Le mois dernier, ce blog a reçu 372 806 visites

149 commentaires


  1. Frédéric

    « rien des attributions d’un parti n’a de place dans un mouvement de cette sorte. […] Le souci du mouvement c’est d’être aussi collectif que possible, aussi incluant que nécessaire, aussi poreux que possible. Il ne peut en être autrement. »
    Dois-je bien comprendre que les places dans les partis ne garantissent en rien les positions sur les listes qui seront déterminées pour les législatives, et que dans le souci d’être aussi incluant que possible (afin de vous donner la majorité dont vous aurez besoin pour mettre en oeuvre le programme) les candidats devront être issus, c’est à dire y résider, des territoires dont ils briguent la députation ? Le mode de désignation des candidats doit être l’exemple de la réappropriation de la politique par le peuple, pour le peuple, et constitue à mon avis le moyen essentiel de mobiliser les abstentionnistes pour parvenir à la victoire.

  2. Nicolas Venault

    La France Insoumise, à sa création, était un mouvement citoyen, composé uniquement de citoyens encartés ou non, laissant leur étiquette chez eux le temps de la campagne. Je voterai contre cette charte si elle nous est proposée. J’avais d’ailleurs compris qu’aucune négociation d’appareil n’était prévue avec qui que ce soit, et que la popularisation du programme était la seule urgence. J’apprends aujourd’hui, par FB, et non par un mail de La France Insoumise, que la répartition des postes aux législatives est déjà à l’oeuvre avec 2 partis qui ne soutiennent ni le candidat, ni le programme, et, pire, cherchent à lui faire la peau en négociant en parallèle avec les candidats de la primaire PS ? Et tout cela sur le blog d’un membre de « l’espace politique » (j’ai bien regardé la convention de Lille en continu, je ne me rappelle pas que cette expression ait été utilisée pendant 2 jours), qui a fait l’objet d’une lettre publique de contestation adressée à Jean-Luc Mélenchon ? Comme dit Anne Roumanoff, « On ne nous dit pas tout ! »
    Rien dans cette charte sur le respect des mandats actuels, sur le non-cumul des mandats simultanés et dans le temps. Un militant qui a fait toute la campagne, et qui a été désigné démocratiquement par le comité d’appui local n’a pas besoin de signer un engagement de « coopération politique » avec FI, sauf s’il n’a pas fait la campagne, ou est parachuté. Et surtout s’il peut être démis par référendum révocatoire. A quoi servent toutes ces discussions ?

    1. Guy-Yves Ganier d'Émilion

      Un fac-similé de la charte, apparemment en version 0, a fuité par l’intermédiaire du site de LCP. On peut la retrouver à cette adresse.

  3. JESTIN Yves

    Le vote doit-il être obligatoire ? On pense à l’abstention qui prend des proportions astronomiques. Ce qui la provoque c’est le battage médiatique à base de diversions et de sondages, l’absence d’alternatives, l’absence d’enjeux ou plus exactement leur dissimulation, le mode de scrutin qui élimine les « petits » partis, la violation par les élites de la volonté démocratiquement exprimée quand elle ne leur convient pas. Enfin je crois que ces mêmes élites préfèrent que ceux qui votent « mal » s’abstiennent. Conséquence de tout ceci, l’espoir est aux abonnés absents. D’autant que depuis trente ans sans discontinuer les conditions de vie du plus grand nombre se dégradent. Parallèlement le chacun pour soi, la peur et la haine de l’autre se développent sous l’effet de la propagande réactionnaire. Mais que l’espoir d’une vie meilleure renaisse dans le peuple et l’abstention fondra sans qu’il soit besoin de contrainte.

