Le mois dernier, ce blog a reçu 372 806 visites

100 commentaires


  1. Leroy

    Je partage beaucoup de ce commentaire à l’exception de cet engouement pour la Marseillaise. Elle n’était pas le chant révolutionnaire, des sans culottes, mais le chant de la bourgeoisie pour tromper le peuple.

    1. Jean Louis

      Si on en restait aux temps présents, il y a tellement de choses à faire et à combattre. Ceci étant « Dans le contexte originel, la Marseillaise est un chant de guerre révolutionnaire, un hymne à la liberté, un appel patriotique à la mobilisation générale et une exhortation au combat contre la tyrannie et l’invasion étrangère » chanté pour la première fois par des ancêtres de la garde nationale, les fédérés, venant de Marseille pour défendre la patrie, et aussi bien l’Empire que la Restauration ont essayé de s’en débarrasser, ce chant ne peut pas être donc si mauvais ! En tout cas polémique finie, c’est notre hymne national.

    2. Gavroche

      Pourquoi avoir supprimé, notamment dans vos meetings électoraux et dans les manifs, l’Internationale ? Pour ne pas faire fuir le bourgeois ? Et pourtant, les paroles de l’Internationale reflètent mieux ce que nous ressentons actuellement, face à cette société qui se fout des opprimés, des exclus, des plus démunis d’entre nous. Maintenant, ce sont les plus jeunes qui la chantent. De même, on aurait aimé un appel plus audible de la part de FI, en faveur de cette marche, le 18 novembre 2017, du Front Social vers l’Elysée!

    3. Gilles Langlois

      Les paroles de l’Internationale sont quasiment parfaites pour notre classe, à l’exception de « du passé faisons table rase » car cela me semble ni possible ni juste. Le présent se construit sur un passé bâti par des femmes et des hommes tels que Galilée, Darwin, Louise Michel ou Marie Curie. Et surtout, n’oublions pas ceci: « il n’est pas de sauveur suprême, ni Dieu, ni César, ni tribun. »

  2. Mittaine

    Trop excellent ce Mélenchon, ça en fait une cible au moment précisément ou l’on découvre officiellemen que l’intelligence des hommes diminue, la sienne est trop éclatante. Je partage beaucoup de ses idées et actions même, n’étant pas Mélenchoniste pour quelques autres idées qui me déplaisent fortement comme par exemple sa bagarre pour la laïcité qui á mon sens est une utopie considérant la puissance des sentiments religieux et croyances chez chaque personne. Ces sentiments et croyances ont des racines, des histoires, c’est comme une histoire d’amour, elle est indélébile.

    1. L. A.

      @Mittaine
      Vous vous méprenez sur la laïcité : «une utopie» rendue impossible par «la puissance des sentiments religieux et croyances chez chaque personne» ? Mais non ! La laïcité est le seul système d’organisation de la vie sociale qui tient compte des différents sentiments religieux et permet à tous d’avoir les croyances qu’il veut sans craindre d’être brimé par les autres. Ce n’est pas le rejet ou l’interdiction des croyances, mais la protection de la liberté de conscience de tous : chacun peut avoir les convictions qu’il souhaite tant que ça ne nuit pas aux autres. C’est pourtant simple à comprendre, non ? Ne pas l’admettre c’est déjà faire preuve d’intolérance. Le respect de la laïcité, c’est la seule façon de ne pas s’entredéchirer dans ces guerres de religions dont la France a une expérience séculaire. Seule la laïcité y a mis un terme. Ce n’est donc pas une utopie. Quant à ceux qui aujourd’hui encore sèment l’horreur et la haine, ce sont ceux qui ne respectent pas…

    2. Bertrand

      On peut effectivement dire que le besoin d’avoir une ou des croyances semble être une fonction cognitive de l’espèce humaine. La laïcité n’est pas le rejet de cette caractéristique. Cela n’aurait aucun sens puisqu’il s’agit d’un fonctionnement intrinsèque. C’est une organisation sociale qui permet aux différentes formes que peut prendre cette caractéristique de coexister en séparant le domaine du privé de celui du commun.

  3. ComteZer0

    Ce texte est plus agréable à lire qu’une commémoration du 11 novembre à vivre. L’hécatombe de la grande guerre ne doit pas être oubliée, car c’est elle qui conduisit à la défaite de 40, tandis que son origine était dans la guerre de 1870.

  4. educpop

    On attend un évènement déclencheur de la mobilisation populaire, anesthésiée pour l’instant par la société de consommation. Il est probable que ce sera la crise du système financier qui va mettre tout le monde sur la paille. Dès que la bulle va exploser, qui est comme une baudruche trop gonflée faite d’un matériau qui n’est pas fait pour ça. Tout comme pour le changement climatique, tout à coup il va y avoir un pallier, une modification profonde des usages parce que tout ce qui n’est pas très solide va casser. Vers quoi se tournera la détresse des hommes, l’identitaire ou le partageur ? Nous organisons une veille, C’est vraiment bien mais les exellentes interventions diverses de Jean-Luc Mélenchon, de même que nos actions conduites par de petits groupes, semblent parfois irréelles. Le mythe d’un David insoumis face au goliath du capitalisme financier est plus que jamais d’actualité.

