20.11.2021

La Guadeloupe en feu. Macron seul responsable.

La situation est très tendue en Guadeloupe. C’est le résultat d’une façon d’agir à la Darmanin, avec beaucoup de mépris pour les populations des DOM-TOM. Il a joué sa partition traditionnelle : le pourrissement, histoire de pouvoir diaboliser les gens en action et réprimer ensuite avec une violence qui force l’admiration des brutes et de l’extrême droite qu’il courtise.
 
Car il faut savoir que l’exaspération actuelle vient de loin. Les mains tendues coté guadeloupéen n’ont pas manqué. Un collectif guadeloupéen rassemblant plus d’une trentaine d’organisations syndicales et citoyennes est mobilisé depuis le 17 juillet contre l’obligation vaccinale des soignants et des pompiers et contre l’extension du « passe sanitaire ».
 
Ainsi, depuis plus de 4 mois, les réunions syndicales, meetings populaires et marches se sont succédés toutes les semaines. Toutes les semaines ! Y compris en pleine 4ème vague, particulièrement meurtrière et traumatisante la Guadeloupe. Et cela malgré un confinement et un couvre-feu renforcés.
 
Aucun signal de dialogue n’est jamais venu du gouvernement. Les suspensions de personnels soignants et pompiers, bien que repoussées en raison de la quatrième vague, ont été maintenues. Elles sont désormais effectives depuis le 15 novembre, date du début de la grève générale. À l’heure actuelle, les services de santé sont totalement délabrés et le droit à la santé n’est plus respecté .
 
Nous rappelons que près de 70% de la population n’est pas vaccinée. On peut dire que la campagne de conviction est un échec total. L’application du passe sanitaire soulève donc des problèmes de société insolubles.
 
Les services de pompiers, par exemple, fonctionnent grâce à leur dévouement : une grande majorité d’entre eux n’est pas vaccinée. Ils sont pourtant réquisitionnée malgré les menaces de suspension !
 
À tous ces problèmes il faut ajouter une longue liste de questions non résolues depuis de nombreuses années. L’exaspération est à son comble. Ainsi quand sont recommandés des gestes barrière alors que 60% de l’eau puisée n’arrive jamais au robinet…. Sans oublier l’empoisonnement du sol et des eaux du territoire par le chlordécone, crime imprescriptible que les gouvernements n’en finissent plus de vouloir contourner.
 
Les décisions aberrantes, l’indifférence et les mensonges des autorités laissaient prévoir facilement l’explosion qui a eu lieu. Tout était prévisible. M. Macron a choisi de regarder ailleurs et de laisser la situation dégénérer. Telle est la logique de pourrissement et de diabolisation qui permet ensuite de justifier une répression féroce.
 
L’annonce d’envoi de renforts de CRS par le ministre Darmanin est un très mauvais signe. C’est la stratégie violente habituelle de la macronie qui se déploie. Les effectifs prélevés sur les autres DOM de la région laissent la place libre sur place. Le message est bien reçu.
 
Sur place, le collectif réaffirme son opposition à l’obligation vaccinale réelle ou déguisée par l’imposition d’un passe sanitaire. Pour ma part, je demande au gouvernement de prendre la mesure réelle de la situation guadeloupéenne en ouvrant des négociations rapidement avant que des seuils soient franchis. Et que les autres DOM-TOM voyant la férocité et la nullité de la réponse apportée aux demandes des citoyens libres n’en tirent à leur tour de l’exaspération très active. En Guadeloupe, il est temps pour Macron de choisir la désescalade et le retour aux moeurs républicaines : le respect des populations et le dialogue normal.

DERNIERS ARTICLES

La session parlementaire est close. Je devrais pouvoir fermer mon cahier de post. Mais pourrais-je entrer dans la phase intense de pause que permet…
La scène internationale m’afflige autant que les misérables simagrées des macronistes avec leur diversion sur l’antisémitisme attribué à la LFI. Certes, il s’agit pour…
Ce post paraîtra deux jours après la publication du précédent. Mais comme au moment où je commence mes lignes, c’est dimanche, jour de pause…