  4. Mick42

    J’ai un peu de mal à comprendre l’intérêt de la délégation qui va rencontrer le PCF. Il me semble que ce qui fait la force de la France Insoumise c’est justement que ce sont des militants lambda qui discutent et pas à partir d’une « étiquette ». J’ai longtemps été militante au PCF et je pensais vraiment que là, on était sorti des questions partisanes. Est-ce que quelqu’un peut m’expliquer ?
    D’autre part on a créé un groupe d’appui dans ma ville mais il est très difficile d’aller sur jlm2017, j’ai sans arrêt une déconnexion. Y-a-t-il d’autres internautes qui ont des problèmes de ce genre ? Merci de l’aide.

  5. Yves Mzd

    Montebourg et Hamon ont besoin de voix, et pour cela veulent freiner les départs du PS et jouer les « responsables » en repoussant la violence de la radicalité. En critiquant Jean-Luc Mélenchon, ils jouent la carte de leur parti et critiquent donc ceux qui l’ont quitté. Le boulot de Jean-Luc Mélenchon est alors de répondre aux critiques point par point par l’argumentation, mais pas en contre-attaquant en utilisant la même méthode qu’eux. Il devrait plutôt prendre de la hauteur et dénoncer l’effet de division que procurent leurs propos au sein de la gauche non libérale. Le rôle de Jean-Luc Mélenchon est de jouer les rassembleurs, car les insoumis ne gagneront pas tout seuls. Alors il doit tendre la main à tous ceux qui se tournent vers le peuple, et préserver ainsi un potentiel électoral élargi.

    1. Jacquesdu87

      @ Yves Mzd
      Vous me semblez raisonner encore à l’ancienne. Offrir un strapontin à untel, ménager Madame Lechou ou Monsieur Lachèvre pour récupérer quelques unes de leurs voix, vous dites que les insoumis ne gagneront pas tout seuls, et préserver un potentiel électoral élargi.
      Le potentiel électoral dont disposent les insoumis (y compris leur candidat, qui est d’abord un insoumis lui-même) est très large, il est composé de tous ceux qui, depuis des décennies pour certains, n’allaient plus voter parce qu’ils n’y voyaient aucun espoir de vrai changement. Ils peuvent revenir aux urnes à tout moment, comme à Grenoble lors des municipales, s’ils sentent qu’il y a une vrai chance de l’emporter. Beaucoup ne votent plus pour ne pas se soumettre à ce qu’ils considèrent comme un simulacre de démocratie, ceux-là reviendront voter si ce vote concrétise efficacement leur insoumission.

  6. Jean-Paul B.

    J’ai beaucoup de peine pour les militants de base du PCF quand je vois l’état dans lequel se trouve aujourd’hui ce parti.
    J’espère pour eux qu’ils vont rapidement reprendre le contrôle et élire des directions locale et nationale dignes de son glorieux passé, car celles-ci semblent n’avoir plus que pour seul objectif de défendre leurs places au lieu de défendre leur classe .

  7. Gaspard45

    Cette délégation des partis et organisations qui constituent « l’espace politique » du mouvement représente à mes yeux un reniement de ce qui fait l’essence même du mouvement des Insoumis. Comme si les non encartés comme moi n’étions pas partie intégrante de « l’espace politique ». Pourquoi vouloir reconstruire un FdG remanié ? Pour paraître plus crédible aux yeux du PCF ? Qui prend ce genre de décision et comment ? Je n’ai en tout cas pas été appelée à voter sur ce sujet sur la plate-forme des Insoumis !

    1. JeanLouis

      Dites il faut bien quand même des intermédiaires pour discuter, non ? Attention à ne pas tomber dans l’idéologie pure. On ne peut pas passer notre temps à se consulter sur tout à tout bout de champ, ce serait la paralysie rapidement. Restons réaliste pour être efficace.

