Le mois dernier, ce blog a reçu 372 806 visites

101 commentaires


  1. Jozon

    Je suis insoumis. Je reconnais le mouvement de la FI comme un fédérateur. Il reste que je trouve à Jean-Luc Mélenchon un souhait d’être legaliste un peu trop prononcé. Pour mon niveau de gens moyens, j’attends de La FI un peu plus révolutionnaire !
    Macron et les oligargues de tout poil ne sont pas dans la dentelle et écrase le peuple de France sans ménagement. Macron et les oligargues nous ont déclaré une forme de guerre, gazé les manifestants, faire tabasser les gens même âgé, menacer et interdire le droit de manifestation etc. Alors nous allons attendre jusqu’à la mort de plusieurs manifestant comme au metro de Charonne pour y aller le destituer l’autocrate dictateur.

    1. delphine

      Exactement, aucun gouvernement d’oligarques ne tombent sans violence. regardez donc L’Islande qui n’a pas payer les dette de 2008, c’est doté d’une constituante, et n’a jamais ete appliqué, les gouvernants n’avaient pas ete remplacer. Malgre leur manif, les meprisants le ont resté. Sans mettre a bas les gouvernants, et encore, on y arrive pas. L’augmentation du smic en 68 c’est pas avec dentelle, et ce sont les syndicats qui ont négocié le poids de nos chaines, et ont poussé par des votes faussé les femmes a reprendre le travail. Attention.

    2. Marc

      La question n’est pas de se demander si JL Mélenchon est légaliste ou non. Que voulons-nous ? Que le peuple entre en action d’une manière très large. Le large soutien dont bénéficient les gilets jaunes doit se transformer en action populaire de masse, c’est cela qui permettra de faire reculer le gouvernement Macron. Quel est l’intérêt de condamner la violence ? Parce que celle-ci vient toujours contre la manifestation du ras-le-bol, ce gouvernement n’attend que ça pour discréditer les gilets jaunes auprès de ceux qui les soutiennent mais cependant hésitent encore à agir. La façon dont les violences des Champs-Élysées ont été réprimées et l’exploitation qui en a été faite par les médias parle clairement. Être révolutionnaire, c’est d’ouvrir le débat comme il se produit en général : à l’injustice sociale il faut proposer la justice sociale avec le rétablissement de l’ISF, déployer le CICE pour une vraie transition écologique, etc. voilà qui est fédérateur !

    3. RAVEN

      Il y a tant d’exemples où la violence a finalement desservi notre cause. La lecture régulière de ce blog a fini par me convaincre que c’est la force du nombre, la prise de conscience collective par capillarité, solidarités mutuelles, et sans oublier le bons sens de la phrase de Hugo, « rien n’est plus puissant qu’une idée dont l’heure est venue ».

  2. vega

    La violence samedi est venue de l’État et pour les besoins de l’État d’abord. Autre chose qui va secouer mais qui est ressentie : qu’on arrête de seriner les gens avec l’écologie car tout le monde sait son importance mais elle ne se fera pas dans ce système de libre marché. Donc l’urgence sociale et politique doit nécessairement passer avant. Vous avez déjà eu la réponse du ras-le-bol populaire pour l’électoralisme. Non pas seulement à cause d’un certain brouillage d’étiquette et d’un manque de clarté à propos de l’UE, mais aussi à cause d’un sentiment profond d’abandon ressenti par le peuple. Il ne s’agit pas que d’injustice fiscale, mais d’un manque de moyens élémentaires d’existence, du manque de services publics gratuits, de leur piètre qualité, de l’éloignement de tout pouvoir, de la pression au travail qui le vide de sons sens, de l’absence de perspective sous le fouet de l’UE, etc.

  3. Charly

    Je viens de finir de regarder LCI, pour moi Jean-Luc Mélenchon propose sans cesse de guider de proposer autre chose qui répond j’oserais presque dire a 100% de ce que les gens expriment et de ce que je viens d’entendre, alors bien évidemment tout ne peut pas être comme on le pense ou que nous aimerions à la virgule près, mais convenir au plus grand nombre et même si on a pu entendre souvent qu’il n’y a pas d’homme providentiel, admettons qu’un programme peut l’être quand on voit ou nous en sommes.

