07.05.2021

Courrier à Emmanuel Macron pour que la France soutienne la levée des brevets sur les vaccins à l’OMC et dans les prochaines discussions internationales

« Monsieur le Président de la République,

Le Président des États-Unis, Monsieur Biden, a annoncé mercredi dernier que son pays soutiendrait la levée des brevets sur les vaccins contre le Covid-19. Aujourd’hui ces brevets sont un obstacle majeur pour la production et la diffusion de ces vaccins dans le monde et donc pour la sortie de la crise sanitaire.

L’Afrique du Sud et l’Inde, particulièrement touchées ces dernières semaines, avaient demandé la levée temporaire de ces brevets dès le mois d’octobre à l’OMC et à nouveau en mars. Vous vous y étiez opposé. Nous faisons cette proposition depuis de nombreux mois. Vos députés européens s’y sont encore récemment opposés au Parlement européen. Vos ministres ont déclaré sur tous les tons que c’était inutile.

À la suite de cette annonce de Monsieur Biden, vous avez amorcé un revirement de position en déclarant être favorable à ce que la propriété intellectuelle soit levée et à ce que les vaccins contre le Covid-19 soient des biens publics mondiaux.

Il est temps de transformer ces paroles en actes et que l’intérêt général prime sur les intérêts des entreprises privées. Nous vous demandons que la France soutienne la levée des brevets sur les vaccins contre le Covid-19 à l’OMC et dans les prochaines discussion internationales.

Dans l’attente de vos intentions, veuillez agréer, Monsieur le Président, mes salutations républicaines.

Jean-Luc Mélenchon au nom du groupe de La France Insoumise à l’Assemblée nationale »

DERNIERS ARTICLES

La session parlementaire est close. Je devrais pouvoir fermer mon cahier de post. Mais pourrais-je entrer dans la phase intense de pause que permet…
La scène internationale m’afflige autant que les misérables simagrées des macronistes avec leur diversion sur l’antisémitisme attribué à la LFI. Certes, il s’agit pour…
Ce post paraîtra deux jours après la publication du précédent. Mais comme au moment où je commence mes lignes, c’est dimanche, jour de pause…