    2. Raphaël

      Les partis et organisations qui ont rejoint la « France Insoumise » sont venus soutenir le mouvement, y apporter leurs capacités organisationnelles et logistiques, leurs réseaux. Sans vouloir mener la barque, mais sans non plus se dissoudre ou se renier, comme chacun d’entre nous.
      Ils ont constitué une délégation pour discuter avec un parti qui ne sait plus vraiment quoi faire en cette fin d’année, qui voudrait peut-être bien suivre bon nombre de ses militants déjà « insoumis », mais qui a peur ainsi de se dissoudre ou de se renier. Qui de mieux qualifiés que ceux qui ont déjà franchi le gué, qui ont intégré pleinement cette nouvelle forme politique que Jean-Luc Mélenchon analyse si bien dans ce billet, pour rassurer nos camarades et les inviter à eux aussi participer au mouvement et à l’action.

    3. René-Michel

      @ Raphaël
      « Les partis et organisations qui ont rejoint la « France Insoumise » sont venus soutenir le mouvement, y apporter leurs capacités organisationnelles… »

      A ma connaissance le mouvement France Insoumise a ceci de radicalement nouveau, à cette échelle, qu’il n’est pas un parti, que ses membres le rejoignent individuellement pour constituer une force sur un programme concocté et validé par tous, en interne, hors du marigot partidaire opportuniste sans foi ni loi qui l’environne de tous bords et fait feu de tous bois pour l’étouffer. Aussi j’espère que cet « espace politique » qu’évoque Jean-Luc Mélenchon au début de ce blog et qui est contradictoire avec les fondements même du mouvement FI n’aura aucun pouvoir et surtout pas celui de nuire comme au temps de feu le FdG. Nos anciens « amis » disent pour certains vouloir soutenir Jean-Luc Mélenchon mais surtout pas se fondre dans la France Insoumise. Cet « espace politique » pourrait vite devenir leur cheval de Troie si nous n’y prenions garde.

  8. AF30

    Concernant les manifestations de policiers, il m’est difficile d’adhérer aux commentaires de Jean-Luc Mélenchon. En premier lieu parce que la justification de ces manifestations non légales d’un corps de fonctionnaires disposant d’un pouvoir implicite supérieur à tout autre valide à priori celles qui pourraient avoir lieu sous un gouvernement de gauche. Secondement parce que les revendications concernent des demandes aussi extravagantes que l’utilisation moins encadrée des armes à feu ou de décisions de justice qui seraient conformes à leurs souhaits. On peut trés bien comprendre qu’il soit difficile de rester silencieux devant un tel phénomène mais ne pouvait-on se contenter de rappeler la misère des moyens de la police car, quand même, l’accoutrement des manifestants et leurs propos sont inquiétants ?

  9. bouchet

    Je partage le point de vue de @Max « écrire d’une façon compréhensible de toutes et tous » et y ajoute quelques faits réels. Chômeur en FdD, j’ai eu droit à des ateliers « SAD » (service à domicile, recevoir offres emplois sur ordi). Hors, j’étais le seul à disposer d’un ordi et d’une connexion. Les autres RSA, et beaucoup d’anciens n’ont pas accès à ces technologies.
    Mr Jean-Luc Mélenchon s’était engagé, il y a peu, à ne plus dépenser son énergie à répondre aux attaques mensongères. Plus les sondages vont grimper, plus elles vont croitre. Rappelez vous Mr G.Marchais seul face au « couple » Duhamel Elkabache. Politique ou syndical, les réactionnaires ne savent faire que viser la tête (ex DSC métallurgie, je connais).
    Je nourris l’exquis projet (ça y est, je m’y mets) que le PCF conscient des neuf millions de pauvres de ce pays en ruines va prendre une décision de bon sens. Enfin, il ne faudra pas reproduire l’erreur des législatives 2012 (taux d’abstention) et sur ce point un gros travail d’éducation civique est à refaire tous âges et milieux sociaux par des mots simples. Un président sans majorité au parlement est une voiture sans moteur.
    Salut et Fraternité

  10. Barbarin B.

    Qu’est ce ces socialistes, communistes insoumis ? Il me semblait que FI concernait des citoyens avant tout ! Je suis entièrement d’accord avec @Père Duschene, les citoyens de FI doivent contrôler et mandater les politiques. Sinon ils vont encore repartir dans leurs querelles intellectuelles de petits bourgeois et pendant ce temps le vrai peuple attendra et subira comme toujours. Que le citoyen soit dans l’action dès maintenant !

