Le mois dernier, ce blog a reçu 372 806 visites

168 commentaires


  1. Bernard DOIDY

    Peut-être que l’optimisme doit être mesuré, les élus communistes qui avaient adhéré à la FI depuis longtemps ne changeront peut-être pas d’avis, mais ceux qui se rallient aux consignes récentes de leur parti pourraient se sentir offusqués à l’occasion des législatives par la difficulté à préserver leurs chances d’obtenir ou de garder des mandats. Le bureau national ne dit-il pas que la rigidité de la charte pourrait être une stratégie d’élimination ? Il y a un gros problème de communication, la prudence est de mise concernant la résolution finale de ceux qui pensent dévalorisé ce à quoi ils sont tellement attachés.

  2. Maurice MARGENSTERN

    Bravo pour cet article, Monsieur Mélenchon! Je suis de tout coeur avec vous. La vidéo de l’interne est édifiante. Vous avez raison de parler de l’anthropocène et de souligner à quoi conduit la logique capitaliste. Marx avait bien prévu cette phase du capitalisme qui produit des besoins artificiels pour mieux assurer ses profits. Il avait aussi dénoncé l’atteinte à l’environnement sans pour autant en mesurer tout l’impact. Je ne dis pas ça pour critiquer Marx : en son temps, peu de gens étaient conscients de ce que signifiait la finitude de notre planète. Juste une remarque : l’enjeu est bien de sauver l’humanité comme vous le soulignez, pas la planète. La planète n’a pas de sentiment, et si nous disparaissons, ça ne l’empêchera pas de continuer sa route autour du soleil. Il ne faut pas saccager la nature, comme vous le préconisez avec la règle verte. Si déjà on arrive à limiter les dégâts, ce sera pas mal. L’humanité peut résoudre les problèmes qui se posent à elle, elle l’a fait jusqu’à présent puisque nous sommes là. Espérons qu’une fois de plus elle relèvera le défi. Vous indiquez le chemin qui permettra de le faire. Vous êtes le seul à le faire parmi tous les candidats.

  3. Hervé

    Bonjour, je me demande si les conditions de vie des retraités dans les maisons de retraites ne participent pas a leur fragilité face a la grippe. Manger correctement, et avoir le moral, c’est aussi avoir plus de chances d’être en bonne santé non ?

  4. Victor D

    Mille Merci, Monsieur Mélenchon. Depuis 2010 vous m’avez redonner le goût pour la politique. C’est jouissif de savoir que l’on peut contourner les masses médias. La chaine youtube étant notre propre média, je vous conseille de continuer de leur dire, si vous me manquez de respect où que vous transformez mes propos je ne viendrai plus. J’ai l’impression que çà peut se retourner contre eux, car vu que vous faites de fortes audiences, ils ne pourront plus se passer de vous, et vous pouvez vous passez d’eux de plus en plus. C’est trop drôle. Bravo et merci. Continuez !

  5. Yves Falck

    Ayant depuis plusieurs mois signé pour soutenir la candidature de Jean-Luc Mélenchon et contribuant dans la mesure de mes moyens au développement local de la campagne de la France Insoumise, je ne peux que souhaiter son succès car les 3 autres issues vraisemblables : Fillon, Macron ou Le Pen seraient catastrophiques à la fois pour 80 à 90% des citoyens français et plus généralement pour l’état du monde et de la biosphère.
    Bien sûr, la règle verte ne peut s’appliquer qu’aux ressources renouvelables qui sont les plus gravement menacées à l’heure actuelle. Le stock de ressources minérales est considérable mais pas infini. Ce qui est sujet à se raréfier plus ou moins rapidement est ce que Nicholas Georgescu-Roegen appelait les ressources de « basse entropie », autrement dit les minerais ou composés chimiques comme le pétrole relativement accessibles et enrichis ou même formés par des processus géologiques de très longue durée. Si le projet de l’humanité devenait d’essayer de poursuivre une société technologique sur le très long terme elle devrait accepter de changer radicalement son approche : utiliser ces ressources avec la plus grande parcimonie, s’approcher le plus possible du recyclage à 100%, favoriser partout où c’est possible l’utilisation de matériaux renouvelables comme le bois ou les fibres naturelles. Jean-Luc Mélenchon le comprend parfaitement, par exemple quand il parle d’utiliser le bois au lieu du béton dans les Antilles.

  6. costantini

    Mr Mélenchon, vous êtes à l’aise avec les gens parce que vos convictions sont fermes et que vous savez les exprimer clairement et intelligemment. Comme ça fait du bien d’entendre une langue qui n’est ni de bois ni codifiée, ne serait-ce que pour ça vous tranchez sur les autres. Vous avez toute ma confiance.

