Le mois dernier, ce blog a reçu 372 806 visites

621 commentaires


  1. Clement

    Nous devons comptabiliser le vote blanc, instaurer une vraie politique écologique (limiter la consommation d’eau par personne/j), les besoins primaires doivent être publics, instaurer des outils plus efficaces pour que les jeunes puissent grâce à des tests s’orienter et voir leurs compétences, ne plus apprendre à être au dessus du voisin mais à travailler avec le voisin.

  2. Mat

    Quand je dis que je vais voter blanc au 2nd tour et que je discute avec des amis de gauche, certains me reproche vigoureusement de ne pas faire barrage au FN. Franchement c’est rassurant de voir, ici ou là, que c’est l’avis de pas mal de monde de ne plus légitimer la politique de la droite complexée ou décomplexée en nous mettant sous le nez, le fameux chantage au FN.

  3. Florian

    Bonjour Jean-Luc,
    Je crois qu’il faut arrêter de dire que les Français ont en majorité suscité de l’intérêt pour l’extrême droite. Les Français, en majorité, n’ont pas voté. Ainsi, les proportions réelles de votants pour le FN, l’UMP et le PS sont respectivement de 12, 11 et 10% des français en âge de voter (source).
    Je fais partie de ces abstentionnistes que les partis de tout bords ne se gardent pas de rabaisser au rang de « sans opinion ». Et pourtant, je peux vous dire au combien nous sommes souvent politisés et pleins d’opinions Jean-Luc !
    La triste vérité, c’est que dans l’esprit de beaucoup d’entre nous, le FN n’est plus la pire des solutions. Non pas qu’il ait été dédiabolisé, non pas qu’il soit devenu meilleur ou plus moral – de ce côté là, pas grand chose n’a vraiment changé semble t-il -, mais plutôt que les autres principaux partis l’ont rejoint dans les limbes de la médiocrité, de l’opportunisme et de l’irrespect permanent envers leurs électeurs.
    Je vous ai donné ma voix au premier tour de la présidentielle de 2012, puis à « l’ennemi de la finance » au second, et croyez bien que j’en ai terminé avec les désillusions et la gueule de bois des lendemains de fêtes. Ce pays est gouverné par le capital, et je ne choisirai plus entre un parti qui veut fermer nos frontières et deux partis qui, tour à tour, vont jouer les va-t-en guerre aux quatre coins du…

  4. MOUILLE Jean-Pierre

    Si je comprends bien, il s’agirait de faire barrage au pire tout en confirmant la prépondérance de l’insupportable. Comme en leur temps le maintien de Chirac ou le rejet de Sarkozy, avec bien sûr à l’esprit que le printemps de gauche émergera un jour ou l’autre pour qui sait être persévérant et patient. Soit, pensons aux générations futures, mais il y en a peut-être aussi un peu marre de sacrifier la nôtre après les précédentes au nom de la fidélité à des partis qui se désintègrent dès qu’apparaissent de viles opportunités électorales dans leurs rangs. Que reste-t-il de la révolution citoyenne au Front de Gauche ? Un phagocytage pour certains, une impuissance pour d’autres. Place au peuple ? Certes, mais face à la cacophonie et la dispersion d’une majorité de ceux qui se prétendent ses soutiens, hormis Jean-Luc Mélenchon à qui la considération et le respect restent dus tant qu’il ne pousse pas trop loin le bouchon de la prétendue utilité républicaine, je ne vois guère poindre de révolution véritable sans étape insurrectionnelle préalable.

  5. dk

    La façon dont les ex-démocraties dont la France gèrent les agissements de DAvenir en CommunH (sans parler de leur responsabilité dans l’apparition de ce groupe de terroristes) ressemble beaucoup à la réaction du PS face à la montée du FN. Des actions de court terme complètement inefficaces, voire contre-productives, à moyen terme.
    Pour le second tour, Manuel Vals crie haut et fort à ses troupes de quitter leur terrain de jeu pour 6 ans afin de laisser la place à la droite la plus proche du FN (Cf Estrosi). Les 4 conseils régionaux en question ne seront donc plus composés que de conseillers de droite et d’extrême droite. Quelle que soit la stratégie politique derrière cette décision, elle accrédite l’image droitière du gouvernement actuel. La politique de la chaise vide pour 6 ans est une sacrée punition pour le PS. Merci M. Vals !
    Je n’irai pas voter car je n’ai plus confiance envers les hommes qui sont sensés nous représenter et qui n’ont de motivations que personnels.
    Enfin s’il fallait encore un argument supplémentaire pour une 6ème république, le voilà. La constitution actuelle faite pour le bipartisme et une majorité conduit à des compromissions odieuses lorsqu’on ne rentre plus dans l’épure de 1958.