    1. morvan

      Sur la forme de la démarche, j’ai déjà donné mon point de vue hier, rayer du vocabulaire FI « espace politique » serait pour moi bienvenu.
      Mais enfin, sur le fond, cette cellule privilégiée de débat stratégique de Jean-Luc Mélenchon quant au PCF (ou autre parti) n’existe-t-elle pas de toujours, selon le motto « à chacun sa contribution selon ses moyens« , les adhérents à FI de ces partis ex-FdG n’ont-ils pas la meilleure expertise ? Voyons la délégation. PG, NGS, entièrement ralliés à FI. Ensemble et Insoumis ont commencé à plaider à Ensemble pour le soutien à Jean-Luc Mélenchon en avril 2016 (C. Autain 14/09/2016), le parti lui-même n’a pas encore décidé me semble. Communistes Insoumis, ont publié au printemps 2016 l’appel de 1 600 communistes à soutenir Jean-Luc Mélenchon, et on se souvient à cette période du discours officiel de l’appareil PCF. Autrement dit dans cette délégation nous avons des « partisans » dont le parti soutient Jean-Luc Mélenchon aux conditions FI, et d’autres qui sont en quasi opposition à l’interne de leur parti, notamment les communistes. Il y a danger plus prégnant de reconstitution d’un cartel de partis, non ?
      J’observe aussi que la rencontre se faisait à la demande du PCF, et que le parallélisme des formes devait être respecté, nos camarades n’étaient pas reçus par des militants de base. Vous ne semblez pas réaliser les uns et les autres que le temps est compté (critères législatifs), ce dont jouent très bien selon moi (leurs interventions hier) P. Laurent et O…

  11. Pablo

    Il est effectivement nécessaire d’éclaircir ce coup monté par Hamon. C’était important de démonter les ressort pour les informés et les militants. Mais serait il possible de formuler quelque chose de plus simple et accessible ? Hamon tente d’amplifier la musique d’une supposée transformation de Mélenchon. Il aurait changé de position pour séduire plus de monde. Bref un Melenchon soi-disant lepenisé. Comment faire face, comment dévoiler ces attaques quand y répondre nous pousse un peu dans le piège ?

    1. Guy-Yves Ganier d'Émilion

      Ces attaques venant de la gauche sont toujours insidieuses, et insinuent les choses sans les dire vraiment. En exigeant fermement de celui qui les mène qu’il porte clairement ses accusations, on « donne à voir » le piège, et le piégeur lui-même.

    2. Nicks

      C’est simple. Jean-Luc Mélenchon ne change pas, il est libre désormais de sa parole car il n’est redevable que du mouvement de la France insoumise et pas des appareils vermoulus et compromis. C’est un jacobin et il porte donc un projet de rénovation républicaine qui est le seul à même de rassembler une majorité de citoyens quelque soit leur tendance politique de départ. Ce n’est pas se lepeniser, c’est retrouver des fondamentaux de la gauche républicaine, en même temps que répondre au désir de démocratie et de développement économique durable de nombre de citoyen. C’est un projet à la fois novateur et traditionnel, qui regarde vers l’avenir sans pour autant rejeter l’histoire politique de notre pays. La voie vers la victoire est difficile et étroite, mais elle emprunte le chemin d’un projet républicain, social, souverain, écologique et laïque, avec humanisme mais sans naïveté. Cela défrisera peut-être quelques libertaires et hypocrites, mais c’est la condition d’un succès dont tout le monde bénéficiera.