  7. MP Langeais 37

    Grand merci pour cette initiation, piqûre de rappel, à l’anthropocène et au relations/conséquences et analyse que vous établissez avec « l’ère du peuple ». Voilà de l’écologie politique rondement menée, ertinente et qui donne du grain à moudre. Ce concept est vertigineux si l’on sait que ramené à l’échelle d’un jour (24 h) depuis la pangée (le début de la terre), l’homme n’aurait vécu que pendant 42 secondes. Contre 44 minutes pour les dinosaures (source Y Coppens).

  8. PF

    Un grand bravo, Jean-Luc Mélenchon pour cette brillante intervention sur RTL, l’intelligence et la compréhension du monde étaient face à la médiocrité. Cela a été vu et entendu. Quel grand soulagement. Et ce qui était joyeux (à moins que mon enthousiasme m’emporte), c’est que l’on sentait que les journalistes dociles de LCI-Figaro-RTL, visiblement aux ordres de leur aimable patron, étaient quand même sensibles (peut-être malgré eux) à la pertinence et au bon sens de tous les constats avancés.
    Et bravo aussi pour l’éloquence de « Nous partîmes cinq cents… ». Le souffle de Corneille n’est pas loin, tant mieux, quel espoir vraiment !

    1. LEON

      Ce dimanche 15 janvier sur RTL était un régal pour l’esprit. Les journalistes ne pouvaient guère user des moyens dont ils se servent trop souvent : questions qui bottent en touche grâce auxquelles on casse l’explication en cours, piques polémiques destinées à agacer et à distraire, zapping qui empêche le travail de la pensée, etc. Tous ces outils étaient rendus d’avance inutilisables par des arguments massue qui pleuvaient comme grêle serrée, difficilement discutables parce que de simple bon sens, ou tout à fait indiscutables avec la preuve à l’appui. Le rythme soutenu des réponses emportait la conviction et interdisait l’interruption. Sans oublier l’humour qui courait en filigrane. Malveillance et/ou mauvaise foi étaient mises en sommeil, on souriait souvent sur le plateau. Et la compréhension du programme « l’avenir en commun » faisait un bond en avant. Merci ! Gardez cette pêche là, imperturbable, précise, et drôle avec finesse, et nous y arriverons.

    2. semons la concorde

      Au souffle de Corneille, ajoutons celui d’Edmond Rostand (Cyrano) et de Victor Hugo : « Bon appétit, messieurs … », autrement dit, le verbe haut et des idées fortes.

  9. JeanLouis

    Sur RTL comme souvent votre agilité intellectuelle, le bouillonnement de votre réflexion était évident, un vrai tourbillon. Mais peut être un débit trop rapide pour que les non initiés, qui ne sont directement supporteurs/acteurs de votre combat puissent capter l’essentiel du programme et des mesures proposées. Peut être faudrait il par exemple sur la santé et la sécu structurer le discours autour des quelques mesure principales, puis développer chaque chapitre en revenant chaque fois à la colonne vertébrale du sujet abordé pour que tout le monde puisse se raccrocher au discours. Je pense qu’il faut réfléchir à la meilleure façon de faire passer les messages, être simple avant de développer.
    En ce qui concerne a T2A à l’hôpital j’ai un copain chirurgien qui m’a donné quelques exemples des effets pervers, si vous n’opérez pas assez car vous faites beaucoup de prévention, vous êtes mal vu et si le patient est âgé, il occupe un lit trop longtemps sans rentabilité, il faut donc le renvoyer chez lui.
    […]

  10. cultive ton jardin

    Monsieur Mélenchon,
    Je suis en train d’écouter votre vidéo du Grand Jury, et je suis très heureuse que vous reconnaissiez avoir dit une connerie en vous réjouissant que 10.000 médecins étrangers pourraient venir chez nous. Je n’avais pas du tout aimé cette déclaration chauvine. L’hôpital voisin compte un certain nombre de médecins roumains, et autant je trouve que nous devons les accueillir dignement et amicalement, autant je suis révoltée que, n’ayant pas les moyens de travailler en Roumanie où les besoins sont immenses, ils viennent compenser ce fameux numerus clausus dont vous faites aussi justice.

    1. JP77

      De façon générale, l’immigration choisie d’aujourd’hui prépare l’immigration non choisie de demain. En plus d’être un détournement du coût de formation de ceux que l’on éloigne de chez eux.