  6. bebert 5994

    Après tout ce que je viens de lire, je sais que dimanche je vote blanc, Hollande et sa bande qui se disent encore socialistes ne sont plus de gauche et ceux qui s’accordent aujourd’hui pour des postes c’est pareil. Je me crois laic, républicain et démocrate et hors de question de voter pour la droite, et je doute de connaitre le bonheur de la 6ème vu mon age. Gardons l’espoir !

  7. Didier

    Bonjour Jean-Luc, bonjour Camarade (c’est en ces circonstances que « Camarade » prend tout son sens),
    Ensemble et avec patience, espoir, mais aussi lucidité, amour et combat de la haine, notre chemin fait de petit pas fera un jour (peut-être pas sous notre regard) le bonheur de nos enfants, petits-enfants et …
    Aujourd’hui, la honte pourrait faire revenir certains afin de nous rappeler l’Histoire, mais les plus mal lotis de France, qui donnent leurs votes à l’illusion sauraient-ils entendre d’autres chants plus viables que ceux des sirènes armées de mauvaise foi ? Je ne le pense pas. Tout au moins, en ce moment de l’histoire de France. Aussi, s’il faut en passer par le mal pour pouvoir combattre le mal, alors, même si cela est un pari bien risqué et stupide, nous devrons y passer.
    Alors, sur la base de ces 6 années, l’illusion ne pourra tenir la distance et nous pourrons argumenter sur la malheureuse expérience qu’une majorité du peuple aura mis aux manettes. Et pour que cela ne soit pas un échec, mais seulement une mauvaise expérience démontrée, alors il nous faudra être au rendez-vous pour reconstruire.
    Tiens bon Jean-Luc, toi et les Camarades, la lutte pour un meilleur vivre ensemble n’est pas perdue, elle ne demande que du temps et que le peuple découvre les dessous d’un spectacle d’illusionnistes patentés. Restons debout, patientons, échangeons au quotidien avec nos rencontres, le mieux vivre ensemble est devant nous.
    Amicales salutations.

  8. la pavana

    Au premier tour, j’ai voté par discipline la liste à laquelle le PG présente des candidats mais au 2ème tour je voterai la liste choléra afin de ne pas subir la peste qui a obscurcie l’Espagne durant 40ans. C’est ma conscience qui me dicte cela en mémoire de mes parents et eux seuls.

  9. suiram

    A quoi servent les régions ? A mon avis c’est une démagogie de communication sur le dos des citoyens. La France et ses départements (peut-être remodelés à la marge à l’aide de critères sains( ?)) sont suffisants pour définir et gouverner notre pays. Le 1er tour des élections régionales n’a pas permis de mettre en dynamique les citoyens et les organisations qui se vivent et se réclament de la « vraie gauche » (autre que le PS de la pseudo synthèse molle, libérale et autoritaire) Nous ne pouvons rattraper les choix des diviseurs (ici PCF, là écolos, ailleurs…)
    Maintenant c’est le « second tour ». Choix entre FN et droite, je vote blanc. Choix entre FN, droite et PS-gauche hautaine, je vote blanc. Choix entre FN, droite et gauche qui élabore de nouvelles listes en fonction des résultats du 1er tour, je vote pour.
    Bon courage à Jean-Luc Mélenchon et aux militants du PG. Que de force de caractère pour ne pas détourner le regard face à cette suffisance Hollandaise et hypocrite.

  10. Thewolff

    Les fusions techniques et autres derniers découronnements militants.
    Qu’on n’attende pas de moi un vote pour les fabriques à monstres sous prétexte de battre le monstre que ces usines ont nourris. Ce sera vote blanc. C’est trop tard ! Surtout si aucun changement pour le peuple n’est annoncé. Ouvrons les yeux, le FN n’a rien gagné en voix. C’est le peuple en souffrance qui s’est réfugié dans l’abstention et pour quelques imbéciles dans le vote FN. Combattre le FN ne peut se faire qu’en redonnant espoir concret à ceux qui souffrent. Travail utile et motivant, salaires décents, logements, air respirable, conditions de vie digne. Donc rien de ce qui tient lieu de conduite dans la politique du PS ou le serait par l’autre droite. Leur disparition pour laisser la place à des rassemblements agissant pour l’humain d’abord est le seul chemin de lutte face à l’escroquerie FN.
    Bruno, encore adhérent PG à cette heure.