    3. Nicks

      Venant d’apprendre que Pierre Laurent se ralliait à une candidature de Jean-Luc Mélenchon, j’espère en croisant les doigts que cela ne nuira pas à la liberté de positionnement de la France insoumise et que cela n’entrainera pas de confusions à même de freiner la dynamique du mouvement. Cela-a t’il à voir avec la récente délégation envoyée au PCF ? Y aura t’il des contreparties ou s’agit-il d’un ralliement de raison, ce dont je doute quand il s’agit de survie d’appareils. Il y a de quoi être échaudé et pour le moins méfiant…

    4. André

      Si l’évolution du processus en cours faisait apparaître quelque part qu’on finit par revenir aux intrigues du Front de gauche il y a tout à parier que tous les citoyens qui étaient partis dans l’abstention à cause de ce fonctionnement et dont un nombre de plus en plus grand s’interroge sur les chances de pouvoir revenir à la politique feront une croix définitive sur une adhésion au mouvement.

  12. Francis

    Je souhaite donner mon sentiment sur un passage du billet de Jean-Luc qui traite du mouvement.
    Jean-Luc note que « le mouvement n’a pas à être « démocratique » au sens basiste que souvent on donne à ce mot dans les organisations politiques où l’on doit alors affronter le climat de confrontation des courants et des textes qui les fondent avec les votes contradictoires, et pour finir des gagnants et des perdants. Le souci du mouvement c’est d’être aussi collectif que possible, aussi incluant que nécessaire, aussi poreux que possible. Il ne peut en être autrement »
    Si l’on peut concevoir que le mouvement n’a pas à être démocratique au sens basiste, il ne doit pas non plus ne pas l’être au sens essentiel, à savoir que chacun compte pour un et qu’il ne peut en être autrement sous peine de perdre son attrait et son efficacité. Il convient de ne pas perdre de vue l’objectif supérieur du mouvement qui est de rendre la souveraineté au peuple. Pourrait-il s’agir d’autre chose concernant le fonctionnement du mouvement lui-même et comment parvenir à articuler cette demande de souveraineté d’une grande masse de signataires « isolés » et d’un pôle politique structuré ? Sans qu’il y ai mécaniquement d’antinomie entre les deux, il y a forcément un déséquilibre provenant d’une atomisation d’une des composantes du mouvement. Je n’ai pas de réponse à cette question mais très certainement faudra t’il trouver les formes qui donneront à chacun la certitude qu’il compte pour…

  13. PIETRON

    Il était nécessaire en effet d’affirmer que la notion de « peuple » ne recouvre pas « l’interclassisme » où exploiteurs et exploités sont mis dans le même sac, et d’avancer que « la lutte de classe » n’est pas dépassée. En effet, le capitalisme financiarisé n’a pas évacué (mais accentué) les antagonismes sur ce sujet. Ouvriers et employés constituent 50% de la population salariée (et retraités). L’exploitation exponentielle qu’ils subissent via des formes de management hyper aliénants et hyper productivistes conduit à ce que la com moderne qualifie de souffrance au travail. En réalité, une souffrance qui a toujours existé car l’exploitation des femmes et des hommes est une constante du capitalisme. Présentement, elle s’est aggravé pour le moins très fortement. Pour les autres composantes du travail, un grand nombre subit cette déferlante. La crainte du déclassement vient atrophier les velléités de mouvements émancipateurs. Un système qui a sorti l’arme de la peur pour faire passer son message de modernité.
    Bonne initiative de mettre les choses au point car ce n’était pas clair dans toutes les tètes, surtout pour celles qui sont confrontés chaque jour aux rapports de production ou celles qui font acte d’engagement syndical ou/et politique de classe, indépassable nécessité pour avancer et rompre avec ce système obsolète.

  14. rage au coeur

    A propos du ralliement de Pierre Laurent et du « cheval de Troie » possible, bien sûr chat échaudé craint l’eau froide, mais on est un peu vacciné non ? C’est plutôt une bonne nouvelle non ? Ne boudons pas le plaisir !