  5. THIENNETTE Philippe

    Je comprends les sentiments forgés au fil des commémorations, je les partage, mais seulement intellectuellement. Hommage au courage des Sans nous.
    Tout mon soutien à Raquel, mes félicitations pour les raisons de son choix.

  6. celadin georges

    A propos de 11 novembre, souvenons nous, de Wendel demandait à l’état major français de ne pas bombarder ses usines qui fabriquaient les obus allemands. Et l’état major a accepté. La grande boucherie de 14-18 a servi à certains. A bas les guerres ! Déclarons toute guerre hors la loi.
    Hérodote, l’historien grec disait il y a 2400 ans « nul n’est assez insensé pour préférer la guerre à la paix ». Eh bien si.

    1. Daniel BESSON

      Non ce n’est pas ça ! L’Etat-Major voulait bombarder le bassin de Longwy et ses usines travaillant pour l’effort de guerre Allemand. Les méchants « maîtres des forges » ont fait savoir que par représailles les Allemands pouvaient détruire plusieurs usines travaillant pour l’effort de guerre Français avant leur évacuation vers l’arrière. Cela a été résumé par la formule « Foutez leur la paix et ils nous foutront la paix (le temps que l’on évacue les usines à l’arrière) ». Après le déménagement des équipements, les Allemands étaient conscients de la vulnérabilité de ces sites, certaines usines ont été détruites tout simplement pour éviter la concurrence après la fin de la guerre, quel que soit le vainqueur.
      La véritable histoire est parfaitement documentée. On connaît au tour et au laminoir près le matériel saisi ou détruit et n’est pas constituée de mythes gauchistes !

  7. RIBIERE

    Les valeurs politiques et sociales universelles d’égalité, de vérité, de justice, de laïcité, de liberté, de fraternité portées par Jean-Luc Mélenchon sont aussi celles auxquelles j’adhère. Merci pour son engagement, sa clairvoyance, sa ténacité. Merci aussi à tous les plus jeunes réunis autour de sa pensée dans la même détermination, aux antipodes de la duplicité criminelle de la sphère économico-politique internationale dominante.
    En ce qui concerne la mémoire des grandes tueries européennes du siècle écoulé, je les vois comme une culture d’humanité indispensable : ce dont l’être humain est capable à l’égard de ses semblables lorsqu’il est le jouet des puissances d’argent. Mais je les vois également comme une solennelle et subliminale prophétie qui laisse entrevoir à ceux qui s’y arrêtent que de nouvelles tueries de masse surviendront inéluctablement si nous ne nous mobilisons pas. Les fondamentaux de ces tragédies n’ont pas disparu. « Plus jamais ça ! », conjuration vaine, même…

  8. Bonnet

    Moi aussi ça me gêne cet engouement de Jean Luc pour cette Marseillaise dont il faut ignorer certaines paroles hier assassines, aujourd’hui franchement crétines, pour pouvoir l’entonner. D’accord pour ne pas abandonner la musique de cet hymne national aux seuls hypernationalistes bas de plafond, mais pourquoi pas garder l’air et renouveler la chanson avec des paroles qui seraient en résonance avec nos sentiments fraternels et internationalistes, voire pacifistes ? Il y a eu des essais en ce sens dans le passé. Pourquoi pas sur le métier remettre l’ouvrage et ainsi marier un patrimoine culturel historique qui fait vibrer à l’unisson (la musique) et de nouvelles paroles plus dans la veine de « On lâche rien ! » par exemple ?

  9. patrice 30

    Maudite soit la guerre. Que de souffrances causées par la vanité des hommes. Etre conduit à l’abattoir et ne pouvoir rien faire. Les noms de tous les poilus morts au combat sont inscrits sur nos monuments aux morts. A la mairie d’Aigues Mortes ils sont gravés année par année sur le mur de l’escalier qui conduit au premier étage. A été ajouté l’année 1919 et il y a autant de noms de gravés que pour les années précédentes. Vive la non violence !

  10. Robert

    Hors de question de toucher à la Marseillaise. L’hymne a été composé dans des circonstances particulières. La patrie était en danger,d’où les paroles guerrières. Changer les paroles voudrait dire qu’on ne respecte pas l’Histoire et plus particulièrement celle de la grande Révolution Française. La Marseillaise ne doit pas être accaparée par la seule extrême droite, et nous la gauche arrêtons d’avoir honte de chanter à pleine voix cet hymne révolutionnaire à la fin des meetings de la France Insoumise !

  11. dumas catherine

    Pour avoir vendu des bleuets pendant toute mon enfance, horrifiée par ce que j’avais pu comprendre avec mes petits mots à moi, au regard de ce pauvre homme à qui il manquait un bras et qui me tendait sa boite en ferraille dans laquelle les gens déposaient leur pauvres dons, je pleurai comprenant toute l’horreur de la guerre. Ma Mamie que j’adorai étaient en deuil de ses deux frères « morts pour la France » hélas beaucoup trop jeunes. Aujourd’hui le mot guerre me glace. Est ce que maman de quatre garçons je les laisserai partir à la guerre comme « chair à canons » comme disait Mamie, je ne crois pas.
    Rachel est la personne que j’aurai du choisir pour défendre ma fille contre tous les abus d’avocat, d’huissiers tous véreux, si j’avais la santé et les deniers aujourd’hui je lui demanderai de nous aider, hélas je ne peux pas, quelle ne lâche rien.