  11. Louis Sénéchaut

    Bonjour Jean-Luc Mélenchon,
    Je suis, comme beaucoup d’autres commentateurs sur ce fil, choqué que les listes issues des formations constitutives du Front de gauche, (PCF comme PG et Ensemble), fusionnent avec les listes PS, et ce, semble-t-il, à peu près partout où cela est possible. À commencer par l’emblématique Île-de-France. Comment continuer à prétendre combattre la politique Hollande-Valls, reconnue à bien des égards comme pire que celles jamais menées par la droite, et s’allier pour gouverner les régions avec les soutiens de cette même politique ? Comment continuer à dénoncer la manœuvre politicienne des mêmes quand ils surenchérissent sur les exigences sécuritaires et identitaires du FN ? Comment échapper à cette image catastrophique de supplétifs du PS, pire même comme une variante un chouya plus radicale d’une gauche à mille lieux des préoccupations populaires ? Quelle folie d’accrocher sa barque à une gauche en train de sombrer, dans une soi disant union de la gauche uniquement destinée à préserver quelques chances pour Hollande en 2017 ? Alors même qu’il fallait se séparer radicalement du PS pour sauver l’espoir d’une vraie gauche, autonome, et vraiment résolue à prendre le pouvoir, seul barrage possible à l’ascension du FN.
    Qui peut s’empêcher de penser que l’attrait des places a été le plus fort ? Non pas l’attrait pour les personnes, il ne faut pas leur faire ce procès, mais l’attrait pour les organisations, pour ce que les…

  12. Tux

    J’ai été ravi de pouvoir voter pour la liste EELV-Front de gauche en midi-pyrénées, seule alternative crédible à gauche. C’était très énervant jusqu’à présent de devoir choisir entre ces deux listes avec lesquelles on est d’accord ! Pourvu que ça se renouvelle. Et pour dimanche ce sera évidemment PS sans quoi la culture, le train qui m’est cher (et qui est cher à la planète) et tant d’autres choses partiront en fumée. Oui le PS et l’UMP sont deux choses bien différentes à l’échelle locale et régionale !

    1. rotelli

      Bonjour
      Je vis a Montpellier. Pourriez vous m´expliquer la différence entre le PS et la droite ? Non, je ne vais pas voter PS. Il est temps d´une foi pour toutes et pour être crédible de rompre avec le PS et si nécessaire avec une frange de PC. Il y a 4 ans le présidente Hollande a gagné grâce aux voix de FdG et après il a fait une politique plus a droite que Sarko. Pendant tout ce temps on a pesté et avec juste raison contre le gouvernement actuel. Alors, dimanche on recommence ? Et on se fera avoir encore et encore. Nous somme masochistes ou quoi?
      Je voudrais pouvoir exprimer mes pensées dans ma langue maternelle mais je suis en France et par politesse et par simple logique je fais des efforts pour faire comprendre ma pensée. Et je sais que ce n´est pas un problème de maitrise de la langue sinon une schéma de pensée différent (je pense en espagnol).

  13. J.CAL

    Monsieur Mélenchon, comment expliquez vous que des partis politiques et différentes personnalités partisans d’un changement de société ne puissent s’entendre afin de participer à la réalisation d’un liste unique au premier tour.
    Et maintenant lorsque l’on nous propose « bonnet blanc et blanc bonnet » que faire ? Voter pour une idée, oui ! Se coucher pour voter contre une idée et satisfaire l’envie d’être élu, non ! Il est regrettable que de nos jours les bulletins blancs ne soient pas comptés comme exprimés, car comme moi, de nombreux intervenants semblent se diriger vers un tel vote. Après un espoir de changement (j’ai encore à la maison la pancarte VIème République), il faudra rechercher le pourquoi d’un tel gâchis et pourquoi les travailleurs de la ville ou de la campagne n’ont pas adhéré aux idées du Front de gauche.
    En espérant que mes petite idées ne sembleront pas trop simplettes, je vous souhaite bon courage.

  14. antoniewski

    Salut à tous et toutes
    Pourquoi les lecteurs réguliers de ce blog doivent ils attendre France info de mercredi matin alors que ce soir les listes sont connues et les carottes sont cuites ?
    Moi je suis pour le bulletin nul en IDF !