    1. françois 70

      André Chassaigne n’est pas dans son assiette, le Chef Pierre Laurent a subitement mis du quinoa au menu du Conseil National. Il risque d’y avoir des restes…

  15. CLAUDEJ

    J’ai beaucoup apprécié le dialogue entre Mme Mouffe et Mr Mélenchon. Bien sûr, il demandait un gros effort pour le suivre, effort normal à ce niveau théorique, mais j’ai trouvé que les deux intervenants faisaient de leur coté de gros efforts pour être compris. S’agissant de la notion de « post démocratie » mise en place par les puissants (« eux ») pour décider sans (ou même contre) le peuple (« nous »), nous en avons des exemples concrets en permanence. Hier le refus de la décision du peuple français en 2005, de celle du peuple grec en 2015, etc. Aujourd’hui, de plus en plus de voix à Londres et à Bruxelles contestent le Brexit. En France, le grand fichier, refusé par le parlement, est décidé par décret en catimini. Dans ce domaine, l’UE est très « post démocratique » depuis déjà longtemps déjà. Pour moi, c’est sa principale caractéristique aujourd’hui, sa signature.

  16. Invisible

    Je vais dire une évidence peut-être. Le plus grand danger de ce fichier central c’est qu’il tombe aux mains d’un gouvernement totalitaire. Hors, personne ne peut garantir que la France soit à jamais équilibrée à cet égard. On voit, chez le voisin turc par exemple, que ça peut toujours arriver. Ce fichier ne permettrait-il pas, avec l’aide de ce « génial » Facebook, et de toutes les pétitions électroniques dont je ne suis toujours pas friande, de classer les gens selon leurs opinions ? D’autre part, avec cette poussée affichée des sociétés privées de sécurité que l’on voudrait faire prospérer à l’heure actuelle, des dérogations pourraient leur être accordées. Ou même, certains employés naviguent dans leur carrière, et peuvent passer de fonctionnaire à employé de sécurité privé. Le danger est donc très grand que les codes et moyens d’accès soient faciles à craquer. Je trouve qu’on est arrivé au stade des romans de science fiction des années 70-80. La technologie le permet. Seule la volonté farouche d’un peuple pourrait le stopper. Mais elle est où la volonté farouche lorsque tout le monde est bien terrorisé par la peur des attentats, très cultivée médiatiquement ?

  17. Glières

    Être insoumis, c’est aussi pour moi un état d’esprit, rester en éveil, si besoin critiquer, et agir à son gré, plus ou moins, en fonction de ses capacités et de ses moyens, en accord avec celles et ceux qui partagent plus ou moins les mêmes convictions et les mêmes aspirations. En revanche, être labellisé, c’est bénéficier de la marque déposée d’un syndicat professionnel garantissant l’origine, la qualité et la conformité d’un produit à condition de respecter rigoureusement les normes édictées par ce syndicat. Ce qui est en totale contradiction avec l’insoumission et le fait que tout un chacun puisse s’affubler d’un label librement. Les mots ont un sens et dans ce cas précis je trouve cet emploi maladroit, porteur de confusion et de dissension.
    S’il me paraît légitime que chaque citoyen(ne) puisse se réclamer de la France insoumise, il me paraît tout autant indispensable qu’aucun parti politique ne puisse s’en prévaloir et agisse comme bon lui semble sous couvert de ce « label ». Ce qui devrait éviter, si le nom a été déposé bien entendu, de voir se reproduire les mésaventures du Front de gauche avec des documents du parti communiste labellisés cette fois-ci « La France insoumise ». Pour n’être qu’un mouvement, La France insoumise n’en est pas moins une réalité politique qui justifie que chaque candidat investi par elle aux législatives se mette préalablement en congé de son parti, le cas échéant, et n’utilise que la signalétique du mouvement à l’exclusion de toute autre.

  18. Barbarin B.

    Pourquoi Pierre Laurant veut « bouger le cadre de la France Insoumise ». Il me semblait que ceux qui voulait rentrer dans la France Insoumise, de fait, devait pleinement pleinement accepter ce que les citoyens ont décidé pour la France Insoumise. Gardons notre éthique, c’est notre force ! Je me pose des questions et je crains beaucoup pour l’avenir de notre France Insoumise.