    1. Chat

      Bon nombre d’aspirations des gilets jaunes coïncident avec le programme que nous soutenons depuis des années. On mesure ici les dégâts causés par la caste médiatique qui a su étouffer la quasi totalité des propositions de la FI en cantonnant nos représentants à des questions destinées à faire le lit du FN puis du RN. Or, dans la grande majorité, les gens regardent la télé sans aller chercher plus loin. L’impact est colossal. Les débats pipés, les pièges, la désinformation ont laminé toute chance que notre programme soit connu des masses. Les revendications des gilets jaunes qui viennent de crever les écrans me rassurent sur le fait que notre programme correspond bien aux attentes de gens qui sont loin d’être une minorité. Nos résultats décevants sont bien le fait d’un sabotage médiatique.

  4. hdb

    J’essaie de ne pas me laisser aller mais je reçois de très mauvais signaux sur la laïcité. Entre Baubérot et Pena-Ruiz, ma laïcité et la votre me semble-t-il sont celles de ce dernier. Vous avez toujours été ferme sur ce sujet, votre position argumentée, toutefois je crains que vous ne soyez pas suivi. Dans toute organisation il faut bien un exécutif qui exécute, mais sur les principes il y a une ligne à tenir. Pour moi, c’est une ligne rouge qui me vient du fond des tripes et j’espère que la France Insoumise ne l’a pas franchie. Les théocrates sont toujours là, il faut des militants de la laïcité. Un message clair serait le bienvenu.

  5. Chat

    Un autre élément explique l’insuccès de la FI, c’est le rejet de la chose politique en bloc. Des années de promesses faites pendant les élections et non tenues par les candidats de gauche ou de droite, avec cette phrase terrible de conséquences de Mr Chirac sur les promesses qui n’engagent que ceux qui y croient. Les déçus n’écoutent plus personne. La rupture est profonde, cette révolte jaune s’est nourrie de trop d’années de foutage de gueules, et éclate aujourd’hui comme le prédisait Mr Mélenchon il y a peu de temps.

    1. Richard S

      Une chose est de d’annoncer, de prévoir, de jouer les oiseaux de bonne ou de mauvaise augure, une autre est d’avoir prise sur le cours des choses et des évènements. Et là, nous sommes mal ! Depuis quelques jours, nous pètent à la figure, un échec électoral, des départs et non des moindres, un mouvement de colère « dégagiste » qui est né en dehors de nous, sans nous, qui n’est pas celui que nous pensions et qui ne nous épargne pas plus que les autres formations, partis ou syndicats. On a beau se dire que la colère est mauvaise conseillère quand elle est à courte vue et que la vraie question n’est pas de prendre le train en marche, mais plutôt de l’aiguiller. Il faut nous ressaisir et peut-être revoir notre copie, non ?

  6. Invisible

    Amendement posé auprès du webmestre : que le sigle A E C soit remplacé par la formule complète Avenir En Commun. Et que la formule complète ne compte que pour 3 caractères de police d’écriture ! En effet, comme on n’a droit qu’à un nombre limité de caractères, cela pousse les contributeurs à utiliser les sigles, pour économiser ! Je ne parle pas de ceux qui le font juste par paresse… Mais pour le lecteur, c’est très déplaisant.
    En tout cas, on retrouve l’ambiance, le débat, la fébrilité de 2012. C’est génial.

  7. patrice 30

    Si le tout voiture s’écroule il va falloir le remplacer. Aucun plan B n’est prévu. La crise de désespérance des gilets jaunes est criante, elle passe de mieux en mieux dans l’opinion le parlé vrai des gilets jaunes percute. La colère exprimée par des femmes de ce mouvement touche nos sentiments. Pas étonnant que la sympathie pour ce mouvement grimpe à 84 % du jamais vu ! Plus que le taux d’abstention à ces tristes partielles perdues. La cinquième République n’est plus en phase avec le peuple français, la ruralité se meurt et la colère enfle.

  8. Charly

    Ce qu’il faut comprendre c’est que notre président n’est pas le marionnettiste, le capital tient les ficelles et pour ces gens la, le président est en échec du maintien de la paix social qui garantit le business et je suis convaincu que soit des consignes vont être donné pour lâcher du leste ou sinon le Capital lâchera les ficelles par peur de perdre le pouvoir. Les gens atteignent le paroxysme du supportable, c’est cela qui est en partie responsable du fait que les gens n’entendent pas la bonne parole politique. On a tous connu l’enfant qui est assoiffé, affamé et en manque de sommeil, vous en tirer rien. Les gens ont besoin de souffler, le verbe politique de manière générale, verbale ou écrit, s’il est trop technique ou lointain dans l’action qui changera leurs condition de vie a l’heure qu’il est entraine le rejet.