  15. Frederuc

    Cher Jean Luc
    Je pense que le mal est profond dans notre société, on a laissé à la politique la simple gestion économique du pays. Alors quand celle-ci est mal réalisée, la frustration monte. Il faut que les partis dits républicains travaillent ensemble à un projet de reconstruction dans lequel se reconnaîtraient les Français. C’est l’absence de projet, d’alternative, et finalement l’autodestruction de ces partis de gouvernement qui créent un sentiment de vide chez beaucoup. La droite républicaine démolit la gauche, et vice versa, comme si nous étions en guerre civile. Le nihilisme est à la base de toute forme de radicalité. Et voter FN est une forme de radicalité.
    Je crois donc à l’intelligence collective transpartisane susceptible de mobiliser les Français : électrifier l’Afrique, opérer la transition énergétique, autant de chantiers mobilisateurs et a-idéologiques qui pourraient réunir les meilleurs experts. J’apprécie de te lire pour l’humanité que tu dégages. Hélàs le système broie ce qui est le plus fragile : la créativité et la générosité, l’intelligence et la sensibilité.
    Bien à toi

  16. Greline

    Je vois les choses d’un autre point de vue, point de vue horizontal, au sein d’une société informés aux travers des média, souvent ignorants en matière politique.
    Donc, dans la perspective des conséquences que cela aurait dans l’esprit des gens de leur rang, aucun signal de toute puissance laissé à la droite ne doit être donné. La gouvernance de l’oligarchie utilise le PS pour nous tordre le bras et nous soumettre à sa loi inique. Vaincus, il nous faut donc plier mais tenir la position et limiter autant que possible la pandémie de l’aigreur et de la haine qu’elle a instillé dans la société. Mais hors appareil, n’oublions pas que les votants, les militants et aussi les inscrits sur les listes de gauche et même PS ne sont globalement pas les mêmes que ceux inscrits sur les listes de droite. Que fera la droite et l’extrême droite. Que présumer de ce qu’ils feront et de nos capacités à réagir. N’oublions pas que la société ne comprend déjà pas quand on lui dit que ça va mal. Elle criera qu’on déraille si on révèle un pire qui serait advenu. Pas de politique du pire, loin de lâcher la bride, activons nous plutôt dans l’action militante.

  17. ggbal

    Salut Jean-Luc,
    Comme toi un peu découragé et c’est peu de le dire. Merci a tous ceux qui se battent encore pour essayer de faire passer un message, car pour le moment on ne peut plus dire pour essayer de gagner. Pour la suite je pense qu’il ne faut plus parler des partis (ça ne débouche que sur des magouilles que personne ne veut plus voir) mais il faut dénoncer leur objectif. Tous les partis et les médias qui amplifient le message, droitisent les esprits sous prétexte de modernité. Le FN n’est que l’expression de cela. Nous avons perdu cette bataille. Il faut revenir aux fondamentaux, a nos valeurs. Notre programme est devenu illisible, nous sommes trop loin de la pensée générale (ne parlons pas de notre stratégie sur le terrain et des ego de tous). La solidarité existe encore un peu, la fraternité personne ne sait plus ce que c’est, l’égalité a peut etre existé un jour ? Quant a la liberté, on en perd un petit bout chaque jour. Dur travail que de tout reprendre a la base.

  18. crussol rouge

    Le Front de gauche est mort. Les fusions « techniques » avec le PS ? Non, le vote blanc est ma réponse. J’ai vécu 68, le PSU, le PS, et nada !

  19. cata

    J’ai également été ravi de voter pour une liste commune Vert-FdG en Midi-Pyrénées, mais non, je n’irai pas voter pour le PS. Trop de traitrises depuis 2012. Je me demande, de l’éducation à la défense, de la politique étrangère à la politique intérieure (sans oublier la politique européenne),si il y a un seul point sur lequel ils ont été, même pas bons, simplement acceptables. J’en arrive même à me dire que l’UMP n’aurait pas fait pire, dans certains domaines ! Ça m’amuse d’ailleurs assez de voir qu’en Bretagne, « ils ne sont pas parvenus à un accord ». Dans cette région le PS n’avait-il besoin d’aucun supplétif ?

  20. Julien

    Si on résume, Danièle Simmonet se maintient au 2nd tour des municipales et se présente donc contre Anne Hidalgo (PS déjà avec le PCF) dans une démarche cohérente et là en IDF, exemple parmi d’autres, nous fusionnons alors même que notre candidat est co-président du PG avec cette même Danièle Simmonet. Le changement est peut-être du à la présence en IDF cette fois-ci sur la liste PS de Julien Dray un ami qui ne nous veut que du bien !
    La question n’est plus pour moi de savoir si je vais, ou pas, voter Bartolone ou blanc (pas de risque FN en IDF), je ne parviens toujours pas à me décider, mais plutôt à quoi joue-t-on et ne se moque-t-on pas des militants ou sympatisants PG ? Dans une région à risque FN, j’irais même jusqu’à voter les LR ( ne serait-ce que pour préserver les planings familiaux, les lycées des dérives xénophobes et réactionnaires du FN) mais dans une région sans risque FN…
    Bon courage à vous Jean Luc dans tout cela et surtout ne lâchez rien.

Les commentaires sont fermés.

©2015/2018 Jean-Luc Mélenchon / V5 / Design INFO Service | Contact | Mentions légales