    1. Régine

      Pourquoi cette inquiétude ? Personne n’a dit qu’il y aurait une modification de la FI pour permettre aux communistes de soutenir le mouvement, d’autant qu’ils peuvent continuer leur vie de parti, tout comme le PG ou Ensemble, en soutenant la démarche. Le travail a été commencé, la convention a eu lieu, ils n’ont pas voulu y participer, s’ils prennent le train en marche, et ils le prennent là où c’est rendu. Et je dis bien si, car pour l’instant, au PC la partie ne semble pas terminée. Les journalistes interprètent les propos de Pierre Laurent qui a seulement dit qu’il n’était pas favorable à une candidature du PC, tout étant lié aux primaires du parti au gouvernement.

    2. morvan

      @Barbarin B
      Oui, enfin, P. Laurent hier n’a pas été seul à s’exprimer, voir aussi les propos plus détaillés d’O. Dartignolles, matin sur LCP, soir à la radio (France Culture me semble).

    3. Chrémès

      @Barbarin B
      Contrairement à @Régine, je comprends votre crainte. Ce matin, au journal de 8 heures de France Inter, il a été rendu compte que le PC, après consultation de ses militants, pourrait, à la demande de P Laurent, soutenir la candidature de JL Mélenchon. Même chose hier soir, au 20 heures de France2. Un journaliste (?) a présenté JL Mélenchon comme un assassin, au sens figuré bien sûr « (…) après le coup de poignard dans le dos (…) ». Mais jugez de l’élégance de la métaphore. Et surtout ce matin, j’ai entendu Dartigolles, porte-parole du PCF, dire grosso modo ce qu’a écrit @Régine. Le parti peut soutenir Mélenchon mais, indépendamment, il continuera sa vie de parti. Ce n’est pas cela qui m’inquiète le plus, mais comme je n’ai aucune confiance dans le PCF, depuis très longtemps, même si j’avais revu ce jugement il y a cinq ans, je me dis que s’il soutient JL Mélenchon, c’est pour en tirer quelque bénéfice. Le plus probable étant, comme avec le FdG, de pouvoir se réclamer du label France insoumise aux législatives qui suivront la présidentielle. Toutefois, ma crainte est allégée car je sais que JL Mélenchon n’est pas né de la dernière pluie et mesure, je pense, ce risque et qu’il est donc sur ses gardes.
      Cordialement.

  19. Ricardo Villanova

    Je suis absolument hostile au soutien des dirigeants du PCF pour les raisons suivantes.
    Les insoumis-es communistes sincères nous ont déjà rejoint. Les dirigeants du PCF nous soutiendrons « du bout des lèvres  » comme ils disent et n’auront de cesse de nous mettre des bâtons dans les roues pendant la campagne pour mieux la saborder de l’intérieur et créer la discorde entre nous pour faire fuir les électeurs et faire gagner le PS , comme ils ont fait avec le FDG afin de diminuer le score de notre candidat probablement en accord avec le PS. A la première occasion c’est à dire aux législatives de juin ils retourneront s’allier avec le PS. L’hostilité des électeurs à l’égard du PCF, je peux en témoigner, lors des campagnes précédentes, alors qu’aujourd’hui nous recevons un bon accueil sur les marchés.
    Les communistes sont consulté-es pour savoir s’is nous soutiennent alors que la France insoumise ne l’est pas pour savoir si nous acceptons ce soutien ou celui d’autres formations politique. Ce ralliement tardif est suspect, les dirigeants du PCF réalisent ils qu’ils avaient pariés sur le mauvais cheval et tournent casaque à la dernière minute ? Je ne comprends pas la naïveté de Jean-Luc et j’aimerais avoir une explication rationnelle, sinon j’abandonne la campagne et avec moi de nombreux insoumis-es. […]
    Un insoumis en colère.