  9. Virgil Brill

    Dans cette page d’histoire, un petit paragraphe peut-être pas nouveau mais surprenant. Le fondateur, porte-parole, inspirateur et leader de la France Insoumise tourne le dos au chemin qu’il avait lui-même tracé. Il se rabiboche avec les «frondeurs » du PS et avec Hamon, esquissant cette Union de la gauche des carpes et des lapins dont il avait parfaitement montré l’absurdité.
    À Épinay-sur-Seine il montre avec justesse et brio la nécessaire solidarité entre les quartiers et les Gilets Jaunes, liée à leur statut commun d’exclus géographiques par une turpitude délibérée du capitalisme qui les exclut du même coup à la fois économiquement et socialement. Du grand Jean-Luc Mélenchon. Et puis patatras, il déclare sa flamme aux quartiers, ce qui est légitime, et dans la foulée leur déclare qu’ils sont la Nouvelle France ! Non pas qu’ils ont leur place dans la Nouvelle France, leur bonne et fière place, mais bien qu’ils sont la Nouvelle France. Oubliés, les Gilets Jaunes et L’Avenir en Commun ?

    1. patrice 30

      Les gilets jaunes sont les initiateurs de ce mouvement que personne n’avait prévu et qui fonctionne. Ils ne veulent pas de politique ni de conseils. Ils n’ont pas besoin de tuteurs. Maintenant ils sont critiqués par les grands professionnels des médias pour leurs revendications fourre tout qui vont jusqu’à la dissolution de l’AN. Mais à la différence de ces grandes personnes grassement payées eux ils sont sur des ronds points sous la pluie et le froid et dans la nuit. Ah j’oubliais, ils ne sont que 3700 et leur mouvement s’essouffle. Il vaut mieux entendre cela que d’être sourd.

  10. kokkino

    Entièrement d’accord avec l’analyse de Jean-Luc Mélenchon. Je regrette cependant que dans nos propositions, cette fois-ci encore, nous oubliions systématiquement les salaires, les retraites et l’emploi qui sont devenu le cœur des revendications des gilets jaunes avec l’injustice fiscale et qui rejoignent les revendications de la majorité de la population. D’autant plus que l’augmentation du SMIC, celui des pensions de retraites peuvent être d’effet immédiat. Je suis étonné également que nous ne demandions pas la suppression du prélèvement à la source…

    1. Guy-Yves Ganier d'Emilio

      Droit opposable à l’emploi, augmentation du SMIC, revalorisation et indexation des salaires et des retraites, retraite à 60 ans, abandon de la retraite par points, suppression du prélèvement à la source: toutes ces mesures sont bien proposées par FI, soit dans le programme, soit par dépôt de proposition de loi ou d’amendement par le groupe à l’Assemblée. Lisez le comparatif entre les demandes des Gilets Jaunes et les propositions de la FI sur le site franceinsoumise.fr, « Accueil->Demandes des gilets jaunes : les propositions de La France insoumise toutes rejetées par En Marche ».

  11. Bonux

    Le mouvement des gilets jaunes est le déclic qui va enclencher la prise de conscience du peuple. Il peut prendre la main sur son avenir et provoquer une mobilisation générale contre le roi au pouvoir. Tous les déçus de la politique y compris les abstentionnistes des urnes doivent se mobiliser pour faire de ce mouvement une révolution citoyenne en route vers la VI ième république. Respects citoyens !

  12. Fitouri Belhiba

    Je me demande, dans cet état d’ébullition populaire, jusqu’à quel point il faudrait proposer des solutions au gouvernement. Des propositions détaillées tel qu’elles ont été proposées par monsieur Coquerel. Vaut mieux peut être ne pas les aider à y voir clair dès le moment où l’on sait que le pouvoir est récupérateur et peut se saisir d’une partie de ces propositions, les maquillant autrement et les faire siennes. Faut parler, soutenir, faire des diagnostics, expliquer et clarifier les revendications et garder les solutions pour le moment venu. Laisser le pouvoir pédaler dans la choucroute et se dissoudre par ses propres contradictions au lieu de lui souffler même d’une façon contestataire que la situation est résolvable car concernant l’ISF, il serait possible que les riches préfèreraient sacrifier une partie de leurs privilèges au lieu d’affronter une révolution qui remettrait en cause leurs statuts de dominants. C’est ce qu’on appelle limiter la casse. Dommage, je ne peux…

  13. Daniel B

    Que ne dit-on pas sur ce que peut signifier le mouvement des gilets jaunes depuis 11 jours ? Notamment qu’il signerait l’échec des syndicats,des partis politiques et des mouvements (FI comprise) incapables de mobiliser et de représenter les « gens d’en bas ». C’est à voir. En fait, la division et l’affaiblissement des uns, la gesticulation « populiste » des autres, ont décrédibilisé l’action collective et relancé les poussées de fièvre et de colère corporatistes. Un égoïsme social a pris le pas sur l’action solidaire de masse. Dans le nécessaire rapport des forces sociales et politiques, qui en tire profit à votre avis ?

