui donner un contenu dans l’esprit belliqueux envers la Russie.

Cette attitude a, en Europe, ses adeptes, en particulier à l’Est. J’ai déjà cité le ministre polonais. Les gouvernements des pays baltes ont eux-aussi dit leur opposition au projet. Mais d’autres voient avant tout l’intérêt économique qu’ils ont à un partenariat stable avec la Russie en matière énergétique. L’Allemagne, mais aussi la Suède et la Finlande qui ont déjà donné leur accord pour que le gazoduc passe par leurs territoires. La France est engagée à travers l’investissement d’Engie. Mais le Président Macron nous a habitué aux courbettes devant les injonctions américaines. Ainsi, il s’est empressé de faire voter dans la loi de programmation militaire l’augmentation de dépenses militaires que Trump demande. Ainsi, il n’a pas levé le petit doigt pour les entreprises françaises installés en Iran quand le président américain a décidé de rétablir des sanctions. Cet atlantisme est néfaste pour notre pays. Il joue contre nos intérêts nationaux, contre notre intérêt économique immédiat.

Tout ce tableau nous ramène à la grande bascule géopolitique en cours. Les États-Unis d’Amérique doivent compenser le danger de la dédollarisation du monde par la reconstruction d’une base productive nationale. La dédollarisation est le résultat prévisible de la domination de la production chinoise sur le monde de l’économie productive. On paie et on achète dans la monnaie de celui qui achète et qui vend. La Russie et les autres pays de la zone Eurasie sont dans ce camp. Si le dollar n’est plus la monnaie de paiement international, il sera ramené à sa valeur réelle référée à la production et aux équilibres (et surtout aux déséquilibres) de l’économie des USA. Cela correspondra à une monstrueuse dévaluation. Et donc à un chaos sans pareil jusqu’à ce jour. Trump n’a donc nullement un comportement irrationnel. Il assume que c’est par un nouveau rapport de force qu’il peut tenir la suprématie des États-Unis.

L’Europe et l’Euro sont des concurrents pour les USA et le dollar. Depuis le premier jour. Les coups tordus se sont multipliés dans ce registre. On peut classer la crise Grecque dans cette catégorie compte tenu de son origine bancaire… À présent, dans sa confrontation avec l’Europe, les USA ciblent l’Allemagne parce qu’elle est la première puissance productive du continent européen et qu’elle accumule le plus d’excédent commerciaux avec les USA. On peut donc présager une dégradation de longue haleine de l’image de l’Allemagne dans les médias atlantistes. Le caractère « russe » du gaz vient renforcer la paranoïa anti-russe dominante dans le discours officiel. Il justifie à la fois la défense de l’intérêt du gaz américain et l’injonction d’acheter du matériel de guerre fabriqué aux USA. C’est un tout. Le bellicisme de Trump est d’abord une opération commerciale. Et comme les guerres sont surtout le résultat de l’activité des marchands de canon, on peut dire, après de Villepin, que les conditions d’une guerre généralisée se rassemblent sous nos yeux.

DERNIERS ARTICLES

Sophie Binet et la CGT à la hauteur de l’histoire, à la hauteur du combat qui s’engage. Un appel à l’action clair et fort….
À peine le contrat de législature du Nouveau Front Populaire publié, le camp macroniste, déjà bien fébrile depuis l’annonce de l’union de toute la…
Rechercher