  11. chan

    En dépit du « Mélenchon bashing » de Mediapart, excellent billet de Yannis Zeghbid sur « l’insoumission, un choix de raison ». Et sur l’affaire Wildenstein, celui de Victorayali qui reprend la citation de Lacordaire « entre le fort et le faible… c’est la liberté qui opprime, et la loi qui affranchit « . Ce qui s’applique à la loi Macron-El Khomeri-Valls, liberté pour le patron, oppression pour le salarié. La Sécu, FI est la seule à la défendre telle qu’elle doit être, bravo, et que tous les retraités sans-dents votent pour vous, si les vieilles en vison se pâment devant Fillon ou Macron, si jeune, si nouveau !

  12. catherine dumas

    Bonjour à notre futur président, plus le temps passe et plus l’espoir est au fond de nous tous une lumière. Ce matin je lis cet article sur la santé, nos hôpitaux, les larmes coulent toutes seules sur mes joues, nous avions un service de soins des plus performant dans notre belle France, que sommes nous devenus ! Oui je retournerai travailler s’il le fallait pour soulager toutes ces petites infirmières en mal de secours. Nous sommes de vrais vocations, le travail ne nous fait pas peur donnez nous les moyens.

  13. Louis31

    Bonjour à tous,
    Juste une petite information pour Monsieur Mélenchon, je l’ai déjà signalé dans d’autres commentaires, Quand la BCE donne 80 milliards et plus par mois aux banques ça ne fait pas 6 millions de SMIC mais 6 ou 7 fois plus il suffit de faire la division. N’oubliez pas d’en tenir compte dans vos prochains interviews ou meetings.
    le 18 mars je serai là.

  14. PALET Guy

    Je trouve que ça sent de plus en plus bon pour ce projet. Merci à Mr Mélenchon pour sa passion, son implication et sa virtuosité. Sans lui, que ferions nous ? Monsieur Mélenchon, malgré le traitement qui vous est réservé, vous montez en puissance partout, exemple, dernier truc à la mode, critiquer les journalistes, voir FIllon et Valls. On vous copie. Et je vois dans ma boule de cristal que d’ici quelques mois, les journalistes, naguère si méprisants, se mettront à vous baiser les babouches.
    Un petit problème sur le son des semaines de Jean-Luc Mélenchon (moins maintenant). Je suppose que vous tirez le son directement du camescope, car on entend le déclenchement du CAG (contrôle automatique de gain) sur chaque inflexion de voix un peu puissante. C’est très gênant, ça casse l’intelligibilité. Peut être une mini régie-son avec un petit compresseur ?

  15. Vanpoulle Frédéric

    Merci pour ce document important, notamment sur l’anthropocène. Merci d’étudier les approches de « tri-articulation sociale » et du « développement durable authentique ». Comment passer d’une logique binaire à ternaire en cultivant la liberté dans la culture (éducation, médias, recherche, valeurs, conscience, habitudes, mise en oeuvre de ses compétences), l’égalité en politique et juridique (les règles, les lois, les contrats, l’équité entres acteurs), la fraternité dans le domaine des besoins (économies familiales, locales, régionales, nationales, mondiales). Liberté, égalité, fraternité, écologie sont une base universelle pour la France et pour l’humanité entière. Je me tiens votre disposition pour tout échange, car cela pourrait déboucher sur une vraiment nouvelle constitution, non pas une 3eme république, mais une sixième république à 3 pôles.
    Frédéric, arboriculteur bio, acteur des transitions.

    1. le révolté

      Je me permet de mettre ce lien au cas ou ne seriez pas au courant.
      Amitiés insoumises

  16. A.

    De part en part et en lui-même, le mot « anthropocène » est un mot politique, voire idéologique. Il est bourré de présupposés aussi vieux que la colonisation européenne du monde, et ce à commencer sous la plume de l’éminent professeur Crutzen. Voilà les conclusions politiques que lui-même en tire : « Une mission (…) incombe à la communauté planétaire des chercheurs et des ingénieurs : guider l’humanité, par un management mondial et durable de l’environnement » (P.J. Crutzen et E.F. Stoermer, IGBP Newsletter, 41, mai 2000). On est loin de quelque « ère du peuple » que ce soit.
    Ce mot, « anthropocène », met en cause l’humanité même (anthropos) dans la destruction de la nature, tout comme le péché originel condamnait toute l’humanité à peiner sur la terre et suppose un progrès uniforme de la civilisation de cette humanité (chasse-cueillette / agriculture / industrie, polythéisme / monothéisme / science), progrès par lequel l’Homme suivrait le chemin de son rachat. Toute société humaine n’ayant pas suivi ce chemin (et elles ont été nombreuses, et anéanties sous les armes du colon) pouvant être pensées comme des égarées ou des attardées. L’avenir en commun, déjà, c’est sans elles. Rien, dans le programme de la France insoumise, ne justifie la manipulation de ce mot si piégé, voire mystificateur, ni de remuer les idées qu’il contient. Et, si quelque chose le justifiait, ce serait alors un très mauvais programme.

