capitole melenchon usa

Les USA en naufrage

Nous sommes sidérés. Littéralement. Un monde vient de prendre fin aux USA. Un symbole s’écroule. En témoigne le ton pleurnichard de Joe Biden aussi consternant que tout le reste de la situation. À l’heure à laquelle je tape sur mon clavier, il faut faire appel à ce que nous connaissons de plus stable et de plus sur dans ce genre de circonstances : soutenir ceux qui incarnent la démocratie à cette heure. C’est à dire  : les parlementaires de tous bords du congrès des USA soumis à la violence des manifestants d’extrême droite.

De tous côtés, de toutes opinions, les soutiens sont les bienvenus pour barrer la route aux putschistes. Plus le monde et les autorités réagiront contre les putschistes, plus ils seront isolés, plus forts seront ceux qui leur résistent. Aucune naïveté n’est possible. Tous les putschistes du monde agissent de la même manière : ils ne s’arrêtent que s’ils sont stoppés. Les personnages décomposés que l’on voit s’agiter à l’intérieur du Congrès US à moitié nu ou dans de défroques improbables sont des marionnettes. Autrement significatif est le comportement permissif des prétendues forces de l’ordre qui ont laissé les manifestants entrer et se répandre dans un pays où on a la gâchette bien plus facile en temps ordinaire dès qu’on porte un uniforme de policier. Autrement plus significatif encore est le caractère coordonné des attaques contre d’autres congrès dans les États fédéraux. Chaque réaction compte dans ce type de moment ; car à travers elle c’est la résistance à la contagion qui se construit. À travers elle se rendent concrets les liens qui unissent les peuples entre eux et avec leur démocratie.

En France, deux heures après le début des évènements on aura été frappé par le consternant silence et manque de solidarité des responsables politiques gouvernementaux LREM, dont Emmanuel Macron. Sans doute parce qu’ils ont été pris à revers de leur solidarité ostentatoire avec Trump. Même silence au RN, ce qui est moins étonnant puisque Marine Le Pen avait accompagné le refus des résultats dénoncés par Trump. Même silence à LR, à l’exception remarquable de Xavier Bertrand. Le plus pitoyable aura été le « président » de LREM Stanislas Guérini uniquement soucieux d’une polémique avec moi. Son compère président du groupe LREM majoritaire à l’Assemblée nationale, Christophe Castaner s’est inscrit aux abonnés absents.

S’il ne s’agissait que de ceux-là on s’en moquerait. Mais la France qu’ils sont censé représenter ? L’OTAN Londres et Berlin ont immédiatement condamné les putschistes. Où est passée la France ?!

DERNIERS ARTICLES

En ce moment revient souvent dans le récit médiatique la référence à Léon Blum. Bien sûr, l’intention est de l’opposer au Nouveau Front Populaire….
Tout bien pesé, Macron n’est-ce pas Orbán ? Le néo « dictateur » hongrois avait été élu une première fois comme libéral. Le peuple…
Rechercher