  12. Invisible

    Nous avons pleinement confiance dans nos représentants, Danièle, Raquel, parce que nous faisons l’effort de visionner de temps à autre leurs vidéos et nous voyons la vérité. Pour tous les autres gens, c’est différent : ils vont « gober » les informations calomnieuses qu’on leur fournit à dessein et ainsi, ils se tiendront éloignés de notre mouvement qui, pour eux, sent le souffre. Pourtant ceux qui nous accusent de malversations sont les véritables chancres de la société et si le procès de la famille Fillon n’a pas encore rendu son verdict, nous avons notre intime conviction (j’espère ne pas avoir commis de faute à l’égard de la présomption d’innocence ?). C’est ceux qui nous salissent qui sont sales, en général, et qui ont la main dans le pot de confiture alors ils masquent leurs turpitude et les rejetant sur nous.

  13. christian

    Je me permets de vous faire part d’un nouveau regret, à savoir ne plus trouver la lien « France insoumise » qui permettait de s’informer sur les interventions de nos députés à l’Assemblée ou ailleurs dans le pays.

    1. Robert

      Tu tapes France Insoumise Youtube sur ton moteur de recherche favori et tu trouveras ton bonheur !

  14. PELLOT

    Merci encore et toujours, Monsieur Mélenchon, de vous adresser chaque semaine à notre sensibilité et à notre intelligence.
    Pour la revue de la semaine, s’il vous plaît, ne changez rien. le côté minimaliste est un atout face à cette gabegie de mises en scène, de scoop, de spectacle faussement spontané. Surtout, surtout, pas de public, pas de présentateur, pas d’applaudissements, pas de questions des auditeurs, rien qui vienne polluer le discours. Nous avons besoin de concentrer toute notre attention sur ce que vous nous expliquez et essayez de nous faire partager. Et s’il est également intéressant d’écouter vos collègues, que ce soit dans un autre cadre, la formule que vous avez évoquée (2h d’antenne) me paraît très bien.
    Merci de nous donner des clés pour comprendre et de nous donner du courage.

  15. jc

    Cette idee d’archiver les fake news et questions malveillantes est tout simplement geniale ! Bon courage pour la suite, de la part d’un soutien jeune mais de longue duree. Vive LFI !

  16. Eric

    Je dois l’avouer, j’ai été très touché par l’émouvante évocation de la guerre de 14-18. Des millions de morts dont les noms décorent en listes interminables les monuments aux morts. Cela m’a replongé dans l’humeur qui me saisit lorsque je visite la partie de l’Île du Souvenir à Lyon où les listes de noms sont entrecoupées de statues des poilus à l’action.
    Je profite de ce message pour exprimer mon soutien à R. Garrido qui sous l’empire de la nécessité me semble avoir fait un choix judicieux. Porter la voix/voie de l’insoumission. Je veux également vous exprimer mon soutien qui je l’espère avec celui d’autres vous aidera à supporter les sceaux de boue qui s’abattent sur vous en continu depuis plusieurs mois maintenant. Croyez bien que tout cela peut nous dégouter ou nous enrager selon le moment mais n’entame jamais la confiance que nous avons en votre honnêteté et sincérité. Courage aux élu.e.s insoumis.es (député.e.s et autres) et que viennent les jours heureux.

  17. Baulès Jacques

    Il fut un temps où les media s’amusaient à caricaturer Georges Marchais. Aujourd’hui c’est Jean-Luc Mélenchon ! Et pourtant quelle hauteur de vue et quelle culture ! Merci encore de ce « papier » !

  18. pierre cousty

    Mon grand père a fait cette Grande Guerre, comme on l’appelle si injustement. Aucune guerre ne devrait bénéficier de ce qualificatif qui, utilisé au sujet de celle de 14-18, revêt un aspect glorieux. Ce fut pourtant une boucherie épouvantable ou l’on sacrifiait, sans se poser de question, 1000 vies pour la prise d’une colline qui souvent, n’était pas aussi importante stratégiquement parlant, qu’elle pouvait l’être pour la gloriole d’un général. Mon aïeul a fait son devoir au delà de ce que l’on peut demander à un être humain. Il a fait presque tous les mauvais coins. Marne, Ardennes, Somme, Verdun. Blessé deux fois, il fut finalement démobilisé avec 2 citations dont l’une à l’ordre de l’armée, la croix de guerre, la médaille militaire et un trou de la taille d’une main, au niveau d’une omoplate. Mais sa plus grave blessure aura été une incapacité à s’adapter à la vie, à sa famille. Il reçut sa dernière médaille, la légion d’honneur à 72 ans. Fermez le ban.

Les commentaires sont fermés.

©2015/2018 Jean-Luc Mélenchon / V5 / Design INFO Service | Contact | Mentions légales