  14. Alain

    Il est temps et bien venu de soutenir le mouvement des gilets jaune, car il est aussi le notre, bien sûr sans aucun esprit de récupération mais dans un souci de force de mobilisation, tous ensemble pour une justice sociale. Mais que les gilets jaune ne tombent pas dans le piège tendu par le gouvernement de cette nécessité à élire leurs porte parole afin de se faire entendre, ce n’est pas utile. Le gouvernement sait très bien ce qu’il à a faire pour tout arrêter mais le pouvoir de l’argent le lui interdit et Macron comme Icare se brûlera les ailes à trop vouloir s’approcher du soleil.

  15. Yves Thiébaut

    Dans cette période, il faut tenir le cap. A la FI, nous avons le fond, le programme, nous avons les outils pour arracher le pouvoir à ceux qui le confisquent, il faut, par exemple des organisateurs, des candidats, des leaders, puisque ce système actuel marche comme ça. Alors, ce n’est pas le moment de changer, de faire des crises d’égotisme. Nous savons bien que, dès que nous y serons arrivés, les règles changeront. Ce ne sera plus la guerre des carrières et des égos ! Pour permettre à la révolution citoyenne qui entre en ébullition d’avancer et de s’exprimer en réalisations concrètes, la France Insoumise offre un cadre, des solutions. Il faut être là. Il faut transformer l’essai. Ce n’est pas le moment de faire des petites chapelles. On a le temps. Quand il y aura une Constituante, alors là, oui, on pourra y aller, avec les courants, les think tanks, les sensiblités. Pour l’instant, ne cassons pas le bel outil que nous avons pour prendre le pouvoir et, enfin, le changer !

  16. MONIQUE

    Même si nous constatons que bien des problèmes pourraient être résolus par le programme de la FI, il faut être délicats et humbles. Car les gilets jaunes savent bien qu’ils perdraient s’il y avait récupération. Souvenons-nous de Mai 68 : on s’est bien fait avoir ! Les gilets jaunes ont bien raison par ailleurs de réclamer l’éviction de Macron. On ne peut rien attendre de bon de quelqu’un d’aussi méprisant. Soyons solidaires. Et proches et fraternels. Tout un programme.

  17. Bouki

    40 ans d’exacerbation du peuple français et voila enfin les prémices de cette révolution citoyenne tant attendue. Il n’existe qu’une seule légitimité immuable, elle est le peuple. Ce que le peuple fait, le peuple le défait. Toutes nos institutions actuelles reposent sur cette unique légitimité. Le President et l’exécutif ne sont que des locataires intérimaires révocables si le peuple le décide. Ils feraient bien de plier baguage avant complications. Le mouvement doit s’organiser et ce structurer, dépasser les simples revendications élémentaires et alimentaires. Posant l’idée d’une constituante citoyenne, redonner le pouvoir au peuple français. Soyons maître de notre destin.

    1. oxy

      Révolution citoyenne ? Et après des assemblées de discutions à n’en plus finir où chacun voudra mettre en premier son point de vue ? de belles guéguerre en perspective où les « camarades » d’avant deviendront des ennemis on le voit déjà maintenant au sein de la FI. Les ambitions personnelles ressortent après avoir attendu en embuscade. Bref on ne retirera jamais rien de bon de l’être humain dans ces circonstances, c’est désespérant. Certaines personnes feraient bien de faire leur méa culpa et montrer un autre visage si l’on veut que le mouvement formidable que fut au début celui de La France Insoumise remonte dans les sondages. Suivez mon regard.