    1. semons la concorde

      Quel rapport avec le péché originel ? Anthropocène signifie juste que l’homme a acquis un tel pouvoir de destruction qu’il perturbe l’évolution naturelle de la planète. Mais cela signifie aussi qu’il peut remédier à ces dérives en orientant l’économie et les recherches scientifiques dans le sens de la sobriété énergétique. Pourquoi faire de l’éclairage nocturne une telle source de dépense d’électricité ? La terre, la nuit, c’est Noël toute l’année. L’usage des Leds peut permettre des économies importantes, etc. Bien des pistes sont dans le programme de la France insoumise.

    2. Aguiriec

      « L’éminent professeur Crutzen » ne serait pas le premier scientifique ou intellectuel qui, après avoir inventé un concept opérant ou posé un diagnostic exact (la terre est entrée dans l’anthropocène, c’est à dire que c’est l’humanité qui est devenue la première force de transformation de la planète), aurait commis des erreurs quant au remède à apporter. Sa proposition est (à tout le moins) discutable. A nous de nous approprier la réflexion sur l’éco-socialisme de façon démocratique, à l’échelle mondiale, pour ne pas laisser se créer une nouvelle « oligarchie des sachants ».

    3. A.

      @semons la concorde
      Une bonne fois pour toutes, de quel « homme » parlez-vous, vous et tous ceux qui se gargarisent de l’ « anthropocène » ? Car, à proprement parler, l’Homme n’a acquis aucun pouvoir de destruction. L’Homme n’a rien acquis du tout. Des hommes particuliers faisant partie d’une civilisation particulière (l’occidentale), ont acquis, et imposé, leur pouvoir de destruction. Si M. Crutzen et ceux qui reprennent son bon mot d’ « anthropocène » commettent cette confusion, c’est qu’ils pensent, peut-être inconsciemment, depuis cette idée judéo-chrétienne fondamentale, selon laquelle il y aurait une opposition irrémédiable entre l’Homme et la Terre, où, selon le mythe, il serait comme banni depuis le péché originel.
      Les Leds, c’est très bien, sans doute, mais on n’a pas besoin de l’ « anthropocène » pour en user, que je sache ! Et la France insoumise ne l’emportera pas en employant des mots à dormir debout, qu’elle ne maîtrise pas et qui embrouillent son discours inutilement en croyant le vernir de légitimité scientifique.

    4. thersite69

      Peut-être accepterais-tu mieux le mot « capitalocène », qui lui serait un mot trop « politique » ou « idéologique », comme tu dis ? Pour moi je préfère celui d’Anthropocène qui est dans le droit fil du vocabulaire d’un paléontologue de ma jeunesse, André Leroi-Gourhan. Il ne parlait pas de l’avenir de l’humanité mais avait comme hypothèse « l’hominisation de nos corps » de mammifères quadrupèdes permettant l’accès à l’outil, il y a très très longtemps, puis de l’ « anthropisation du milieu naturel » par l’évolution des outils techniques, et de l’humanisation du milieu de vie par le langage symbolique. Personnellement je ne mêle pas Dieu à cette évolution, il s’agit seulement de constater que, comme individus, nous dépendons de l’espèce, et que, en tant qu’espèce, nous dépendons de l’harmonie d’un monde de sujets vivants beaucoup plus vaste, la biosphère, que nous commençons à peine à connaître. Un autre commentaire signale que l’environnement matériel, la planète, continuerait de tourner sans nous en toute indifférence à la vie.

    5. A.

      @thersite69
      Non, je suis désolé, mais, par le mot « anthropocène », il ne s’agit pas seulement de « constater que, comme individus, nous dépendons de l’espèce, et que, en tant qu’espèce, nous dépendons de l’harmonie d’un monde de sujets vivants beaucoup plus vaste ». Ce mot « anthropocène » dit que le genre humain, ou l’espèce humaine, sans distinction de civilisations, de classes, de sociétés ou de nations, est responsable de la catastrophe écologique en cours. Ce mot dit encore que « l’activité humaine », et non l’activité de la civilisation capitaliste technoscientifique globalisée qui en guise d’environnement s’est recréé un monde artificiel à son image, est destructrice. Il exprime enfin cette vieille idée chrétienne qui, selon moi, est passée dans la science moderne, selon laquelle il existe une disjonction antédiluvienne entre l’Homme et la Terre.
      « On peut échelonner une douzaine d’hommes successifs, disait Leroi-Gourhan. Et, en ce sens-là, ce n’est peut-être pas nous qui sommes les plus humains… Le mariage de la nature et de la culture est outrepassé. La nature est perdue. »

