05.02.2021

Proportionnelle : lettre à Emmanuel Macron

Lettre de Jean-Luc Mélenchon adressée à Emmanuel Macron le 5 février 2021.

Monsieur le Président de la République,

Monsieur François Bayrou nous propose de vous demander le rétablissement de la loi électorale appliquée en 1986 sous la présidence de François Mitterrand. Celle-ci organise l’élection à la proportionnelle départementale de l’Assemblée nationale. Le programme des insoumis, « l’Avenir en Commun », est favorable à la proportionnelle. C’est pourquoi nous n’avons pas de difficulté à appuyer une initiative qui va dans notre sens.

Nous y voyons une façon de reconstruire le lien très abimé entre le peuple souverain et sa représentation politique. Le niveau inouï de l’abstention depuis le début de votre quinquennat en atteste. Dans cet esprit d’ailleurs, pour nous, c’est la Constitution elle-même qui serait à réécrire par une assemblée élue à cet effet. Le référendum d’initiative citoyenne ou celui autorisant la révocation d’un·e élu·e comme le parrainage citoyen des candidatures à l’élection présidentielle y contribueraient tout autant.

Mais, dans l’immédiat, ce serait une façon simple d’avancer dans la bonne direction en modifiant la loi électorale. Le retour au texte de la loi de 1984 le permettrait facilement. Une majorité sur ce point peut se dégager dans l’Assemblée nationale pour le faire, dès maintenant et dans les délais. Il suffirait pour votre gouvernement de faire savoir son accord pour inscrire à l’ordre du jour un texte d’initiative parlementaire.

Dans l’attente de vos intentions, veuillez agréer, Monsieur le Président, mes salutations républicaines,

Jean-Luc Mélenchon
Député des Bouches-du-Rhône

DERNIERS ARTICLES

La session parlementaire est close. Je devrais pouvoir fermer mon cahier de post. Mais pourrais-je entrer dans la phase intense de pause que permet…
La scène internationale m’afflige autant que les misérables simagrées des macronistes avec leur diversion sur l’antisémitisme attribué à la LFI. Certes, il s’agit pour…
Ce post paraîtra deux jours après la publication du précédent. Mais comme au moment où je commence mes lignes, c’est dimanche, jour de pause…