  18. BOB

    Je suis solidaire du cri de révolte poussé par l’immense majorité des Français envers le libéralisme et ses séides : droite classique et extrème, macroniste élististes, sociaux démocatres teinté de centrisme. Cependant, quand j’écoute les gilets jaunes qui refusent toute « récuparation politique », je reste un tantinet perplexe. Chaque personne devrait se demander à quelle valeur il croit, et déterminer un choix politique qui corresponds à ses valeurs. En clair, voter les programmes (je dis bien les programmes et non pas les personnes) du FN, des liberaux, et de la FI nous determine dans une vision de l’humanité. Parmi les gilets jaunes, la vision de l’humanisme n’est pas la même entre un smicard qui s’en prends à plus pauvre que lui (RSA et étranger) et ces jeunes femmes modestes et dignes qui souffrent et l’exprime dignement.
    Je vote comme je suis devrait être un fil conducteur et non pas voilà ce que je veux.

    1. Charly

      Tu as raison mais tu c’est comme partout il y en a qui ont le choux, les propos de certains sont a prendre avec recul, les revendications de paternité de gilets pour tenir tous les autres est un risque lorsqu’il n’y a pas de leader et certains sont dépassé ce qui est compréhensible, «récupération» qui est jeté a la figure a tour de bras, ceux qui utilise ça sont hors sujet, beaucoup le dirons de toute façon, mais ceux qui rejette la Fi, son programme, son leader ce tir une balle dans le pied, les gens qui souffrent doivent regarder de près la France Insoumise avec un intérêt nouveau qui devrait leur sauter au yeux, parce que beaucoup ont regardé que la couverture médiatique de loin sans en connaitre.

  19. Chat

    Messagers des gilets jaunes qui allez sur les plateaux, il vous sera bientôt objecté que vos aspirations légitimes d’équité sociale risquent de faire partir les premiers de cordées, ceux dont les talents (facturés de manière disproportionnée) sont censés tirer tout le pays vers le haut. Vous pouvez répondre à cet argument simplement en disant « qu’ils s’en aillent tous » car nul n’est irremplaçable et d’autres tout aussi talentueux les remplaceront en acceptant des niveaux de rémunération beaucoup plus raisonnables. Macron prend la France pour une entreprise, il ne doit alors pas s’étonner que ses « actionnaires » (le peuple) licencient les cadres trop gourmands. Cela vaut aussi pour le personnel politique rendu hors sol par des avantages liés à leur fonction et qui demandent aux gens toujours plus d’efforts sans remettre en question leurs privilèges.

  20. magda corelli

    Monsieur Mélenchon, je trouve magistrale votre mise au point « Le bashing continue ». La dernière phrase est particulièrement sentie. C’est bien ça, ils gagnent leur croûte en étant les valets de n’importe qui, toujours.
    Au sujet des départs, dans quels partis, dans quels mouvements, associations il n’y a pas ce genre de problèmes.
    Et pour revenir aux médias, en ce moment même, alors que vous avez déclaré sur une chaîne de télévision que vous serez présent sur les Champs loin des cameras et micros, une télévision en continu déclare que vous allez défiler avec en sus des réactions haineuses de gilets jaunes disant qu’ils ne veulent pas de vous ! Une information correcte serait aussi de faire remarquer que 80% des revendications des gilets jaunes se trouvent dans le programme de la FI. Comment voulez-vous après ça que l’on pleure lorsque certains d’entre eux se font malmener. Des larmes de crocodiles oui c’est tout ce que je peux verser personnellement !

    1. Necessite

      @magda
      « 80% des revendications des gilets jaunes se trouvent dans le programme de la FI ».
      Il reflète donc la réalité du pays. Normal, il faut rappeler qu’il a été élaboré par des militants faisant partie du peuple. Certains journalistes, contrariés, qui nous crachaient dessus hier, le reconnaissent. Savourons. Le temps, et Macron et sa bande, ont bien travaillé pour la mise en pratique de notre programme. Quant aux journalistes, ils ont ce qu’ils méritent. Désormais, et ironie, leur bouée de sauvetage reste la création d’un « truc de déontologie ». Je suis content, le WE je suis toujours en rond point. Voilà.

    2. Chat

      Je crains aussi qu’une manœuvre visant à évincer Jean-Luc Mélenchon de la manifestation puisse germer dans certains esprits. Cela ferait l’affaire de bien du monde. Un précédent a eu lieu lors d’une marche blanche. Si cela avait lieu, je ne sais pas quel impact autre que négatif cela aurait sur la FI. Je suppose que Jean-Luc Mélenchon sait ce qu’il fait et qu’il aura pris des mesures.

Les commentaires sont fermés.

©2015/2018 Jean-Luc Mélenchon / V5 / Design INFO Service | Contact | Mentions légales