  17. BROSSE

    Ne nous y trompons pas, le candidat dangereux et en particulier pour Jean-Luc Mélenchon, c’est Macron. Les médias en ont fait leur cheval parce que les banques et les puissances financières vont miser sur lui. C’est leur homme et c’est l’outsider idéal pour mordre sur l’électorat des classes moyennes à droite comme à gauche.
    Mélenchon ne pourra faire la différence qu’en reliant le « coût du malheur » aux questions internationales et aux risques de guerre. Il faut dégonfler la baudruche à propos de Bachar el Assad, gigantesque conspiration du mensonge qui ne repose sur rien, comparativement aux crimes de la coalition des salafistes et des puissances occidentales en Irak, en Libye, au Yemen, en Syrie, qui voulaient sa peau et la dislocation de la Syrie. De même il faut saluer l’action de Poutine, son sang froid et sa volonté d’en revenir aux règles du droit international. C’est à lui qu’on aurait du attribuer le Prix Nobel de la paix

  18. Jean-Paul B.

    Bravo Jean-Luc Mélenchon pour votre excellente prestation dimanche 15 janvier sur RTL. Pédagogie, humour, humanisme, bienveillance et surtout force de conviction taille XXL. Il faudra s’inspirer de la tactique mise en oeuvre lors de cette « Émission référence » pour les prochaines rencontres.

  19. tavernier

    Bonsoir à tous,
    Une des priorités à traiter en arrivant au pouvoir, stopper toutes les formes de publicité. Bonne campagne à tous.

    1. Ascalon

      En lisant ce genre de commentaires, on comprend que parmi les groupies de Jean-Luc Mélenchon, se trouvent quelques illuminés qui rêvent d’un monde parfait où tout ce qui ne serait pas obligatoire serait interdit. Une utopie totalitaire à coté de laquelle la Corée du Nord serait une sorte de paradis… Le tout est de savoir en quelle proportion ils sont. Et il reste à espérer que les visiteurs de ce blog s’arrêtent aux papiers et vidéos de Jean-Luc Mélenchon, et ne viennent pas patauger dans cette fange. J’ai hélas peur que quelques un s’égarent ici et repartent en courant.
      Je pense qu’une des priorités à traiter en arrivant au pouvoir sera de stopper toutes les formes de @tavernier !

    2. arthur 2

      @Ascalon
      Et au non de quoi empêcher Tavernier de rêver ? Il le dit en deux phrases et vous utilisez dix phrases et le verbe haut pour dénigrer. Zénitude et tolérance ont leur place dans l’insoumission, non ? Fraternellement.

  20. Bernard

    Non au « revenu universel » financé par l’impôt. Les luttes sociales ont permis de contraindre le patronat à payer, en plus du salaire revenant à chaque employé(e) (le salaire direct), une autre part de salaire, versée sous forme de cotisations sociales et servant à financer des périodes de temps non travaillées (assurance maladie, accidents, maternité, chômage, pensions de retraite etc.) Mais le patronat cherche, et malheureusement réussit, à faire en sorte qu’une part toujours plus importante de ce salaire socialisé soit pris en charge par l’Etat, c’est-à-dire par l’impôt, autrement dit par les travailleurs eux-mêmes. Le « revenu universel » financé par l’impôt, préconisé par Hamon (et Boutin) ne peut être que très minimum puisque nous sommes contraints de partager la misère pendant que les actionnaires se partages les bénéfices.
    Il convient donc de renverser la vapeur et de s’acheminer non pas vers « un revenu universel » financé entièrement ou en partie par l’impôt, mais bien vers un « salaire à vie », un pré-salaire forfaitaire pour tous les jeunes en formation et le maintien du salaire intégral pendant les périodes non travaillées qu’elle qu’en soit la cause. Ce salaire à vie (ou inconditionnel) doit être entièrement financé par une participation de toutes les entreprises, basée sur la valeur ajoutée et versée dans une caisse qui distribuera le salaire en dehors des périodes d’activité et sera gérée par les représentants élus des bénéficiaires.

    1. LEON

      Ce @Bernard là sonne clair, en rappelant clairement le principe fondamental sur lequel prend appui la réflexion de Bernard Friot et sa proposition de « salaire à vie ».

Les commentaires sont fermés.

©2015/2018 Jean-Luc Mélenchon / V5 / Design INFO Service | Contact | Mentions légales