    1. max

      C’est vrai que ce ralliement ne serait-il pas contraint et forcé ? La direction du PC voit bien qu’elle va sombrer corps et ame avec le PS dans ces élections et essaie de se raccrocher a quelques branches pour sauver ses quelques députés. On est pas la pour leur servir la soupe ! Si ils croient a notre mouvement des insoumis, qu’ils y participent activement mais qu’ils laissent leur sigle au placard. On peut pas avoir le beurre et l’argent du beurre, voir même la fermière. J’espère que tous les communistes nous rejoindront et militeront avec nous, mais sans leur drapeaux. Si leur drapeau est plus important que le mouvement citoyen que nous souhaitons, qu’ils le défendent seuls !

    2. Barbarin B.

      Je suis entièrement d’accord avec vous, moi aussi j’aimerai avoir une explication rationnelle. Ce qui fait la force de FI c’est notre capacité à rester dans notre éthique de départ. Je crains des manœuvres pernicieuses de la part de la direction du PC. Beaucoup de gens autour de se posent des questions quant à ce ralliement tardif. Jean-Luc, il nous faut des explications !
      Fraternellement!

    3. gilbert

      Politique politicienne, quand tu nous tient. Les relations avec les autres partis, ou les coups de gueules ne devrait faire que quelques lignes chaque semaines. Il y a tant à dire, aux retraités, aux chômeurs, aux ouvriers, aux cadres, et libéraux de tous métiers, pour leur faire comprendre qu’ils sont tous des nôtres s’ils veulent. Que le bon sens est pour la majorité la vérité de tous les jours, et ce qui leur fera gagner leur vie demain en respect avec le monde et les autres humains. Que gagner en politique n’est pas de s’allier avec n’importe qui, mais bien de convaincre sur son propos, inoxydable, incorruptible, et fascinant. Jean Luc sait très bien le faire, depuis des mois. Les propos de cette semaine sont décalés et ne nous ferons rien gagner. Dans ses rangs, le groupe des insoumis doit déjà trouver des figures emblématiques (au moins une dizaine de personnalités fortes), faisant penser à une équipe soudée, qui porte un message. L’on doit sentir déjà quels seront les leaders du gouvernement de demain. Le soutien sera alors total, pour peu que l’origine des leaders soit diverse. Et ceci, sans les apports des partis qui ne vivent que par une image du passé, véhiculée par les médias, vide et dépassée. Jean-Luc doit s’attacher, à chaque meeting, à faire passer une de ces figures en « prime », son discours étant ensuite le clou du spectacle, et la victoire sera là, à portée de main.

    4. Guy-Yves Ganier d'Émilion

      On peut aussi voir les choses autrement. Pour être investi par le mouvement « France insoumise », un candidat, qu’il appartienne à une organisation ou non, devra signer la charte politique élaborée par les délégués lors de la Convention de Lille. Un candidat qui refuse de signer cette charte au prétexte de son appartenance à une organisation qui prône le « soutien critique » et la « liberté de parole » ne pourra pas se prévaloir du label, et trouvera face à lui un candidat de la France Insoumise. A lui de voir à qui d’autre il souhaitera s’allier, et quelle sera alors la portée de cette parole.

  20. Jlb

    Sur le sujet de l’annonce de Pierre Laurent et du PCF, c’est autant une guerre de mouvement que de position. Le plus vite nous gagnerons nous-mêmes des parrainages, un par un, et le plus vite nous maillerons le territoire, le plus nous résisterons à ces demandes de « changer le cadre ». Nous le savons tous, ce « cadre » c’est notre assurance-vie contre les dérives du monde d’hier, et le passeport vers les lumières de demain.

    1. Claude

      Avons nous besoin du PC pour 500 parrainages ? Logiquement, j’en doute ! So, we’re free !

Les commentaires sont fermés.

©2015/2018 Jean-Luc Mélenchon / V5 / Design INFO Service | Contact | Mentions légales